Ward’in rock festival 2009
202 photos + 32 videos


wardin rock festival

Ward’in rock festival 2009
album photo
vendredi 4 septembre 2009


lien
vers les commentaires des lecteurs

du vendredi


 

 

Ward'in Rock Samedi 05/09/09
— CloseMaxime

Malgré la pluie du vendredi, le sol est nettement moins boueux que l’an passé ce samedi 05 septembre au matin sur le site du Ward’in Rock. Les campeurs se réveillent même sous un ciel ensoleillé.
Il est tout juste 13h30 quand les membres de « Squint », groupe de rock/grunge du sud de la province, arrivent sur scène. On croirait entendre le regretté Kurt Cobain (leader de Nirvana) tant la voix du chanteur s’en rapproche.
C’est ensuite au tour de « Afrocalips » de monter sur la scène de Wardin. Ce sont les locaux de cette édition. En effet, ce groupe soul/funk composé de 6 membres est originaire de Bastogne.
A 15h40, « An orange car, crashed…» fait son entrée. Leur musique sonne très 80’, faisant quelquefois penser au groupe anglais « Interpol ». Déjà présents à l’édition 2007, c’est avec beaucoup de travail ces derniers mois qu’ils revenaient mettre le feu sur les planches de Wardin.
Si vous avez déjà entendu parler de Ntoumos dans la région de Bastogne, c’est normal. Ce groupe construit par Dominic Ntoumos s’était en effet produit lors du concert gratuit de la conférence de presse du Ward’in rock. Ce projet électro-jazz a conquis le public bastognard.
Jeronimo arrive alors su scène avec ses titres les plus connus tels que « moi je voudrais » ou encore « ma femme me trompe ». Ceux-ci font effet sur la plaine de Wardin qui en redemande.
Vers 19h30, le groupe belge Starving fait son entrée sur scène. Venu défendre son second album « Les confidences d’Annabelle », ce groupe mélange comme il faut rock et électro. A la fin du concert, le soleil est presque déjà couché. La soirée quant à elle, ne fait que commencer.
Ensuite arrive le groupe La Casa qui est venu défendre un style musical de plus en plus présent le samedi à wardin : la chanson française. Et il y arrive ! «Go, go, go » leur titre le plus connu, est repris en ch?ur par le public. Après un show attractif, le groupe s’en va pour laisser place à la tête d’affiche du samedi.
The Wailers (groupe qui accompagnait Bob Marley) ont littéralement conquis les festivaliers. Reprenant tous les titres les plus connus du Jamaicain «Woman no cry » ou encore «I wanna love you », le groupe a démontré que le reggae pouvait mettre l’ambiance dans un festival.
Suivent ensuite Curry and Coco et Piano club dj set pour les festivaliers encore présents. Les 2 groupes nous apportaient tous deux une musique électro qui aura fait danser les plus courageux devant la scène.
Malgré le temps qui ne fut pas en sa faveur, le festival a su tenir ses promesses. C’est désormais une valeur sûre : « Que ce soit sous le soleil ou la tempête, à Wardin il y a toujours de la fête ! »

Maxime Close
~~~~~~~~~~~~
Ward'in Rock Vendredi 04/09/09
— CloseMaxime

Le Ward’in Rock est désormais un rendez-vous incontournable de la rentrée. Proposant chaque année une affiche alléchante à prix démocratique, le festival est également placé sous le signe de la prévention. On retiendra entre autres un stand « prévention Sida » où documentation et préservatifs sont distribués gratuitement. Les bars quant à eux, et ce depuis quelques années, ne servent plus d’alcool fort, pour limiter les accidents. Bières fruitées et soft sont donc là pour les plus assoiffés. Et enfin, nouveauté, un mur en carton destiné au covoiturage. Sur celui-ci, chacun pouvait noter son offre ou sa demande de transport, en indiquant son nom, sa destination et son numéro de gsm.
La pluie qui s’abat sur le camping ne ralentit pas les festivaliers. Ceux-ci, venus en grand nombre dès 16h, s’empressent de monter tentes et tonnelles pour être à l’abri.
A 19h00, la première note de musique du festival retentit. C’est Romano Nervozo, du rock belge à la sauce spaghetti qui fait son entrée sur la scène. Mélangeant avec talent rock, électro, et rock garage, ce groupe aura ravit les premiers arrivés.
C’est ensuite aux Luxembourgeois de Eternal Tango de passer devant le public. Celui-ci est venu en nombre, malgré une légère diminution par rapport à l’an passé. Le flamenco/rock du quintet déménage, ça on peut le dire.
Malgré son nom, Hulkk n’est pas un gros homme vert mais bien un groupe de rock belge comme on les aime. Proposant un rock quasi « américain » en passant par le rock garage, le trio ne cesse de chauffer le public qui attend avec impatience le groupe suivant.
Therapy?, la tête d’affiche du vendredi arrive alors sur scène. Avec bientôt 20 ans de carrière, le groupe sait comment y faire pour mettre l’ambiance. Enchainant leurs morceaux les plus connus, les anglais nous présentaient un rock flirtant avec le métal et le punk.
Si les festivaliers sont venus faire la fête et surtout danser, c’est chose faite avec X-Makeena qui mélangeait hip hop, drum and bass, électro. Avec un mélange de style tel que celui là, on ne pouvait que se déhancher.
Et pour terminer en beauté, la Normandie était mise à l’honneur. Non pas par la pluie ou le vent qui donnait des idées de climat normand, mais bien par Guns Of Brixton, un groupe tout droit venu de Caen. Tirant leurs influences du punk/rock, ils nous servaient un mix de Dub, Electro ou encore Reggae.
C’est donc aux petites heures que la première journée du festival se terminait, mais comme chaque année, l’absence de musique sur le site n’empêchait pas les plus fêtards de continuer dans le camping.

Maxime Close


Le Ward’in rock conjure le sort

Pas de 13e rangée dans un avion, pas de 13e étage dans un hôtel, pas de chambre numéro 13, mais bien une 13e édition du Ward’in rock festival. Les organisateurs conjurent ainsi le sort et proposent une nouvelle double affiche alléchante les vendredi 4 et samedi 5 septembre 2009.
Des valeurs sûres, des découvertes, des riffs acérés, des beats à profusion et une couleur locale prononcée : la recette ne change pas… encore. Une scène, seize groupes, plus de quinze heures de live, 300 bénévoles et plus de 7.000 festivaliers attendus.
Le remède du Docteur Wardin pour soigner la fin des vacances et préparer la rentrée : se nettoyer les cages à miel le vendredi avec Therapy ? et respirer à pleins poumons le parfum jamaïcain délivré par les Wailers samedi.
Avec deux bonnes nuits de sommeil dans un camping sécurisé et muni d’un portefeuille qui ne souffrira guère, vous serez d’attaque pour une fin d’année remplie d’anecdotes.
Le rendez-vous est pris !


L’affiche

Vendredi
19h : Romano Nervoso
Du rock spaghetti en entrée ! C’est culotté, mais ainsi va la nouvelle cuisine du monde. Faite d’improvisation et surtout d’inspiration. Ce qui ne manque pas dans la musique de Romano Nervoso, groupe au sein duquel on retrouve l’étalon italien Giacomo, batteur de Hullk à seize heures (souvent même plus tard) et front man de notre déluré quatuor, aperçu et apprécié il y a quelques mois à Bastogne.
20h15 : Eternal Tango
Le rock grand-ducal ne s’est peut-être jamais aussi bien porté. Mutiny on the bounty, Metro, Babyoil et Eternal Tango, combo dudelangeois né en 2002 et ressuscité en 2006 avec un nouveau line up et une maturité qui transpire dans les nouvelles compositions. C’est d’ailleurs avec des morceaux tout frais que les Luxembourgeois arriveront à Wardin, quelques semaines avant la sortie de leur nouvel album. Un rock sans concession, balancé avec un sacré tonus au Printemps de Bourges, mais surtout outre-Rhin où le groupe s’est taillé une bonne réputation.
21h30 : Hulkk
Le géant vert a fait des petits. Trois gars rapidement arrivés à maturité avec un son pur qui claque comme une gifle en plein visage. Le trio bruxellois rappelle que le rock garage constitue un socle en béton et que leur dernier album, Bad news from Lago, est d’une redoutable efficacité lorsqu’il est défendu sur scène. Qu’on se le dise, The Boys are back in town !
23h : Therapy ?
Vingt ans que ça dure. Que le son de la guitare d’Andy Cairns martyrise vos tympans, que le punk prend un pot avec le métal sous le regard d’une pop interdite. Le trio nord-irlandais a traversé les années avec l’énergie qui le caractérise et s’appuie aujourd’hui sur Crooked Timber, la dernière galette, pour réveiller le rockeur qui est en vous. Un son proche des débuts, de la grinta à revendre et une présence scénique jamais démentie : les quadras du Royaume Uni font encore mouche et seront la tête d’affiche du premier jour du Ward’in rock.
00h45 : X Makeena
Revoilà les hommes masqués ! Mais le seront-ils toujours ? Suspense car les Bretons réservent l’exclusivité de leur nouvel album – le troisième - aux festivaliers du Ward’in rock. Trois semaines avant sa sortie dans les bacs, le futur nouveau-né sera donc la vedette de la soirée. Avec un peu d’imagination, on devine des machines hurlantes, des infra-basses à déterrer les lombrics, des costumes et des décors apocalyptiques. Armés de leur drum’n’bass, les mutants rennais sont de retour et comptent bien le faire savoir à la Belgique.
2h15 : Guns of Brixton
Ce groupe normand porte un nom évocateur qui a bercé plus d’une génération de rebelles. Guns of Brixton comme la fameuse chanson des Clash. Ces Caennais proposent une dub au travers de laquelle on décèle des influences post-rock, reggae et électro. Avec une basse qui vole par moments la vedette aux guitares, une montée en puissance savamment dosée, Guns of Brixton propose une rencontre du troisième type entre Mogwaï, Mono et Cypress Hill. A Wardin, le combo français défendra son troisième album : Cap Adare.


Samedi
13h30: Squint
L’héritage est lourd à porter, mais quand ce sont de jeunes adolescents qui s’y collent, on se prend facilement au jeu. Squint singe Nirvana avec beaucoup de fraîcheur et va droit au but. Sans fioriture, la sauce prend agréablement. Des p’tits gars du sud de la province à découvrir.
14h30 : Afrocalips
La carte locale s’abat sur le festival avec ses jokers soul et funk. Né sur les cendres de Don’t Bogart Experience, Afrocalips a fait sa mue, diminuant la dose rock pour mettre plus de couleur dans des compositions travaillées et retravaillées pendant des mois avant de les présenter sur les scènes régionales. Les Bastognards ont promis d’amener le soleil sur la plaine de Wardin.
15h40 : An orange car, crashed…
Un coup de cœur, ça peut durer. Celui qu’on eu pour An orange car, crashed… est toujours d’actualité et même renforcé par un impressionnant travail ces derniers mois. Le combo d’Habay-sur-Athus a pris de l’épaisseur au fil de ses sorties, distillant sa cold wave avec un art consommé de la scène. Esprit mancunien et attitude obscure collent bien à ce groupe devenu porte-drapeau de la Province du Luxembourg.
16h50 : Ntoumos
Ntoumos est un projet électro-jazz construit autour du trompettiste-chanteur, Dominic Ntoumos. Partis de Londres, les musiciens ont combiné les accents jazzy au hip-hop, à l'electro et à la drum'n'bass. Leur premier album «Music Music Music» date de 2002 et a permis au groupe de fouler les scènes les plus prestigieuses, de Bruxelles au Montreux Jazz Festival. Ntoumos présente aujourd’hui son quatrième album « Transition », mix electro hip hop, coproduit par MooGoo AKA et Eric Legnini et bidouillé à Londres par Mad Professor.
18h05 : Jeronimo
On l’avait quitté tourmenté. On le retrouve agité par les petits problèmes de la vie de tous les jours qu’il conte avec brio dans «Mélodies Démolies», sa dernière galette que l’on picore délicieusement. Depuis qu’il a enregistré cet album à Vérone, Jérôme et un petit groupe devenu un peu plus grand, sillonne les scènes belges avec une pêche d’enfer. Petit secret : Jeronimo et Wardin n’étaient jamais parvenus à accorder leur agenda. C’est désormais chose faite.
19h25 : Starving
Après l’univers sonore poppy-kitch de « Tout n’est pas rose », Starving revient avec un second album, d’inspiration plus profonde, « Les confidences d’Annabelle ». Les compositions sont riches et entraînantes. Les textes, fragiles et sensuels, délicatement posés par Claudia, invitent l’auditeur à pénétrer dans l’univers d’Annabelle, identité fictive et personnage central de l’album. Le mélange d’électro et de rock donne un cocktail à consommer sans modération à l’apéritif.
20h45 : La Casa
Imaginez une vallée aride, un crotal et des rochers à l’horizon. Soudain, la plus improbable des rencontres se produit entre le groupe américain Calexico et les Français de Mickey 3D. Quelques minutes de discussion le temps de disposer les instruments et les gars décident de taper l’impro. Le serpent s’enfouit entre deux pierres, le sol se fissure et les vautours désertent. La Casa est née, coupe rapidement le cordon ombilical avec ses prestigieux géniteurs et se forge une vraie identité qui repose sur des textes bien ciselés, un sens de la mélodie aiguisé et des arrangements bien soignés. Les Mayennais sortent « Des Trucs Abîmés », un opus tiré vers le haut par l’imparable « Go, Go, Go» et par l’inévitable « La Lune» qu’ils défendent sur scène avec beaucoup d’humilité et de talent.
22h30 : The Wailers
Si le patriarche est toujours là, ils peuvent toujours revendiquer le nom de Wailers. Paroles de rastas! Le bassiste Aston Barrett, alias Family Man, continue à porter la bonne parole du prophète Bob Marley à travers le monde. Une mission qui passe par la Belgique et la scène de Wardin. Tête d’affiche du samedi, les pionniers du reggae ont vendu, avec Bob Marley, 250 millions d’album dans le monde. C’est dire si nous attendons avec effervescence leur présence et les indémodables refrains de «One Love», «Exodus», «No Woman, no Cry», «Stir it up», et «Get Up, Stand Up». Pas de doute, le soleil brillera cette année sur la scène du Ward’in rock.
00h15 : Curry and Coco
Prenez deux frangins un rien cintrés et nourris à la mamelle des synthés des années 80. Ajoutez une énergie communicative et vous obtenez de l’électro clash balancé avec frénésie sur les scènes de l’Hexagone où ils se sont forgé une belle réputation. Les Lillois revisitent le post-punk, démembrent Cindy Lauper et désossent tout ce qui leur tombe sous la main. Vibrations sismiques en vue après les premières secousses au Printemps de Bourges.
01h30 : Piano Club DJ
A force de multiplier les projets, Anthony Sinatra est en passe de battre le record de présences à Wardin. Les mauvaises langues disent que c’est en raison du goulash, les fins gourmets apprécient tout autant la sauce qu’il sert à la tête de Hollywood Porn Stars, Piano Club, format groupe ou version DJ. Beats italo-disco, mélange d’électro vintage et de funk, le tout mâtiné d’une fraîcheur à éroder un dance-floor.

wardin rock

video 01


 



 

 

Ce vendredi 7 août Ward'in offrait un CONCERT GRATUIT de NTOUMOS SOUND SYSTEM. Dans le cadre de sa conférence de presse, l'asbl Ward'in Rock vous invitait à rejoindre les artistes, les programateurs, les partenaires pour un showcase exclusif et gratuit de NTOUMOS SOUND SYSTEM ce vendredi 7 AOUT à 20H30 au Centre Culturel de Bastogne. Ntoumos est un projet électro-jazz construit autour du trompettiste-chanteur Dominic Ntoumos. Les musiciens combinent les accents jazzy au hip-hop, à l’électro et à la drum’n’bass. Les amateurs ont pu respirer l'ambiance du festival avant l'heure et certains chanceux repartirent avec le t'shirt de l'édition 2009 du Ward’in rock festival . Ward’In Rock aura lieu les 4 et 5 septembre 2009et rassemblera des artistes comme Therapy, Jeronimo, The Wailers, Hulk, Eternal Tango, An Orange Car, Crashed...

http://www.wardinrock.be


lien vers notre reportage 2008 en 136 photos et 38 vidéos

Lien vers reportage 2008



Archives


2007


2006

Cliquez sur la photo pour découvrir notre reportage de 72 photos de la soirée
du vendredi 1er septembre 2006

Cliquez sur la photo
pour découvrir l'album photo 2004

 

Cliquez sur la photo
pour découvrir l'album photo 2005

La carte humanitaire des bonnes affaires en vente 5 euros dans les dexia, gîtes et les bureaux de S.I.
Levisa.be vous offre également des entrées gratuites dans les plus belles attractions des Ardennes


www.levisa.be

Mentionnez le n°de la photo et envoyez vos commentaires qui seront publiés dès réception.
Email: jml@ardennesmagazine.be.


reportage : Jean-Marie lesage
20 août 2009
Webmaster : Jean-Marie Lesage

 

Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires