chapitre 9

Roman pour la Vie
Par Jean-Baptiste

Qui suis-je donc, Seigneur ?
« Tu es un Orion. »

C'était le milieu de la nuit. Assis sur son lit, aux côtés de sa femme qui dormait profondément, étrangère à ce qu'il venait de vivre, 777 s'abandonnait à la réflexion, se tenant la tête dans les mains. Ses membres étaient alourdis, comme insensibles. Il aperçut un trait phosphorescent sous la porte de sa chambre. Il en fut intrigué et voulut se lever. Peine perdue ; son corps, ankylosé, était dans l'incapacité de se mouvoir. Il vit alors, près de son lit, juste sur sa droite, un petit tas informe, luminescent. C'étaient ses vêtements. Au prix d'un effort soutenu, il réussit à se baisser pour prendre sa chemise, mais alors qu'il l'avait en main, le rayonnement s'estompa et se transforma en poussières d'étoiles tombant sur le parquet. Le même phénomène se produisit avec son pantalon et sa paire de chaussettes. La lumière sous la porte se mit à faiblir elle aussi, progressivement, jusqu'à disparaître tout à fait et 777 put enfin se lever. Il tourna le bouton de porte avec précaution, jeta un oeil sur le palier, mais il ne vit rien n'y personne. Avait-il rêvé ? Il s'assit à nouveau sur le bord de son lit et rassembla ses idées. Qu'avait-il vu au juste avant l'apparition de la lumière ? Une image émergea : celle d'un fuselage, de hublots. Il se rappela des visages déformés par l'épaisseur de ces hublots, et toujours cette même lumière blanche formant un halo. Il en était sûr à présent : il revenait d'un voyage qu'il avait fait malgré lui. Il secoua la tête nonchalamment, tout en appelant une réponse : "Mais Seigneur, pourquoi tout cela ? Qui suis-je donc pour que de telles choses m'arrivent ?"

A cet instant, sa femme qui était toujours endormie, articula d'une voix très grave qui ne lui appartenait pas : "Tu es un Orion." 777 surseauta. Devenait-il fou ? C'est alors qu'une autre voix, qu’il connaissait pour l’avoir entendue, en d’autres occasions, lui intimer l’ordre de ne pas s’éveiller – mais cette fois, il ne dormait pas ! - monta du plus profond de son être. La voix lui dit clairement : "A présent, afin de te prouver que tu n'as pas rêvé, descends à l’étable car une de tes vaches va mettre bas." 777 secoua sa femme qui émergea péniblement de son sommeil et il lui raconta toute l'histoire, mais elle n'eut pas l'air surprise : "Avec toi, il n'y a rien qui puisse m'étonner", souffla-t-elle simplement avant de lui tourner le dos pour reprendre sa nuit. 777 se rendit sans plus attendre à l'étable. La voix avait dit vrai : une vache était en train de vêler. Il enfila sa salopette, se savonna les mains, les bras et se mit à « travailler » le passage de la bête afin de faciliter l’expulsion. Le veau ne tarda pas à naître. Tout se passa au mieux grâce à l'intervention de 777 et, surtout, à la voix surnaturelle qui l'avait prévenu et prouvé ainsi la véracité de son vécu. 777 alla chercher sa femme et l’amena à l’étable pour qu'elle puisse constater les faits par elle-même.

D'autres songes suivirent, où 777 se vit confronté à ce qu'il est convenu d'appeler des "OVNIS". Il les voyait posés sur ses terres entourant la ferme comme de grands oiseaux brillant sous le clair de lune. Que lui voulaient ces visiteurs silencieux ? Et que signifiaient les cercles de diamètre différent qu’ils semblaient dessiner sur ses pâtures à chacune de leurs apparitions ? Servaient-ils de témoins ? Recelaient-ils un mystère ? Ou alors n’était-ce que des ronds de sorcière ?

Sa petite mort l’avait complètement transformé et rendu avide de connaissances : il devait obtenir réponse à toutes ses questions. Il s'intéressa donc aussi à ces drôles d'objets volants. Passionné par les Saintes Ecritures, qu'il compulsait en autotidacte, il y découvrit la description, par Ezéchiel, de ces engins "modernes" tant récriés. "On dirait une roue à l'intérieur d'une autre roue ; quant à la jante de la roue, elle est haute et terrible avec des yeux tout autour" clamait le prophète du Très Haut. Ainsi, dans la Bible, l'ovni était-il décrit comme bien réel, d'autant plus réel qu'Ezéchiel en voyait sortir des êtres étranges qui lui parlaient en se désignant comme chérubins de Dieu. Ce fait apportait une nouvelle dimension à l'enseignement biblique. Mais ce saut dans l'espace que venait d’accomplir 777, les scientifiques, trop rationalistes, ne pourraient le faire et les thèses sur le sujet s'enliseraient par manque d'humilité ! Plusieurs fois, 777 reprit la lecture des Ecritures, de la première à la dernière lettre, et des clés de connaissance lui furent données. Il fut sensibilisé par des versets qui, pour beaucoup, semblaient scellés jusque-là. "Vous serez transférés sur les ailes d'un grand aigle pour y être protégés un temps, deux temps et la moitié d'un temps. (…) De deux femmes qui seront au moulin, l'une sera prise, l'autre laissée ... De deux hommes qui seront aux champs, l'un sera pris, l'autre laissé. (…) C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents." Le texte insistait sur les séparations pénibles qui auraient lieu. "J'enverrai mes anges jusqu'au bout de la terre pour rassembler mes élus." Et Paul de dire dans son épître : "Et nous qui serons encore vivants, en un seul instant, nous passerons de corps corruptibles en corps incorruptibles, puis nous serons enlevés dans les airs à la rencontre de Celui qui vient…" (Sous-entendu, installer Son Royaume.)

777 tenait là une partie du message qu’il s’efforcerait de transmettre à ses contemporains.

Car les Ecritures sont formelles : un prélèvement des élus sera effectué pour leur salut. Les vaissaux cosmiques entreront en action le moment voulu, de par la Volonté de Dieu. Ils constituent l'arsenal des milices célestes. "Quel ne doit pas être votre comportement avant que les éléments ne passent en fusion!" avertit l'apôtre Pierre. Oui, en fusion, car ceux qui ne seront pas reconnus dignes de vivre le nouveau royaume devront subir la grande purification. N'est-il pas écrit :"Et vous sortirez, et vous foulerez la cendre des méchants" ?

L'humanité d’aujourd’hui est arrivée à son apothéose technologique ; elle représente la génération du temps de la fin. Il ne tient qu'à chacun d'entre nous de se placer sur la liste des gagnants, de devenir ces êtres libérés des jougs et des carcans que nous imposent depuis des siècles les anges rebelles et leur maître Lucifer. Il ne tient qu'à chacun de nous d'être candidat à la dénomination de "fils ou fille de Dieu". Ainsi, le jour où le soleil sera obscurci par l'armada des vaisseaux cosmiques des anges, mandatés par Dieu, qui pour la moisson, qui pour le prélèvement, nous pourrons nous redresser fiers et joyeux devant l'approche de la délivrance.

Les autres, effrayés, iront se cacher dans les grottes et derrière les rochers, essayant en vain de se soustraire à la colère divine. Aussi dès ce jour, notre combat est-il clair : rendre pur le siège de nos pensées, prier pour ceux qui nous persécutent, faire de notre travail bien accompli une offrande à Dieu, respecter notre prochain, son bien, la matière et nous-même, glorifier Dieu pour l'avenir qu'Il nous offre. Et si demain nous semble un mur infranchissable, appliquons ce qui précède et tout obstacle s'effondrera devant notre bonne volonté. Des mains nous sont tendues d'en haut, à nous de les saisir. Nous restons des êtres libres mais il nous faut choisir : c'est le propre de l'homme !

A suivre.