Retour à la page d'accueil

Bastogne

Le garde-temps, jardin d’un patrimoine précieux




Ce 15 décembre, Monsieur Philippart ouvrait son « Garde-Temps » à Bastogne. Ce passionné répare avec rigueur et amour vos plus vieilles horloges et pendules. Il vend également des montres et horloges de qualité pour tous les goûts (montres de plongée, didactiques pour apprendre à lire l’heure à nos enfants, …). Les boîtes à musique, les stylos billes, les couteaux artisanaux font aussi partie des objets qu’il vous propose. Enfin, il vend et répare les T.V. , le matériel vidéo et audio. Il détient ainsi l’exclusivité des marques Caterpillar, Reuge, Elini, RSW, Façonnable et Royal Langdom.
Voici un portrait de cet homme enthousiaste, une histoire de ses produits et de sa vitrine hors du commun….

Le métier d’une vie
Electronicien de formation, Monsieur Philippart travaillera d’abord pour l’audimat pendant 10 ans. Déjà féru d’horlogerie, il réalise de nouvelles études pour se spécialiser dans ce domaine. Sa formation le mène notamment en Suisse. Sa volonté : combiner habilement horlogerie et électronique.
« Je ne suis pas un bijoutier », précise notre horloger. « Il y a confusion car les véritables horlogers ont tendance à disparaître. Les bijoutiers présentent aussi des horloges et des montres mais ce n’est pas leur spécialité. De mon côté, je vais remplacer les bijoux par de magnifiques stylos billes de RSW et des parures de coutellerie. »
« Il veut commercialiser ses produits avec son âme ! », rajoute Mme Philippart. « Il veut attirer une clientèle désireuse de réparer des vieilles montres ou d’acquérir du beau matériel de qualité. »

Restauration dans les règles de l’art
Vous possédez une pendule ancienne à laquelle vous tenez énormément parce que devenue le symbole de vos aïeux. Vous voulez qu’elle retrouve ses lettres de noblesse dans le respect de son âme d’antan ? Apportez-la au « Garde-Temps », Mr. Philippart fera le maximum. Il tente de retrouver les pièces manquantes datant de la même époque et correspondant parfaitement à sa mécanique originelle. « Si je n’ai pas retrouvé les morceaux adaptés dans les brocantes belges, je vais en France, en Amérique et en Suisse. Des éléments de montres datant de 1900 ne se retrouvent pas en un jour. Il faut être patient en matière de restauration ! »
« Quand des pièces sont introuvables, si cela est possible, il les confectionne lui-même ! », s’exclame Mme Philippart. « Cela va jusqu’aux petites (de l’ordre du microscopique !) dents de roues de mécanismes internes. Comme auparavant, il imprime son propre sigle sur l’objet réparé ainsi. »
L’objectif de notre artisan horloger : rendre à l’objet toute sa beauté d’origine. Donc, à l’aide des matériaux de l’époque. « Il ne s’agit pas d’entretenir un vélo ou une voiture. En réparant une horloge de maison, c’est l’âme de celle-ci que Roland fait revivre. »

Couteaux : Laguioles authentiques
« Chez moi, chaque couteau a sa propre histoire. La majorité des couteaux que je distribue sont fabriqués par des artisans français. Ce sont des Le Thiers, Laguioles. Les contrefaçons asiatiques demeurent possibles car il n’y a pas de protection réelle. Mais les véritables Laguioles français subsistent. Leurs lames sont fabriquées à Thiers, métropole de la coutellerie à part entière. »
Les couteaux exposés vont du couteau de chasseur au sabre à champagne. Ici, pas question de trouver des armes destinées à des actes violents ! Ce sont des objets de charme. Les manches sont faits de bois de chêne, peuplier, bruyère, corne de cerf ou de bovin, …

Boîtes à musiques
Egalement amoureux des boîtes à musique, Monsieur Philippart représente la marque Reuge. Cette dernière est l’une des plus vieilles et prestigieuse fabrique de boîtes à musique. Aujourd’hui encore, ces petites merveilles sont confectionnées à la main comme en 1780, au début de cette usine. « La plus petite boîte à musique au monde rentre dans la paume d’une main. Elle mesure 3 cm sur 3 ! », poursuit Roland. Quand on sait que certaines boîtes contiennent 140 lames et 2200 picots frottant ces lames, on imagine le travail de précision requis pour leur confection !
« Les boîtes à musiques que nous distribuons sont réalisées artisanalement et en acier trempé. Ceci afin que les vibrations produisent des notes précises. »

Tarifs
Les prix correspondent aux standards d’usine imposés pour chaque marque

Décor de magasin original
En entrant, on a tout de suite le sentiment que le soleil brille toujours chez notre gardien du temps. Le premier pas vous amène dans une tonnelle romantique donnant sur deux panoramas possibles selon la direction de notre regard : l’Ardenne ou la Gaume. Puis, on découvre les 6 thèmes de ce jardin du temps.
« Je voulais quelque chose d’assez convivial, où il fait bon vivre, comme chez soi. Les paysages dessinés en fresques sur les murs donnent l’impression de se retrouver au sommet d’une colline, avec vue sur les villages et vallées de la région. »

Le dessinateur des fresques
Pierre-Emmanuel Paulis, collègue de Mme Philippart à l’Eurospace Center de Redu, a accepté tout de suite de venir réaliser les fresques du magasin. Passionné d’aviation et d’espace, il est l’auteur et dessinateur de la B.D. « Tania ».
« Tout en respectant la volonté de Roland, j’ai travaillé selon mon inspiration. Quand j’ai commencé, je ne pensais pas y arriver. J’y suis allé au petit bonheur la chance. J’avais pris un peu de documentation sur les paysages ardennais et gaumais.(…) L’objectif était de donner un effet de profondeur au magasin. Comme si on débarquait dans un jardin avec vue sur l’extérieur champêtre… »
Temps total de réalisation des fresques : une quinzaine d’heures.


Partager sa passion
« Roland a l’art de bien expliquer les choses. Il vous décrit complètement l’histoire et la technicité de ce qu’il vend. Il sait de quoi il parle ! »

Quelques illustrations de l’étendue de son savoir … • Saviez-vous pourquoi les horloges arrêtées des vitrines sont toujours réglées sur 10h10 ?
Parce que cela correspond à l’heure de la mort de Louis 16. L’horlogerie est française à l’origine. Par nostalgie ou par fierté, cette heure fut conservée. A ce moment-là, seuls les riches possédaient une horloge. La plupart des gens n’avaient alors que le cadran de l’église comme repère du temps. L’horloge mécanique était le c?ur battant de la maison. On l’arrêtait donc à l’heure d’un décès.

• Connaissez-vous l’histoire de la naissance de la montre de poignet ?
En 1904, Louis Cartier avait un ami aviateur. Le tableau de bord n’était pas encore équipé d’horloge. Il fallait donc lâcher le manche des commandes de l’avion pour regarder l’heure de sa montre de poche ! C’est ainsi que Cartier promit de lui créer une montre ...de poignet !

• Saviez-vous qu’il existe 2 types d’horloge posée sur le sol ?
D’une part, l’horloge de parquet des chambres à coucher ou halls de nuit qui ne sonne qu’une fois par jour pour le réveil, d’autre part, celle du salon qui retentit toutes les demi-heures et heures.

• « Avant les mots montres et horloges n’existaient pas. », nous explique notre horloger.
« On les nommait garde-temps. Seules certaines revues spécialisées utilisent encore ce terme. »

le garde temps
le garde temps
le garde temps
le garde temps, bastogne
le garde temps, bastogne
le garde temps, bastogne
le garde temps, bastogne
le garde temps, bastogne
le garde temps


Cliquez sur la photo pour découvrir
les photos du reportage de décembre 2006


Restaurations
et réparations
d'horloges
et pendules anciennes
Vente et réparation TV-vidéo-audio




   

legardetemps

horloge
Cliquez sur la photo
pour découvrir les photos
du reportage
de novembre 2006


Levisa.be vous offre également des entrées gratuites dans les plus belles attractions des Ardennes

www.levisa.be


Photos & reportage : Coxinet. 15 décembre 2006
Photos & Webmater : Jean-Marie Lesage

Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires