novembre 2006
Transmettre vos commentaires

Votre message est mis en ligne quotidiennement dans le courrier des lecteurs du mois en cours
Vérifiez svp ou renvoyez s'il n'est pas publié


Une petite info pour ces fêtes de fin d'année.


Retrouvez Jacques ALBERT et ses collègues à la télévision française.
Quand: le 24 décembre
Où: sur TF1 à 18H55 ( au moment où je vous écrit, je viens de recevoir un coup de téléphone de la production qui me confirme l'heure de passage)
dans le "maillon faible spéciale ventriloques" avec huit confrères et consoeurs

et le 31 décembre 2006 (1er janvier 2007, le passage étant prévu vers 00H15-00H30)
sur France 2 dans "le plus grand cabaret sur son 31" avec Patrick Sébastien.
En avant première, découvrez ce soir-là, la chorale des ventriloques "l'accord parfait" avant la création de leur spectacle pour le printemps 2007
avec David Michel, Ciboulette, Stéphane Viac, François Richard, Philippe Leconte, Christian Gabriel et Jacques ALBERT.

Sinon si vous préférez voir Jacques ALBERT en Live, venez le rejoindre à l'hotel Disneyland-Paris les 24 et 31 décembre 2006 dès 19H....

Passez de Bonnes Fêtes et à l'année prochaine.

 


Voici quelques conseils pour réaliser une peinture sur vitrine pour les fêtes comme Noel

Bonjour monsieur

Je me présente Micheline Sauvageau artiste peintre du Québec.

Je suis allé voir votre site tout a fait par hasard. Je dois vous dire que se fut l'un des plus beau hasard que j'ai eu la chance de voir. Vraiment j'ai trouvé votre travaille tout à fait remarquable. Je suis moi même artiste peintre et je fais moi aussi des vitrines. Je travaille dans se domaine à plein temps depuis déjà trois ans et j'aime vraiment ce que je fais.

Je vous écrie parce que je suis quelque peu curieuse de connaître votre technique. Si vous le voulez j'aimerais vous poser quelques questions. En espérant que vous voudrez bien y répondre.
Si j'ai bien compris, il semblerait que vous travaillez à l'aide d'éponge, ou bien est-ce au rouleau?
Travaillez-vous à l,aide de peinture à l'eau soit à l'acrylique? Ou bien est-ce un autre medium?

Moi je travail surtout à l'aide de pinceaux, mais aussi quelques fois avec un air brush (je ne connais pas le mot français pour le dire)
J'utilise l'acrylique comme médium que j'enlève ensuite avec un peu eau chaude et un grattoir (une lame de rasoir)

Ici au Québec les gens ne veulent pas vraiment échangé leur façon de faire puisque nous sommes en quelques sorte en compétition dans le même domaine bien souvent. Avec vous je ne crois pas rencontrer se problème puisque nous sommes situé dans des continents différent alors il y a peu de chance que vous me voyez dans votre coin à peindre une vitrine. C'est donc pour cette raison que je vous demande humblement ces questions qui m'intriguent je dois l'avouer.

J'aime beaucoup votre style il est vraiment propre à vous. J'ai aussi un style qui me distingue des autres, mais il y a encore place à amélioration. Je suis encore, en quelques sorte, en formation. Je suis encore dans la relation de cause à effet, c'est à dire que je suis encor à apprendre de mes erreurs.

Alors si vous voulez bien m'aider apprécierais grandement vos précieux conseilles ainsi que vos explications.

Merci énormément de votre temps surtout en se temps d'achalandage du temps des fête qui se prépare

En terminant je vous invite à visiter mon site internet qui n'est pas encor tout a fait terminé, mais qui vous donnera une bonne idées de qui est MimiSau
www.mimisau.com <http://www.mimisau.com>

 
Micheline Sauvageau
MimiSau,Création

 

Bonsoir,
 
Désolée de vous importuner encore, mais j’aurai encore besoin de vos conseils. Peignez vous dehors ou dedans ?
Car évidemment il est plus simple de peindre dehors mais se pose la question de la tenue de la peinture en cas d’intempéries…
Quant à peindre dedans il faut donc penser à tout inverser ce qui complique le travail… merci pour votre patience et votre réponse
Cordialement
Myriam Jalade

didier138@wanadoo.fr

bonjour Mr lesage

Je trouve vos vitrines superbes, originales et beaucoup d'humour.
Je voudrai me lancer pour peindre ce style de decors pour ma vitrine de magasin (pas pour faire commerce).
J'aimerai savoir avec quelle peinture vous faites vos decors et où vous l'achetez car moi j'ai essayé avec de le gouache acrylique en flacon mais ce n'est pas tout à fait opaque et l'on voie les traces de pinceaux (ceux ci ne sont peut être pas adapté?)
Malgrès votre emploi du temps surchargé en cette période , je vous remercie beaucoup à l'avance de me donner uelques tuyaux pour réussir mon premier décors.
merci et à bientôt?
Marilyn Pignol
marilynpipine@hotmail.fr

 


Le 23/11/06 9:14, « nelly martineau » <nellymartineau@msn.com> a écrit :

> Bonjour
> Je me permets de vous écrire un mail
> J'ai un gros problème avec ma vitrine
> Je suis toiletteuse pour chien à Tielt-Winge (Hondenkapsalon Nelly)
> Ma vitrine est un simple vitrage et j'ai énormement de condensation à l'
> intérieur(quand je dis beaucoup c'est beaucoup la vitre est vraiment
> mouillée)
> Mon second problème est la pluie car l'auvent protegeant ma vitrine est très
> étroit
> J'ai déjà essayé à l'intérieur avec acrylique mais le lendemain tout était
> fondu et avait degouliné au point de ne plus pouvoir distingué le dessin!
> Dehors la pluie vient fouetté le carreau et j'ai réessayer au latex mais le
> résultat n'est pas franc!Le blanc tient relativement mais les teintes
> foncées se sont effacées!
> Merci de me répondre Ce serait super gentil
> Nelly Martineau

Vous devez attendre que la peinture soit seche avant de superposer les couleurs
A+
JM Lesage


Le 25/12/06 15:00, « DahLwin@aol.com » <DahLwin@aol.com> a écrit 

Bonjour! j'aimerai savoir quelle peinture vous utilisez pour la decoration des vitrines, et quel verni s'il en faut un?
Merci d'avance et joyeuses fetes!
M. Le Goff

Réponse de Jean-Marie Lesage en bref
Peinture à l’eau
Pas de vernis sauf si c’est pour durer
Vernis bateau ( comme pour les portes  en bois)
A+
JM Lesage


 

Réponse de Jean-Marie Lesage

Je me permets de vous répondre via le courrier des lecteurs de mon magazine, car vous êtes cette année plusieurs centaines d’artistes de tous les pays à me poser la même question quotidiennement. La réponse est simple.
C’est de la peinture à l’eau que vous trouverez même dans votre Brico régional.
Pour la réalisation : je peins aussi vite à l'endroit qu'à l'envers, de la mains gauche que de la main droite et parfois même des 2 mains pour réaliser des dégradés .
En 1978 et 1979, j’ai décoré des vitrines au Québec, à Chicoutimi, près du lac St Jean, avec des caricature de Trudeau, etc... pour les élections qui se déroulaient au carnaval.
Comme il faisait moins 20 degrés centigrades, j’ai décoré sur des panneaux, car il était impossible de peindre à l’extérieur : la peinture gelait instantanément.
J’ai même acheté sur place mes peintures, car les pots emportés avaient explosé dans mes valises durant le transport en avion, détruisant ainsi tout mes vêtements. Je suis donc revenu en salopette du Québec.

Pour décorer des vitrines de Noël à l’extérieur et pouvoir enlever la peinture facilement après les fêtes, il suffit d’utiliser une fine couche de peinture et de travailler en souplesse avec de la peinture à l’eau, que vous trouvez dans le commerce de bricolage.
Il n’y a pas de meilleure marque, puisqu’elles sont toutes aussi mauvaises les unes que les autres et ne couvrent pas en une fois comme en 1962.

En 1968, j’avais un petit fabriquant qui me préparait une peinture résistant à la pluie et qui s’enlevait à l’eau chaude facilement.
Il n’est plus de ce monde et les peintures actuelles ne sont pas aussi couvrantes.

Je fais mes teintes à partir des couleurs suivantes : le jaune, le rouge, le bleu, le noir et le blanc .

Pour que les couleurs soient vives, il est préférable de préparer un fond en blanc ou de couleur claire sur la vitrine.
S’il pleut ou s’il gèle, vous devrez travailler de l’intérieur, à l’envers, pour que votre décor soit visible de l’extérieur.
Si vous souhaitez que la peinture résiste longtemps, vous recouvrez la décoration avec un vernis extérieur ou vous utilisez de l’émail, mais la technique est plus difficile si vous n’utilisez pas des pinceaux en martre pure.

C'est plus rapide d'utiliser des rouleaux et de finir avec un peinçeau pour le trait.
Pour décorer à l'envers, vous commencez par le trait puis vous remplissez au rouleau et vous êtes au chaud.

Bon travail et bien à vous.
Jean-Marie Lesage.


APIA - UNE COLLABORATION GRATUITE QUI CAPTIVE DES MILLIERS DE LECTEURS
L’évocation d’un seul de ces sujets, c’est la certitude d’éviter des désagréments graves à des centaines de familles et probablement d’épargner quelques vies
Etude basée sur les déboires subis chaque année par des milliers de victimes
Et une mine de renseignements gratuits à exploiter par les seniors, malades et handicapés en difficultés !

1. Principaux Droits sociaux, exonérations et allocations pour les pensionnés malades ou handicapés et Recours.
Vous voyez mal, entendez mal, vous déplacez mal, vous ne savez plus monter les escaliers ou sur une escabelle, vous avez des difficultés pour vous déplacer, monter dans le bus, vous habiller, vous laver, lessiver, tenir votre ménage, lessiver, repasser, entretenir le jardin : Vous êtes une personne à mobilité réduite pouvant recevoir une aide !
2. Cumul et Calcul des pensions. Travail autorisé. Recours et réclamations.
3. De plus en plus vieux, mais de plus en plus pauvre : Risques du surendettement. Sommes touchées en trop. Couverture complémentaire des petits risques médicaux. Médicaments gratuits.
4. De plus en plus vieux, mais de plus en plus dépendant : Soins et maintien à domicile, aides, accompagnement. Gouvernante au pair. Familles d’accueil. Assurances et recours.
5. Définition de la Garde-Malade à domicile. Hygiène du malade. Accompagnement du malade Alzheimer.
6. Choix et règlement des maisons de repos, de repos et de soins, résidences-services (studios réservés aux aînés) .
7. Description des maltraitances et abus sur des malades, des handicapés et des personnes âgées.
8. De plus en plus vieux, mais de plus en plus isolé : Comment lutter utilement contre Solitude, Stress, Dépression , Folie et Suicide de plus en plus fréquents ! 47,65% des suicidés ont plus de 75 ans.
9. Préserver la mémoire c’est conserver son indépendance. Sinon c’est…
10. Le risque de mise sous tutelle avec administration des biens, perte de liberté, placement en maison de repos, frais de gestion exercée par un administrateur à charge de la famille, voire des saisies légales sur les revenus des enfants. Recours contre une mise sous tutelle abusive.
11. Actes notariaux et succession. Dons, legs. Les choix de fin de vie. En cas de plainte, souvent familiale, condamnation en Correctionnel des procurations non légalisées par un juge, un notaire ou le tribunal du commerce.
12. Avantages des Ventes en viager : Continuer à vivre chez soi sans frais ni investissement avec une revenu indexé.
13. Familles éclatées ou enfants en danger : Droit de visite des petits-enfants aux grands-parents.
14. Quelques droits et obligations élémentaires des locataires. Nouvelles exigences légales évitant l’insalubrité et de trop nombreux sinistres fatals.
15. De plus en plus vieux, mais de plus en plus vulnérable: Insécurité, incivilités, protection, dédommagements, médiation, dépôt efficace et orientation des plaintes en justice.
N.B.-La reconnaissance de APIA comme service juridique de 1ère ligne valorise ces informations gratuites de prévention.
16. De plus en plus vieux, mais de plus en plus fragilisé : Précautions avant l’admission à l’hôpital, erreurs médicales, abus de médicaments, médicaments gratuits ou trop coûteux, assurances, expertises de recours, plaintes - .
17. 131 types d’accidents évitables à domicile causent chaque année chez nous des milliers de handicaps et de morts.
18. Voiturage bénévole des handicapés pour leurs soins, leurs emplettes et leurs relations sociales.

Pour l’une de ces documentations gratuites et sans engagement :
?+ FAX 04.250.43.31 ou apia.senior@teledisnet.be N°de référence à préciser SVP.
APIA asbl 13 rue des Eglantiers B4460 Grâce-Hollogne.Aides aux personnes isolées âgées


Votre E.Mail personnel nous permet de vous informer en priorité !

 


Vielsalm a enfin sa radio !

Depuis ce mercredi 15 novembre 2006, dans le cadre du développement promis l’été dernier par Sam Tabart, Must Fm le seul réseau radiophonique de la province de Luxembourg est enfin arrivé à Vielsalm sur 103.3 Fm. Must Fm Vielsalm était un projet annoncé de longue date, et malgré la bénédiction communale pour s’implanter, la station avait rencontré divers obstacles techniques pour ouvrir ses portes en septembre dernier. Rappelons qu’il y a quelques semaines, ce sont les habitants de Houffalize – Gouvy qui découvraient Must Fm sur 102.5 Fm.

Au delà d’émissions variées visant exclusivement le public Luxembourgeois, Must Fm continue, au même titre que dans les autres régions, à développer sa proximité sur le terrain. C’est Didier Cahay habitant de la région de Vielsalm et donc nouvellement salarié par la structure de gestion RMS, qui a désormais en charge d’établir une parfaite relation entre les auditeurs et la nouvelle radio.

L’antenne de Must Fm est également ouverte à Vielsalm et sa région afin de donner la parole aux groupements culturels, associations, autorités locales… via son information de proximité.

Tel responsable régional : 0498.972.493.
Tel studios : 070.233.029.

Bonne écoute !



Bonjour à vous "victimes collatérales de l'internet".

Ce mail suite à la contamination de ma boite mail par un message de type "usurpation d'identité".
Ce mail intitulé " Bonjour " : vous a été envoyé via mon adresse jmg_target@hotmail.com
Je ne suis pas l'auteur de cet e-mail, mais par contre je l'ai reçu de deux de mes contacts hotmail. Ces contacts qui ne se connaissent pas entre eux, ne sont également pas l'auteur du mail.

Premier conseil : N'ouvrez pas le mail (si ce n'est déjà trop tard) et supprimez le.  
Deuxième conseil: Ne cliquez pas sur le lien qui s'y trouve (eeet même si le message dit qu'il est vraiment bien ce site... non il n'est pas bien... comme ça vous le savez :-) )

Troisième Conseil : Ne répondez plus aux mails de types "chaînes":  ex: vous voulez que votre voeux se réalise alors renvoyer ce message qui vous veut du bien à...., blagues, si tu as reçu cet e-mail s'est que quelqu'un te veux du bien, faux avertissement de hotmail,......) Ce type de chaînes est très souvent utilisé, déguisé par divers sujets.
Ces chaînes sont la cause de cette contamination rapide et exponentielle.

LE DANGER : Même si cela part d'une bonne intention de votre part d'avertir, de le partager avec vos amis..., l'intention de la toute première personne qui a envoyé cet e-mail, l'est beaucoup moins.  En effet, il va, une fois que cet e-mail aura "collecter" toutes des adresses e-mail valide, pouvoir diffuser un virus ou tout autre fichier dangereux pour les ordis des personnes qui vont ouvrir son e-mail. Nous en avons la preuve aujourd'hui!!

LA SOLUTION :
Ne pas donner suite et virer de sa boite cet e-mail.

Dernier conseil: Lorsque vous voulez diffuser un mail à tous vos contacts: utilisez la cellule "Cci" (en dessous du "Cc" des destinataires), ainsi la personne qui recevra le mail ne prendra pas connaissance de toute votre liste de contact, elle sera cachée.

N'hésitez pas à diffuser ces informations car tant que vous aurez un contact "friand ou amateurs" des mails de type "chaines" dans vos adresses mail, vous serez toujours susceptible de recevoir ce genre de calamités d'internet.  !!!MAIS ATTENTION utilisez la case "Cci" pour insérer les adresses!!! :-)

Allez!!! Tous ensemble vers un internet plus beau plus pur... pur pur pur
Nous y arriverons peut-être un jour ;-)

Bonne continuation à tous!

Bien à vous


Jean-Michel GLAUDE


 

110 11 2006


Une ex obèse/boulimique qui a perdu 50 kilos

Bonjour,
Je suis une ex obèse/boulimique qui a perdu 50 kilos, kilos que je n'ai jamais repris. Au-delà de l'obésité mon histoire est celle d'une blessure psychologique : viols que j'ai subi alors que je n'étais qu'une petite fille de 5 ans. J'ai édité et publié un livre racontant mon histoire et ma réussite.
Voici mon site internet ainsi que ma page sur psycho-ressources(le bottin francophone des professionnels de la psychologie) qui m'a été accordée :
http://www.nathalie-traisnelimperatori.com
http://www.psycho-ressources.com/toile/jai-enfin-maigri.html
Un texte sur Psychonet.fr m'a été consacré dernièrement, ainsi qu'un article sur Sisyphe.org, les voici :
http://www.psychonet.fr/temoignages/43-aujourd_hui_je_n_ai_plus_honte_de_dire_que_j_ai_ete_violee_.html
http://www.sisyphe.org/article.php3?id_article=2435

Mon témoignage pourra peut-être aider des personnes, des personnes en détresse.
Pour information, j'habite la région PACA, proche de Nice.
Je vous remercie.

Bien cordialement,
Nathalie Traisnel


 

 


Vendez vos CD/MP3 sur votre page Myspace, Blog, site internet,…
La révolution de la vente de musique en ligne est en marche


Hysterias, maison de distribution/label pour le Benelux basé en Belgique propose de vendre des CD et MP3 sur les plateformes Myspace, Blog, site internet,…

« L’objectif est de permettre aux artistes indépendants de vendre leurs musiques sans devoir investir dans un système couteux d’e-commerce » déclare Brieuc Dispersyn, le directeur d’Hysterias.

Hysterias devance ainsi Myspace qui compte aussi permettre à ses internautes de vendre leurs MP3 sur leurs pages.

Ils sont donc les premiers à proposer la vente en ligne sur ces plateformes, une petite révolution pour les acteurs du milieu.

« Nous sommes partis du constat qu’il est de plus en plus difficile d’acheter les disques/MP3 des artistes indépendants, tant chez les disquaires que sur internet.
Lorsque l’internaute fait une recherche sur un artiste/groupe dans un moteur de recherche, il trouve sans problème le site de celui-ci. Par contre s’il souhaite acheter son ?uvre il va devoir fouiller son site pour trouver le lien vers le label, distributeur,…qui a éventuellement un shop de vente en ligne. » précise le directeur d’Hysterias.

« Les internautes trouvent, gratuitement, les codes HTML, des artistes présent sur notre site et peuvent les insérer sur leurs sites (Myspace, Blog, site perso,…). L’internaute qui se rend sur ces pages peut acheter directement le disque et/ou les MP3. Un shop sécurisé s’ouvre automatiquement sur cette page et permet au client de s’inscrire et de payer par carte de crédit. »

Hysterias se charge des envois, de la gestion des stocks, de la facturation. Un faible % sur le prix de vente est pris par Hysterias pour ses frais de fonctionnement.
 
Ce système permet aussi aux fans de proposer la vente des produits de ses artistes favoris.

Il n’y a pas d’exclusivité, tous les artistes, labels,…peuvent rejoindre Hysterias.

Grace à ce nouveau procédé, les points de ventes sont démultipliés à l’infini. Il y a autant de sites de ventes, que de fans, d’amis et d’internautes, ce qui permet de multiplier les possibilités de ventes.

C’est une grosse révolution pour les artistes et les labels indépendants, ils vont pouvoir proposer aux fans d’acheter leurs ?uvres, ainsi que celle de leurs « amis », de créer une communauté d’internaute autour de leurs artistes favoris. Ils sont aussi libres de fixer le prix de vente des disques et MP3, de contrôler leurs disques de la création à la vente.

Plus d’informations : www.hysterias.com <http://www.hysterias.com/> dans l’onglet Virtuel Shop, avec Vidéos, démos,….

La musique indépendante est l'avenir de la musique en ligne…

Il suffit d'ouvrir les yeux et de s'éveiller…

It's a speed new morning...

Become Hysterias!



Aiseau

Manège en fête : Fête de la Saint-Hubert - Bénédiction des animaux

Le dimanche 26 novembre 2006 se déroulera la fête de la Saint-Hubert et le Marché Equestre organisés par, le manège « Les Castors », par « Cape Jeunesse ». Au programme, dès 10h30, en l’église Saint-Martin d’Aiseau-Centre, messe accompagnée par les cors de chasse avec  bénédiction des chevaux et de tous les animaux. Après la bénédiction, défilé des cavaliers dans les rues du village. A 12h au Moulin des Castors, apéritif (verre de l’amitié) offert par les Castors avec remise des souvenirs. A 12h30 un dîner repas chasseur comblera tous les gourmets. L’après-midi : « Manège en Fête » dans une ambiance Country avec des activités amusantes, concours hippique, baptême à cheval, tour en attelage, château gonflable, grimage et kermesse. Distribution de bons gratuits pour les enfants de – de 12 ans.
Pour les cavaliers, le rendez-vous est fixé à 9h30 au manège des Castors 16-18 rue du Faubourg, à 6250 Aiseau.. Venez nombreux. Cette bénédiction est orchestrée par le staff des formateurs et par l’équipe des stagiaires palefreniers actuellement en apprentissage dans le cadre de la formation de palefrenier; cavalier; groom et meneur d’attelage organisée par l’asbl « Cape Jeunesse ». Formation reconnue par la Région Wallonne et le Fonds Social Européen (FSE).
Pour tous renseignements et réservations : Achille Verschoren Tél: 071/74.30.45 – 07176.03.22,  par fax: 071/76.19.26, ou par Email : info@castor.be  visitez notre site www.castor.be 

 


Achille Verschoren Gsm : 0497/500.286


 

1er novembre 2006
Aw 04.

Elections communales . Tour d'horizon régional.

S'il n'y a pas de retournement de situation avant les séances d'intronisation des nouveaux conseils communaux du 4 décembre prochain, on peut s'attendre à ce qui suit dans la région.
A Waimes, on est encore dans l'expectative. La liste du bourgmestre sortant, A. Mathonet (1234 voix de préférence), a perdu sa majorité absolue (7 sièges au lieu de 10) et pourrait composer avec D. Stoffels
(642 voix) et ses 2 colistiers. L'autre champion waimerais, R. Thissen (1178 voix), fort de ses 7 sièges lui aussi, n'a pas manqué de faire de même. A moins que les deux ténors ne parviennent à se mettre
d'accord !
A Malmedy, le bourgmestre sortant, R. Denis, a perdu 6 sièges, mais conserve la majorité avec 10 élus. Il semble cependant que les autres formations vont s'entendre pour le rejeter dans l'opposition, ou
provoquer sa sortie de la politique communale. C'est le seul représentant du PS qui, après maintes tergiversations irritantes aux yeux des observateurs, fera pencher la balance. Le prochain
bourgmestre malmédien pourrait être M. Bastin.
Les Stavelotains ont porté une nouvelle alliance au pouvoir. T. de Bournonville (MR) continuera sur sa lancée. Il a progressé et s'alliera avec le cdH de P. Erler. L'AC, son ancien partenaire en recul , n'a pas convaincu, pas plus que le PS ou Ecolo (1 seul représentant).
Le futur bourgmestre de Trois-Ponts sera J.-L. Gabriel (MR). Allié à la liste Bureau, il revient aux affaires après un purgatoire de six ans. P. Hallet, évincé par cette alliance, a déposé un recours auprès
du collège provincial. Affaire à suivre.

Renversement de majorité à Stoumont également. La formation de D.
Gilkinet, futur bourgmestre, (618 voix, 6 élus) a supplanté celle de J. Dupont (632 voix, 5 élus).
Après 30 années de gestion communale, Louis Gaiotti (cdH, 622 votes personnels, 1045 voix à sa liste) cèdera le relais à Francis Samray (PS, 593 voix, 1051 voix de liste), qui n'était pas candidat-bourgmestre au départ. Deux anciens échevins ont déposé un recours en sollicitant un recomptage des bulletins. Verdict
mi-novembre.
J. Gennen (PS) passera 1er échevin à Vielsalm. E. Deblire (cdH) lui succédera à la tête de la commune, au sein d'une majorité confortable.
Marcel Remacle, de retour sur la scène politique sur une liste pluraliste, a été élu en compagnie de deux colistiers.
A Gouvy, Union (G. Andrieu, 631 voix) et Ose (A. Hubert, 752 voix) ont récolté chacune 6 sièges. ROC (B. Caprasse, 441 voix) arbitrera ce duel. Il semble cependant acquis que A. Hubert dirigera la commune
pour les six années à venir.
G. Otto (953 voix) conduira la commune de Houffalize avec une majorité confortable de 9 sièges. Pour l'opposition, la formation de J.-M.
Bastin (482 voix, 4 élus) et celle de D. Rob (380 voix, 2 élus) se feront remarquer en adoptant une attitude constructive.
Les choses sont claires à Bastogne aussi, où P. Collard (3393 voix) a récolté 14 sièges, lui conférant une large majorité. Notre commune, de D. Goosse (375 voix, 2 élus) et Etre, de F. Lafontaine (1787 voix, 7
élus) veilleront à ne pas rester dans l'anonymat en jouant leur rôle d'opposition constructive.
Nous terminerons par la commune de Manhay, où le prochain bourgmestre sera R. Wuidar (769 voix), qui comptera sur l'appui de 7 conseillers.
P. Hubin, le leader de la liste Construire, sera épaulé par 4 colistiers.
Ardenneweb félicite les heureux élus et leur souhaite bon travail, dans l'intérêt général de la population et le bon renom de nos communes.
G. Dubois


Elections communales : suite (et presque fin !).

Le 8 octobre dernier, les citoyens ont rempli leurs devoirs électoraux et le verdict aura, selon les cas, engendré des soupirs d'aise ou fait grincer des dents. S'il est malaisé de définir des tendances
générales objectives pour la région wallonne en ce qui concerne les partis démocratiques (les listes de cartel de nombreuses petites communes ne révélant pas toujours une tendance bien précise), la
situation est plus limpide dans les villes importantes, où les fers de lance de chaque formation montaient à l'assaut du fauteuil mayoral.
On s'attendait à un important recul socialiste. Cela s'est confirmé, mais pas dans la mesure où les sondages l'avaient prédit. Que se serait-il passé si le nouveau scandale qui éclabousse encore une fois
la ville de Charleroi et son bourgmestre, emprisonné pour différents délits de gestion, avait éclaté avant le scrutin ? M. Di Rupo doit bénir St Elio de lui avoir épargné cette nouvelle tuile ! Plusieurs «
personnalités » bien connues de l'ex-parti à la rose sont passées à la trappe. A Charleroi, bien sûr, où on fait le ménage depuis trop longtemps pour que ce soit vraiment efficace. Le plus inquiétant pour
la première ville de Wallonie, c'est l'omniprésence de J.-C. Van Cauwenberghe, qui non seulement veut redresser la section locale de son parti (!), mais comptera aussi sur la présence de son fils qui
siègera au collège échevinal et qui pourra l'avertir des moindres faits et gestes de la nouvelle équipe chargée de remettre de l'ordre dans le marasme laissé par la majorité absolue socialiste, héritière
de son père. Nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises !
Exit B. Anselme et J.-L. Close à Namur. Les deux rivaux ont été mis hors-jeu par leur propre parti. C'est tout dire ! La cure d'opposition du PS namurois lui fera le plus grand bien. Perte de majorité absolue
à Huy, notamment, mais A.-M. Lizin restera bourgmestre. D'autres majorités absolues s'ouvrent à la concurrence, échaudées par les affaires carolorégiennes ou … pour mieux museler l'opposition ! Le
plus bel exemple de cette ouverture est celle de M. Daerden, à Ans. A Liège, enfin, les socialistes ont bien résisté et sont même en progrès, grâce à l'action de leur bourgmestre, Willy Demeyer, qui
rempilera pour six années avec les démocrates humanistes de Michel Firquet, pourtant en perte de vitesse, provoquant la colère injustifiée de Didier Reynders, qui ferait bien de relire son code du parfait démocrate.

G. Dubois


Reflex numérique Olympus E-400

Cet appareil extraordinaire est le plus petit et le plus léger au monde mais il compte pas moins de 10 millions de pixels et dispose d’un filtre spécial anti poussière  ainsi que d’un flash intégré qui se déclenche automatiquement lorsque que les conditions de luminosité l’exigent.

Le E-400 vous offre une multitude de possibilités. Il est en effet compatible avec le standard 4/3 et s’adapte donc à différents objectifs, y compris d’autres marques…

Le E-400 est vendu avec un zoom 14-42mm au prix de 999 euros (TVAc). Pour 1 099€ (TVAc), vous recevez également un zoom plus puissant de 14-150mm.

Dimensions minimales – Performances maximales
Olympus E-400 : le plus petit et le plus léger reflex numérique au monde *
Aartselaar, 7 november 2006 – Olympus présente le reflex numérique le plus petit et le plus léger au monde*. Avec un encombrement et un poids très faibles, le dernier né des boîtiers Olympus E-System au standard 4/3 peut être emporté partout, pour bénéficier à tout moment des avantages de la photographie reflex. Ce modèle intègre un grand écran LCD  6,5cm / 2,5’’, et un capteur de 10.0 millions de pixels pour une performance d’image exceptionnelle. Il reprend le filtre à onde supersonique (SSWF) qui équipe tous les boîtiers E-System, pour des photos garanties sans tâches même lorsque les changements d’objectifs en conditions difficiles sont fréquents.
Le E-400 est compatible avec le standard 4/3 et offre une souplesse d’utilisation exceptionnelle. Une très large gamme d’objectifs interchangeables – notamment les objectifs ZUIKO DIGITAL « Top Pro » récompensés par le prix EISA – ainsi que de nombreux accessoires sont disponibles pour répondre à tous les besoins. Ces accessoires sont proposés par Olympus mais aussi par d’autres fabricants associés au standard 4/3

Une taille réduite grâce à une technologie reflex innovante
En tant que boîtier le plus petit et le plus léger des reflex, le E-400 est certain de ne jamais être encombrant. Parfait pour le voyage, les vacances et pour tous les déplacements, il fait oublier l’un des défauts souvent attribués aux reflex.

Ses dimensions exceptionnellement compactes cachent une mine d’innovations technologiques. Tout d’abord un capteur CCD 10 millions de pixels pour révéler les plus petits détails de chaque photo. D’une grande efficacité énergétique, il comporte un circuit amplificateur de pointe qui permet de réduire le bruit tout en offrant une grande rapidité. Il offre des prises de vues séquentielles de 3 images par seconde jusqu’à 5 images RAW en rafale.

Comme tous les boîtiers Olympus E-System, le E-400 intègre également le Supersonic Wave Filter. Cette technologie brevetée permet de changer d’objectif en toute liberté – y compris dans les environnements à risque – et permet à l’utilisateur d’oublier totalement que la poussière est une contrainte de la photographie numérique reflex à objectifs interchangeables.

Développé par Olympus, le Filtre à onde supersonique (SSWF - Supersonic Wave Filter) génère des vibrations à très haute fréquence qui secouent la poussière et toutes autres particules posées sur le capteur. Elles sont ensuite récupérées sur une membrane adhésive spéciale. Pour le E-400, le SSWF a été optimisé via de nouvelles dimensions et avec une plus haute fréquence de vibrations pour une plus grande efficacité.  

Des fonctionnalités Pro associées à une prise en main aisée
Olympus prouve qu’un reflex riche en fonctionnalités n’est pas nécessairement difficile à manipuler. Le E-400 intègre naturellement toutes les options de contrôle manuel mais aussi de nombreux modes automatiques et semi-automatiques. 31 modes scène permettent de couvrir une grande variété de situations de prise de vue (notamment Sous-Marin, Macro, Haute lumière et Basse lumière). Des modes couleurs ainsi que plusieurs filtres Noir&Blanc sont disponibles.

Pour permettre des prises de vue en continu sur de plus longues périodes, une nouvelle batterie rechargeable haute puissance est incluse dans le E-400. Il accepte les cartes CompactFlash ainsi que les carte xD-Picture, et propose plusieurs options de stockage des données pour une plus grande souplesse. Plus de 25 langues sont disponibles pour le menu de l’appareil, son manuel et son logiciel. Le E-400 est ainsi totalement compréhensible dans 39 pays européens, ce que seul Olympus propose actuellement. 

La compatibilité 4/3 pour une souplesse infinie
Comme tous les appareils E-System, le E-400 repose sur le standard 4/3. Olympus et plusieurs autres fabricants produisent des objectifs compatibles 4/3 de très haute qualité ainsi que des accessoires spécifiquement conçus pour la photographie numérique reflex.

A très peu d’exceptions prés, le E-400 est compatible avec l’ensemble de la gamme des accessoires Olympus E-System. Cela inclus la gamme complète des objectifs ZUIKO DIGITAL Top Pro, récemment récompensés par le prix EISA. Un caisson étanche (PT-E03) sera également disponible pour accompagner les photographes les plus téméraires par 40 mètres de profondeur.

Nouveaux objectifs E-System
Pour des résultats et une maniabilité optimale, les objectifs conçus sur le standard 4/3 bénéficient d’une construction quasi-télécentrique, pour répondre aux caractéristiques techniques spécifiques de la photographie reflex numérique. Deux nouveaux objectifs Olympus 4/3 accompagneront le lancement du E-400 :

  • un zoom standard : le EZ-1442 ED 14-42mm 1:3,5-5,6 (équivalent à un 28-84mm en 35mm)
  • et un zoom plus puissant : le EZ-4015-2 ED 40-150mm 1:4,0-5,6 (80-300mm)

Les 2 objectifs associés offrent une longueur focale équivalente à un 28-300mm pour seulement 440 grammes ! Elles sont reconnaissables par leur design, qui présente un anneau bleu au centre de l’objectif, signe désormais distinctif de la gamme des objectifs Olympus E-System. Leur qualité d’image en font les compagnons idéaux pour le E-400, le tout formant un système reflex complet d’une extrême légèreté et d’une prise en main très confortable.

Le E-400 réussi à trouver un équilibre en étant le plus petit et le plus léger des reflex numériques au monde, qui rappelle l’encombrement d’un compact, sans rien sacrifier en terme de qualité d’image et de performance attendues pour un reflex. Il sera disponible dès Octobre 2006.

Reflex numérique Olympus E-400 – principales caractéristiques :

  • Le plus petit et le plus léger reflex numérique au monde*
  • Capteur CCD 10 millions de pixels  
  • Ecran LCD 6,4cm/2,5”
  • Filtre à onde supersonique (SSWF - Supersonic Wave Filter) pour la protection anti-poussière
  • Double slot carte mémoire : pour xD-Picture Card et CompactFlash)
  • 31 modes de prise de vue (incl. 5 modes d’exposition, 7 modes créatifs et 19 modes scène)
  • Flash rétractile intégré (NG 10)
  • 3 im/s jusqu’à 5 images RAW
  • Balance des blancs « Une touche »
  • Processeur d’image TruePic TURBO
  • Fonction verrou AF
  • Fonction de pré-visualisation de la profondeur de champ
  • Mesure améliorée ESP numérique 49 zones et mesure spot
  • Fonction bracketing d’exposition
  • Grand écran d’Info simple et avancé
  • Info détaillée en lecture avec histogramme
  • Grande simplicité d’utilisation grâce à une ergonomie intuitive et des boutons offrant un accès direct aux fonctions les plus utilisées.
  • Enregistrement JPEG & RAW
  • Basé sur le standard 4/3

  • anke@calliopes.be



DES MILLIERS D’EMPLOIS LAISSES EN  « JACHERE »
devront-ils  à leur tour être - aussi - occupés par de nouveaux migrants ?
L’obligation de s’absenter quand on a un enfant malade, un convalescent, un parent très âgé, un handicapé : Un souci permanent pour ceux qui doivent s’abstenir de travailler, pour d’autres l’incapacité momentanée ou permanente d’entretenir leur ménage, la nécessité de soins à domicile, la difficulté d’aller faire des emplettes ou de répondre à une convocation jusqu’à en perdre le sommeil !
LISTE GRATUITE de solutions aux services de soins, d’entretien ménager et de maintien à domicile sur simple demande à APIA ASBL 13 rue des Eglantiers 4460 GRACE-HOLLOGNE Tél/Fax 04/250.43.31 ou plus rapide encore par e.mail apia.senior@teledisnet.be
APIA - UNE COLLABORATION QUI CAPTIVE DES MILLIERS DE LECTEURS
Robert Balsaux, président de l’APIA asbl


 

La maltraitance des personnes âgée

Les comportements dans certaines familles.-
Notre démarche consistera avant tout à faire comprendre pourquoi, à une époque d’insécurité et d’incivilités grandissantes, la maltraitance est de plus en plus banalisée par la société. Cette maltraitance, devenue absolument universelle, est avant tout un phénomène social et économique se déroulant généralement à l’abri des murs familiaux. Elle concerne aussi bien le jeune ingénieur occidental pour qui les parents ont sacrifié le confort de leur vie à ses études, autant que l’émigré chassé de son village par la misère : Car la plupart ne reviendront jamais secourir les géniteurs abandonnés dans leurs vieux jours. Cela concerne parfois également les enfants restés au foyer, certains vivant aux crochets de leurs parents, d’autres abandonnés à eux-mêmes pour divers raisons, quelques victimes de violences parentales ou plus exceptionnellement d’incestes rarement révélés qui seront pour un certain nombre le ferment de futures maltraitances.

La confusion des avoirs.-
Le vieillissement important de la population ajoute à l’angoisse et à l’impatience de beaucoup d’héritiers ! Dans nos régions, les enfants devenus adultes considèrent acquis que la tirelire de leurs parents est déjà propriété familiale commune, acquise avant l’heure aux héritiers. D’autant plus le jour où l’un de leurs géniteurs devient veuf ! A peine l’enterrement terminé, les soupçons fusent à l’égard du parent survivant : « Mon frère a besoin d’une nouvelle voiture, il va se la faire payer ! » - « Ma belle-s?ur y est trop souvent, elle va tout ramasser ! » - « le voisin qui est veuf a sûrement des vues sur sa bonne pension! » - « As-tu vu comment s’habille ta mère ? Elle va tout se payer en folies et en amusements pendant que nous… ! » La surveillance a débuté. La suspicion règne. On dissèque les propos. On compte les bibelots. Les reproches fusent. On questionne le notaire et l’avocat à tout hasard, on consulte le juge de paix : le conflit a débuté pour bientôt s’envenimer en ranc?urs.
Même si l’héritier est un enfant unique, il n’est pas rare qu’il confonde les bourses, les achats, les crédits. C’est toujours autant de pris ! N’est-ce pas justice d’aider ses enfants ? Jusqu’au jour où la ponction est trop forte, un différent se fait jour et le cave se rebiffe quand la corde trop étirée se casse A moins qu’il puisse démontrer, ce qui est rare, ne pas connaître l’illégalité d’une procuration, le détournement d’une carte bancaire ou l’infraction d’un coffre. ! La situation n’est jamais claire et dans le doute, le parent âgé sera considéré imprudent et responsable d’une prodigalité irréfléchie…Avec le risque, si la connivence est prouvée, de se voire déclaré irresponsable, placé comme des milliers d’autres vieillards sous l’administration d’une tutelle exercée par le fiston ou pire, par un avocat.

Une confiance aveugle dans l’assistanat providence.-
L’adage selon lequel le banquier prête un parapluie quand il fait soleil et le reprend quand il pleut se vérifie également pour les assurances de santé et de maintien à domicile. La désolation arrive souvent avec la vieillesse : la maladie et les médicaments trop coûteux pour 61% des seniors, pire la chaise roulante et le grabat dont on ne peut plus sortir. Alors beaucoup d’enfants s’étonnent pour la première fois du coût de la vieillesse et combien sont parcimonieux ou nuls, les remboursements de la médecine et des soins par les mutuelles. Ils imaginent souvent à tort que le placement en maison de repos et le CPAS les débarrasseront de tous soucis de soigner et de “payer pour les vieux”. C’est pourtant en ces circonstances que se justifie le mieux la confusion légale des avoirs et des dettes entre parents et enfants. Car la loi et le juge leur imposeront une contribution financière, au milieu des cris et des larmes de la belle-famille, par voie d’huissier si nécessaire.

La mise sous tutelle.-
Elle est généralement demandée au juge de paix par un membre de la famille, désireux de se débarrasser des soucis de la gestion, de l’accompagnement, des soins et surtout pour préserver une héritage jusqu’au décès du parent. Elle est vécue au contraire comme un drame, une trahison, un abandon par la majorité des “tutellés” dont les plus âgés décident trop souvent de s’autodétruire par anorexie. Le juge de paix prend cet arrêt avec l’accord médical d’un médecin, souvent le médecin de la famille, déclarant la personne incapable ou irresponsable. Cette expertise peut être toutefois contestée par un expert de recours à la fois médecin expert légiste et juriste. Dans la grande majorité des cas, cette gestion est assurée par un avocat, parfois un notaire, traitant pour un juge de paix des dizaines de tutelles dans un climat affairiste comportant peu de déférence dans ces relations humaines. Il administre chaque tutelle avec une opacité financière qui déçoit la plupart des enfants pourtant mis financièrement à contribution, sans fournir de justification. Pour financer la tutelle, l’administrateur liquide si nécessaire, avec l’accord du juge, les biens et les immeubles plutôt que d’avoir le souci de les louer, les surveiller et les entretenir. Pour ce faire les habitants vivant sous le même toit, vieux parent ou compagnon doivent généralement vider les lieux sans ménagement. Quant à la personne mise sous tutelle, quels que soit son âge et son état de santé, elle est généralement placée en maison de repos selon ses moyens et ceux de ses enfants sans lui laisser nécessairement un choix. Souvent sans tenir compte d’un droit légitime, pour s’assurer de sa soumission, on interdira les visites afin de l’isoler de ses amis et alliés, dans une ambiance de non-droit .

Selon le Professeur Robert HUGONOT (France) « Toute personne âgée de plus de 60 ans
a été, est ou sera au moins une fois la victime de harcèlement ou de maltraitance ».

Les comportements des pouvoirs publics.-
La description impersonnelle avec laquelle divers Etats dont la Belgique et le Conseil de l’Europe - consultez Internet !- dressent froidement le tableau affligeant de la maltraitance n’est certainement pas teintée de larmes ni de marques d’une volonté d’agir contre les violences morales, physique et financières à l’égard des plus vulnérables.
Elle a au moins le mérite d’admettre officiellement l’existence du phénomène, l’absence de volonté d’appliquer des lois punitives et d’apporter des remèdes équitables sinon humains !
On remarquera particulièrement l’inexistence d’un décret de protection des personnes âgées, mais aussi les handicapés et les malades, fragiles et vulnérables, à l’image du décret sensé protéger les enfants mineurs.
Au contraire du décret en faveur des enfants, aucune loi ne protège juridiquement de manière spécifique les personnes vulnérables très âgées, malades ou personnes handicapées victimes d’abus et de violences. Si ce n’est de leur assurer, à l’initiative d’un ministre des affaires sociales “qui s’en réjouit” une protection tout à fait aléatoire consistant à les “placer” sous tutelle, en maison de repos, dans des chambres spécialement réservées à leurs frais ! (Décret de juillet 2003) (1)
Une manière juteuse de faire supporter financièrement les conséquences de la violence par les victimes plutôt que de condamner les coupables.
Précisons à propos des maisons de repos que parmi tous les services de contrôles officiels, les services d’inspection du ministère wallon des affaires sociales – soins de santé, hygiène, cuisine, réglementation, maltraitance – sont probablement les plus difficiles à rencontrer en cas de plainte. Les intérêts de la santé et de la justice paraissant même parfois antinomiques !
A propos de la maltraitance, certains financent régulièrement des études d’incidence et des projets coûteux auxquels s’attèlent en paroles des intervenants sociaux, des gériatres, des psychiatres et des politologues réunis en colloques pleins de promesses. Sans jamais obtenir mention de statistiques sérieuses, les progrès accomplis et les résultats obtenus.

Les comportements des services publics.-
Tributaires de budgets restreints, livrés à une autorité supérieure aux décisions changeantes selon les saisons électorales, les agents des services publiques en nombre de plus en plus réduit ne disposent que de pouvoirs à ?responsabilité très limitée? et souvent injustement déconsidérés.
Grippé ou faussé, un pan entier de la machine étatique peut être détourné de sa fonction prioritaire, sans égards envers la population qu’il est sensé servir. Le services public devient vite dans ce cas un ? lourd machin? n’ayant plus de service que le nom, impuissant à remplir sa fonction. Dans l’appellation « service public » on oublie parfois en définitive la notion de servir. Le service peut alors devenir à son tour maltraitant et les ombudsmans débordés.
Qui ne connaît au moins une administration où on accède par un escalier en colimaçons, dont les guichets ne disposent de sièges dans la file d’attente, en particulier pour un public âgé et handicapé ? Mauvais comportement et indifférence !
Qui ne connaît une administration renvoyant une personne de quatre-vingt ans et ses béquilles aux quatre coins de la ville pour accéder à un bureau de poste, réunir une attestation, un formulaire et une signature afin d’obtenir un remboursement auquel elle a droit ? Problème qu’aurait pu régler le téléphone, un fax ou un E.Mail entre secrétariat communal, CPAS et police locale ? Mauvais comportement et indifférence !
Qui ne connaît une administration communale refusant de prendre en considération ou ne daignant pas répondre à une plainte pour des incivilités, des provocations de voisinage, des attitudes et de menaces inquiétantes, un petit larcin dont une personne fragile et isolée est la victime. Des cas trop fréquents provoquant une légitime anxiété. Des situations d’insécurité et de stress à présent délaissés par l’Etat, désormais du ressort exclusif des communes placées un peu hâtivement devant cette responsabilité ? Mauvais comportement et indifférence !
L’exemple vient-il d’en haut ?

 

La maltraitance c’est aussi celle ou celui qui par insouciance et manque de prévenance
écrit à un non voyant, téléphone en vain au sourd ou convoque le tétraplégique au premier sans ascenseur
et resté sans réponse, classera leur dossier ou leur collera même une amende pour leur mauvaise volonté.

En violation de vaines promesses oubliées depuis des décennies.

« La Conférence internationale de la Maison Blanche en 1961, au cours de laquelle une charte fut promulguée en faveur des personnes âgées, signée par la plupart des pays de l’actuelle Communauté européenne, reconnaissait aux aînés: Le droit au respect. Le droit d’être utile. Le droit à l’emploi basé sur le mérite. Le droit de ne manquer de rien. Le droit à une part juste des ressources communautaires, récréatives, éducatives et médicales. Le droit à un logement décent, adapté aux besoins du sujet âgé. Le droit au soutien moral et financier de la part de sa famille, selon ses possibilités. Le droit de vivre d’une façon indépendante, selon son choix. Le droit de vivre et mourir avec dignité. Le droit d’accès à toutes les connaissances disponibles pour améliorer la qualité de vie des personnes du troisième âge (Aujourd’hui 4e âge) ».

En 1993 à l’occasion de l’«Année des personnes âgées», la Ministre Laurette Onkelinx faisait éditer une brochure traitant des maltraitances et du “Vécu difficile” des personnes vivant en maisons de repos (Edition: Femmes prévoyantes et Inforhome).

Il est révélateur de relever que la réglementation de 1997 a été placée sous le contrôle d’un “Conseil consultatif des sages” se réunissant... une fois par an et composé pour l’essentiel de représentants des fédérations de maisons de repos, des aides sociales et des mutualités, intervenant parallèlement dans la gestion de ces homes.

En 1998, nouveau pas de charge à l’occasion de l’«Année européenne de l’égalité des chances et de la maltraitance en maison de repos». La Ministre Miet Smet sortait à son tour une brochure comportant une nouvelle enquête réalisée par la K.U.L et l’Université de Liège sur la maltraitance.

En 2003 en consultant le site Internet du Parlement, c’est au tour de la sénatrice Clotilde Nyssens proposant pas moins de 31 amendements et 39 propositions de lois pour mettre fin à un certain nombre de dysfonctionnements, sans succès auprès de la Commission sénatoriale de la Justice et depuis, passés à la trappe !.

Les enquêtes officielles - rarissimes - menées par nos universités, démontrent l’existence des maltraitances sans amélioration notable. Parce que, à défaut d’une législation pénale adaptée, comme dans d’autres pays d’Europe, elles font très rarement l’objet de poursuites sévères, seules capables d’apporter des solutions définitives à des situations scandaleuses dans un monde civilisé.

Présumés coupables ?

En matière d’expertises par la prévoyance sociale et auprès du tribunal du travail, il appartient aux experts d’apporter la preuve qu’une incapacité du travail n’est pas fondée. Mais à 65 ans et un jour, ce sera au retraité de démontrer sa bonne santé mentale ou la réduction de ses capacités physiques pour faire valoir ses droits. Des spécialistes médecins légistes ou neuropsychiatres, selon les cas, peuvent exercer des expertises de recours. Renseignements chez APIA asbl.

Dans le cadre d’affaires judiciaires, un malentendant peut obtenir l’assistance gratuite d’un traducteur gestuel. Après 65 ans, cette assistance devient payante.

 

Qui ne dit mot consent

L’une des maltraitances les plus perfides est certainement de plonger ou de laisser un être humain claustré dans un isolement complet, privé d’activités culturelles et physiques capables d’entretenir ses facultés en lui évitant la déchéance du corps et de l’esprit.

Liste non exhaustive de quelques types de maltraitances courantes.-

Les négligences passives
?par omission? qui consistent pour les enfants, la famille et les amis à abandonner, se montrer indifférent et « oublier » l’aîné à son domicile ou à la maison de repos. Mais aussi l’établissement qui ne crée pas une ambiance de rencontre entre les résidents ou interdit que le personnel converse pendant quelques minutes avec l’aîné afin de «ne pas perdre de temps », car le temps c’est…

Les négligences actives
?par omission? qui consistent à ne pas procurer – par manque ou absence de personnel – les aides sociales, assistances et soins nécessaires à domicile ou en maison de repos à des personnes à mobilité réduite ou grabataires. Ne pas respecter la dignité, l’hygiène ou la santé des aînés en économisant le linge, le savon et les couches-culottes. En n’accompagnant pas si nécessaire l’aîné pour ses déplacements, son approvisionnement, durant son lever, son coucher, son habillement, ses repas et son bain.

Les violence civiques
?dans l’intention de nuire? consistent à priver l’aîné de ses papiers d’identité (ou d’une copie pour le malade sénile ou Alzheimer risquant de fuguer), du droit de vote, en le privant de la visite d’alliés et amis, voire d’un notaire, en le séquestrant, en le privant de sortie et de vêtements, en l’équipant d’un bracelet de contrôle de ses déplacements, comme un détenu en probation, en cachant sa domiciliation afin de mieux contrôler son courrier et ses revenus.

Les violences médicamenteuses
?dans l’intention de nuire? consistent à détruire sa personnalité par l’abus de neuroleptiques permettant sa soumission ou sa mise sous tutelle, mais également en privant l’aîné de médicaments nécessaires à ralentir l’évolution d’une longue et fatale maladie et à calmer la douleur.
En résidence, le nom du médecin, les prescriptions et leur exécution journalière doivent figurer dans chaque dossier médical personnel vérifié par le médecin - fonctionnaire de l’inspection sanitaire régional ou fédéral.

Les violences financières
?dans l’intention de nuire? sont un aspect très fréquent de la maltraitance des aînés : vols mobiliers, extorsions de fond, signature forcées de procurations illégales (non acceptées par le juge de paix, un notaire ou le tribunal du commerce) et leur acceptation tout aussi illégale par des institutions publiques (banques, la poste), dons forcés ou contre des promesses fallacieuses non tenues, héritage anticipé, chantage à la visite des parents, et des petits-enfants et aller jusqu’à priver l’aînés d’un petit pécule pour ses dépenses de première nécessité et les étrennes aux petits-enfants, etc.

Les violences psychologiques
?dans l’intention de nuire? consistent en menaces d’enfermement, de séquestration ou de placement, insultes, moqueries à l’égard d’un handicap, concernant ses origines de classe ou de race, isolement volontaire dans une chambre ou durant les repas, tâches ou situations dégradantes telle placé sur la chaise percée pendant les visites ou laisser traîner des couches-culottes souillées à la vue des visiteurs.

Les violences physiques
?dans l’intention de nuire? en portant atteinte à la dignité de l’aîné en ajoutant à son isolement en le privant de vêtements, pour l’empêcher de fuguer dans l’intention d’aller se plaindre, de montrer des traces de coups ou de brûlures. En le forçant à prendre des bains glacés ou bouillants, en favorisant la promiscuité en enlevant les portes des sanitaires, gifles, contusions, chutes, privation de repas et de dessert, non respect d’un régime alimentaire nécessité par sa santé, ceinturé sans nécessité sur le lit ou sur une chaise pour éviter qu’il se promène, suppression de la sonnette d’alarme, placement volontairement en guise de punition dans la chambre d’un autre résident agité, délirant ou sénile, privation des béquilles, du siège roulant, de la tribune, du dentier ou de la perruque. Et dans des circonstances réelles et heureusement limitées, le viol et l’inceste souvent pratiqué par des intimes.
Faisant rarement l’objet de poursuites et exceptionnellement de condamnations
Selon les enquêtes officiels 5% des personnes âgées de plus de 65 ans sont, en Europe, les victimes quasi quotidiennes d’une ou plusieurs maltraitances, ce qui représente en Belgique environ 175 000 individus, chiffre en progression en l’absence d’une réelle politique de répression pénale et dont 73,4% à 80% sont des femmes ! La part des maltraitances en maisons de retraites, bien que ?contrôlées? reste relativement réduite si on précise que 83,1% des maltraitances sont commises au domicile de la victime à raison de 65,8% par les parents, 16,7% par les voisins et ?amis?, 6,3% par...les soignants, 6% par les aides-soignants (!) sans exclure les administrations et polices !

Ils imaginent toujours que ça n’arrivera qu’aux autres…
Quelques témoignages recueillis parmi d’autres chez APIA.- (1)
• Il faut le voir pour le croire : Une octogénaire vivant volontairement dans un home se rend dans une clinique pour une opération. Sa famille la visite journellement. C’est ainsi que sa fille apprend sans avoir été consultée mais à temps que le service social de l’hôpital a déjà entrepris des démarches pour qu’elle soit placée sous tutelle et a retenu une chambre pour son entrée dans une autre maison de repos désignée par la clinique !
• Cette autre, propriétaire d’une petite maison, placée par la clinique sous l’administration d’une avocate dont le premier souci est de mettre son compagnon à la rue.
• Cet administrateur qui verse la pension qu’il octroie à une vieille dame à son propriétaire épicier qui gérer les dépenses.
• Citons cette autre vieille de quatre-vingt-deux ans. Trouvant le voisin, âgé de trente ans dans son jardin, en train de couper un pommier planté par son défunt mari, elle a osé s’en plaindre, a été battue et abandonnée sur le sol, un pied cassé et rendue sourde, suite à un traumatisme crânien. Prétendue être l’agresseur dans son propre jardin, elle fut déboutée par le tribunal et ne recevant qu’une pension de survie, s’est vue menacée de vendre sa maison pour payer le procès !
• Cette nonagénaire réveillée chaque nuit à coups de pierre dans les volets, pour l’obliger à vendre sa maison.
• Citons cette autre qui houspillant des gamins turbulents, se fait tirer dessus au Riot gun par le père.
• La dame âgée de 85 ans se plaignant à quatre reprises de ses jeunes voisins vidant leurs ordures dans son potager, elle s’est vue renfermée chez elle, après que l’on ait bouché ses serrures au silicone et a voulu se jeter par la fenêtre. Pas de témoin permettant de déposer plainte et agir affirmait l’agent de quartier. Sauvée par le service d’aide aux victimes.
• A quatre-vingt-douze ans, vivant en maison de repos, cette autre aînée a été d’abord privée de dessert, mise ensuite sous calmants, calottée bien sûr sans témoins et enfin privée de sorties, en l’absence de ses enfants partis en vacances, parce qu’elle refusait de signer une procuration sur ses revenus.
• Cette malade Alzheimer baignant dans ses excréments chez sa fille ; découverte par une dénonciation des voisins du quartier à la Ligue des Droits de l’Homme, alors que le policier de quartier avait refusé d’intervenir.
• Encore celle-là, ramenée grabataire de la clinique à son domicile à quatre-vingt-neuf ans, sans suivi social, sans avertir son médecin ni sa famille, trouvée à temps par une voisine, affamée et déshydratée dans son lit.
• A l’opposé, on voit des aînés bénéficiant d’une très confortable pension, qui s’estiment incapables de continuer à vivre menacées ou séquestrées par leur famille. Qui souhaitent entrer en maison de repos dans les meilleures conditions de choix personnel, et qui sont obligés de demander à être placés sous tutelle, pour échapper à l’opposition des héritiers et du médecin de famille.
• Le cas inoubliable de cette maison de ? tout repos? qui, parmi d’autres anomalies, a sous-loué son réfectoire pour organiser chaque semaine des bals nocturnes, malgré les plaintes des résidents et. du voisinage incommodés.
• On ne peut non plus omettre le cas de cette octogénaire, condamnée par le corps médical qui, rentrant pourtant chez elle trois semaines plus tard la santé retrouvée, découvre son appartement reloué, ses meubles vendus, son coffre et son compte vidés par sa nièce et ne peut obtenir de réponse à sa plainte !
• Un bourgmestre auprès de qui A.P.I.A. sollicitait la visite d’une aînée aveugle par ses services sociaux, nous répondait par écrit que si cette personne souhaitait être aidée, elle devrait déménager ailleurs. Belle mentalité! Car notons que les bourgmestres sont aussi responsables des enquêtes de maltraitances dans les maisons de repos de leur commune !
• Ce cas sordide vécu par une association de soins à domicile qui devait recevoir mensuellement 150 ? pour nourrir et entretenir une pensionnée ayant une retraite de 1165 ? ! Et qui ne sait se faire rembourser par l’administrateur de la tutelle, après avoir fait appel en vain au juge de paix !
• Une vieille dame de 85 ans, isolée et sans famille visitait un spécialiste, à la demande de son médecin traitant. A la sortie de l’examen, l’assistante sociale de la clinique lui proposa d’être reconduite à son domicile par une ambulance passant près de chez elle ; ce qu’elle accepte avec reconnaissance. Voyant un peu plus tard que le véhicule n’était pas sur le bon chemin, elle en fait la remarque mais le chauffeur refuse de lui répondre. Quelques minutes plus tard, elle se retrouve séquestrée en cellule, sans fenêtre avec un lit de camp pour tout mobilier, dans une maison de repos. Elle ne doit sa liberté qu’à l’intervention d’un représentant de la Ligue des Droits de l’Homme !
• Cette Bruxelloise de 65 ans handicapée physique, menacée d’expulsion après 25 ans de location qui se voit proposer par son médecin de la faire reconnaître Alzheimer pour être « prise en charge » et « logée » dans un home par le CPAS.
• Ouvrier retraité, Joseph avait 82 ans. Il entretenait seul son ménage depuis la mort de son épouse, voici vingt ans. Quand il se promenait, il avait un sourire avec quelques mots pour chacun. Et puis il y a eu ce gamin d’à peine 12 ans qui l’a pris journellement pour cible de ses « jeux »à : Jeter des pierres dans les vitres, des ordures dans le potager, le larcin du linge qui sèche et des brosses et outils de jardinage. Joseph s’en est plaint à la mère qui l’a rabroué, à la police qui a menacé le gosse du doigt. Le petit innocent ainsi rassuré et mis en rage est revenu et a battu publiquement le vieillard à coups de bâton. Comme par hasard, Joseph est mort deux jours plus tard dans son lit. Il est parti seul, sans un faire-part, sans une fleur ni une larme et sans susciter une seule réflexion. Même chez ses propres enfants.
l’INS (Institut national de statistiques) dénombrait déjà en 1995 sept suicides par jour en Belgique, chiffre toujours en croissance exponentielle actuellement. Ce que l’on ose moins dire, c’est qu’on dénombre le plus grand nombre de suicidés (47,65%) parmi les personnes de plus de 75 ans. Le suicide chez les personnes âgées étant essentiellement la conséquence de la solitude, de la violence et de la maltraitance à leur égard.
(1)Les autorités privilégiant la protection des personnes adultes maltraitées en les mettant sous tutelle dans 500 chambres de maisons de repos réservées à cet effet, APIA ne peut révéler les sources récentes permettant sans leur accord l’identification des maltraités.


Les Zinzins volent-ils sans zèle ? Yak RIVAIS
Format: 14x20 cm./broché/128 pages, illustré/ISBN: 2-916086-12-9/Prix EUR: 15.00

Plus vite ! Plus fort ! Plus haut ! Plus loin ! Toujours plus! C’est la loi des hommes et de mon oncle Alfred quand il mange des crêpes : toujours une de plus que les autres. Les records se multiplient, les limites reculent, et l’HHHumanité passe les bornes. Zinzinnus zinzinnum fricat ! (Zinzin fréquente zinzin) L’idéal de Pierre de Coucoubertin ne se cache plus: un esprit sain dans un porcin ! Génial inventeur de la roue carrée pour éviter de rouler inopinément sur les pentes, il dévala en outre le Grand Escalier de l’Opéra en tonneau. Sa glorieuse devise, Zinzinnus zinzinnum fricat en fait le juge le plus qualifié pour parler records car il a compris que chaque fois qu’un individu fait l’andouille, c’est l’espèce entière qui tire bénéfice de l’exploit. Voyez ces équipes de culs-de-jatte jouer au foot ! Ces manchots basketteurs ! Voyez le couple Oleg Roffénian faire le tour du monde en lit à roulettes ! Voyez le Lapon Pabra, héros de la traversée de la banquise en tandem avec le Lapon Pavélo, et dites-moi : ne repoussent-ils pas nos limites ? Nul ne sait où va le monde, mais chacun sent bien qu’il y va et que nous y allons tous avec lui !

Yak Rivais est né en 1939. InstitAuteur, il a écrit et dessiné pour grands ou petits. Son premier roman, Aventures de Francoquin, fut publié chez Gallimard par Queneau, son premier livre de dessins par Belfond. Il est l'auteur des Demoiselles d’A., écrit avec les phrases des autres et unique au monde. Sa Grammaire impertinente se porte bien, ses Sorcières N.R.V. aussi, qui déclenchèrent la vague d’ateliers d’écriture dans les collèges il y a presque 20 ans. Président des Prix de l’Humour Noir, il vit à Paris, pourquoi un Breton de son âge ne serait-il pas Parisien ?


Les Bornes reculées, aphorismes, etc. André STAS

Préface de Fernando ARRABAL
Format: 14x20 cm./broché/128 pages, 14 illustrations/ISBN: 2-916086-14-5/Prix EUR: 17.00

Concis sans doute mais parfois si cons, les aphorismes sont comme les chats : ils ne viennent à vous que lorsqu'ils en ont envie !
Ça, c'est André Stas qui l'affirme, lequel n'en est pas à son coup d'essai dans la pratique de cette joyeuseté littéraire, par laquelle s'illustrèrent, entre autres anarchistes langagiers, la plupart des surréalistes. Pour faire suite aux Grenailles errantes, à l'Embrouillamaxi, aux Radis artificiels et à Battu hors des sentiers, voici les Bornes reculées, nouvelle cargaison explosive que nous offre le Régent de la chaire fondamentale des Travaux Pratiques d'Aliénation mentale au Collège de 'Pataphysique, le Transcendant Satrape Fernando Arrabal en ayant fort obligeamment concocté la préface. Avec, en guise de bonus, la révélation d'un genre nouveau : l'Héraclitounet, dont voici quelques exemples : On ne déjeune jamais deux fois sur la même herbe. / On ne fume jamais deux fois la même herbe. / On ne gerbe jamais deux fois après le même déjeuner. Quoique ! / On n'émerveille jamais deux fois la même Alice…
André Stas est né à Rocourt le 19 novembre 1949, Licencié en philologie romane de l’université de Liège, autodidacte quand aux arts plastiques. Avant tout humoriste et pataphysicien, André Stas est un plasticien dont le collage est l’arme favorite. C’est un art de la jubilation. Il est en permanence aux aguets : un morceau de bois, une tuile, une feuille roulée, un bout de ferraille et en deux poses de colle naît une autre ?uvre. Ses timbres détournées ont fait rigoler tous les wallons. Ces trente dernières années, si, entre beaucoup d’autres choses plus ou moins surréalistes, plus ou moins provocantes, plus ou moins engagées, André Stas s’est livré à l’art du collage avec un bonheur certain et une grande productivité, il a également manié la plume avec un talent indéniable. Dans ses collages, Stas découpe pour assassiner l’image convenue et, dans une prolifération folle, donner naissance à une abondance d’autres images qui se déchaînent, se superposent, s’associent, se déclinent, organisent et détruisent l’espace dans une germination incessante où les genres, les codes, les classements et les valeurs volent régulièrement en éclat. Découper puis coller, c’est mettre à mal les convenances et les bienséances, les codes établis et mesurés, jusqu’à nous perdre, condition indispensable, pour retrouver quelque liberté. Si son humour décape l’art ennuyeux, son écriture décoiffe ! Il n’écrit jamais long. Des mini-poèmes, des nouvelles, des fables, des aphorismes… Le tout regorgeant d’images fulgurantes surgies d’accolations saugrenues de mots, d’éclairs de métaphores, de calembours vertigineux. Après quelques recueils de ses plus récentes malices (Grenailles errantes, L’embrouillamaxi, Les radis artificiels, Le grand Karmava) Voici Les Bornes reculées ! André Stas est en vrac : Correspondant Emphythéote du Collège de Pataphysique, Commandeur Exquis de l’Ordre de la Grande Gidouille, Grand Dipsomane de l’Empire Impérial, Académicien Zygomatique, et aligne bien d’autres titres glorieux qui ne sont qu’indication de sa qualité première : l’amitié. Et, il est l’ami des plus grands humoristes et artistes de son temps, vivants ou décédés.


Patricia Karim Vincent LEGROS

Format: 14x20 cm./broché/128 pages, illustré/ISBN: 2-916086-13-7/Prix EUR: 15.00

D’origine spadoise, Patricia Karim, née Paule Urbain, compte à son actif plus de cinquante apparitions à l’écran et quatre-vingt pièces de théâtre. Après avoir débuté sur les scènes belges, elle monte à Paris, côtoie Louis de Funès, Fernandel, Georges Guétary, Michel Serrault et Jacqueline Maillan et joue sous la direction de grands metteurs en scène dont Fernand Gravey, Robert Thomas, Robert Dhéry, Pierre Mondy, Roger Planchon et Jean Le Poulain. À l’écran, elle joue avec Eddie Constantine, Francis Blanche, Fernand Raynaud, Darry Cowl, Catherine Deneuve, Gérard Jugnot, Daniel Auteuil, Philippe Noiret et bien d’autres. Elle poursuit aujourd’hui son parcours artistique au travers de la mise en scène et l’animation d’un atelier théâtral. Cet ouvrage est un hommage à la carrière de cette grande dame de la scène et de l’écran qui enchante le public depuis plus de cinquante ans.

Vincent Legros, né en 1967, est Ingénieur Commercial et Licencié en Marketing International diplômé des Hautes Etudes Commerciales de Liège, et a suivi une spécialisation en Marketing à l’Université d’Alabama (U.S.A.). Passionné dès son plus jeune âge par le 7ème Art, il a animé entre 1983 et 2001 des émissions sur les ondes de diverses radios : Radio Sources, F.H.S., Radio Ciel et Sud Radio. Depuis 1987, il a collaboré à divers périodiques. En compagnie de Charles Gardier et Frédéric Lorent, il est à l'origine de la création en 1984 de l’association Cinémaniak, fondée en vue d’assurer la promotion du Cinéma par l'organisation et l’animation d’activités et de manifestations diverses en salles, en maison de jeunes et en vidéoclubs : projections de films, ciné-clubs, mini-festivals, avant-premières, soirées thématiques, jeux, débats et ateliers de réflexion. Dans le cadre du fanzinat, il a conçu et édité sept numéros de la revue MovieZ entre 1987 et 1991 ainsi qu'un essai de 260 pages sur le comédien américain Christopher Walken parue en septembre 1998 et d’un autre ouvrage sur l’histoire des cinémas à Spa depuis 1896, Ciné Spa. Il est le directeur du Spa Film Festival, créé en 2003.


N’hésitez pas à commander (remise aux libraires) :
Promo : 13 ex. pour le prix de 12

Éditions Galopin
29, rue Servais, 4900 Spa, Belgique
Tél : 00 32 (0)87 77 12 49
Fax : 00 32 (0)87 77 59 49
editions.galopin@skynet.be
www.galopin.info <http://www.galopin.info/>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




novembre 2006
Transmettre vos commentaires