février 2006
Transmettre vos commentaires


Des canons à neige précieux mais dangereux, par Jean-Louis Andreani

LE MONDE | 18.02.06 | 14h20 • Mis à jour le 18.02.06 | 14h24
A première vue, un canon à neige n'a pas vocation à soulever de grands débats. Ces engins, sorte d'"assurance-neige" des stations de sports d'hiver face aux aléas climatiques, ont été utilisés en abondance pour préparer les pistes des JO de Turin. Ils semblent se limiter à une invention astucieuse. En réalité, les polémiques sont vives. La banalisation de l'enneigement artificiel cristallise en effet les débats sur des questions très sensibles : développement durable, réchauffement climatique, dialectique entre activité économique et préservation de l'environnement...
Dans les massifs montagneux, toute une économie est fondée sur l'exploitation de "l'or blanc". Or il est maintenant admis que, avec le changement climatique, les stations de moyenne montagne doivent s'attendre, à terme, à une baisse significative de l'enneigement, fatale aux plus fragiles.

Elus, aménageurs, promoteurs et habitants sont donc face à une redoutable question : que faire ? Envisager une reconversion ? Ou bien persévérer, envers et contre tout, dans le ski qui a fait la fortune de ces montagnes ? Les possibilités de reconversion ne sont pas infinies, et sans doute moins porteuses de retombées économiques que l'accueil de milliers de touristes venus dévaler les pentes neigeuses. C'est pourquoi, faute de pouvoir agir sur la météo, la tentation de la fuite en avant est forte : des canons, toujours plus de canons pour conserver la clientèle.
Mais ces armes sont gourmandes. Leur munition de base, c'est l'électricité, à l'heure où les économies d'énergie redeviennent un impératif. Et surtout l'eau. Or cette ressource, elle aussi, se raréfie (la France semble devoir se préparer à une troisième année de sécheresse), peut-être justement à cause du changement climatique. C'est pourquoi les canons à neige sont devenus l'une des cibles des associations environnementales. Celles-ci soulignent que les canons consomment deux à trois fois plus d'eau à l'hectare que le maïs, alors même que la maïsiculture est réputée être une culture très dépensière en eau. En 2004, un rapport officiel indiquait que l'eau avalée chaque année par les canons à neige représentait la consommation d'une ville de 170 000 habitants, et les conflits d'usage se multiplient...
Les écologistes évoquent aussi des atteintes au paysage liées à la multiplication de "retenues collinaires" artificielles gigantesques, voire des risques pour la santé humaine : l'ajout, dans certains cas, d'un additif destiné à accélérer la formation de gel favoriserait la prolifération de bactéries et polluerait les sols.
De leur côté, les élus mettent en avant les impératifs économiques, les retombées en termes d'emploi, et se défendent des accusations de pollution et de gaspillage d'eau. Certains reconnaissent les risques, mais soulignent qu'ils font une utilisation raisonnée des canons. Ainsi Marc Bosse, directeur de l'office du tourisme du Grand-Bornand (Haute-Savoie), affirme, sur le site Internet de 60 millions de consommateurs : "Nous ne sommes ni fous ni inconscients (...). Nous avons vu des excès à la fin des années 1990 : certaines stations ont cru trouver, avec les canons, la solution miracle ; des villages de très basse altitude se sont convertis en stations de ski, avec des subventions des départements et des régions... Mais heureusement ces dérives ont pris fin (...). Le challenge va être la gestion de l'eau."
Dimanche 5 février, Serge Lepeltier, ancien ministre UMP de l'écologie et créateur en novembre 2005 d'une association, Valeur Eologie, s'est rendu à la station iséroise de l'Alpe-d'Huez pour dénoncer la multiplication des canons à neige. M. Lepeltier demande au gouvernement un moratoire sur l'implantation de nouveaux canons et des études d'impact. Après avoir été prié de s'écarter des pistes où il voulait distribuer des tracts, l'ancien ministre a affirmé : "L'accueil qui m'a été réservé prouve que le sujet n'est pas anodin et que certains ont peur d'ouvrir le débat." Le maire de la commune d'Huez-en-Oisans, Eric Muller (divers droite), qui juge l'initiative de M. Lepeltier "dérisoire", a rétorqué : "S'il veut alerter le gouvernement, il devrait aller à Matignon ou à l'Assemblée nationale, plutôt qu'en station." La guerre des canons ne fait peut-être que commencer.

Jean-Louis Andreani
Article paru dans l'édition du 19.02.06


Communiqué de presse du 24 février 2006

Les Déménageurs triomphent au Forum avant
le Cirque Royal du 25 mars 2006

Le 25 mars prochain, les Déménageurs enflammeront le Cirque Royal pour le plus grand plaisir d’un public véritablement familial.

Véritable phénomène musical destiné au jeune public, les Déménageurs (Marie-Rose Mayele, Thierry Hercod, Perry Rose et Didier Laloy) ont réussi leur pari de remplir le dimanche 19 février le Forum de Liège.
Leur tout nouveau spectacle « Le Grand Carton ! » écrit et composé par Yves Barbieux (leader d’Urban Trad) a reçu une véritable ovation des petits... et des grands !
Le groupe s’était déjà forgé une sacrée réputation avec « Lili et les Escargots » (plus de 10.000 spectateurs, des milliers d’albums vendus, une signature chez Universal France ainsi que chez le producteur de spectacles d’Henri Dès).
Aujourd’hui, c’est déjà reparti sur des chapeaux de roues avec une cinquantaine de dates complètes à l’avance, déjà plus de 4.000 albums vendus et une série de concerts prévus fin d’année à Paris.

Infos et réservations :
Cirque Royal – Le Botanique – FNAC
02/ 218 20 15
Une co-production Le Botanique / Musicolor
Firme de disque : Viva Kids / Universal


recherche d'un distributeur

Maison de l'environnement (a.s.b.l. librairie nature) rue Fusch 3, 4000 Liège
m.l.e@swing.be
04/250.95.80
Bonjour,
Je suis à la recherche d'un distributeur (et d'un catalogue...) des éditions du Grand Chêne, afin de connaître les conditions de vente pour le livre La forêt sacrée de Raphaël Zander.
Cordiales salutations Gabrielle Duport


Communiqué de presse du 22 février 2006

Une école pour votre dos

Mal de dos, mal du siècle ? Plus de 80% de la population active souffre tôt ou tard de douleurs dorsales. Les origines et les types de maux sont multiples : mauvaises positions, literie inadaptée, stress, manipulation de charges, efforts inconsidérés…
Dans ce cadre, le service Éducation Santé de la Mutualité Socialiste du Luxembourg propose depuis plusieurs années une école du dos.
Les 2 premières sessions de formation débuteront les 9 mars et 6 avril prochains, respectivement à Marche et à Arlon, dans les locaux de la mutualité. Les cours se poursuivront ensuite les jeudis pendant 4 séances de 19h à 21h.
L'objectif premier de cette « école » est d’empêcher l’apparition des douleurs dorsales en vous aidant à comprendre le fonctionnement de votre colonne vertébrale, à expérimenter les positions et mouvements respectueux de votre dos dans les activités quotidiennes, à prendre conscience de vos habitudes, à vous autocorriger, et enfin à apprendre les techniques de base de la relaxation.
Les ateliers de l’école du dos sont dispensés par un kinésithérapeute spécialisé en ostéopathie. Celui-ci abordera lors des 4 séances les thèmes suivants :
ß Connaître et comprendre son dos, le port des charges et les exercices couchés.
ß La douleur, le stress, le sommeil, l’alimentation, les activités ménagères et les exercices débout.
ß La position assise, la voiture, les activités de loisir et les exercices assis.
ß Les principes de la relaxation, une évaluation théorique et pratique et un partage d’expériences.
L’école du dos est ouverte à tous, affiliés ou non à la Mutualité Socialiste du Luxembourg pour une participation de 50 € (affiliés) ou 90 € (non affiliés) pour les 4 séances.
Vous avez mal au dos et vous voulez que ça change…
Renseignements et inscriptions (nombre de participants limité !) : 061 23 12 96

Contact presse : Fabrice CLEMENT – 061 23 11 56 – fabrice.clement@mutsoc.be


Le Festival VERVIERS AU FILM DE L'EAU aura lieu du 8 au 12 mars 2006.

Il s'agit d'une nouvelle initiative qui vise autant à divertir petits et grands cinéphiles qu'à les sensibiliser au problème de l'eau.

Au programme, des longs métrages de fiction en avant première nationale (LA PLANETE BLANCHE - en présence des réalisateurs -, EIGHT BELOW), mais également de nombreux documentaires, dont par exemple LES MYSTERES DE CLIPPERTON (sur l'expédition menée par Jean-Louis Etienne), LE CAUCHEMAR DE DARWIN de Hubert Sauper, ou encore DES MANCHOTS ET DES HOMMES, du même auteur que LA MARCHE DE L'EMPEREUR.

En outre, le festival sera le cadre de nombreux événements pour petits et grands: matinées scolaires, conférences, soirées spéciales ( par exemple un hommage aux frères Dardenne, des projections numériques - dont l'avant-première publique de CONGO RIVER en présence de Thierry Michel - , et une soirée "publivores", baptisée H20, organisée par Jean-Marie Boursicot).

Pour plus de renseignements vous pouvez consulter le dossier de presse ci-joint ou le site Internet www.aufilmdeleau.com.

Une conférence de presse aura lieu au cinéma MOVIE WEST à Verviers le 1er mars à 10h.

R.S.V.P.
Barbara VAN LOMBEEK
MISSING LINK
Communication sprl/bvba
mobile: #32 486 54 64 80
Vergeet-me-nietjesstraat, 21, rue des Myosotis
1180 Brussel/Bruxellesbarbaravanlombeek@skynet.be


Avis aux enseignants. Quand les écoles font la chasse à l’œuf

Et pour Pâques qu’avez vous envie de faire avec votre école ?
Pourquoi ne pas choisir, avec votre classe, un thème spécifique autour de Pâques en dehors de l’établissement scolaire. Pourquoi ne pas choisir de passer, à l’occasion de cet événement, un agréablement moment à La Ferme des Castors. Les animateurs Castors proposent à tous les enseignants et à tous les écoliers (maternelle et primaire) un tas d’activités basé sur Pâques : l’Atelier de Pâques avec de la ficelle, du carton, du papier d’emballage tantôt pour réaliser un panier (pratique pour ramasser les œufs), tantôt pour créer les cloches, la poule et les poussins, les lapins, L’atelier cuisine avec le Gâteau de Pâques et son chocolat, la chasse à l’œuf : « Sur la piste des trésors en chocolat »… tous ça dans une ambiance à la fois éducative et ludique. Vos élèves seront ravis de partager avec vous et avec les Castors un moment privilégié, avec des découvertes, des émotions, des rires, des spéculations, des intrigues…
Vous êtes enseignants et voulez participer, avec vos élèves, en demi-journée, en journée complète, en mini-séjour (2 ou 3 jours) ou en séjour d’une semaine de dépaysement à la Ferme des Castors, alors n’hésitez pas à prendre contact avec les Castors. Nos animateurs spécialisés mettront tout en oeuvre pour préparer, avec vous, votre passage à la Ferme Castors.
En dehors des animations autour de Pâques, les Castors proposent toute une série d’autres thèmes tout aussi passionnants, demandez la brochure gratuite « Classe de dépaysement ».
Pour tous renseignements : Achille Verschoren Directeur tél : 071/76.03.23 ** Fax : 071/76.19.26. ** e-mail : info@castor.be Visitez le site des Castors: www.castor.be
Adresse du centre : Ferme des Castors rue du Faubourg 16-18 à 6250 Aiseau (Hainaut).

Achille Verschoren Directeur


Le vinaigre est-il la panacée universelle ?
VALERIANE n°58 vous dit où vous procurer un vinaigre de qualité, ou comment en fabriquer vous-même...

Vinaigre : la méthode de fabrication fait toute la différence !
Le vinaigre, longtemps considéré comme la solution à tous nos maux, n’est plus aujourd’hui qu’un condiment parmi tant d’autres. Pourquoi pareille déchéance ? Sans doute parce que l’industrialisation de notre alimentation a, une fois de plus, travaillé à corrompre notre goût. Pour nos palais « civilisés », le vinaigre n’est plus qu’un vulgaire liquide acide qui nous arrache de vilaines grimaces. Des process industriels, parfaitement normalisés, l’ont complètement dévalorisé ; ils ont jeté bas de son piédestal un breuvage pourtant apéritif, digestif, fortifiant, antiseptique, bactéricide, anti-infectieux, stimulant, assainissant, et j’en passe et des meilleures… Car le vinaigre soulage également les problèmes digestifs, conserve les aliments, soigne la peau… Qui peut dire mieux ?
Seuls de vrais artisans…
On ne peut apprécier à sa juste valeur un don de la nature comme le vinaigre qu’à la seule condition qu’il soit bien fabriqué ! Le vinaigre, en effet, doit non seulement résulter de la transformation de produits de base biologiques et propres ; il doit surtout ne pas être tué ensuite par une acétification ultra-rapide et par des filtrations exagérées… Bref, seuls de bons artisans peuvent encore nous garantir, en fin de parcours, un vrai et bon vinaigre riche des innombrables qualités qu’on lui prête traditionnellement… Ce produit naturel, souvent réputé miraculeux pour la santé humaine, ne sortira tous ses effets qu’à la seule condition d’être fabriqué artisanalement, à l’aide d’une méthode qui garantisse son intégrité. Dans ce domaine, l’histoire et le travail de Geneviève Fournil et Richard Marietta sont particulièrement éclairants. Quand à Jean Bauwens et à sa maman, au cœur du pays de Herve, ils nous indiquent la voie à suivre pour fabriquer, de façon parfaitement traditionnelle, un délicieux vinaigre de pommes. Rien, strictement rien, n’est ajouté au moût ; le vinaigre se fait et se décante de lui-même… Mycoderma aceti, la sympathique bactérie naturellement présente dans l’air ambiant travaille pour nous !
Miraculeux Mycoderma aceti
A ce sujet, le vinaigre, c’est comme le fromage : il faut absolument éviter qu’une conception inutilement draconienne de l’hygiène tue les bactéries qui sont naturellement présentes dans l’air. Sinon c’en sera fini du vinaigre artisanal, comme du fromage...
« Nous, on n’ajoute absolument rien à notre vinaigre, clament les Bauwens à l’unisson, ce sont les ferments naturels, qui sont présents dans l’air, qui font tout le travail. C’est pour cela qu’il faut de l’air, du temps et, pour bien faire de la chaleur. A la bonne température, deux mois ou deux mois et demi devraient suffire pour faire un bon vinaigre, mais ici, avec nos périodes de froid et de gel, il faut compter beaucoup plus de temps. »
« L’important, c’est la fermentation lente du vinaigre, dit Geneviève Fournil depuis le Tarn où se trouve sa vinaigrerie, il s’agit d’une fermentation naturelle qui respecte totalement le milieu de vie des bactéries. A acidité finale égale, notre vinaigre est beaucoup mieux toléré par l’appareil digestif humain que les autres vinaigres... »
Mais, au fond, pourquoi ne pas passer directement à l’acte et faire soi-même son propre vinaigre ? Rien de plus facile. Valériane n°58 vous dit tout ce qu’il faut savoir à ce sujet…
Egalement au sommaire de Valériane n°58…
Vous trouverez également, au sommaire de Valériane n°58, une importante prise de position de Nature & Progrès Belgique au sujet des modifications du règlement européen 2092/91 qui pourraient sonner le glas des petites épiceries bio de proximité… Funeste anniversaire : il y aura vint ans, le 26 avril prochain, qu’explosa le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. Valériane n°58 revient sur ce terrible événement et redoute qu’il faille aujourd’hui redouter un retour en force du lobby pro-nucléaire…
Egalement au sommaire, la croissance organique du « village » de Vévy Wéron, à Wépion, où travaille également le maraîcher David Duchêne ; les conclusions du colloque consacré à l’accès pour tous au logement éco-biologique ; Bernard Thiry, l’homme qui parlait aux arbres ; le galinsoga, une nouvelle adventice dans nos jardins ; Chrysanthellum americanum, une plante excellente pour la circulation, anti-oxydante et anti-inflammatoire…
Et encore : la culture de la laitue, celle des framboisiers, la fabrication du nichoir à pipistrelles… Nature & Progrès Belgique vous informe également au sujet de l’avancement de son nouveau bâtiment. En réalité, tout reste à faire et, plus que jamais, les sympathisants de l’association sont appelés à contribuer à l’indispensable développement de celle-ci. Une pierre à l’édifice ? Plutôt quelques brins de paille dans nos = beaux murs bio…

Pour toute information complémentaire :

Nature & Progrès Belgique asbl
520 rue de Dave
5100 Jambes
Tél. : 081/30 36 90 - Fax : 081/31 03 06
natpro@skynet.be - www.natpro.be <http://www.natpro.be>
Valériane est une publication bimestrielle de Nature & Progrès Belgique asbl.
Abonnement : verser 25 Euros au compte 068-0575350-70. Le numéro : 5 Euros.


COBRA à la Foire du Livre

Décidément très dynamique, le Groupe COBRA (Comité d’Organisation Bastognard « Remember Americans ») était présent à Bruxelles, lors de la dernière Foire du Livre qui s’est tenue sur le site de Tour et Taxis, du 15 au 19 février dernier.
Invité à la fois par son éditeur, Olivier Weyrich, et par le Service du Livre luxembourgeois, Roger Marquet, Secrétaire du Groupe, a dédicacé ses livres l’avant-dernier jour de la Foire. Et parmi ceux-ci, se trouvait bien sûr sa dernière production, « Champ de Bataille, Champ de Repos – Foy 1944-45 », livre essentiellement consacré à l’histoire du cimetière provisoire américain de Foy.
Cet ouvrage, véritable mémorial de papier, rencontre un succès de librairie très estimable. Il est vrai qu’il contient des tas de renseignements et d’anecdotes qui intéressent au plus haut point les curieux et autres amateurs de cette période de notre histoire locale. De plus, l’auteur, en rétrocédant tous ses droits au groupe COBRA, a fait en sorte que tous ceux qui souhaitent soutenir financièrement les activités à caractère historique, commémoratif, voire pédagogique organisées par le groupe, trouvent ici une occasion de le faire, en acquérant un exemplaire dudit ouvrage.
Le Groupe COBRA démontrera encore son énergie dans les semaines qui viennent, en organisant deux activités qui peuvent intéresser les jeunes comme les plus âgés.
D’abord, le samedi 11 mars prochain, en collaboration avec Animalaine, le Groupe organise son 2ème Rallye pédestre nocturne de 8 Km (Départ dès 19 h à Animalaine à Bizory). Ce rallye est intitulé « Sur les Pas de la Easy Company » et sera imprégné du souvenir de ces parachutistes de la Compagnie E du 506th P.I.R., rendue célèbre par la série télévisée « Frères d’Armes ». (Renseignements : Joël Robert – 0495 / 53.90.79)
Ensuite, les 18 et 19 avril 2006, c’est une escapade de deux jours à Reims que COBRA proposera aux Bastognards (et aux autres, évidemment !). Beaucoup d’endroits seront vus par les excursionnistes et notamment, fait exceptionnel, une visite du Camp de Mourmelon, d’où les paras de la 101ème Airborne sont partis en décembre 1944 pour venir défendre Bastogne. Le camp étant toujours un domaine militaire en activité, il est extrêmement rare de pouvoir y pénétrer… COBRA pourra même y déjeuner ! Il reste quelques places mais il ne faut pas tarder à réserver.
(Renseignements : Guy Péremans : 061. 21.41.86.


Attention : batraciens sur les routes !

Les batraciens viennent d'entamer leur migration printanière. Vous pouvez leur venir en aide, en participant à l’une des 46 opérations de sauvetage organisées aux quatre coins du pays ! L’an dernier, de telles opérations ont permis de sauver plus de 60.000 batraciens d’une mort certaine !

La valse des batraciens vient de débuter sur nos routes ! Comme chaque année à pareille époque, le même scénario se reproduit : lorsque les conditions climatiques deviennent plus clémentes, crapauds, grenouilles et autres tritons, guidés par leur instinct de reproduction, sortent de leurs retraites hivernales pour entamer leur migration printanière. Destination : les mares et les étangs qui les ont vu naître afin de s'y reproduire à leur tour. Et si leur itinéraire croise une route, c’est l’hécatombe !!!
Les déplacements des batraciens débutent dès le début du mois de février, par temps doux et humide, généralement à la tombée du jour. Ces animaux peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à travers bois et prairies. Certains jours climatiquement favorables (T° autour de 7°C), les migrations peuvent alors prendre des allures d'invasions lorsqu'ils impliquent des centaines, voire des milliers d’individus.
Les routes qui tuent
Malheureusement pour les batraciens, cette migration relève souvent du parcours défi ! En effet, dans nos campagnes, un nombre croissant de routes traversent et “ coupent ” les couloirs de migrations empruntés depuis des générations de batraciens. C’est ainsi que chaque printemps, aux mêmes endroits, des centaines d’animaux périssent sur les routes, écrasés par les voitures…
Quelles solutions ?
Des solutions durables existent comme les tunnels (appelés ‘crapauducs’) spécialement conçus pour permettre le passage des batraciens sous les routes. Mais force est de constater que les responsables des équipements routiers n’ont généralement pas embrayé le pas à nos associations qui réclament, depuis de nombreuses années, la construction de tels ouvrages aux endroits de passage des crapauds et grenouilles. Chacun de nous peut aussi contribuer à la sauvegarde des batraciens…

Levez le pied !
Que peut faire l'automobiliste ? La nuit, à proximité des “routes à batraciens”, rouler sous la barre des 30 km/h est le premier réflexe qui sauve un grand nombre d'animaux ! En-dessous de cette vitesse, on évite en effet que les batraciens ne soient "avalés" et projetés contre le soubassement des véhicules par aspiration d'air, conséquence d'une vitesse trop rapide.
Les batraciens se ramassent
Sur le terrain, des volontaires s’organisent également afin de sauver un maximum d’individus. Comment ? Notamment, en plaçant des barrières infranchissables en plastique le long de certains tronçons de routes. Ainsi, en longeant ces obstacles qui barrent leur progression, les batraciens tombent dans des seaux enterrés dans le sol et les recueillent. Il ne reste plus ensuite aux équipes de bénévoles qu’à se relayer, matin et soir, pour vider les seaux de l’autre côté de la route. Vous aussi, vous pouvez venir en aide aux batraciens.
A cette fin, Raînne – Natagora vient de publier un dépliant « Attention, batraciens sur nos routes » (PDF téléchargeable) pour sensibiliser le public au sort des batraciens et les inviter à participer aux opérations de sauvetage existantes ou à lancer de nouvelles initiatives.> La liste actualisée des opérations de sauvetage de batraciens est disponible sur www.natagora.be/rainne
Infos : Raînne - Natagora (Tél : 081/830.570 – www.natagora.be).


Communiqué de presse
16 février 2006


Gérez votre stress par la sophrologie

Dans un monde qui tourne de plus en plus vite, le stress et ses conséquences altèrent souvent notre qualité de vie : manque de confiance, irritabilité, instabilité, repli sur soi, dépression, perturbations alimentaires… C’est pourquoi, le service Education Santé de la Mutualité Socialiste du Luxembourg propose, depuis plusieurs années, des ateliers de gestion du stress grâce à la sophrologie. En effet, la sophrologie est un art de la détente et du bien-être !
Par la « sophro » et un entraînement régulier à ses techniques simples, vous apprendrez à reconnaître vos tensions et gérez vos émotions dès leurs apparitions. Dès lors, vous serez capable, en peu de temps, de vous « prendre en mains » afin de trouver la vie la plus harmonieuse.
L’atelier sophrologie de la Mutualité Socialiste du Luxembourg poursuit plusieurs objectifs :
ß Pratiquer la sophrologie : méthode de relaxation dynamique et de connaissance de soi.
ß Apprendre à écouter son corps et à se détendre.
ß Prendre conscience des situations et symptômes liés au stress afin de mieux les gérer.
ß Améliorer sa qualité de vie.
ß Apprivoiser son « parasite » mental.
ß Mettre en valeur le positif.
ß Développer l'estime de soi.
Les 2 premiers cycles de formation « gestion du stress » débuteront les 6 et 7 mars prochains. Ils se dérouleront respectivement à Habay et Libramont dans les locaux de la mutualité. Les cours se prolongeront ensuite les lundis à Habay et les mardis à Libramont. Pour chaque cycle, 10 séances d'une heure seront dispensées par une sophrologue diplômée.
Ces cours de « sophro » sont ouverts à tous, affiliés ou non à la Mutualité Socialiste du Luxembourg pour une participation de 80 € (affilié) ou 100 € (non affilié).
Nous éprouvons tous le besoin de nous sentir mieux, de retrouver notre équilibre.
Renseignements et inscriptions (nombre de participants limité !) : 061 23 12 96


CARNAVAL DANS LES CANTONS DE L’EST

Le carnaval fait partie des principaux événements folkloriques de l’année dans les Cantons de L’Est. Une différence fondamentale par rapport aux réjouissances carnavalesques d’autres régions réside cependant dans le fait qu’on y retrouve sur un territoire assez réduit deux traditions carnavalesques différentes.
Le Carnaval rhénan dans les communes germanophones
Alaaf! Tel est le cri que vous entendrez, mille et mille fois répété, dans tout le carnaval des Cantons Germanophones, ce cri signifiant "Salut!" en argot rhénan. Mais vouloir donner une signification de tous les termes propres au carnaval serait un exercice bien périlleux. En effet ceux-ci se perdent dans la nuit des temps tout comme les choses qu'ils désignent.
Dans les localités germanophones, les festivités carnavalesques sont introduites le jeudi avant carnaval (cette année le 23/2) par les „vieilles femmes“, qui prennent possession des hôtels de ville, des administrations et des cafés depuis le matin dans la plupart des localités. En soirée se déroule partout le „bal des vieilles femmes“. A retenir: Eupen et La Calamine, les plus grands cortèges des « vieilles femmes » des Cantons de l’Est mais aussi Bullange – Butgenbach – Amblève – Raeren – St-Vith.
Les cortèges du dimanche de carnaval (26/2), du “Lundi des Roses” (27/2) et du mardi (28/2) constituent l’apothéose du carnaval rhénan dans de nombreuses localités. Des dizaines de chars, décorés de manière originale et des milliers de travestis sillonnent les rues des villes et villages. Partout, le char du Prince Carnaval clôture les cortèges humoristiques.
Les festivités prennent fin le mercredi des cendres, la coutume veut que les cafetiers offrent un hareng à leurs clients fidèles.
LE CWARMÉ WALLON
Le carnaval wallon de Malmedy semble assez différent du carnaval rhénan, des Cantons germanophones. Mais cette différence ne porte en fait que sur les apparences extérieures et sur la mise en forme de principes fondamentaux qui sont identiques. Qu'ils soient "Wallons" ou "Rhénans", les carnavals ont toujours eu pour but d'exorciser des velléités de rebellions ou de conjurer un mauvais sort.
Le carnaval est précédé d'une période pré carnavalesque qui se répartit sur les quatre "jeudis gras" précédant la quinquagésime. Tandis que les après-midi sont plus spécialement réservés aux enfants qui envahissent les rues travestis et masqués, les soirées sont vouées aux adultes qui, par petits groupes, vont de café en café exécuter leurs "petits rôles".
Le carnaval proprement dit va réellement commencer le samedi par la remise des pouvoirs du bourgmestre au "Trouv'lé", véritable personnification du carnaval malmédien. Mais contrairement au prince carnaval des Cantons germanophones, le trouv'lé n'est qu'un personnage éphémère que l'on ne verra plus les autres jours. C'est lui qui va ouvrir le carnaval en se faisant précéder par la "grosse police", sorte de garde champêtre obèse accompagné des "djoupsennes" (égyptiennes).Un dépliant au format A-5 avec le programme complet des jours fous est disponible à l’
Office du Tourisme des Cantons de l’Est, BP. 66, B-4780 St-Vith
Tél.: +32 (0)80/22 76 64, info@eastbelgium.com (fermé le sa. + di.)
et à la
Maison du Tourisme, Place Alber I, 29, B-4960 Malmedy
Tél.: +32 (0)80/33 02 50 (fermé le lu. et ma.)
ainsi que dans tous les Tourist-Info des Cantons de l’Est
Le programme complet des jours fous
JEUDI DES VIEILLES FEMMES - 23/02/2006Dans les localités germanophones, les festivités carnavalesques sont introduites ce jeudi par les „vieilles femmes“, qui prennent possession dans la plupart des localités des hôtels de ville, des administrations et des cafés depuis le matin. En soirée se déroule partout le „bal des vieilles femmes“.
A retenir:
EUPEN et LA CALAMINE, les plus grands cortèges des « vieilles femmes » des Cantons de l’Est mais aussi BULLANGE – BUTGENBACH – AMBLÈVE – RAEREN – ST-VITH.Bals des « vieilles femmes »
Bütgenbach 21:00 Salle «Brüls»
Raeren 17:30 Bergscheider Hof
St.Vith 20:00 Ecole communale
Eupen 18:00 Hotel Ambassador
La Calamine 17:00 Salle «Patronage»
18:00 Café «Select»
Les 4 « JEUDIS GRAS » à Malmedy
PARTIES DANSANTES et AMBIANCE CARNAVALESQUE dans tous les cafés de la ville.
A partir de 16h00 BAL D’ENFANTS MASQUÉS ET TRAVESTIS, organisé par le « Rwayâl Club Walon », en la salle « A l’Frâternité ».

VENDREDI 24/02/2006Eupen Bal masqué 19h00 Café « Ratskeller »
Hauset Bal masqué traditionnel 20h00 Salle polyvalente
Manderfeld Séance carnavalesque 20h00 Hall des sports de l’école communale
Raeren-Bergscheid Soirée carnavalesque 20h00 Hall des sports
Waimes Bal carnavalesque 18h00 Buvette du RFC Wallonia Waimes
SAMEDI DU CARNAVAL - 25/02/2006Bütgenbach Séance carnavalesque pour enfants 14h11 Salle «Brüls»
Dürler Bal masqué 21h00 Salle «Dürlandia»
Eupen Remise des clefs au 20h30 Local « AS Eupen»
Prince Carnaval 2006 (Kehrweg 14)
ensuite animations carnavalesques
dans toutes les salles et cafés de la ville
Honsfeld Bal masqué 20h00 Salle du village
La Calamine Cortège carnavalesque des enfants 14h30 Centre-Ville
Bal masqué 18h00 Café « Select »

Mackenbach Séance carnavalesque du village 20h30 « Ourgrundia-Halle »
(Schönberg) avec et proclamation du Prince Carnaval
MALMEDY
Ouverture du carnaval
à 13h00 Aux différents coins de la ville, annonce de l’ouverture des festivités
par la « Grosse Police ».
à 14h45 Réception du Troûv’lê « A l’Frâternité »
et remise des pouvoirs par M. le Député-Bourgmestre.
à 16h00 Au départ de la place Albert Ier:

GRAND CORTÈGE FOLKLORIQUE PRÉSENTÉ PAR:
LA ROYALE MALMÉDIENNE - « Lu grande parâde do Tène Circus »
LA ROYALE HARMONIE « LA FRATERNITÉ » - « Voyèdje o payis dès Incas »
LA MESNIE DO L’HAGUÈTE - « Lu monde fêt l’Cwarmê »
LA FANFARE ROYALE « L’ECHO DE LA WARCHE »- « So l’trace dès Faraons »
LA ROYALE UNION WALLONNE - « Mâm’di, o l’an mèye »
Mürringen Séance carnavalesque 20h00 Salle « Jost »
Raeren Remise des clefs au Prince Carnaval 12h00 Administration Communale
Soirée carnavalesque 20h00 « Bergscheider Hof »
Bal du Prince Carnaval 20h11 Salle « Kessel » (Lichtenbusch)
Ovifat Rôles avec les Baratins d’Ovifat 20h00 Salle « Bar-à-Barras »
DIMANCHE DU CARNAVAL - 26/02/2006MALMEDY
13h00 « Danse de la Haguète » (place Albert 1er)
à 13h30 au départ de la Place de Rome – GRANDE PARADE CARNAVALESQUE
Avec la participation de nombreuses sociétés et réunissant notamment les célèbres masques traditionnels:
TROUV’LE – DJOUPSENES – GROSSE POLICE – HAGUETES – SAVADJES – LONGS NES - VEHEUS – SOTES – LONGUES BRESSES – BOLDJIS – CWAPIS – PIEROTS – HARLIKINS – SAVADJES CAYETS – LONGS RAMONS
et les sociétés de musique suivantes:
Royale Harmonie « La Fraternité » - Royale Malmédienne, Brass Band « Écho des Charmilles » - (Xhoffraix), Royale Harmonie « L’Émulation » (Stavelot) - Royale « Écho de la Warchenne » (Waimes)
Fanfare Royale « l’Echo de la Warche » - Royale Union Wallonne - Royale Harmonie « Écho de la Wallonie » (Faymonville) - Société Royale « Les Echos de l’Amblève » (Ligneuville) - Brass Band « Écho des Montagnes » (Thirimont) - Mesnie do l’Haguète, Harmonie de Sart-Charneux
Après le cortège – Grande « BÂNE COURANTE » - carnaval des rues
À 18h00 BOUQUET MUSICAL FINAL, place Albert Ier
Rassemblement de tous les participants
Interprétation des airs traditionnels du « Cwarmê « par toutes les sociétés.
___________________________________________________________________________
GRANDS CORTÈGES AVEC DE NOMBREUX CHARS ET GROUPES COSTUMÉS ACCOMPAGNÉS PAR LE PRINCE CARNAVAL
À DEIDENBERG (Amblève – 14h11) – EUPEN (Cortèges des enfants – 14h30) LICHTENBUSCH (Raeren – 14h30 ) – MALDINGEN (Burg-Reuland – 14h00)
LA CALAMINE (cortège traditionnel des sociétés – 13h00) RAEREN (13h00) – ROBERTVILLE (10h00) - ST-VITH (14h30)
Autres manifestations carnavalesques
Bellevaux Rôles de Bellevaux 10h00 « Salle du Belvâ » (Réaudition : 18/03/06)
Deidenberg Fête carnavalesque 16h00 Salle « Zum Tünnes“
Faymonville Bal masqué 20h30 « Sociétés Réunies »
La Calamine « Danse des pages » 16h00 Salle « Patronage »
Raeren Fête carnavalesque 18h00 Hall des sports Raeren-Bergscheid
Bal costumé 20h00 « Bergscheider Hof »
Bal costumé 20h11 Salle „Kessel“
Robertville Bal masqué pour enfants 17h00 « Local de la Jeunesse »
Bal masqué 20h30 « Local de la Jeunesse »
Rocherath Séance carnavalesque pour 14h30 Salle « Kalpers »
enfants
St.Vith Accueil du Prince Carnaval 10h30 Hall de tennis
Fête carnavalesque +/- 17h00 Hall de tennis
LUNDI DES ROSES - 27/02/2006
Les cortèges du “Lundi des Roses” constituent l’apothéose du carnaval rhénan dans de nombreuses localités. Des dizaines de chars, décorés de manière originale et des milliers de travestis sillonnent les rues des villes et villages. Partout, le char du Prince Carnaval clôture les cortèges humoristiques. Partout la fête commence EN début de l’après-midi.
BULLANGE – BURG-REULAND – BUTGENBACH – EUPEN – LA CALAMINE OUDLER (Burg-Reuland) SCHÖNBERG (St-Vith)
AUTRES CORTÈGES CARNAVALESQUES: FAYMONVILLE (14h00) - SOURBRODT (13h00)
Autres manifestations carnavalesques
Bellevaux Rôles de Bellevaux 10h00 + 19h00 « Salle de Belvâ »
Bullange Fête carnavalesque 16h00 Salle polyvalente
Burg-Reuland Bal carnavalesque 15h00 Salle « Richter-
Scholtes »
Faymonville Bal masqué 20h30 « Sociétés Réunies »

La Calamine Bal des Princes Carnaval 18h30 « Salle Patronage »
Oudler Fête carnavalesque 16h00 Salle de la société de musique
Raeren Soirée carnavalesque 20h00 « Local du RFC Raeren »
Rodt Séance carnavalesque 14h00 Salle “Backes”
pour enfants et proclamation
Waimes Tour du village et 10h00
Massî Tôr en musique
Rôle des Bouh Tot Djus 17h00 Gymnase
Weywertz Séance carnavalesque 14h00 Salle « Hermann »
___________________________________________________________________________
MALMEDY
JOURNÉE DES RÔLES : Revues satiriques jouées sur scènes ambulantes
À 11h00 CORTÈGE DES ACTEURS
Représentations :
ROYALE UNION WALLONNE – « Vamos à Masta »
Place de Rome (14h00), Rue Neuve (16h30)
(Réaudition: 4/3 - Salle de Chôdes - 20h30, 10/3 - Salle « Al’Fraternité » - 20h30)
ROYALE MALMÉDIENNE – « Mic Mac »
Rue Neuve (14h00), Place de Rome (16h30)
(Réaudition : 4/3 - Salle du Globe – 20h00, 11/3- Salle «Entente & Loisirs » de Géromont – 20h00)
À partir de 13h30
Animation carnavalesque dans toute la ville
Mâssî Toûr: « MÂM’DÎ LONDI TODI »
MARDI GRAS - 28/02/2006
CORTÈGES CARNAVALESQUES
GRÜFFLINGEN 14h00
KETTENIS 14h00
LOMMERSWEILER 13h30 MANDERFELD 14h00
RAEREN 13h30 (pour les enfants)Autres manifestations carnavalesques
Bullange Tour d’honneur du Prince 11h00 dans le village
Eupen Séance carnavalesque 14h30 « Capitol »
du Prince Carnaval des enfants
Remise de la clé par le 21h00 « Kolpinghaus »
Prince Carnaval
Faymonville Bal masqué pour enfants 15h00 « Sociétés Réunies »
Brûlage de la Haguète 19h30 « Sociétés Réunies »
+ Feu d’artifice
Bal masqué 20h30 « Sociétés Réunies »
Grüfflingen Bal carnavalesque 15h00 Salle « Unitas »
Kettenis Cortège carnavalesque 14h00
La Calamine Extinction de la bougie 11h11 Café « Select »
par le Prince Carnaval
Après-midi carnavalesque 15h00 Salle « Patronage »
pour enfants
Hergenrath Soirée d’adieu du Prince Carnaval 21h00 Salle « Im Winkel »
Manderfeld Fête carnavalesque 16h00 Salle « Henkes »
Montenau Séance carnavalesque pour enfants 14h00 « Hall de tir »
et proclamation du Prince Carnaval
Raeren Après-midi carnavalesque 14h00 « Bergscheider Hof »
pour enfants
Grande soirée carnavalesque 18h00 « Bergscheider Hof »
Recht Carnaval des enfants 14h00
St.Vith Carnaval des enfants 14h00 « Chiroheim »
Extinction de la bougie 20h30 « Hall de tennis »
par le Prince Carnaval
Thirimont Bal pour enfants 14h00 « Salle des Hauts-Sarts »MALMEDY
L’après-midi, le soir et encore plus tard, PARTIES DANSANTES et FOLLE AMBIANCE DE CARNAVAL dans tous les cafés de la ville.
À partir de 14h00 sortie individuelle des sociétés
A 19h00 rendez-vous de toutes les societes et de toute la population pour le « Brûlage de la Haguète », Place Albert Ier
1.) Royale Harmonie « La Fraternité » - « Voyèdje o payis dès Incas »
2.) Royale Malmédienne, Royale Harmonie « L’émulation », Stavelot - « Ardennais et Ardennaises »
3.) Mesnie do l’Haguète, Harmonie de Barvaux/Ourthe - « Les Grossès Tièsses »
4.) Royale Union Wallonne, Société Royale « Les Echos de l’Amblève », Ligneuville - « Noce Villageoise »
5.) Fanfare Royale « L’écho de la Warche » - « So l’trace dès

 


135 hectares supplémentaires de réserves naturelles RNOB en 2005

Au fil des ans se constitue un vaste réseau de sites naturels protégés en région wallonne. En 2005, l’association Réserves Naturelles RNOB - Natagora n’a pas ménagé ses efforts. Bilan…
En 2005, les Réserves Naturelles RNOB - Natagora ont préservé 135 hectares – 110 par acquisition et 25 par convention - de tourbières, marais, pelouses calcaires et autres prairies répartis sur 29 sites et 4 Provinces portant ainsi à plus de 3.700 hectares la superficie totale d’espaces protégés à ce jour par l’association (151 réserves). Ces efforts constituent une véritable course contre la montre pour lutter contre l’érosion de la biodiversité dans la perspective de l’Objectif 2010 établi par l’Union européenne d’avoir stopper l’érosion de la biodiversité d’ici cinq ans.
29 sites concernés dont 5 nouvelles réserves
Cliquez sur les liens hypertextes ci-dessous pour obtenir une description des réserves
ou http://www.natagora.be/reserves Province de Hainaut (8 ha)
Réserves : Grand Rieu – Marais de Montreuil – Préelles – Ronveaux Ciply (NEW !)
Province de Luxembourg (72 ha)
Réserves : Breuvanne – Plate dessous les Monts - Petit Vivier – Marais de Sampont – Marais de Fouches - Vallée de la Vierre - Vallée de la Sûre – Forêt d’Anlier– Chifontaine – Ourthe orientale – Sol Fagne - La Gotale
Province de Liège (33 ha)
Réserves : - Braunlauf – Thommen - Ulf – Emmels – Rechterbach – Vallée de la Warche – Vallée de l’Amblève (NEW !) - Werelsbach (NEW !) – Ile au Corsaire (NEW !)
Province de Namur (22 ha)
Réserves : Lombicth – Hermeton – Devant Bouvignes – Dry les Wennes (NEW !)
Priorité aux extensions
Comme les années précédentes, la plupart des achats et locations réalisés en 2005 l’ont été autour de réserves existantes afin d’étendre leur superficie. Une réserve de grande superficie apporte en effet de meilleures garanties pour assurer la survie à long terme des espèces qui peuvent s’y développer mais présente d’autres avantages : la gestion écologique y est facilitée de même que les possibilités d’accueil du public. Petit à petit, parcelle après parcelle, tel un puzzle se constitue une réserve naturelle. Le travail n’est pas simple car il faut souvent convaincre les propriétaires des terrains convoités de l’intérêt de les préserver pour la nature. Et puis, il y a le « nerf de la guerre ». Outre les aides régionales et européennes dont bénéficie l’association pour son activité de protection de sites, il faut souligner l’effort consenti, chaque année, par les nombreux donateurs qui soutiennent les programmes d’achats des Réserves Naturelles – Natagora par leurs dons (déductibles fiscalement). Merci à tous ces généreux donateurs !
5 nouvelles réserves
Réserve naturelle Ciply (réserve Ronveaux) (Hainaut)
La réserve naturelle de Ciply (ou réserve Ronveaux) se situe au sud de l’entité de Mons. Le site consiste en une prairie sèche, bordée d’un petit verger et d’un versant boisé descendant vers le By. On y retrouve principalement des espèces végétales caractéristiques des milieux secs et/ou calcaires, mais l’intérêt principal se situe sous la surface du sol. Là s’étendent plusieurs centaines de mètres de galeries issues d’une ancienne exploitation de craie phosphatée. Outre leur intérêt historique et géologique, on y note la présence de nombreux fossiles d’origine marine (bélemnite,…). Des chauves-souris, notamment le Vespertillon de Daubenton, occupent les galeries en période d’hivernage.
Réserve naturelle de la Vallée de l’Amblève (Liège)
La réserve naturelle de la vallée de l’Amblève se situe aux alentours du village du même nom, à 470 m d’altitude. L'intérêt de ce site est écologique et paysager. A cet endroit, les nombreux méandres de l’Amblève jouent un rôle très important dans la prévention des inondations en aval. La réserve est formée par un ensemble de fonds humides, où se mêlent prés de fauche à orchidées, mégaphorbiaies, jonchaies et prairies à bistorte. Le site constitue une zone de toute première importance pour l'avifaune des prairies ardennaises : la bergeronnette printanière, le bruant des roseaux, la locustelle tachetée, la rousserolle verderolle et le pipit farlouse y nichent fréquemment. Le Martin pêcheur est nicheur sur les berges de la rivière et on y observe régulièrement la cigogne noire.
Réserve naturelle du Werelsbach (Liège)
La réserve naturelle du Werelsbach est située au nord de Saint-Vith à quelques pas de la ville. Elle englobe les premières sources de la petite rivière Werelsbach, qui après un parcours d'environ 5 km, se jette dans la Braunlauf (bassin du Rhin). La création de la réserve est le fruit de la collaboration avec la ville de Saint-Vith qui nous permet ainsi de protéger environ 2.5 ha de prés humides de fond de vallée.
La réserve comprend les anciennes sources ayant alimenté la ville en eau potable. La flore et la faune, typiques de ces milieux, y sont encore bien conservées et on pourra par exemple y observer facilement la pie-grièche écorcheur, le bruant des roseaux ou la rousserolle verderolle. Un chemin de promenade fort fréquenté qui longe la réserve et la proximité des écoles de la ville vont faire du site un lieu très important pour l’éducation et la sensibilisation des habitants à la sauvegarde de nos dernières zones humides.Réserve naturelle de l’île aux Corsaires (Liège)
Un nom bien singulier pour un ancien site industriel situé en plein cœur de la Cité ardente. Pourtant, ici, point de repère de brigands, point de caverne aux trésors fabuleux mais bien… un milieu semi-naturel d'une richesse exceptionnelle ! Des déchets industriels ont autrefois été stockés sur le site et ont contaminé le milieu. Cette contamination par des métaux lourds a entraîné l'apparition et le développement d'espèces dites « calaminaires » que l’on ne retrouve que sur des sols riches en zinc et en plomb. La pensée calaminaire, le tabouret calaminaire, le gazon d'Olympe calaminaire et le silène enflé calaminaire sont de ces plantes très typiques, souvent protégées, qui forment parfois de véritables tapis fleuris. De même, une faune très spécifique trouve refuge ici. C'est le cas par exemple d'un papillon peu commun, le petit nacré, dont la chenille se nourrit notamment de la pensée calaminaire.

Réserve naturelle de Dry-les-Wennes à Dinant (Namur)
Situé sur l’un des hauts lieux historiques de la ville de Dinant, ce site couvre plusieurs hectares et domine, sur toute sa longueur, les vestiges d’imposants remparts, probables derniers témoins majeurs de l’architecture militaire médiévale d’une ville mosane fortifiée. La réserve de Dry-les-Wennes est née d’une convention passée avec un propriétaire privé. Elle se caractérise par ses importants pierriers, ses affleurements rocheux riches en espèces rupicoles et ses pelouses sèches. Dans le cadre du programme LIFE Haute Meuse, projet financé par l’Europe et la Région wallonne, d’importants travaux de restauration de ces milieux particuliers sont actuellement en cours. Une clôture fixe sera placée en sa partie basse afin d’assurer une gestion des pelouses par les moutons.
Petit à petit, le réseau se construit
Tous ces terrains achetés ou loués renforcent, année après année, le réseau de sites protégés, garant de la préservation d’une faune et d’une flore de plus en plus malmenées et qui trouvent souvent dans les réserves naturelles, leurs derniers refuges. La tâche à accomplir reste grande.
Contact : Joëlle Huysecom, Dpt. Conservation des Réserves Naturelles RNOB - Natagora
Tél. : 081/830.570 - 0474/54.52.64 - Email : joelle.huysecom@natagora.be
www.natagora.be - www.rnob.be


Comment préparer un Business Plan gagnant ?

123 GO et Enterprize propose une conférence sur les étapes clés d’un Business Plan gagnant !Rendez-vous à Business Exchange le jeudi 9 mars de 12h45 à 13h45
Créer une nouvelle entreprise, lancer une nouvelle activité dans une entreprise existante ou ouvrir votre capital à des investisseurs extérieurs, passe nécessairement par l’élaboration d’un plan d’affaires. Une étape cruciale qui donnera un maximum de succès à votre projet.
Afin de sensibiliser les (futurs) entrepreneurs à l’importance du plan d’affaires, le réseau 1,2,3 GO et le concours Enterprize, en collaboration avec le réseau des Chambres de commerce de Wallonie et de Bruxelles, organisent, dans le cadre du Salon Business Exchange, une conférence portant sur l’élaboration de Business Plan gagnant. L’objectif sera d’y présenter une sorte de B.A.-BA du Business plan : A quel moment faut-il en faire un ? Quels sont ses éléments incontournables ? Quels sont ses principaux objectifs ? Y a-t-il une structure à respecter ? Quels sont les renseignements qui intéressent les investisseurs ? ...
Pour compléter cette information, la deuxième partie de la conférence sera consacrée à la présentation de deux dispositifs d’aide à la réalisation d’un Business Plan, notamment le réseau de coaching et parcours de plans d’affaires interrégional 1,2,3 GO et le concours national de Business plans Enterprize.
Le témoignage Monsieur Robert Centner, Administrateur délégué de Tetraktis active dans le secteur agro-alimentaire et coach du réseau du Parcours de Plan d’affaires d’1,2,3 GO viendra clôturer la conférence.
Envie d’en savoir plus ?
Venez assister à la conférence et visitez notre stand (N58) à Business Exchange !« Comment préparer un Business Plan gagnant ? »
Le jeudi 9 mars à 12h45
Salon Business Exchange - Namur
(Namur Expo - Avenue Sergent Vrithoff 2, 5000 Namur)
Infos & Inscription à la conférence :
francoise.janssens@ccilb.be ou par fax 061 29 30 69 ou via le site www.ccilb.be

Une initiative du réseau 1,2,3 GO, du concours Enterprize et du réseau des Chambres de Commerce de Wallonie et de Bruxelles

 


COMMUNIQUE DE PRESSE du 14_02_2006

CONCERT LE 04 MARS à partir de 21h00 – MJC SEDAN

A l’heure où l’organisation d’événement culturel est restreinte par le manque de soutien et de reconnaissance des collectivités territoriales, les jeunes organisateurs depuis 10 ans maintenant, s’entêtent à amener la musique sur leur terre natale.
Leur entrain d’aujourd’hui reste identique à leur motivation d’origine, donner la chance aux jeunes et aux amateurs de musiques sedanais et ardennais de profiter de ce styles de sorties et surtout d’être en lien avec l’actualité musicale.
Cette soirée s’annonce des plus atypiques par un mélange d’univers qui garde un même point commun, le plaisir de la scène.
Le début de soirée sera lancé par Didier Super. Chanteur tchit qui dénonce des choses taboues en parodies. Attention c’est à prendre aux millièmes degrés !! Après une partie de rigolade, place aux Manipulators, groupe rémois de dub hypnotisant.
Cette volonté de mélanger des styles lors d’une soirée est à l’origine fondée sur la rencontre des cultures et des personnes et aussi sur le soutien aux jeunes talents.
DIDIER SUPER (chanson punk – trash poésie) www.didiersuper.com
Didier Super n’est pas un héros ordinaire. Il est comme le nom l’indique vraiment super. Capable du pire pour le meilleur : c’est à dire un album détonnant dans l’industrie actuelle du monde musical.
Arrogant, délaissant les canons classiques des formats, reverche il ne laisse personne indifférent. A la Question « Fait il cela sérieusement ? », osons dire illico que l’on ne l’espère pas, car sinon : c’est grave. Si par contre il est conscient de ridiculiser toute la génération star, de psalmodier cet académisme du beau-bon merveilleux à qui tout réussit dans la vie, s’il fauche les canons positivistes sous les pieds des producteurs aux succès d’un jour, alors il faut lui acheter son disque. C’est l’ultime consécration de la chanson française. Cet album est un acte de résistance au tout formaté. Un besoin de pousser jusqu’au bout le travers et d’en montrer le pire jour.
Ce disque est un « C’est arrivé près de chez Vous » (film de Rémy Belvaux avec François Poelvoorde) mais en pire ! Sur des bases musicales on ne peut plus simplistes (guitare, orgue basique aux sonorités horribles), il balance des atrocités d’une voix paillard et sans aucune pitié pour le chant. Laissant son accent traînant de pauvre plouc nordiste sur toutes les pistes de son album (mais peut on appeler cela album ?) il est le Bioman des intermédiaires, le fils spirituel de Bézu qui pourrait construire une farandole en chantant sur les capotes du pape. Sa track-list est impressionnante de mauvais goût, « Y’en a marre des Pauvres », « Petit Caniche, Peluche pour Vieux », « On va Tous Crever », « Hé Bhen T’es Con » prouve que tout passe dans une moulinette à pochetron. Toutes les pires saloperies qu’on entend dans un café du pauvre il en fait une chanson. Et il s’en vente.
Didier Super c’est de la Jupiler qui coule dans sa voix bileuse. C’est l’émission Streap-Tease (sur Arte) qui va filmer le médiocre se prenant au sérieux. Personne d’autre que lui ne peut hurler sa morve sur les gros johnny qui sont cons, sur la théorie de la grosseur d’une majorette en fonction de sa ville ou sur la pédophilie des curés. Lui il le fait car c’est son monde. Son univers quotidien de la France du sous-sol. C’est aussi un disque à ne pas mettre entre toutes les mains, Didier prend la formule : on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui pour sienne. Car voilà le bonheur de Didier Super : il arrive à nous faire rire avec des ignominies. Il est là le secret de ce concept-album : plus Super rentre dans le trash, plus nous de notre coté d’être civilisé, on en redemande. « Les arabes, c’est comme les lesbiennes et les drogués, les romanos, les artistes et puis les putes : y en a des biens ! ».
Pire encore, ses musiques simplistes et ses mélodies éraillées séduisent, ses textes stupides mais "carrément bien trouvés" sont mis en valeur par la musique qui a parfois tendance à s'effacer. Les jeunes sont morts de rire, s'arrachent déjà les chansons, les reprennent entre eux, se citent des passages de ces paroles déjà devenues mythiques, comme on se cite un passage des "Bronzés". Didier Super a trouvé ici une formule originale : exploiter les pensées les plus simplistes du bon peuple, et les restituer sous forme de mots d'enfants. Vous adorez le second degré et la stupidité de Didier, ou vous détesterez. Mais tant qu'a faire mieux vaut en rire que de s'en foutre, non ?
MANIPULATORS (dub) www.manipulators.fr
Manipulators est un combo originaire de Reims (51). C’est en 2002 que les Manip’ sortent leur premier opus signant ainsi leur acte de naissance avec détermination.
Gagnants du tremplin DSAR (le dispositif de soutien aux artistes en région) en 2005. Ce dispositif est financé par la Région Champagne-Ardenne via l’ORCCA, et piloté par le POLCA (Pôle des Musiques Actuelles en Champagne-Ardenne)
Pas de doute, dès la première écoute du disque, on entend la basse-batterie à la présence implacable et caractéristique d’un reggae progressif sous amphétamines dont le grave est le maestro. Stimulants, les samples et sons de guitares s’affrontent en duel s’échouant à répétition sur le littoral du groove. Pas de doute, tout nous indique que c’est du dub aux accointances électro et rock.
Mais, ne s’appelle pas Manipulators qui veut ou comment des apprentis-sorciers défient les lois de la nature. Alchimiste invétéré, le sextet rémois fait du paradoxe sa cohésion musicale. Le traitement des sons allie des textures à la fois synthétiques et organiques. De la fusion entre l’acidité des riffs et la générosité des rythmes naît une ardeur sauvagement black combinée à un sentiment d’oppression urbaine. Le mouvement s’en ressent, il se dessine percutant et lancinant. Ainsi les Manipulators supplantent l’académisme d’un dub à la française, lui insufflent une énergie saisissante pour repousser un peu plus loin les frontières du style.

Ce n’est pas un hasard si le terme hypnotique est le qualificatif souvent attribué pour définir les prestations des Manipulators.

Concert association Sapristi !! CONCERT LE 04 MARS 2006
Ouverture des portes à 21h00. MJC CALONNE DE SEDAN
P.A.F. : 9 Euros, Adh 8 euros..
Rens. : 03.24.27.09.75. MJC Calonne – Place Calonne – 08200 SEDAN
Org. : M.J.C. Calonne, Sapristi ! ! avec le soutien de la Ville de Sedan, du Conseil Régional Champagne Ardenne et du Ministère de la Culture. Licences d’entrepreneur de spectacles 08/00188 et 08/00189 délivrées par le Ministère de la CultureChargée de communication : Bérangère Jonet
tél :06.70.12.67.47 - beran.jonet@orange.fr

 


L’ASBL Louk’a ti et ses membres vous souhaitent un Joyeux Carnaval !

Compte tenu des objectifs que nous poursuivons, nous vous souhaitons la meilleure qualité de vie possible et nous espérons que les projets dans notre région profiteront à l’ensemble de la population et se développeront dans le respect des habitants et en harmonie avec l’environnement.

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion de consulter les dossiers concernant l’aménagement de la piste de ski d’Aisomont, nous rappelons que nous tenons à la présence de la piste de ski sur notre commune et nous en espérons sa promotion. Par contre, nous nous opposons au projet de la SA Val de Wanne parce qu’il est fort éloigné du fonctionnement habituel de toute piste de ski, qu’il est dangereux pour la population et qu’il met en péril les attraits touristiques majeurs de notre région.

Devant ce qui nous paraît être une désinformation systématique des autorités communales sur le sujet, nous vous apportons le résultat de notre travail, ce que la commune ne vous dira jamais.

A notre grande surprise, la demande de permis unique de la SA Val de Wanne ne concerne pas seulement la pratique du ski en hiver telle que nous la connaissons (et la pratiquons), mais d’autres activités hivernales et, de surcroît, des activités d’été. Donc, il ne s’agit pas seulement d’améliorer la piste, mais d’y établir un projet expérimental hasardeux et en plus de réaliser un parc d’attractions fonctionnant hiver comme été.

L’Etude d’Incidences déposée en décembre n’évalue pas les conséquences des activités d’été sur la population et sur l’environnement ! De plus, à propos des activités hivernales, elle démontre que sur certains points, le projet est irréaliste et irréalisable et qu’il ne permet pas de rencontrer les normes de la Région Wallonne sur plusieurs critères essentiels :
ß le bruit des canons à neige : l’Etude d’Incidences n’a utilisé que 10 des 15 canons prévus. Le bruit mesuré dépasse déjà largement les normes de la Région Wallonne à Wanneranval, à Aisomont et à Wanne alors que toutes les sources de bruit n’ont pas été prises en compte (pompes, générateurs, compresseurs, circulateurs, engins chenillés, …
ß le développement touristique. Nous citons les « enjeux » définis par la Région Wallonne :
-« permettre un développement touristique de qualité qui respecte et valorise l’environnement ;
- maintenir et améliorer la qualité de l’environnement wallon, facteur d’attractivité pour les activités touristiques et de loisir. »
Ce sont exactement les objectifs de notre ASBL que ne rencontre pas le projet de la piste d’Aisomont.
ß la maîtrise de notre énergie : le projet est de construire un congélateur de 5.6 hectares dont la porte restera ouverte pendant 3 à 4 mois par an, pour prolonger artificiellement l’enneigement de la piste. La consommation de mazout annoncée (indépendamment de celle d’électricité qui n’a pas été communiquée) est de 6.000 litres par jour, ce qui correspond à la consommation moyenne de 750 ménages par jour. Ceci va à l’encontre de la politique prônée par la RW en matière d’économie d’énergie (primes à l’isolation, chèque mazout, etc.…!!).
ß la préservation de l’eau (l’or bleu de la Wallonie) Sur base de l’Etude d’Incidences, nous estimons que la consommation d’eau peut atteindre 302.400 m_ sur 3 mois, ce qui correspond à la consommation d’eau de 26.500 personnes pour une période identique, soit plus de 11 fois l’ensemble de la population communale. Pendant ce temps, la commune propose des primes pour collecter l’eau de pluie et installer des stations d’épuration. Chaque agriculteur doit maintenant payer la location d’un compteur d’eau ainsi que l’eau qu’il utilise, alors que les dizaines de milliers de m_ d’eau dépensés l’hiver dernier pour les canons à neige ont été captés gratuitement en toute illégalité avec l’accord implicite de la commune.
ß la faisabilité de la réfrigération du sol. Pour réfrigérer le sol, le projet envisage d’utiliser 186 km de tuyaux, sur une surface de 5.6 ha. Ces tuyaux contiendraient 85 tonnes d’éthylène glycol dilué à 30%. Les tuyaux seraient enfouis à 15 cm de profondeur, ce qui, aux dires du bureau d’Etude d’Incidences lui-même, « est trop faible pour assurer une protection mécanique suffisante, notamment en cas de passage d’un engin d’entretien. Donc, en cas de fuites (inévitables), le produit toxique se retrouvera dans les nappes phréatiques (eau potable) et dans la zone Natura 2000 adjacente. Or, il s’agit d’un produit inflammable, explosif et toxique pour l’homme, la faune et la flore ; il est particulièrement dangereux en cas d’ingestion, par exemple par de l’eau potable contaminée.
ß le bâtiment multifonction qui serait construit à la place de la cafétéria actuelle, est un building de 5 étages, dont les dimensions (27x 30 mètres et 16 mètres en hauteur) sont voisines de celles de la Maison Renard, en pleine zone d’intérêt paysager et à proximité d’un bâti rural préservé.

Quelles retombées économiques ?
Nous n’avons à ce jour aucun élément accréditant des retombées économiques importantes pour la commune. Bien au contraire, au dernier conseil communal du 23 décembre 2005, un échevin a précisé que les recettes pour la commune n’étaient que de 4.000 euros pour la saison 2004/2005, sans avoir pu donner d’estimation des dépenses, notamment le coût du travail fourni par les ouvriers communaux (heures prestées, frais de voirie, de déneigement, etc..)
Cette exploitation a-t-elle finalement généré un bénéfice ou une perte pour la commune ? Où est le bilan économique promis par le Bourgmestre en 2004 ? Il n’existe pas évidemment.

Les Troispontois vont-ils devenir des cobayes ?
Le principe de précaution impose de ne pas prendre le risque d’employer massivement des substances toxiques qui n’ont jamais été utilisées dans le monde sur une si grande échelle et sans mesures de sécurité réalistes.

AISOMONT ET NOTRE COMMUNE N’ONT PAS VOCATION A SE TRANSFORMER EN LABORATOIRE EXPERIMENTAL POUR ETUDIER UN BREVET ET LA TOXICITE DE PRODUITS CHIMIQUES SUR LES HABITANTS ET L’ENVIRONNEMENT.

Très péniblement, les autorités communales sont forcées de tenir compte de nos arguments, bien que le 2ème bulletin communal contienne de multiples erreurs qui ne nous incitent pas encore à l’optimisme. Combien de temps faudra-t-il à ces autorités pour entendre les arguments de la loi, de la raison et du bon sens ? Nous remercions toutes celles et ceux qui voudraient nous rejoindre ou nous aider financièrement en versant une cotisation ou un don sur le compte de l’ASBL n° 001-4413385-58.
Votre aide nous est d’autant plus utile que les autorités communales ont subsidié toutes les ASBL de la commune sauf une : Louk a ti bien sûr !
Retenez dès à présent dans votre agenda la date du samedi 29 avril: nous organiserons un souper au cours duquel nous ferons part des projets de l’ASBL pour les années à venir. Nous espérons vous y retrouver aussi nombreux que lors du souper de l’an dernier.

14_02_2006
Ed.Resp. A. Cordier - Rue des Villas, 26 à 4980 TROIS-PONTS


La nature accessible à tous

Permettre aux personnes à mobilité réduite, mal ou non voyantes, handicapées mentales ou socialement défavorisées, de découvrir notre patrimoine naturel : tel est l’objectif du projet « Nature pour tous ».

Chemins sillonnant une forêt profonde, berges d’un étang limpide, routes bucoliques… Notre cadre de vie est une source d’émerveillement sans cesse renouvelée. D’accord, mais si on se déplace en chaise roulante, comment imaginer de parcourir les coins secrets de nos sous-bois ? Et comment une personne mal ou non voyante peut-elle percevoir les beautés du monde qui nous entoure ? En principe, la nature existe pour tout un chacun, mais tout le monde n’y a pas accès, enfin, pas de la même manière…
A partir de ce constat et convaincue que le contact avec la nature est un facteur essentiel d’épanouissement (voire de thérapie), l’asbl Natagora a initié en 2004 un projet d'intégration, dans l’ensemble de ses activités, des personnes ayant des difficultés à mettre en œuvre leurs actions citoyennes : personnes handicapées physiques ou mentales, personnes en difficulté sociale, culturelle ou économique... En plus d'offrir des activités à ces publics, l’objectif est d’offrir aux guides nature bénévoles ou professionnels des formations qui leur permettent d’animer des groupes hétérogènes accueillant toutes les personnes désireuses de découvrir la nature par des activités naturalistes ou ludiques, de s'intéresser aux enjeux environnementaux ou de s'y impliquer. L'objectif est également d’inciter ces personnes à devenir des acteurs de l’association et de la société. Ce projet s'inscrit dans un esprit de tolérance, d'intégration, de complémentarité des compétences et de responsabilité citoyenne.
Afin de découvrir le concept « Nature pour tous », Natagora (association qui provient du rapprochement des asbl Réserves Naturelles et Aves) propose à toute personne intéressée (guides nature, parents, enseignants, éducateurs,…) de participer à une journée d’information alliant théorie, témoignages et activités de démonstration. Organisée à Bruxelles, Liège, Namur, Harchies, Virelles et Saint-Vith, cette séance de sensibilisation effectuera sa dernière escale au Moulin Klepper de Neufchâteau, le samedi 4 mars prochain. Bienvenue !Joëllette & Hippocampe
La matinée de cette journée d’info sera ponctuée d’interventions de diverses associations : le Syndicat d’Initiative de Modave abordera les problèmes logistiques liés à l’accueil des personnes à mobilité réduite dans la nature et développera l’expérience qu’il possède dans l’utilisation de la « joëllette » ; l’asbl « Les Oliviers » présentera un exposé sur la problématique du revêtement des sols accessibles aux chaises roulantes et donnera quelques trucs, tant pour faciliter le passage des obstacles que pour aider à l’animation ; « Sel bleu » développera certaines techniques de communication adaptées aux personnes mal ou non voyantes. D’autres témoins encore parleront du handicap mental, de l’utilisation de l’hippocampe, tandis qu’Eric Dubois, permanent de l’asbl Natagora, définira les tenants et aboutissants du projet « Nature pour tous ».
Après la pause de midi, les participants auront l’occasion d’assister à des démonstrations de matériel : essai de chaises roulantes (pour se rendre compte des difficultés spécifiques liées à leur utilisation), expérimentation de la « joëllette » et de l’ « hippocampe », « promenade à l’aveugle ». Ils auront en outre le plaisir de vivre une rencontre avec Pitou, le chien-guide d’un témoin local : Marc Fontaine.


Renseignements pratiques :
« Nature pour tous » : Journée d’information
Moulin Klepper (Neufchâteau) : samedi 04 mars 2006
Accueil : 9h00
Fin : 16h00
P.A.F. : 5 euros (à payer sur place), comprenant boissons et sandwiches de midi
Inscription obligatoire : Eric Dubois Tél : 04/250 95 98 - 0486/ 780 885 – eric.dubois@natagora.be



Pitou, yeux de la nuit
Organiser une journée « Nature pour tous » à Neufchâteau ne pouvait s’imaginer sans y inviter Marc Fontaine, un de ses citoyens les plus concernés par la problématique développée. Rencontre.
Monsieur Fontaine… En 1978, vous aviez 22 ans …
M. F. : … et, suite à des problèmes de diabète, j’ai perdu l’usage de ma vue. Auparavant, je menais une vie normale, je possédais une voiture… Il m’a fallu entre 9 mois et un an pour accepter mon handicap.
Il y a une petite dizaine d’années, une rencontre a changé votre vie…
M.F. Effectivement. Alors qu’elle faisait ses courses, mon épouse a croisé madame Ghislain de Neufchâteau qui lui a signalé que les membres du Kiwanis de Bastogne avaient le projet d’aider une personne mal voyante en lui offrant un chien-guide (n.d.l.r. acquérir un tel animal demande un investissement de 12 500 euros) . J’ai accepté la proposition et voilà comment Pitou, un Golden Retriever, est à mes côtés depuis.


Comment s’est déroulé le dressage ?
M.F. En fait, quand je l’ai reçu, Pitou avait un peu moins d’un an. Il a été dressé à Ghlin par une personne elle-même mal voyante, ce qui a permis au chien de ne se voir aidé d’aucune manière dans son apprentissage. Je suis allé ensuite deux fois une semaine sur place, afin de m’habituer à l’animal.
Que demandez-vous à Pitou ?
M.F. En fait, grâce à lui, je suis devenu très autonome. Après lui avoir mis son harnais et sa laisse et pris ma canne, nous partons en balade. Pitou, à qui on a appris certains itinéraires, me sert de guide. Il évite les obstacles comme les flaques d’eau ou les voitures mal garées, s’arrête devant les trottoirs,… C’est tout à fait extraordinaire ! Même si parfois j’ai l’impression qu’il se trompe, je dois lui faire confiance à 100% … avec raison !
Lors de vos balades, quelles difficultés rencontrez-vous ?
M.F. Avec le chien, je n’en rencontre aucune ! Jamais, je n’ai heurté de véhicule, par exemple. Ce qui est plus problématique, ce sont les conditions météo. J’utilise de façon importante mon ouïe et quand il y a un vent fort, par exemple, je suis moins à l’aise.
Par contre, ce qui m’embarrasse le plus, c’est l’incivisme de nombreuses personnes ! Je croise ainsi des gens qui ne me saluent pas pensant que j’ignore qu’elles sont là : ont-elles peur ? Si oui, de quoi ! Que dire aussi des nombreux automobilistes qui accélèrent plutôt que de s’arrêter devant le passage pour piétons qu’on s’apprête à traverser… Dommage aussi, la qualité des trottoirs de notre ville qui ne facilite vraiment pas la circulation des personnes en difficulté…
En vous observant, vous et Pitou, on sent qu’il y a une merveilleuse symbiose qui s’est installée entre vous…
M.F. Regardez cette peinture de Pitou qu’a réalisée mon père. Je l’ai intitulée «Les yeux de la nuit »… c’est vraiment pour moi la plus belle façon de résumer la relation qui nous unit, mon chien et moi…
Propos recueillis par Thierry Gridlet, Natagora Famenne & Ardenne


Devine qui est venu manger chez nous ce week-end ?
PREMIERS RÉSULTATS

Natagora et son pôle ornithologique Aves ont organisé pour la troisième année consécutive un comptage national d’oiseaux aux mangeoires : l’opération « Devine qui vient manger chez nous aujourd’hui ? ». Au travers de cette opération, plusieurs milliers de personnes ont observé, identifié et dénombré le week-end dernier (4 et 5 février) les différentes espèces d’oiseaux présentes dans leur jardin.

Une analyse sur 920 des 3500 formulaires reçus sur le site internet www.natagora.be montre que le classement des espèces les plus fréquemment observées a peu varié par rapport aux années précédentes (voir tableau). En termes de fréquence (présence/absence de l’espèce), le classement n’est pas sensiblement différent : ce sont toujours les merles noirs, mésanges charbonnières, rouges-gorges et mésanges bleues qui sont les plus fréquemment observés (voir TOP 10). Les petites variations par rapport aux années précédentes ne sont pas significatives et aucune tendance (augmentation ou diminution de la population) ne ressort pour ces espèces. Toutes les données seront traitées par la Centrale Ornithologique Aves (voir www.aves.be ) et communiquées ensuite aux participants de l’opération.

TOP 10 – Fréquence : Les 10 espèces d’oiseaux les plus fréquentes aux mangeoires
(calcul sur base de 3000 encodages en 2004 et 2005, 920 le 6 février 2006)

En 2004
1. Merle Noir 91,9%
2. Mésange charbonnière 90,2%
3. Rouge-gorge 79,9%
4. Mésange bleue 79,3%
5. Moineau domestique 71,8%
6. Pie bavarde 69,9%
7. Tourterelle turque 58,3%
8. Pinson des arbres 60,1%
9. Corneille noire 39,6%
10. Pigeon ramier 37,5%

En 2005
92,7%
90,2%
80,9%
78,0%
74,7%
67,7%
66,2%
53,1%
45,0%
44,9%

En 2006
94,0%
89,5%
85,3%
80,7%
66,1%
61,1%
58,5%
56,4%
38,0%
37,5%

 

Des participants enthousiastes !
« Devine qui… » est une occasion unique pour s’émerveiller de la beauté des oiseaux. Au fil des années, l’analyse des données récoltées permettra également de mettre en évidence l’augmentation ou la raréfaction de certaines espèces.

En Angleterre, où cette opération existe depuis 25 ans et mobilise près de 500.000 personnes, on a pu constater que les données récoltées reflétaient les résultats des études plus sophistiquées réalisées par les ornithologues expérimentés. Dans le cas de la grive musicienne, ce sont les résultats des comptages aux mangeoires qui ont été parmi les premiers à mettre en évidence une régression préoccupante de la population de l’espèce ! Elle détient le triste record de la plus forte régression, passant en 25 ans de la septième place à la 19e place. Les étourneaux sansonnets et les moineaux domestiques, avec respectivement une baisse de 71 et 52 %, n’ont rien à lui envier !
En Belgique, il est trop tôt pour tirer de pareilles conclusions car seules des données similaires accumulées sur une longue période de temps pourront nous éclairer sur le statut de nos oiseaux (augmentation ou raréfaction de certaines espèces).
De « Devine qui… vient manger » à… « Bombylius », participez !
L’opération de recensement des oiseaux des jardins est soutenue par le Service Public Fédéral / Environnement et le ministre Tobback qui organisent une campagne de participation du public dans des actions de proximité pour la nature. Natagora et Natuurpunt sont partenaires de cette campagne et invitent le public à participer à de nouvelles activités : ramassage des batraciens le long des routes, participation aux balades de découverte des rapaces nocturnes « Chouettes soirées »… A découvrir sur le site internet http://www.bombylius.be qui propose aussi une foule de conseils pratiques favorables à la biodiversité.Contact : Roland de Schaetzen (0478/30.74.22) – Antoine Derouaux (04/250.95.99)

 


Aiseau
Le Tennis de Table à l’honneur

Le club de Tennis de Table « Cape Jeunesse » qui évolue en division 3A provinciale continue sa longue série de matchs gagnants, actuellement cinquième du classement. Les pongistes du club : Toutou, Vincent, Philippe Bul & Nicolas entourés par leurs fervents supporters espèrent briguer toujours le haut du classement et pourquoi pas « premier » avec la montée. Forts de leurs résultats, le CTT « Cape Jeunesse » compte introduire sa candidature au mérite sportif de l’entité d’Aiseau-Presles.
Vous avez envie de vous détendre de changer les idées tout en pratiquant un sport dynamique. Vous voulez vous retrouver dans une ambiance sportive conviviale. Vous voulez mesurer votre niveau avec d’autre joueurs avertis, vous voulez apprendre à jouer, bref ! vous aimez le Tennis de table.
Quel que soit votre niveau (débutant, amateur, chevronné) vous trouverez au club de Tennis de table de Cape Jeunesse, la réponse à votre attente. Le matériel est prêté gracieusement aux nouveaux inscrits.
Le club de Tennis de table d’Aiseau est une initiative de l’asbl « Cape Jeunesse ». Ouvert à tous (garçons et filles, jeunes et moins jeunes), les entraînements sont dispensés chaque mardi de 18h30 à 20h30. Le championnat se déroule généralement les samedis.
Adresse du club : Salle « Le Refuge des Castors » rue du Centre, 82 à 6250 Aiseau
Pour tous renseignements:

Achille Verschoren Dircteur tél: 071/76.03.22 -- Fax : 071/76.19.26


NOUVEAU

Un « club nature-environnement »
A partir du 8 mars - au CRIE de Modave


Bienvenue au « Club Nature » du Centre Régional d’Initiation à l’Environnement (CRIE) de Modave.
Chaque mercredi après-midi, les enfants se retrouvent, par petits groupes de 12, pour plonger dans la nature, découvrir l’environnement proche de chez soi et apprendre à vivre ensemble : Cabanes, pêche à la rivière, pressage de pommes, instruments de musique verte, moulage d’empreintes, observation d’oiseaux, balades à vélo dans notre beau Condroz…
Les animateurs organisent les activités en tenant compte de l’âge des enfants, de leurs envies, de la saison. Le respect du rythme de chacun est une valeur qui nous tient à cœur.
Prix : 70 € pour 14 mercredis après-midi.
Horaire : de 14h à 16h30 le mercredi après-midi à partir du 8 mars jusqu’au 21 juin 2006.
Inscription : par téléphone au 085/613.611 et définitive dès réception du paiement
au 068-2400890-70.
> Informations : CRIE de Modave, 085/613.611 – www.criedemodave.be <http://www.criedemodave.be/>

Centre R?gional d?Initiation ? l?Environnement (CRIE) de Modave,
rue du Parc 4 - 4577 Modave? ? info.modave@natagora.be -? www.criedemodave.be
TEL : 085/61.36.11? -?? Fax : 085/82.64.13


Communiqué de presse

1,2,3,GO apporte un nouveau soutien aux créateurs d’entreprise en offrant des « primes de lancement »

Ce mercredi 1er février 2006 le réseau interrégional 1,2,3,GO a organisé, en collaboration avec l’Interface d’Entreprises de l’Université de Liège et les Chambres de Commerce et d’Industrie de la Grande Région, la 1ère rencontre interrégionale entre coaches et créateurs d’entreprise de l’édition 2005/2006.

Plus de 150 personnes ont pris part à cette manifestation ouverte par Bernard Rentier, recteur de l’Université de Liège. Et celui d’insister sur le partenariat entre l’interface et 1,2,3, GO poursuivant l’objectif commun de promouvoir la création d’entreprises innovantes. Une collaboration marquée par un exemple concret avec la spin-off « Pépite » émergée de l’Interface et accompagnée parallèlement par les coaches du réseau 1,2,3,GO.
Une soirée marquée de nombreux temps forts desquels ont retiendra des témoignages de créateurs et coaches issus de la Grande Région ainsi que le développement encore plus étendu de la collaboration entre 1,2,3,GO et le concours national belge de l’Entrepreneur « Enterprize ». Le parcours 1,2,3,GO assure le coaching des candidats lors de la rédaction du plan d’affaires tandis qu’ « Enterprize » offre des formations et des prix importants pouvant couvrir une grande partie des besoins des jeunes entreprises. De plus, les projets belges francophones inscrits au parcours interrégional 1,2,3,GO participent également au concours Enterprize. Manager d’Enterprize, Evelyne Heyvaert, a d’ailleurs profité de la manifestation pour annoncer officiellement, le lancement de la 4ème édition du concours national belge « Enterprize ».
Cerise sur le gâteau, l’intervention de Pierre l’Hoest ; CEO de l’entreprise liégeoise « EVS ». Rappelant les étapes clés de l’entreprise spécialisée dans le ralenti TV, Pierre L’Hoest a généreusement partagé son expérience encourageant les jeunes entrepreneurs à croire en leurs projets et à continuer à se battre.
Le Château de Colonster fut le théâtre d’une 1ère rencontre riche en nouveautés. C’est en effet dans ce magnifique décor qu’Alexandre Codran, Administrateur délégué de Business Initiative – association gérant le réseau interrégionale 1,2,3, GO - a annoncé la toute nouvelle prime de lancement destinées lauréats d’1,2,3,GO qui créeront leur entreprise dans les quatre mois qui suivent la remise de prix. Il s’agit d’un montant de 70 000 € réparti entre les lauréats retenus par un comité de sélection. Une bonne nouvelle qui ne manquera pas de ravir les jeunes sociétés à la recherche d’un soutien financier pour leurs activités !
En avant soirée, 18 futurs entrepreneurs ont testé leurs projets lors d’un « Speed-Coaching » interrégional. Le principe était simple, chaque porteur a eu 10 minutes pour présenter son concept à un coach. Ensuite, il a bénéficié, durant une dizaine de minutes, d’un feed-back direct de cet expert. L’exercice se répétait ainsi auprès de deux coaches différents. Au total, pas moins de 54 rendez-vous ont été planifiés.
La soirée s’est prolongée autour d’un cocktail proposé par les sociétés « Geseval » et « Picaré » au cours duquel coaches et entrepreneurs ont eu l’occasion d’approfondir les thèmes abordés et de multiplier leurs contacts.

Françoise Janssens


A huit semaines du rendez-vous, échos d'un événement qui bouge !

Les personnes handicapées, dépendantes ou vieillissantes représentent aujourd'hui plus de 30 % de notre population : que le handicap, permanent ou temporaire, soit dû à l'accident, la maladie, la naissance ou l'âge, toujours plus d'autonomies, c'est LA priorité !
C'était aussi, en 2004, la priorité des 140 exposants du salon autonomies et plus de 5.500 visiteurs ont découvert cette offre exceptionnelle de services et de produits innovants pour vivre mieux ! Combien serez-vous à Liège, du 16 au 18 mars prochains, pour vivre la 3e édition d'autonomies, une édition plus foisonnante que jamais ?!
Parmi les nouveaux exposants du salon 2006, certains feront la part belle à vos envies de tourisme ou de loisirs actifs et accessibles ! A travers une plateforme d’opérateurs dynamiques, mais aussi un important colloque (le vendredi 17 mars) et un concours, vacances, nature et culture seront à l’honneur !
Son riche programme de conférences, d’expositions, de spectacles et de démonstrations sportives reste l'un des points forts d'autonomies ! En 2006, soulignons par exemple le fil rouge humour, pub et handicap décliné, notamment, en trois expos inédites et prometteuses A noter aussi une synergie originale avec ImagéSanté, le 7e Festival International du Film de Santé : parmi 150 films en compétition, ceux de la catégorie « handicap » seront tout naturellement présentés au public lors du salon autonomies, le jeudi 16 mars, en présence des réalisateurs !
Ne manquez pas ce rendez-vous vivant, chaleureux et ouvert à tous ! Dès le 15 février, vous pourrez en découvrir le programme complet sur le site : www.autonomies.be <..> et y obtenir une entrée gratuite !
autonomies 2006 – 3e édition

Halles des Foires de Liège
du jeudi 16 au samedi 18 mars 2006, de 10 à 18h00.
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations, des photos ou le dossier de presse, merci de contacter rg@enjeu.be

 


7 février 2006

Pour toutes vos animations musicales.

Oui, il est possible d’engager des musiciens, chanteurs & animateurs pour animer vos festivités à petit prix.
Dealer au sein des groupes : The Jaguars, The San-Francisco et A.Serpents Noirs,

le JiCé groupe fut créé en 1996. Cette petite formation à la demande croissante de nombreux organisateurs recherchent une formule abordable pour animer telles que: cocktail, anniversaire, réception, restaurant, bar, barbecue, foire commerciale, portes ouvertes, etc.
Nous, nous sommes donc spécialisés dans tous les styles de musique commerciale et animation des années 50 à nos jours, et ceci à prix démocratique.
Nous arborons plusieurs formules musicales à la carte avec une présentation et une qualité professionnelle de haut niveau.
Formule 1 : Comprenant 2 éléments ( claviériste et guitariste)
Présentateur, animateur & chanteurs. 400 € - 5 heures de prestations
Formule 2 : Comprenant 3 éléments ( claviériste, guitariste & accordéoniste)
Présentateur, animateur & chanteurs. 650 € - 5 heures de prestations
Formule 3 : Comprenant 3 éléments ( claviériste, guitariste & DJ‘s)
Présentateur, animateurs & chanteurs. 650 € - 5 heures de prestations
Formule 4 : Comprenant 4 éléments ( claviériste, guitariste, accordéoniste & DJ‘s)
Présentateur, animateurs & chanteurs. 800 € - 5 heures de prestations
Formule 5: Comprenant 2 éléments ( Karaoké & sonorisation mobile)
Présentateur, animateur & chanteurs. 400 € - 5 heures de prestations

Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaires, recevez Monsieur, Madame, l’expression de notre parfaite considération.

JiCé DJ & B MoMo
JiCé groupe
Jean-Claude Maret
32 A, Mont de fosse à 4980 Trois-Ponts - Belgique
Tél. 00.32.496/64.93.78 - E-mail : jicegroup@hotmail.com
http://spaces.msn.com/members/jicegroupe01/


L’animation vous intéresse ?

Faites en un métier.Avec l’augmentation des loisirs, du temps libre…, avec le développement des centres et des colonies de vacances, des camps, des plaines de jeux, des mouvements de jeunesse, des stages, des clubs d’enfants, avec la création de garderies, de l’accueil extrascolaire, de crèches, garde d’enfants malades , avec l’intérêt avéré des enfants à participer activement à des activités à la fois ludiques et éducatives, les Castors ont décidé de développer une formation « Auxiliaire d’animation» liée aux métiers de l’animation, de l’accueil d’enfants et destinée aux jeunes adultes de plus de 18 ans, libre d’obligation scolaire, chômeurs, minimexés (revenus d’intégration), sans ressources. La formation se fait directement sur le terrain, sous forme de compagnonnage encadré par les animateurs-formateurs de la Ferme des Castors et en contact direct avec les enfants, lors des plaines de jeux, camps, stages, hikes, clubs et ateliers…
C’est un réel contrat de formation calqué sur un contrat d’emploi, avec ses 38h/semaine, ses horaires, son régime de travail 6 jours semaine, bref ! tout est réuni pour s’entraîner à retrouver un job dans une domaine liés à l’accueil et aux loisirs d’enfants, d’adolescents. Durée de la Formation de 9 mois à 1 an.
De plus, et ce qui n’est pas négligeable, chaque stagiaire inscrit et régulier, reçoit, en plus de ses allocations sociales (chômage, Revenus d’Intégration) 1 €. de l’heure de formation ainsi que le remboursement intégral de ses frais de déplacement, ce qui fait, au minimum, un total de 150 à 200 €. par mois. Enfin, la formation peut déboucher sur un job, mais également sur l’envie de poursuivre d’autres filières de formations : gardiennes encadrées, puéricultrice, éducateurs…
La Formation est reconnue par la Région Wallonne, le Fonds Social Européen (FSE), et la Communauté Française.
Prochaine rentrée le lundi 6 mars 2006.
Si vous voulez participez activement à la formation « Auxiliaire d’Animation » prenez contact immédiatement avec les Castors rue du Faubourg, 5 à 6250 Aiseau tél : 071/74.30.45, fax : 071/74.45.91 des séances d’information sont programmées. Attention ! les places sont limitées. Condition obligatoire : présentation d’un certificat de bonnes vie et mœurs.
Responsable : Achille Verschoren Directeur
Voulez-vous bien diffuser cette information dans votre prochaine édition
Merci Achille Verschoren – achille.verschoren@castor.be

 


A TOUS LES SPONSORS ET BENEVOLES

Pour la 7ème fois consécutive, la Province de Luxembourg, les Restos du Cœur et leurs partenaires ont voulu, cette année encore, offrir un réveillon de fête où seules l’amitié et la chaleur humaine animeraient les convives. Nous avons rassemblé environ 700 personnes en deux endroits de la province.
Grâce à vous toutes et tous, des personnes sont venues nous rejoindre, qui autrement, seraient restées seules. Tous nos invités ont pu avoir ainsi une vraie fête et leurs yeux pétillants de joie nous ont réjoui le cœur.
Vous avez été un des nombreux maillons de la chaîne humaine et sociale qui a permis que ce réveillon de solidarité soit une réussite. Grâce à vous toutes et tous, nous avons pu apporter pour un soir un peu de rêve à toutes les personnes présentes.
Merci à vous qui nous avez prêté les bus et minibus adaptés nécessaires au transport des invités, merci aux Communes de Aubange, Libramont et Marche, merci à tous ceux et celles qui nous ont fourni les matières premières nécessaires à la confection du repas ainsi qu’à l’équipe qui l'a préparé et servi. Merci aux entreprises qui nous ont offert pralines, eau, nappes, etc ……ainsi qu’aux magasins qui nous ont accordé d’importantes ristournes, merci aussi aux personnes qui ont confectionné les montages et les garnitures des tables et des salles,
emballé les nombreux cadeaux, ……ce qui apporte toujours un « plus ».
Un merci tout spécial à tous les bénévoles, ainsi qu’à toutes les personnes, aux asbl et aux associations qui sont nos « relais » auprès des invités et/ou qui nous apportent un soutien financier, si modeste soit-il, ainsi qu’à la Presse qui diffuse chaque année largement cet évènement.
L’an prochain, sauf imprévu, le réveillon sera à nouveau organisé au nord et au sud de la province. Nous espérons pouvoir encore compter sur votre soutien et agrandir cette chaîne de la solidarité.
Il n'est pas trop tard pour vous présenter nos meilleurs vœux pour une année prospère dans tous
les domaines qui vous tiennent à cœur. Vous remerciant une fois encore, nous vous prions de croire, chère Madame, cher Monsieur, chers Amis Sponsors et Bénévoles, à l'assurance de nos sentiments les meilleurs.


Renée JADOT, Roseline WALCH,
“La table du Coeur”, Economie Citoyenne,
Partenaire du Projet. Coordinatrice du Projet.


Jean-Marie CARRIER, Daniel LEDENT,
Député permanent, Doyen
Responsable des Affaires sociales. De la Députation permanente.

 


 

News ->Dernières nouvelles le 03-02-2006

31/01/2006: Coupe du Monde Mountain Bike UCI 2005 - Trophées des organisateurs A l‚issue de la saison 2005 de la Coupe du Monde Mountain Bike UCI, l‚UCI a le plaisir de récompenser non seulement les meilleurs athlètes et équipes, comme chaque année, mais également les meilleurs organisateurs. Les équipes et les coureurs ont attribué ces prestigieux trophées aux organisateurs suivants :DESCENTE/4X FORT WILLIAM (SCO)
CROSS-COUNTRY HOUFFALIZE (BEL)

Pour la Descente/4X, la deuxième place va à Balneário Camboriú (BRA) et la troisième à Mont-Sainte-Anne (CAN).

En ce qui concerne le Cross-Country, la deuxième place revient à Spa Francorchamps (BEL) et la troisième place à Madrid (ESP).

Emile GRANDJEAN

 


MONDIAL DES METIERS 2007
SELECTION WALLONNE DE MENUISERIE

Fort du succès de la 1ère édition du concours national de menuiserie – Le Rabot d’Or 2004, mais aussi et surtout de la médaille de bronze remportée par le candidat menuisier, Lorent Lamberty, au dernier Mondial des Métiers d’Helsinki (2005), la FWMB réédite l’organisation de ce concours en 2006. Ce dernier, qui devrait se dérouler dans le courant du mois de mai 2006 (date et lieu à confirmer), sera la 3ème et ultime étape de sélection avant une éventuelle qualification pour le Mondial des Métiers 2007 de Shizuoka (Japon). Préalablement, les candidats menuisiers doivent donc franchir deux autres étapes : la sélection provinciale (qui a déjà eu lieu – entre le 15 et le 30 novembre 2005) et la sélection wallonne.
Où ? IETS UT (Université du Travail) de Charleroi – Boulevard Roullier, 1 – 6000 CHARLEROI
Quand ? Le 11 février 2006 dès 8h30
Comment ? La sélection provinciale a été organisée entre le 15 et le 30 novembre 2005 au sein même des écoles et centres de formation sur base d’une pièce d’épreuve unique déterminée par la FWMB. Pas moins de 335 jeunes issus de 24 écoles et centres de formation de Wallonie ont pris part à cette épreuve.
A l’issue de cette première étape, 40 candidats ont été retenus pour participer à la seconde étape : la sélection wallonne.
La remise des résultats de la sélection wallonne devrait avoir lieu le 24 mars 2006 à 18h aux Moulins de Beez (A confirmer). A cette occasion, le nom des 10 meilleurs candidats retenus pour participer à la sélection nationale sera dévoilé. Un drink clôturera cette soirée.
Pourquoi ? Pour les 10 meilleurs candidats, cette épreuve sera suivie d’une sélection finale et nationale : le Rabot d’Or 2006, laquelle devrait rassembler 20 candidats belges (10 candidats wallons et 10 candidats flamands). Ce concours permettra de déterminer le nom du candidat menuisier qui ira défendre les couleurs de la Belgique au Mondial des Métiers de Shizuoka en 2007.

Sélection organisée grâce au soutien de :
Gouvernement wallon – Ministre de la Formation
Communauté française de Belgique – Ministre-Présidente et Ministre de l’Education
Ministère de la Communauté germanophone
Fonds de Formation professionnelle de la Construction
Les Assurances Fédérales
HoutInfoBois

 


Speed Démo !
Appel aux groupes et artistes

Le samedi 11 février 2006, de 14h à 18h30, dans le cadre de la Boutik Rock, nous organisons le désormais traditionnel SPEED DEMO.
Le concept est simple : vous avez 15 minutes pour convaincre. Vous vous retrouvez en face d'un acteur du milieu musical, vous faites écouter un titre de votre démo et il vous donne un feedback directement.
Pour s'inscrire, rien de plus simple, il suffit de répondre à cet email en précisant les informations suivantes :
- le nom du groupe
- le style musical
- une email et un numéro de téléphone de contact
- le professionnel que vous désirez rencontrer (voir document attaché ou sur notre site web). Attention, une seule rencontre est prévue par groupe.
Infos pratiques :
Où? Au Witloof Bar du Botanique
Quand? Le 11 février 2006, de 14h à 16h et de 16h30 à 18h30



Namur, le 26 janvier 2006
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Nourrissage des sangliers
Les associations demandent l’interdiction totale.

Ce 24 janvier, le Ministre wallon de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme, Benoît Lutgen, a décidé « d’interdire le nourrissage du sanglier sur les territoires de l’Etat et de la Région wallonne faisant l’objet d’un nouveau contrat de bail pour la location du droit de chasse ».
Les associations environnementales saluent cette mesure positive mais la considèrent comme insuffisante par rapport à l'enjeu reconnu par le ministre. Pour les associations, cette mesure ne constitue donc qu’un premier pas vers une interdiction complète du nourrissage.
En septembre 2005, le gouvernement a étendu les dates d’ouverture de la chasse au sanglier afin d’endiguer les problèmes liés à la surdensité de celui-ci en Région wallonne. Si cette mesure répondait partiellement au problème, elle n'en était pas moins insuffisante car elle faisait fi d'une des principales causes de cette surpopulation du sanglier en Région wallonne, le « nourrissage dissuasif » dont nos associations demandent la suppression depuis des années !
Ce 24 janvier, le ministre Lutgen interdit, pour les nouveaux baux de chasse en forêt domaniale, tout nourrissage des sangliers. Selon le communiqué du Ministre, les dispositions de l'arrêté sur le nourrissage supplétif « sont détournées à des fins d’appâtage et ne remplissent plus l’objectif de protéger et d’améliorer le milieu naturel pour l’amener vers une plus grande biodiversité ». Ce constat, les associations le partagent et elles félicitent le ministre pour sa décision. Elles se demandent toutefois s’il y a réellement un sens à interdire sur une partie des massifs forestiers ce qui restera autorisé, juste à coté, dans les propriétés privées ou communales, et ce pour une espèce aussi mobile que le sanglier, capable de parcourir chaque nuit des dizaines de kilomètres pour se nourrir ? La mesure risque en effet d’être rapidement contournée par l’organisation du nourrissage en périphérie des propriétés domaniales… Pour positive qu’elle soit, la mesure adoptée apparaît donc insuffisante et ne saurait dès lors être invoquée pour surseoir à une interdiction pure et simple, par voie législative, du nourrissage dissuasif.
Tout en se félicitant de cette première disposition -il faut bien commencer quelque part…-, les associations attendent les dispositions qui pourront envisager, pour cette problématique, une véritable politique de gestion intégrée au niveau des massifs ; elles tiennent ainsi à rappeler l’importance qu’il y a d’amener rapidement tous les acteurs concernés devant leurs responsabilités !
Les associations réitèrent donc leur demande de voir supprimer le « nourrissage dissuasif ». Certes, une telle mesure ne sera pas simple à mettre en œuvre, car si une frange croissante des chasseurs y est favorable, certains propriétaires et notamment les communes verront d’un mauvais œil la diminution des droits de chasse qui en résultera. La population de sangliers doit toutefois s'adapter aux capacités naturelles d'accueil de l'habitat et non avoir pour objectif la mise en équilibre des budgets des chasses commerciales ou des communes rurales. Les associations attendent du ministre une réponse politique à cette question dont l’impact est essentiel à la conservation de la biodiversité dans nos forêts.
Contacts : Lionel Delvaux, Inter-Environnement Wallonie (081/255295) –
Joëlle Huysecom, Natagora asbl (0474/54.52.64)


ROSSIGNOL - Centre Culturel, Samedi 11 février 2006 à 15h00
DANIEL VAN GROENWEGHE, Professeur d’Histoire Contemporaine à l’Université de Gand
Anthropologue et Ethnologue
« Le Congo de Léopold II - L’organisation, l’exploitation, la justice »

Communiqué de Presse

Dans les années 1880, alors que l’Europe se lance dans la colonisation de l’Afrique, le roi Léopold II de Belgique s’empare, à titre personnel, des immenses territoires traversés par le fleuve Congo, afin de faire main basse sur ses prodigieuses richesses.
« Le travail forcé était la seule façon de civiliser et d’élever ces populations indolentes et corrompues de l’Extrême Orient » (note de Léopold, duc de Brabant – Le Febve de Vivy, Documents d’histoire précoloniale belge - p. 20).
Le premier et le plus important décret royal promulgué en 1885, le jour même de la proclamation officielle de l’existence du Congo, déclare que toutes les « terres vacantes étaient la propriété de l’Etat ».
Il n’existait pas de définition indiquant dans quel cas une terre était vacante. L’ivoire et le caoutchouc provenaient des terres déclarées vacantes.
« La colonie n’a été administrée ni dans l’intérêt des indigènes, ni même dans l’intérêt économique de la Belgique : procurer au Roi-souverain un maximum de ressources » (Etude sur la situation de l’Etat Indépendant du Congo. F. Cattier. Préface - p. 1).
« Notre but n’est pas de traiter à tout prix, nous ne voulons et ne cherchons qu’une bonne affaire » (Léopold II à Greindl, le 06/10/1873).
Officiellement, le rôle assigné à l’administration territoriale consistait uniquement à « faciliter » le recrutement en usant de son « influence » auprès des indigènes. En fait on aboutit dans beaucoup de cas au travail forcé ou à un recrutement qui ne différait du travail forcé que par le nom » (Congo, Mythes et Réalités, 100 ans d’histoire. J. Stenger, Ed. Duculot - p. 211.)
Le professeur Daniel Van Groenweghe traitera de tous ces sujets dans sa conférence du 11 février 2006, à 15 heures, au Centre Culturel de Rossignol.
Organisation : Commune de Tintigny Centre culturel de Rossignol-Tintigny
1, rue Camille Joset 6730 Rossignol
Tél 063/41.31.20 culturerossignol@yahoo.fr
Renseignements : OLIVIER Daniel (063/446192)
Le Congo avant et après 1960,
Un cycle de dix conférences historiques
un samedi par mois à 15h00,
au Centre Culturel de Rossignol-TintignyAprès le premier cycle de conférences historiques de l’année 2005 pour l’anniversaire des 175 ans de la Belgique et 25 ans de Fédéralisme, le C.C.R.T. organise un cycle de dix conférences sur le Congo d’avant et après l’indépendance.
Durant l’année 2006, une fois par mois, les conférenciers invités témoigneront de ce qui a été la réalité concrète et contradictoire de la colonisation, de la décolonisation et de l’indépendance du Congo : conquête et résistance, oppression et ouverture.
Ni colonie pacifiée, ni indépendance paisible, réalisations évidentes et développement limité.
Samedi 14 janvier 2006 : Me Clémentine FAIK-NZUJI
Docteur d’Etat, Université Paris III – Professeur à l’U.C.L.
« Tu le leur diras »
Samedi 11 février 2006 : Mr D. VAN GROENWEGHE
Professeur à l’Université de Gand.
« Le Congo de Léopold II. L’organisation, l’exploitation et la justice »
Samedi 04 mars 2006 : Mr M. PONCELET
Professeur à l’Université de Liège.
« Un siècle de sciences coloniales belges au Congo »
Samedi 22 avril 2006 : Mr V. DUJARDIN
Docteur en histoire et licencié en philosophie.
« Baudouin 1er et le Congo Belge »
Samedi 13 mai 2006 : Mr L. DE WITTE
Sociologue et publiciste.
« De Lumumba à Mobutu » - 1960-1965.
Samedi 03 juin 2006 : Mr J.P. JACQUEMIN
Expert associé à l’O.N.G. « Coopération par l’Education et la Culture ».
« Analyse critique de l’iconographie et de la propagande coloniale ».
Projection de diapositives commentées.
Samedi 09 septembre 2006 : Mr OMASOMBO
Docteur en science politique. Professeur à l’Université de Kinshasa.
« Un nouveau pouvoir au Congo. Quels dirigeants pour quel pouvoir ? »
Samedi 07 octobre 2006 : Mr P. TILLY
Docteur en histoire et licencié en communication sociale.
« A. Renard et la naissance du syndicalisme au Congo »
Samedi 04 novembre 2006 : Mme D. HELBIG
Journaliste.
« Paroles du Congo Belge de 1940 à 1960 »
Samedi 09 décembre 2006 : Mr J. FONTAINE
Docteur en Philosophie. Professeur à l’I.S.P.S.E.
« Les tabous monarchiques : obstacles aux nécessités pour le Congo »Cette manifestation est organisée par le C.C.R.T. avec l’appui de la Commune de Tintigny et de la Députation Permanente de la Province de Luxembourg.
Entrée : 5 euros
Informations : C.C.R.T. tél 063/.41.31.20
ou Daniel OLIVIER (tél 063/44.61.92)


Informatique et Internet pour les plus de 55 ans…

Dans un environnement où les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » prennent de plus en plus d’importance, les « seniors » peuvent avoir certaines craintes, mais ils peuvent aussi tirer profit de ces outils. C’est dans ce cadre que le service Education Santé de la Mutualité Socialiste du Luxembourg propose des cours d’initiation à l’informatique et Internet.
Le premier module intitulé « initiation à l’informatique » débutera le 2 février 2006 et se prolongera tous les jeudis pendant 20 semaines. Cette formation abordera les thèmes suivants :
ß L’environnement PC (Windows) ;
ß Le traitement de texte (Word) ;
ß Les feuilles de calcul (Excel) ;
ß La numérisation des documents (scanner)…
Le second module qui débutera le 25 avril 2006 pour une durée de 6 séances aura pour thématique : « initiation à l’Internet ». Les objectifs poursuivis par ces cours sont les suivants :
ß Surfer sur le web ;
ß Rechercher et enregistrer des informations ;
ß Envoyer et recevoir des messages ;
ß Utiliser un forum de discussion.
Ces cours d’initiation sont réalisés en partenariat avec l’Institut d’Enseignement de Promotion Sociale de la Communauté française (IEPS).
Les 2 formations sont destinées aux personnes de plus de 55 ans, affiliées ou non à la Mutualité Socialiste du Luxembourg, et se donnent dans les locaux l’IEPS à Libramont.
Renseignements et inscriptions : Service Education Santé de la Mutualité Socialiste du Luxembourg - 061 23 12 84


 

Lien vers le courrier des lecteurs de janvier 2006

 

 



Février 2006
Transmettre vos commentaires