Ward’in Rock festival
11e édition
Samedi 1er septembre 2007

60 vidéos et 160 photos



Ward’in Rock festival
Lien vers album de 160 photos


Lien vers les 60 vidéos avec vos commentaires

lien vers la vidéo 19 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 20 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 21 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 22Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 23 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 24 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 25 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 26 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 27 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 28 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 29 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 30Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 31 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 32 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 33 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 34 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 35 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 36 Ward’in Rock festival


lien vers la vidéo 37 Ward’in Rock festival


Cliquez sur une des photos
pour découvrir le reportage complet en image
Envoyez vos commentaires
pour recevoir l'original d'une image en HR

Ward’in Rock festival


 

 

 

Reportage de Close Mathieu

Après une nuit mouvementée et animée par de jeunes musiciens (djembé, guitare et harmonica), les campeurs de Wardin se sont doucement réveillés. Les plus courageux feront le déplacement pour accueillir les premiers groupes de l’après-midi.

Il est tout juste 13h30 quand les membres de « Sarah tue moi », groupe de rock bastognard avec des airs de « Noir désir », arrivent sur scène. Reprenant leurs titres les plus connus tels que « Monsieur Jean » ou encore « Accélère », le groupe a réveillé les festivaliers encore endormis.

C’est ensuite au tour de « Kontre² » de mettre le feu sur scène avec leur rap-métal. Ca déménage, on peut le dire. Ils étaient déjà présents lors de l’édition 2004 et avaient alors bluffé le public avec l’énergie débordante des deux chanteurs. C’est donc logiquement que ce groupe était à nouveau de la partie.

A 15h40, « An orange car, crashed…» fait son entrée. Leur musique sonne très 80’ , faisant quelquefois penser au groupe anglais « Interpol ».

Après une affiche rock très diversifiée, place au reggae avec « Abdou Day »! Ce lorrain d’origine africaine, a conquis un public avec ses chansons plus calmes que ce qu’on avait entendu jusque là.

Puis arrive le groupe « Piano club ». Ces visages ne sont pas inconnus du public bastognard ; Anthony Sinatra, le leader des « Hollywood porn stars » ainsi qu’un des membres de « Malibu stacy » compose ce quatuor belge. C’est vêtu entièrement de blanc qu’ils ont joué leurs compositions pop-rock ainsi qu’une reprise bien connue de « Nelly Furtado ».

Si les filles des premiers rangs en redemandaient, elles seront consolées par « The tellers ». Ce groupe de 4 musiciens ont la qualité de jouer des chansons mêlant guitare sèche et électrique dans des mélodies pop comparables à Bob Dylan. Après des prestations dans plusieurs des gros festivals belges (Les Ardentes, Pukkel pop, Dour), le combo bruxellois entame très sereinement ses chansons désormais connues telles que « Second category » ou encore «More».

C’est vers 21h qu’arrive le groupe breton tant attendu : « Matmatath ». Venant défendre leur nouvel album « La cerise », ils ont jouée également leurs chansons les plus connues, telle « lambe an dro » reprise en chœur par les festivaliers.

A 22h30, « Daan », la 2ème tête d’affiche fait son entrée. Tantôt électro, tantôt plus rock en passant par des riffs folk, « Daan » fait bouger le public qui en redemande. Les musiciens concluront leur prestation sur leur plus gros hit « Housewives » .

Place ensuite à « Bacon Caravan Creek », un groupe vainqueur du Concours Circuit 2003. Ce jeune groupe ravira les festivaliers avec en primeur, certains chansons de leur prochain album.

« Bacon Caravan Creek dj set » termine alors cette soirée riche en émotions. On passe des guitares au platine, des compositions aux reprises. En effet le Dj de « BCC » reprend toutes sortes de musiques populaires : De « Justice » (révélation électro de l’année) à « The strokes » (groupe de rock new-yorkais) en passant par « Arctic monkeys ».

Lorsque la musique s’éteint, pas question de quitter le site! Les festivaliers ont décidés de prolonger la soirée jusqu’aux petites heures : Boissons à gogo, snack pour les plus affamés et bières spéciales pour les connaisseurs. Cette 11ème édition du ward’in rock festival se termine aux aurores pour les campeurs. Une fois de plus , le festival aura ravi les amateurs du genre. On peut déjà remercier les organisateurs appuyés par les nombreux bénévoles et leur souhaiter bonne chance pour l’édition 2008.

 


Samedi 1er septembre 2007 

                                Sarah Tue moi (BE)  –  13h30       

A voir l’énergie qu’ils dégagent sur scène, on ne les inviterait pas à passer au contrôle antidopage. C’est pourtant de l’authenticité. Un cri qui vient du cœur et que transmet Mika, l’ancien chanteur de Dogmeat. Textes en français, souvent bruts de décoffrage, section rythmique sans concession, toutes guitares dehors, les locaux de l’étape poursuivront leur intrusion dans un milieu scénique qui pourrait vraiment mettre en valeur leurs arguments.

                                      Kontre2 (BE)  –  14h30             

Coucou, les revoilà ! En 2004, ils avaient chauffé le public avant Vegastar et Pleymo. Cette fois, ils refont surface, le périscope sorti pour signaler leur retour au premier plan. Après les Nuits de l’Entrepôt, Faut que ça pète à Wardin ! On peut compter sur les deux voix et le rap métal des lascars pour mettre le feu au poudre.

                       An orange car, crashed… (BE)  –  15h40     

Prenez un peu de Fat W, un zeste de Nervous Chillin’ et deux doigts de Tuttle et vous obtenez An orange car, crashed… Un projet aussi surprenant que réussi qui s’articule autour de la voix de Xavier Clinquart et de la guitare de Gilles Pemmers. Ca sonne très 80’ et surtout très Interpol. Une jolie référence que les gars du sud de la Province honorent avec beaucoup de maîtrise.

                                   Abdou Day (FR)  –  16h50          

Le Ward’in rock a souvent fait la part belle au ska. Place au reggae ! Made in Madagascar puisque c’est de cette île que vient Abdou Day, Lorrain d’adoption et véritable boulimique de la scène. Il a côtoyé les plus grands mais a su toujours rester simple. Le sourire ne quitte que rarement le visage de celui dont les morceaux rappellent tantôt Alpha Blondy, tantôt Jimmy Cliff. Que du beau monde !

                                   Piano Club (BE)  –  18h05          

C’est bien connu, le rock wallon est une grande famille qui se compose et se décompose au gré des projets. Avant de reprendre la route avec ses Hollywood Porn Stars, Athony Sinatra s'est ainsi accordé une respiration pop et fluo en réactivant son projet initial, Piano Club (qui compte également dans ses rangs un membre de Malibu Stacy). Synthés vintage, guitares sautillantes, le produit est bien ficelé comme on a pu s’en apercevoir en première partie des Klaxons à l'AB.


                                   The Tellers (BE)  –  19h25          

C’est frais, nostalgique et court. Ben et Charles sont deux jeunes gens conteurs de petites histoires sucrées qui flirtent tantôt avec l’interdit des Libertines, tantôt avec les perles ciselées par l’immense Bob Dylan. Un EP de sept titres pour débuter et des concerts aux quatre coins du pays. Des Ardentes liégeoises à Wardin en passant par le très recherché Pukkelpop. The Tellers apprennent vite et bien.

                                    Matmatah (FR)  –  20h45           

Ce n’est pas parce qu’ils ont appelé leur dernier album La Cerise qu’ils s’apprêtent à la mettre sur le gâteau. Non, les Brestois de Matmatah sont encore là pour un bout de temps si l’on en juge l’engouement que suscite chacune de leur sortie live. Dix ans après avoir mis la Ouache avec notamment le single Lambe An Dro, le groupe breton revient dans l’actualité avec La Cerise, condensé d’influences qui ont rythmé la vie du groupe. On retrouve des effluves blues, des relents classic rock et une pointe celtique. Matmatah ne se refait pas. Mais évolue avec son temps.

                                        Daan (BE)  –  22h30               

Il a des airs de dandy ce Bruxellois d’adoption ! Et une carte de visite qui se remplit à vue d’œil. On ne compte plus ses apparitions à Werchter – y compris avec Dead Man Ray – et ses concerts sont un grand mélange où les rythmes électroniques côtoient des passages plus folks. A voir le panache avec lequel il défend sur scène The player, on peut s’attendre à voir la plaine trembler sur ses bases.

                            Bacon Caravan Creek (BE)  –  00h   

Hypnotique et pas pressé. Voilà comment on pourrait qualifier Bacon Caravan Creek, arrivé sous les feux des projecteurs à la fin 2004 avec la sortie de «Behind a wish». Une galette qu’ils vont défendre de longs mois durant avant de se laisser désirer… Alors, Wardin a pris les devants et vous propose de retrouver les vainqueurs du Concours Circuit 2003 quelques mois avant la naissance de leur nouvelle progéniture.

                                   BCC DJ Set (BE)  –  01h45         

Des claviers aux platines, il n’y a qu’un pas que nos p’tits gars vont franchir avec un gros appétit et un certain doigté.

 

 

Cliquez sur la photo pour découvrir notre reportage de 72 photos de la soirée
du vendredi 1er septembre 2006

Cliquez sur la photo
pour découvrir l'album photo 2004

 

Cliquez sur la photo
pour découvrir l'album photo 2005

La carte humanitaire des bonnes affaires en vente 5 euros dans les dexia, gîtes et les bureaux de S.I.
Levisa.be vous offre également des entrées gratuites dans les plus belles attractions des Ardennes


www.levisa.be

Mentionnez le n°de la photo et envoyez vos commentaires qui seront publiés dès réception.
Email: jml@ardennesmagazine.be.


reportage : Reportage de Close Mathieu le 1er septembre 2007
Webmaster : Jean-Marie Lesage

 

Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires