Dans la lumière de 777
Roman pour la Vie par Jean Baptiste

Chapitre 37 – Le Jugement dernier : lié à votre conviction personnelle !

Vivants ou morts, nous en sommes tous tributaires.
Si, tôt ou tard, vous aspirez à suivre la voie spirituelle, vous serez élevé vers la Lumière ; mais si votre vie reste rivée à la matière, des câbles plus solides que l’acier vous entraîneront sur le chemin de la décomposition de cette même matière à laquelle vous vous serez enchaîné. C’est le sort réservé à ceux qui feront partie de la dernière résurrection, du Grand Jugement à la fin du Règne de mille ans du Christ-Roi. Il n’est rien de plus épouvantable que l’on puisse imaginer pour l’être humain. Conscients de leur rebut, mais aussi de leurs erreurs, ceux qui seront rayés du Livre de Vie devront accepter leur désintégration afin de répondre aux lois éternelles desquelles ils ne se sont jamais souciés. La séparation des deux composantes de l’humanité s’opère progressivement, aujourd’hui déjà. Dans ce processus, tout refait surface. Les actions jusqu’alors cachées de certaines personnes sont mises à jour et les scandales éclatent. Même la terre s’écarte de son orbite spirituelle en s’approchant de sa finalité : son renouvellement.

Le temps qu’il vous reste est précieux ; aussi mon conseil est de vous arracher à vos pensées mondaines et futiles qui vous rendent prisonnier de la matière. Que votre volonté s’oriente enfin vers la Lumière divine ! Il y a très longtemps, tout l’univers fut stigmatisé par le combat gigantesque que se livrèrent les entités angéliques. Dans cette lutte Lucifer et ses anges déchus furent précipités par l’archange Mikaël sur la terre, laquelle devint informe et vide – ce fut le tohu-bohu – et ce, bien avant l’arrivée de l’homme sur cette planète.

Cependant, désintégration ne signifie pas la fin absolue de notre monde ni de l’univers. Il s’agit plutôt du renouvellement progressif des corps matériels et cosmiques arrivés en phase de maturation. Ainsi la terre est-elle prédestinée à la purification par le feu et à son transfert dans une autre zone cosmique afin d’y recommencer un cycle de vie sous la conduite et la Volonté de Dieu. Là, la souffrance et le mal n’auront plus droit de cité. Quant au cosmos, enfin régénéré, il sera définitivement ouvert à l’humanité nouvelle aux fins d’une colonisation enrichissante par ceux qui seront devenus les Fils de Dieu.

Quand les hommes et les femmes de ce monde comprendront-ils que leur présent et leur devenir sont la matérialisation de leur choix de vie ? Quand comprendront-ils que les épreuves, les aléas ne sont pas le fait des décisions divines mais le résultat de la méconnaissance ou de la non-observance des lois cosmiques, qui sont des lois divines ? Ignorer cette vérité déstabilise notre mode de vie, conduit à l’inversion des vraies valeurs et va nous valoir de souffrir « l’apocalypse » déjà à l’œuvre.

Puissiez-vous reconnaître la Vérité salvatrice là où elle se trouve. Puissiez-vous reconnaître ceux qui sont envoyés vers vous par l’Amour de la Sainte Colombe pour vous guider dans ce dédale de ténèbres vers votre devenir de Fils de Dieu.
Elle est relativement proche l’époque où tout ce que la bassesse humaine aura créé, sera balayé de façon à ne plus jamais refaire surface ! La somnolence spirituelle qui a laissé place aux défenseurs de l’intellect purement matérialiste n’entravera en rien la Force qui va vous arracher de votre sommeil. Le laïcisme qui se targue de ne croire en rien, si ce n’est en l’homme, et la foi « aveugle » des croyants, celle-là que l’on surnomme parfois la foi du charbonnier, n’amènent leurs adeptes qu’à la non-connaissance des Lois du Créateur.
Il est minuit moins cinq. Et en disant cela, je suis très optimiste. La création dura six jours bibliques et Dieu se reposa le septième jour. Or il est aussi écrit qu’aux yeux de Dieu, un jour est comme mille ans. Faites le compte des six mille ans bibliques et vous verrez que nous nous situons à la veille de ce Sabbat divin qui ne peut s’établir sur les bases lucifériennes. Le grand nettoyage a donc commencé. Admettez-le, reconnaissez les signes qui vous sont quotidiens et changez de camp aujourd’hui car, demain, il sera trop tard, l’échéance du changement approche et le jour J est déjà fixé !
Du sommet de la Création, l’Etoile du matin fonce sur la terre et l’inondera le moment voulu de son éclatante Lumière. Son noyau spirituel la rend momentanément invisible mais déjà ses effets englobent la terre et représentent la Lumière de demain. Les astronomes ne peuvent encore l’apercevoir mais quand ils le pourront, quand elle aura pris forme physique en approchant de la matière dense, certains seront frappés par la rédemption tandis que d’autres, sidérés, confondus, iront se réfugier dans les anfractuosités où nul repos ne leur sera accordé.
N’est-il pas étrange de voir les infatigables chercheurs de Vérité, ceux qui ont pu garder en eux une parcelle d’Esprit originel et qui, conscients de leur devoir fraternel, essayent de communiquer leur savoir, être aujourd’hui encore littéralement persécutés par les railleurs qui, précisément, se vantent d’avoir de l’ « esprit » ?
Il arrive que ces railleurs œuvrent dans les plus hautes sphères, celle de la « justice » par exemple, pour tenter d’anéantir moralement et psychologiquement tous ceux qui, à leurs yeux, représentent un « danger » pour l’évolution « humaniste » de la société et pour la mondialisation.
777 est l’image type de ces victimes martyrisées dans leur vie professionnelle, familiale et conjugale par un système qui ne recule devant aucune exaction pour arriver au but final : contrôler le monde entier par une dictature universelle, laquelle doit être intellectualisée selon les besoins du moment tandis que toute parcelle de spiritualité intuitive est combattue avec force. Le grand Enseignant Jeshoua n’a-t-il pas prédit qu’à la fin des temps, période où nous sommes, ceux qui refuseraient la marque de la « Bête » – entendez puce bioélectronique – seraient poursuivis, enfermés et même mis à mort ?
On peut s’interroger sur cet acharnement morbide à dénigrer la vraie foi. La réponse est pourtant claire : ceux qui agissent ainsi, le font pour ne pas avoir à s’interroger sur leurs propres idées … fausses ! On en arrive à ce pitoyable résultat : d’un côté, ceux qui se disent religieux et qui, nantis de la foi du charbonnier – j’y reviens –, estiment ne pas avoir à s’enrichir davantage de leur petit « catéchisme » et, de l’autre, ceux qui, sans être entravés par des dogmes rigides, refusent de franchir le fossé de l’intellect matérialiste pour atteindre le « nirvana » de la Révélation spirituelle.
Pour illustrer cette constatation, je vous renvoie au phénomène OVNI. Malgré les innombrables preuves, irréfutables, de leur existence, les organismes en charge du « phénomène » s’échinent à expliquer la chose dans la recherche d’éventuels humanoïdes habitant sur d’autres mondes. Et cela fera bientôt un siècle que ces organismes « patinent » dans la panade ! Hormis le fait que l’on sait maintenant que des contacts ont vraisemblablement eu lieu, il est navrant que les responsables ne veuillent pas ou ne puissent pas envisager une approche « spirituelle » de la question. Le prophète Ezéchiel décrit néanmoins, d’une façon éclatante, cette rencontre du troisième type.
Il croit d’abord voir des animaux à l’intérieur de cette chose tourbillonnante qu’il définit comme une tempête de feu. Puis les « animaux » sortent et conversent avec lui en se présentant comme les anges de Dieu, des anges de seconde catégorie, les « taxi-angels » de l’espace autrement dit ! La description qu’il nous donne de leur engin laisse rêveur : « C’est une roue à l’intérieur d’une autre roue ; quant à la jante de la roue, elle est haute et terrible, avec des yeux tout autour … » Il ne fait aucun doute que cette rencontre est de type « extraterrestre ».
Mais comment un scientiste, qui ne croit que ce qu’il voit ou peut toucher et analyser, pourrait-il admettre ce qui est écrit dans les textes sacrés dont les auteurs furent inspirés de l’Esprit Saint ? C’est la quadrature du cercle …
Pourtant, ne faut-il pas goûter le fruit pour reconnaître l’arbre qui l’a produit ? Hélas, la conception moderne de la vie nous incite à analyser l’arbre avant d’avoir goûté le fruit, et l’humanité passe ainsi à côté du fruit du vrai Savoir. L’arbre présentera toujours des défauts et, parfois, plus il en est pourvu, meilleur est son fruit, car l’arbre qui souffre tend à la reproduction dans la crainte de son anéantissement.

777, riche d’une expérience de vie peu commune dont il a voulu éclairer ses semblables pour leur plus grand bien, s’est souvent vu rejeté pour le même motif, ses opposants estimant que rien ne pouvait sortir de bon de cet être « extravagant ».

L’homme moderne ne veut plus de leçon, plus de morale, plus de devoirs … Il prend, il exploite, il pille et, sur le fleuve tourmenté de la vie, son vaisseau chavire, mais comme il ne croit plus en l’au-delà, finalement il s’en fout !

À suivre.