MUSIQUE
Le métal : un style musical mais également un art de vivre
[Partie 1]



 

 

Le métal, ce n’est pas seulement une matière dans laquelle on fabrique des objets de toute sorte mais également un style musical bien particulier, décliné en plusieurs sous-catégories difficiles à répertorier tant il y en a.
Longs cheveux, bracelets à clous, vestes en cuir, patches de groupes, look gothique, maquillage : toutes ces choses font partie du quotidien du fan de métal, et certains d’entre vous se demandent sûrement quelles sont les origines de tous ces mouvements.

Le but des articles que vous allez lire est de vous informer sur ce style musical connu bien sûr, mais qui peut laisser le néophyte perplexe puisqu’il véhicule souvent une image négative : musique satanique, violente ou agressive, avec des paroles très sombres sur le monde. Pourquoi me direz-vous ? C’est simple : il suffit de regarder le journal télévisé et il est clair que tout ne tourne pas rond en ce bas monde…et le métal est une façon comme une autre de s’exprimer à ce sujet.

Tout a commencé dans les années 60 lorsque des guitaristes ont poussé leurs amplis au-delà de leur fonctionnement normal, faisant apparaître un phénomène appelé distorsion, qui déformait le son de la guitare, en le rendant plus agressif.
Le rock traditionnel a donc évolué naturellement vers de nouveaux horizons avec des groupes comme les Yardbirds, Frank Zappa, Cream ou Jimmy Hendrix.
Beaucoup de personnes reconnaissent que tout a réellement commencé en 1969 lorsque LED ZEPPELIN sort son premier album éponyme

led zeppelin

Le premier album de Led Zeppelin, le début du hard rock.

Leur recette ?
Du rock’n’roll puissant, chargé de guitares lourdes, renforcées par des solos plus sauvages que le blues habituel, un chant plus polyvalent….le hard rock était né !
En parallèle, d’autres formations naissent également : Deep Purple, Alice Cooper Band et aussi Black Sabbath , les piliers du heavy metal, un dérivé du hard rock, avec des guitares encore plus lourdes, et un côté plus sombre musicalement parlant.
Dans les années 70, les groupes se multiplient, ouvrant de nouveaux horizons musicaux : Thin Lizzy, Scorpions, Aerosmith, Queen, Rainbow, Judas Priest, AC/DC, Motorhead, Dio et enfin Kiss (USA) qui permit la première commercialisation du hard rock.
De plus, l’attitude et le look de ces groupes apportent véritablement une renaissance au rock’n’roll et permet alors aux fans de se trouver une identité musicale calquée sur leurs groupes préférés : les cuirs apparaissent, les bracelets à clous, les cheveux longs et le fameux « headbanging », principalement amené par AC/DC qui offre aux fans l’occasion de remuer leurs têtes chevelues en rythme.

Ronnie James Dio, chanteur du groupe DIO est également à la source d’un symbole universel représentant le métal : un signe de main hérité de sa grand-mère italienne consistant à replier tout son poing sauf l'index et l'auriculaire et censé servir à jeter un sort ou à se protéger d'une malédiction. À force de faire les « cornes » en permanence pour saluer son public, Dio fera passer aux fans cette habitude et elle deviendra LE symbole du métal.

burton

Burton C. Bell (Fear Factory)
et le signe de ralliement du métal

Tous ces groupes vont être confrontés, fin des années 70, à beaucoup de problèmes internes : décès des membres du groupe, renvois de certains, ou carrément split total du groupe.
Mais derrière eux, un mouvement appelé NWOBHM( New Wave of British Heavy Metal) apparaît en Angleterre : Saxon, Angel Witch, Witchfinder General, Venom ou encore Iron Maiden, l’un des leaders incontestés de cette vague qui concrétisa le style heavy metal par la sortie de son album culte « The number of the beast » (1982).

metal
Le 3e album d’Iron Maiden , devenu culte dans le heavy metal]


 

Les styles se multiplient alors à une vitesse digne d’un TGV : le speed metal apparaît en Allemagne avec des groupes comme Blind Guardian, Helloween, Grave Digger ou encore Running Wild. Le succès de ces groupes sera néanmoins plus restreint que pour la nouvelle vague américaine avec Motley Crüe, très « glam metal » avec une touche de punk, Van Halen , plus « pop metal » de par son chant rock’n’roll diversifié mais orienté pop , suivi de près par la vague « hair metal » avec Poison, Bon Jovi, Dokken, Ratt ou Wing, fiers de leurs chevelures extravagantes et de leur musique mélangeant rock, hard rock et mélodies pop très commerciales. Def Leppard viendra plus tard les rejoindre dans cette catégorie musicale pouvant également être apparentée au « hard rock FM » c.-à-d. pouvant être diffusé sur les radios.
Guns ‘n’ Roses apparaît alors, avec un style hard rock et punk à la fois, s’opposant de façon claire à cette vague commerciale.

Sur la côte ouest américaine apparaît alors un style musical influencé par la NWOBHM, mais en plus violent, plus agressif, et dont les paroles sont souvent liées au dégoût général du monde extérieur et de choses touchant une bonne partie des adolescents de cette époque. Le trash metal est né avec Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax qui sortent chacun en 1986 des albums de référence dans ce style (NDR : nous en reparlerons dans une prochaine rubrique), suivis par Overkill, Exodus, Testament , Death Angel ou encore Slayer qui introduira notamment le « satanisme » dans le heavy-metal, poursuivant le travail de Venom et Mercyful Fate.

trash
Metallica « Master of puppets » le must du trash

Par « satanisme », entendons-nous bien, il s’agit plus d’une façon provocatrice d’aborder la musique, et leurs pochettes, leurs textes et l’attitude générale le démontrant, il ne s’agit aucunement d’extrémistes religieux, ou de personnes pratiquant des sacrifices rituels avec des poulets mais bien une façon de s’exprimer comme une autre.
Ensuite, du côté de New-York, la vague hardcore apparaît, suite à une saturation de la politique américaine ultra conservatrice de cette époque, et cherchant également à contrer l’idée que le punk est mort. Le hardcore est une sorte d’évolution du punk, en plus agressif, avec des rythmes plus saccadés et agressifs. Les groupes majeurs de cette vague sont : Bad Brains, Cro Mags, Biohazard et Agnostic Front.

Une autre branche du heavy metal se décline alors, suite à un besoin de jouer plus fort, plus vite, et de pousser la violence musicale à un autre niveau ainsi que le niveau technique des musiciens : le DEATH METAL, représenté par Morbid Angel, Napalm Death, Obituary, Death, Carcass, Deicide et Cannibal Corpse.
Le Grindcore, version édulcorée du death metal, souvent liée étroitement à des convictions politiques, ou idéalistes suit le mouvement, mais plus timidement.

Au début des années 90, le hard rock ou le heavy métal sont totalement passés dans les moeurs et il est bon vent de croiser dans la rue des chevelus arborant une veste avec des patches de leurs groupes préférés.
Metallica sort son album du connu sous le nom de « Black Album », et va en écouler 20.000.000 d’exemplaires, un record absolu dans l’histoire du rock. Son métal, tout en gardant le côté lourd, devient un phénomène radio, et télévisuel, et ses clips vidéo sont diffusés en boucle sur MTV.
La limite qui séparait alors le métal de la musique commerciale vient de disparaître.

Mais des groupes comme Nirvana, Pearl Jam, Stone Temple Pilots , Soundgarden inondent la scène rock et instaurent alors un nouveau style connu sous le nom de grunge, style musical plus direct, renonçant en grande partie aux solos de guitare et aux compositions complexes, avec un son général plus sale, dans une esprit retour au punk.
Ces groupes vont d’un coup balayer la vague métal existante, le public délaissant en grande partie le métal.

nirvana Nirvan pionniers du grunge

Le métal survivra-t-il au grunge ? La suite au prochain numéro !

Et n’oubliez pas : quelle que soit votre musique préférée, montez le son !

Val+
Email : Val@15reasons.net

metal

Suite du reportage page 02


Photos & reportage : metal- 4 octobre 2006

Webmaster : Jean-Marie Lesage