Communiqué de presse 26 septembre 2005

SAUVER LES ABEILLES !
Doit-on incriminer uniquement les pesticides ?

La survie des abeilles est gravement compromise. Les apiculteurs, à l’unisson, montrent du doigt deux insecticides systémiques de la nouvelle génération, l’imidaclopride et le fipronil. Diverses études ont clairement démontré le danger qu’ils représentent pour le système nerveux et la survie des abeilles. Faut-il, pour autant, incriminer uniquement les pesticides ?
Gembloux s’efforce de répondre « non » !
Une importante conférence de presse s’est tenue à Gembloux, dans le courant de la semaine dernière, dont le but était d’apporter une réponse à cette question : « les pesticides sont-ils la seule cause de la surmortalité des abeilles ? » Nous en avons eu écho via la presse…
Quelques rétroactes, d’abord, pour bien comprendre la situation. Le précédent Ministre wallon de l’Agriculture, José Happart, avait commandé une vaste étude dite multi-factorielle sur le dépérissement des ruchers wallons. Cette étude faisait suite aux nombreuses demandes des apiculteurs et de Nature & Progrès de retirer l’imidaclopride et le fipronil, deux insecticides hautement suspectés de tuer les abeilles, déjà largement incriminés en France notamment.
D’emblée, Nature & Progrès avait précisé qu’une grande étude multi-factorielle était certainement trop lourde et trop lente. C’était une étude spécifique sur ces nouveaux insecticides qui se justifiait ! L’ébauche de résultats de l’étude en cours, tels que communiqués à la presse, ne peut que nous confirmer dans cette exigence.
La varroase, bouc émissaire de mi-parcours
L’étude financée par la Région Wallonne est menée conjointement par deux laboratoires : le laboratoire d’entomologie appliquée de la Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux et le Centre d’analyse des résidus en trace de l’université de Liège.
D’après les informations parues dans la presse, l’étude multi-factorielle en cours met en avant une série de facteurs qui provoquent la mortalité des abeilles, dont la varroase provoquée par un petit acarien présent dans les ruches. La belle affaire ! Il y a des lustres que les ruchers wallons souffrent de la varroase ! Il souffrent également de la loque américaine, mais qu’est-ce que cela a à voir ?
Est-ce bien un scoop de répondre à une question que personne n’a posée ? L’étude, par contre, met en avant la présence de pesticides dans les ruches, dont l’imidaclopride, mais elle ne donnerait, semble-t-il, dans l’état actuel de son avancement, aucune information quant à l’influence sur les ruchers de cette substance hautement suspecte aux yeux du monde apicole européen ! En faut-il beaucoup plus, cependant, pour réclamer, à nouveau – et d’urgence – , non pas un vaste programme multi-factoriel concernant l’ensemble des substances qui touchent les ruches de près ou de loin, mais bien – répétons-le sans nous lasser ! – l’indispensable étude spécifique sur ces deux insecticides de la nouvelle génération qui nous permettra enfin de savoir si les apiculteurs ont, ou non, collectivement la berlue !
Au passage, nous ne pouvons que nous perdre en conjecture quant au sens réel d’une communication sur l’étude à mi- parcours, ne livrant que des résultats embryonnaires qui n’apprennent rien à personne…
Un débat citoyen !
Depuis plus de deux ans, Nature & Progrès demande avec insistance, au ministre compétent, de retirer l’agréation du fipronil et de l’imidaclopride pour les usages agricoles et horticoles, en insistant sur l’urgence de retirer également l’agréation de l’imidaclopride dans son utilisation pour les particuliers.
L’imidaclopride, cet aphicide d’usage courant en agriculture et en horticulture, est véhiculé dans toute la plante, la rendant toxique, elle et son pollen ! La France, où ce produit était largement employé, n’a pas hésité à prendre des mesures spectaculaires pour empêcher son utilisation. Une étude française a, par ailleurs, montré les risques pour l’abeille de l’usage de ce produit. Chez nous, l’imidaclodapride est utilisé en culture de betterave (80%), en culture d’orge (30%) et dans 90% des vergers de pommiers ; il est en vente libre pour les particuliers dans toutes les jardineries. Il est complètement déraisonnable de laisser des quidams non informés jouer avec un pareil poison !
Face au vide décisionnel du politique, les scientifiques sont aujourd’hui contraints d’occuper le devant de la scène médiatique. Sans grand succès ! Lassée quant à elle de deux longues années d’interpellation des pouvoirs politiques sur le sujet, Nature & Progrès a organisé, dans le cadre du salon Valériane, un débat citoyen sur la question. Il fut animé… A qui la faute ?
En attendant, les ruchers dépérissent !
L’avenir seul nous dira si nos scientifiques sont réellement en mesure de sauver les ruchers ! Dans l’attente, le particulier peu averti continue, lui, à empoisonner son jardin. Et là, répétons-le, le politique doit agir d’urgence !
Quant à l’étude de Gembloux, elle montrerait que les apiculteurs doivent mieux s’informer avant de soigner leurs ruchers. En fin de compte, on finira par dire un jour que c’est de leur faute si les abeilles meurent ! Avec les insecticides bien employés, nous dira-t-on en substance, il n’y aurait sans doute pas de problème. Mais avec des apiculteurs mal informés, il y a danger ! Qui pourra avaler pareille couleuvre ?
Enfin, in cauda venenum, on nous sort le lapin du chapeau : la présence dans certains ruchers d’un insecticide biologique prohibé dénommé roténone, autorisé en France mais pas agréé en Belgique, que les apiculteurs se refileraient sous le manteau ! Il est toujours possible que certains apiculteurs peu scrupuleux y aient recours frauduleusement… Mais, une fois de plus, qu’on réponde, de grâce, à la question que tout le monde se pose – et à aucune autre ! – : qu’en est-il du fipronil et de l’imidaclopride ?
Nature & Progrès réitère sa demande d’interdiction
Pour Nature & Progrès Belgique, il est d’une extrême urgence :
- de retirer l’agréation des produits à base de fipronil et d’imidaclopride pour les usages agricoles et non agricoles,
- d’informer les particuliers et les agriculteurs sur les risques liés à leur utilisation,
- d’organiser la récolte des stocks encore disponibles chez les agriculteurs, les horticulteurs et les particuliers,
- de procéder à une étude d’impact sur la santé humaine de cette nouvelle génération de pesticides,
- d’imposer enfin l’étiquetage adéquat (R57) sur l’emballage des produits au cas où l’on s’obstinerait, malgré tout, à les laisser sur le marché,
- de publier, de façon précise, les statistiques d’utilisation de ces produits en Belgique, pour les secteurs agricoles et non agricoles, ainsi que pour les particuliers.Pour Nature & Progrès Belgique,

Marc FICHERS Francis GIOT
Secrétaire Général Président


Pour toute information complémentaire :
Nature & Progrès asbl
520 rue de Dave - B-5100 Jambes
Tél. : 081/30 36 90 - Fax : 081/31 03 06
natpro@skynet.be - www.natpro.be

 


Les concours culinaires aux saveurs sauvages de la FSH :
un délice !
APPEL AUX CANDIDATS
Chaque année, la Fondation Saint-hubert met sur pied les concours culinaires à base de gibier afin de faire partager aux autres son goût pour la cuisine aux saveurs sauvages et de promouvoir les métiers de la bouche en général.
La Fédération des Négociants en Gibier de Belgique quant à elle, fournit le matériel de base : le gibier. Tandis que le magazine culinaire Ambiance, avec l’étroite participation de Guy Lemaire, permet l’élaboration sans cesse enrichie de nouveaux concepts.
Chaque année, un sujet différent est retenu.
En 2005, le faon est à l’honneur.
INSCRIPTIONS GRATUITES !
Sont invités à participer aux concours :
- les cuisiniers et traiteurs professionnels du secteur Horeca âgés de moins de 35 ans
- les élèves des classes terminales des écoles hôtelière section cuisine
- les particuliers non dépendants du secteur Horeca
Pour vous inscrire, vos recettes sont à envoyer (maximum trois) et si possible bilingues, avec vos coordonnées sur un feuillet séparé. Celles des étudiants et des professionnels du secteur Horeca sont à envoyer avant le 15 octobre à la Fondation Saint-Hubert au 44, rue de la Converserie – 6870 Saint-Hubert , fax au 061/612732 ou e-mail : info@fondation-saint-hubert.be.
Les recettes des concurrents amateurs sont attendues à la rédaction du magazine culinaire Ambiance au « Comme chez moi », c/o Ambiance, Lakborslei, 114 à 2100 Deurne.
Les auteurs des recettes retenues seront contactés.
Concours pratiques : les 21 et 22 novembre à l’Ecole Hôtelière Provinciale de Namur.
Bon à savoir : le whisky The Glenlivet, le miel Meli, ou encore la bière Palm utilisés comme ingrédients dans les préparations, permettront peut-être aux participants de recevoir des prix spéciaux des marques en question.
Les concours culinaires de la Fondation Saint-Hubert : un bon plan pour les gourmets !
Les règlements sont à votre disposition : www.fondation-saint-hubert.be
A ne pas manquer : la préparation et le suivi des concours culinaires « sauvages » dans Nature Ethique : en vente dans les bonnes librairies ou par affiliation.
10 magazines dans votre boîte aux lettres pour 40€ versés sur le compte 000.1814279.88


29 septembre 2005
Communiqué de presse de la Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique et de la Maison Wallonne de la Pêche

Encore une pollution de la Sambre !

Après la pollution catastrophique du printemps dernier qui a pratiquement anéanti toute vie aquatique sur les 30 km de la Basse-Sambre, c’est une nouvelle alerte qui a été lancée le 16 septembre en soirée. Une personne se promenant le long du cours d’eau a constaté un écoulement blanchâtre anormal dans les environs de Marcinelle.
Avertie, la Division de la Police de l’Environnement s’est rendue sur les lieux et a procédé à plusieurs prélèvements d’eau aux fins d’analyse dans la nuit du vendredi au samedi. Dès le lendemain, le Service de la Pêche assurait une surveillance attentive des lieux. Quelques centaines de poissons morts étaient visibles notamment à proximité de l’écluse de Marcinelle. Il faut toutefois relativiser cette
« faiblesse » des mortalités de poissons au regard de l’hécatombe quasi-totale du printemps dernier. Le Ministre B. Lutgen est lui aussi descendu sur les lieux pour évaluer la situation et pour répondre aux questions pressantes des journalistes. Il a encore une fois assuré que la plus grande fermeté serait de mise à l’égard des pollueurs.
Les échantillons du 16 septembre sont pour l’heure à l’analyse et les pêcheurs attendent les résultats avec impatience. Le Service de la Pêche a, de son côté, effectué des prélèvements de poissons (là où c’était encore possible) à plusieurs endroits en aval du lieu présumé de déversement.
Bien qu’il soit encore trop tôt pour effectuer un diagnostic précis, on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec la grave pollution au cyanure enregistrée en mars dernier tant en ce qui concerne le lieu que la brutalité des effets sur la faune piscicole. Cependant, on notera un net changement d’attitude des autorités administratives et politiques dans la gestion de la crise.
A ce sujet, on rappellera l’incapacité notoire de ces responsables à gérer la pollution du printemps dernier, le Ministre B. Lutgen n’ayant été averti de la pollution par ses services qu’une semaine après les premières constatations sur le terrain. Cette fois-ci, les autorités ont mesuré la gravité de la situation dès le début de l’alerte et ont montré une réelle volonté d’en « découdre » avec ces pollutions répétées. Cela semble augurer d’un avenir meilleur pour nos rivières wallonnes encore trop souvent agressées par les pollutions industrielles que l’on pensait d’un autre âge.
Par ailleurs, comme les représentants des pêcheurs avaient fait précédemment le reproche que l’on n’ ait pas pris de mesures de précaution pour la santé humaine, le Ministre de l’Environnement a immédiatement - dès le 17 septembre - pris un arrêté interdisant temporairement la pêche – pour ceux qui auraient encore eu l’obstination de la pratiquer – de Marcinelle au confluent avec la Meuse.
Une plainte avec constitution de partie civile ayant été déposée le 9 juin dernier par quatre groupements de pêcheurs, les signataires du présent communiqué souhaitent, pour le moment, réserver leurs commentaires par rapport à l’origine présumée de ces pollutions à répétition. Elles réaffirment cependant leur exigence de mettre tout en œuvre pour élucider ces crimes contre nos rivières et pour prévenir de nouvelles pollutions aussi délétères. Au-delà du préjudice matériel évident qu’elles subissent, elles comptent bien faire indemniser par le ou les coupables le préjudice moral qui les frappe d’une façon aussi évidente.Fédération Sportive des Pêcheurs Francophones de Belgique, B. Sottiaux (081/41.34.91).
Maison Wallonne de la Pêche, X. Rollin (081/41.15.70)


 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Remise des prix du 23ème challenge "Luxembourg, province propre et fleurie"

La proclamation des résultats ainsi que la remise des prix du challenge "Luxembourg, province propre et fleurie" 2005 auront lieu le jeudi 13 octobre 2005 à 18h30 dans les salons du Gouverneur au Palais provincial, Place Léopold 1 à Arlon.
Ce concours organisé par la Fédération touristique du Luxembourg belge suscite toujours plus d'intérêt puisque cette année, 56 candidatures émanant de syndicats d’initiative, de communes, de cercles horticoles et d’associations villageoises sont parvenues au Président de la FTLB, le Député permanent au Tourisme Jean-Luc Henry.
Toutes ces localités ont décidé de fleurir leur environnement, de concrétiser leur volonté d'accueil des touristes et visiteurs, tout en profitant de la qualité de leur propre cadre de vie. Le fruit des efforts consentis par chacun, à la hauteur des moyens humains et financiers, est souvent remarquable.
Depuis l'automne 2003, la province de Luxembourg compte 12 plus beaux villages fleuris et 2 plus belles villes fleuries. Vous les reconnaîtrez aisément grâce aux portiques d'entrées bien entendu fleuris qui ont été offerts par la FTLB.
Le jury présidé par M. Luc Noël (journaliste à la RTBF, émission "Jardins et Loisirs") et composé de Mme Martine Bartiaux, artiste et de M. Charles Poncin, secrétaire du cercle horticole de On a sillonné pendant 3 jours les différentes localités afin de sélectionner les plus belles villes et plus beaux villages de la province de Luxembourg.
En plus des bons d'achat (plantes, matériel …), le gagnant se voit remettre "le challenge", œuvre en bronze de M. Bartiaux d'Auby-sur-Semois qui est remis en jeu d'année en année. Celui-ci est acquis définitivement par celui qui occupe la première place trois années consécutives. Un prix spécial de la propreté est également attribué à la localité la plus méritante, celle qui aura particulièrement soigné ce domaine.
Alors, est-ce que cette année encore, la ville de Houffalize et le village de Sohier grimperont-ils sur la première marche du podium ou seront-ils détrônés par une autre localité? Le suspense sera au rendez-vous de cette 23ème remise des prix.
Pour tout complément d’information :
FEDERATION TOURISTIQUE DU LUXEMBOURG BELGE
Quai de l’Ourthe, 9 – 6980 LA ROCHE-EN-ARDENNE
Tél. : 084/411.011 – Fax : 084/412.439
E-Mail : info@ftlb.be – Internet : http://www.ftlb.be


Publié dès le 25 septembre 2005

TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE
MARCHE-EN-FAMENNE
R.G.n° 391-03
Rép. n°1906
Le Tribunal de Première Instance de MARCHE-en-FAMENNE, province de Luxembourg, chambre à juge unique, a rendu le jugement suivant :
En cause de
1. Monsieur Jean-Marie DANZE. licencié en sciences chimiques, consultant en biophysique, né à Huy le 15.8.1939, domicilié à 4020 Aywaille (Harzé), rue de Pavillonchamps, 16,
2. et son épouse, Madame Francine Josette Raymonde DELVAUX. hygiéniste diététicienne, née à Liège le 14.6.1959, domiciliée à 4020 Aywaille (Harzé), me de Pavillonchamps, 16,
3. la société privée à responsabilité limitée EDELVAUX & J.M.DANZE Consultants, inscrite au registre de la T.V.A. sous le n° BE-456.894.051, BCE n° 0456.894.051, dont le siège social est établi à 4020 Aywaille, me du Chalet, 22, demandeurs, comparaissant par Maître Mathieu ROBERT, avocat à Marche-en-Famenne, loco Maître Jean-Claude RIFFON, avocat à 4500 Huy (Ben-Ahin), rue Joseph Wauters, 74.
Contre Monsieur Jean-Marie LE SAGE. né à Houffalize le 1.3.1950, domicilié à 6661 Houffalize, Fontenaille, Mont, 6,
défendeur, comparaissant en personne.
Vu la citation du 28 octobre 2003.
Vu les conclusions déposées par les demandeurs et les dossiers des parties en cause. Les pièces reçues de Monsieur Lesage après la clôture des débats ne pourront toutefois être prises en considération.
Entendu, à P audience publique du 9 juin 2005, Maître M.Robert loco Riffon et Monsieur Lesage.
La demande, recevable, a pour objet la condamnation de Monsieur Lesage à 5.000 euros de dommages et intérêts et à insérer à ses frais dans «Ardennes Magazine» et divers journaux le texte intégral du jugement à intervenir.
Monsieur Jean-Marie Danze et son épouse, Madame Francine Delvaux, faisaient paraître régulièrement dans le mensuel «Ardennes Magazine», diffusé toutes boîtes dans le nord de la province de Luxembourg et le sud de la province de Liège et distribué de surcroît dans les boulangeries et stations-service de ces mêmes zones ainsi qu'au Grand-duché de Luxembourg, de la publicité rédactionnelle relative à leurs activités de consultants en matière de champs électriques et magnétiques.
Au nom de la S.P.R.L. F.DELVAUX & J.M.DANZE Consultants, Madame Francine Delvaux avait envoyé le 1er septembre 2003 à «Ardennes Magazine» à l'attention de Monsieur Jeanmoye avec lequel elle traitait habituellement, une lettre dans laquelle elle lui demandait de mettre fin au contrat qui la liait à «Ardennes Magazine» car elle ne voulait plus que ses articles soient insérés «entre les putes, les travelos et les sportifs». Il faut y ajouter que Madame Delvaux terminait sa lettre comme suit : «Je ne dois pas vous dire quej'apprécie beaucoup votre propre personnalité, que le fait de travailler avec vous est pour moi un réel plaisir et que je souhaite vivement vous rencontrer pour que nous discutions de tout cela».
Le n° 182 d' «Ardennes Magazine», paru trois jours plus tôt, le 28 août 2003, contenait en effet, outre les habituelles informations locales et les petites annonces dont certaines coquines, une page de couverture et une page intérieure annonçant divers spectacles à Houffalize les 19 et 20 septembre 2003 à l'occasion du 6ème. anniversaire de l'hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne sous le haut patronage de la ville de Houffalize. Il était notamment prévu un spec tacle de «transformistes» dénommé «Thé Crazy Gils & Thé Boys», photos suggestives à l'appui. Pour ceux qui l'ignoreraient, Monsieur Lesage expliquait dans une livraison d'«Ardennes Magazine» parue après le spectacle qu'il ne fallait pas assimiler les transformistes que sont les «Crazy Girls & Thé Boys» qui ont «dompté les planches de la salle omnisports» aux travestis mais qu'il s'agissait d'artistes dont l'un des talents particuliers consiste à adopter avec un troublant mimétisme et sans pour autant tomber dans la carricature (sic) ou la vulgarité, la mise et les attitudes de l'autre sexe.
Ce qui devait décider Madame Delvaux à mettre fin à son contrat, c'était le mélange dans ce magazine de genres complètement différents à ses yeux et d'images d'un monde ne correspondant en rien à sa philosophie et auxquelles elle refusait de s'associer, «les personnes concernées par ses informations n'ouvrant pas un magazine dont la première page de couverture ressemble à celle du programme du Moulin Rouge».
Le litige engagé entre les parties est né de la publicité donnée par Monsieur Lesage à cette lettre de Madame Delvaux qui a été lue au début du spectacle «Thé Crazy Girls & Thé Boys». Le compte-rendu des spectacles des 19 et 20 septembre 2003 paru dans «Ardennes Magazine» du 25 septembre 2003 sous la signature de J.M.Lesage en fait d'ailleurs état dans les termes suivants :
«Toutefois, une lettre de Francine Delvaux et de Mr Danze a particulièrement choqué les organisateurs, les artistes et le public qui en ont pris connaissance au début du spectacle. En attendant réparation, cette lettre et sa réponse seront publiées sur le net. Mais la méchanceté gratuite, et l'intolérance de ce courrier outrageant, vous rappelleront l'esprit des
exterminateurs nazis qui ont probablement encore quelques adeptes, bien camouflés à Aywaille sous le couvert d'ouvrages scientifiques et d'appareils de mesure qui ont probablement disjoncté. Ce la mérite réparation. Comme vous vous croyez bien au-dessus de la mêlée et que vous méprisez à ce point nos sportifs ardennais ainsi que les artistes qui offrent leur temps pour aider l'hélico, je vous propose dans un premier temps de verser un don de minimum 2.000.000 euro à l'asbl Spirit ofSt Luc (remarque du tribunal : il s'agit de l'asbl couvrant les activités de l'hélicoptère) à titre de réparation.
Votre lettre restera en ligne sur notre site www. ardennesmagazine.be, tant que nous n'aurons pas reçu la preuve de ce paiement réparateur. Cela correspond aux frais de fonctionnement d'une année de cet hélico.»
signé : J.M.Lesage
Mais Monsieur Lesage, en publiant la lettre de Madame Delvaux sur le site Internet d'«Ardennes Magazine», avait omis d'y transcrire les propos flatteurs et conciliants par lesquels elle terminait sa lettre... Le ton était donné puisqu'après avoir tenu de tels propos à l'égard de Madame Delvaux, accompagnés de chantage, Monsieur Lesage n'eut même pas l'honnêteté de publier en entier la lettre incriminée.
Certes, l'on peut penser que les comparaisons de Madame Delvaux n'étaient pas des plus heureuses et qu'elles ont pu choquer Monsieur Lesage mais elles ont été faites dans un courrier qui n'était évidemment pas destiné à être divulgué.
Il n'est guère besoin de souligner combien la comparaison entre la teneur de cette lettre et «l'esprit des exterminateurs nazis» faite par Monsieur Lesage dans son magazine a pu heurter Monsieur et Madame Danze, qui demandent à juste titre réparation pour eux et leur société suite à ces propos calomnieux qui portent atteinte à leur honneur.
Certes, Monsieur Lesage a voulu faire amende honorable mais il s'est contenté de diffuser sur son site Internet (et non dans «Ardennes Magazine» comme il se devait) une «lettre ouverte d'excuse» pour avoir utilisé le mot «nazi» dans son article, mais en tentant de le iustifier, sous l'emprise «de la colère d'un homme dont les membres de sa famille ont été exterminés par des nazis et dans la précipitation de son magazine à boucler au plus vite dans la fatigue après un week-end de stress insoutenable qui ne lui ont pas permis d'avoir les pieds sur terre...
Il ajoute que les propos d'intolérance de Madame Delvaux («entre les putes, les travelos et les sportifs») étaient outrageants pour les artistes concernés, d'autant plus que le spectacle avait un but philanthropique...
Les mêmes excuses ont ensuite été présentées par Monsieur Lesage dans sa note d'audience déposée le 9 juin 2005, avec les mêmes justifications, qui ne sont pas jugées satisfaisantes par les demandeurs.
Une réparation pour le tort commis s'impose. Il est demandé 5.000 euros de dommages et intérêts avec des réserves pour l'avenir. Pour le tribunal, une indemnisation ex aequo et bono sera accordée à raison de 2.000 euros à titre définitif et de surcroît, il y a lieu de condamner Monsieur Lesage à insérer à ses frais dans la prochaine livraison d' «Ardennes Magazine», sous menace de l'astreinte ci-après, le texte intégral du présent jugement, sans devoir toutefois étendre cette insertion à des quotidiens d'audience régionale ou nationale comme demandé, les atteintes portées à l'honneur ou à la considération des demandeurs étant restées dans la seule sphère des lecteurs d' «Ardennes Magazine» et des internautes consultant son site.

PAR CES MOTIFS :
Le Tribunal, statuant contradictoirement et en premier ressort,
Vu les articles 1, 30, 34 à 37, 40 et 41 de la loi du 15 juin 1935,
Dit la demande recevable et en partie fondée.
Condamne Monsieur Jean-Marie Lesage à payer à Monsieur Jean-Marie Danze, Madame Francine Delvaux et la S.P.R.L. F.DELVAUX & J.M.DANZE Consultants 2.000 euros, augmentés des intérêts judiciaires.
Condamne Monsieur Jean-Marie Lesage à insérer, à ses frais exclusifs et dans le mois de la signification du présent jugement, dans le numéro d' «Ardennes Magazine» à distribuer dans son aire de diffusion du 25 septembre 2003 (zones 1 et 2) le présent jugement sous peine d'une astreinte de 50 euros par jour de retard mis à y satisfaire.
Condamne Monsieur Jean-Marie Lesage aux dépens des demandeurs liquidés à 582,45 euros. '
Dit le présent jugement exécutoire par provision nonobstant tout recours et sans caution ni cantonnement.
Ainsi jugé et prononcé, en langue française, à l'audience publique de vacation du Tribunal de Première Instance de Marche-en-Famenne, le huit septembre deux mille cinq.

Présents : Messieurs Jean-François GENDEBIEN, Vice-Président, Juge unique,
Christian HARDENNE, Greffier.


Aiseau
Devenir Animateur De Centres de vacance

Tu as l’âme d’un animateur, tu as envie d’investir un peu de ton temps et de te consacrer à l’organisation de loisirs pour les enfants. Tu connais un peu l’univers des plaines de jeux, des colonies de vacances, des groupements d’enfants, des mouvements de jeunesse, des camps. Tu veux apprendre les techniques de l’animation et être capable d’encadrer sérieusement les plus petits, les plus jeunes… Tu veux te qualifier pour trouver un job de vacances… Alors, la maison des jeunes les Castors te propose de participer au programme de formation préparé spécialement à ton attention.
Si tu as 14 ans révolus, tu peux déjà suivre les modules de Formation aux techniques d’animations. Formation théorique : 100 heures et formation pratique : 150 heures.
dès 15 ans tu peux entreprendre la formation d’Aide-animateur. Formation théorique : 100 heures et formation pratique : 150 heures (sous forme de stages)
Si tu as 16 ans ou plus, tu peux suivre la Formation de Moniteur; Formation théorique : 150 heures et formation pratique : 150 heures (Décret Centre de Vacances de mai 1999).
La Formation comprend :
a) une partie théorique qui se donne par plusieurs modules de trois à six jours, pendant les vacances scolaires et souvent le week-end en internat dans notre centre d’hébergement « La Ferme des Castors ».
b) une partie pratique (sous forme de stages) en compagnie des enfants que tu auras appris à connaître, notamment, tout le long de ta formation.
A l’issue de ta formation de moniteur et après évaluation, tu reçois un brevet homologué par la Communauté française qui pourra te donner accès aux différentes plaines de jeux organisées dans l’ensemble de la Communauté Française (administrations communales, provinces, Mutualités, centres et camps de vacances en Belgique et à l’étranger...).
Le premier module de formation (module de théorie) se déroulera pendant les congé de Toussaint en internat du vendredi 28 octobre à 19h00 jusqu’au dimanche 30 0ctobre à 16h00 pour les techniques d’animations et aide-moniteurs et jusqu’au mercredi 2 novembre 18h00 pour les Moniteurs.
La formation est gratuite, à l’exception de l’hébergement et des repas (tarif auberge) et d’un forfait photocopies. Pour t’inscrire un simple coup de téléphone suffit.
Pour tous renseignements et inscriptions : Les Castors Tél.: 071/76.03.22 -- Fax : 071/74.45.48 -- e-mail : mj@castor.be . Inscription également en ligne : www.castor.be
Une séance d’information est prévue, le samedi 1er octobre à 14h00 à la Ferme des Castors, rue du Faubourg, 16-18 à 6250 Aiseau.
Responsable : – Achille Verschoren Directeur (Régent en Education Physique et Biologie)

Voulez-vous bien publier cette information dans votre/vos prochaine(s) édition(s).
Merci - Achille Verschoren 071/76.03.22


communiqué du 19 septembre 2005

INITIATIVES 2005 :
« Croissance : Décollage immédiat ! »
La Wallonie pourra-t-elle se battre pour assurer son avenir ? Arrivera-t-elle à dépasser les problèmes du passé pour tracer les pistes de son avenir ? Réussira-t-elle à faire fi de ses freins, pour adopter une stratégie gagnante qui valorise ses atouts ?
On ne le répètera jamais assez, dans un monde en mutation profonde, une région qui veut gagner doit être réactive et dynamique. L’échelle du « terrain de jeu » des entreprises se modifie durablement, les frontières explosent, les centres de décision se déplacent, les marchés aussi… Les technologies évoluent, l’environnement devient acteur, … Pas de développement économique sans stratégie, sans leadership, sans esprit d’entreprise !
Depuis vingt ans, Initiatives est la plate-forme wallonne où se croisent ceux qui créent et développent des entreprises. Au service de sa région, en symbiose avec la Région wallonne, Initiatives soutient et promeut depuis vingt ans l’esprit d’entreprise en Wallonie. Dans ce Forum qui bouge, l’entrepreneur trouve tous les éléments qui le renforcent dans sa démarche : des conseillers pour l’orienter, des confrères pour l’épauler, des opportunités pour avancer, une ambiance positive pour le motiver.
En vingt ans, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Mais l’esprit… d’initiative est toujours bien vif. Des entreprises ont vu le jour, des projets se sont confortés, des contacts se sont noués autour d’un événement qui ose la synergie entre tous les acteurs économiques de la place. Et qui, comme les entreprises qu’il accueille et promeut, est toujours, après vingt ans, en croissance.


LE THEME CENTRAL DE L’EDITION 2005 :
« CROISSANCE : DECOLLAGE IMMEDIAT ! »
La croissance ne se décrète pas, elle se construit, avec patience mais surtout avec détermination, autour de points forts à développer. A l’instar d’autres régions qui sous la houlette inspirée de leaders clairvoyants ont su se reconvertir, la Wallonie doit miser sur ses atouts, plus nombreux qu’on ne le pense, pour assurer son avenir.
Miser aussi sur les hommes, sur leur formation et sur leur esprit d’entreprise, pour créer cette densité d’entreprises qui exploiteront et développeront les filons de demain, qu’ils se nichent dans les applications spatiales, dans la biotechnologie, la logistique, les nouveaux matériaux…
Tel est le thème central du vingtième Forum Initiatives, autour de ce qui est autant une nécessité qu’un slogan : « Croissance : décollage immédiat ! ». A. INAUGURATION OFFICIELLE
« Demain l’Europe : parlons vrai ! » : Michel Rocard sera l’invité d’honneur de la double séance inaugurale du 20° Forum Initiatives et des 1ères Journées Internationales de Liège !
L’événement inaugural du vingtième Forum Initiatives sera réellement exceptionnel, puisqu’il accueillera également la séance inaugurale des premières Journées Internationales de Liège, colloque international de réflexion sur les stratégies régionales de développement économique.
L’invité d’honneur de cette double séance inaugurale possède une personnalité réellement exceptionnelle : Michel ROCARD, Premier Ministre de 1988 à 1991 sous le second septennat de François Mitterrand, a su allier réformes sociales audacieuses et rigueur économique. Député européen depuis 1994, il reste un ardent défenseur de l’Europe, fidèle à son refus de la langue de bois et à son goût pour le « parler vrai ».
Quels dangers attendent les citoyens européens ? Quelles menaces pèsent sur les entreprises : doivent-elles craindre les effets de l’élargissement ? Quelle pourra encore être la force de cette Union Européenne inachevée face notamment à l’émergence des pays asiatiques (Chine, Inde), l’hyper-puissance américaine, et la menace terroriste mondialisée ? Quels sont les défis qui attendent les entrepreneurs et les décideurs politiques dans les années à venir, dans un monde de plus en plus fragmenté ? …. Quelques questions majeures auxquelles Michel Rocard tentera d’apporter une vision réaliste, sans langue de bois, à l’occasion de la séance inaugurale d’INITIATIVES et des Journées Internationales de Liège.
Ce double événement « Croissance : décollage immédiat ! », en présence des Ministres Jean-Claude Marcourt, en charge de l’Economie et parrain officiel d’Initiatives, et Michel Daerden, Vice-Président de la Région wallonne et Président du Groupement de Redéploiement Economique (GRE) et des Journées Internationales, prendra place le mercredi 19 octobre à 17 hrs, et sera également l’occasion de la remise des Gazelles de Trends Tendances, mettant à l’honneur les entreprises … en forte croissance.

B. LA ROUMANIE, PAYS INVITE D’HONNEUR
A l’initiative du Forum Francophone des Affaires, la Roumanie est le pays invité d’honneur d’INITIATIVES 2005 !
Le Forum Francophone des Affaires est une organisation internationale non gouvernementale ayant pour vocation le développement des échanges commerciaux, industriels et technologiques au sein de l’espace économique francophone universel. Les membres du FFA sont convaincus de la nécessité de resserrer et de développer les liens déjà existants entre les communautés d’affaires des pays qui partagent l’utilisation de la langue française.
C’est dans cet esprit que le Comité Wallon du FFA, avec le soutien de l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers (AWEX), s’est mobilisé pour organiser à l’occasion du salon Initiatives, la présence de la Roumanie en qualité d’invité d’honneur et l’accueil d’une délégation de chefs d’entreprises roumains. La Roumanie accueillera le Sommet de la Francophonie en 2006 !
Lors de ces journées, la délégation roumaine participera à une table ronde et à un atelier sur les relations économiques entre la Roumanie et la Wallonie, le jeudi 20 octobre à 10h30 : « Développer, dans l’environnement francophone européen, les opportunités d’affaires entre entreprises roumaines et wallonnes ». Le jeudi après-midi, dans l'espace rencontre du salon, seront organisés des rendez-vous bilatéraux entre entrepreneurs roumains et wallons. C. PRIX « CRESCENDO »
Pour mettre en lumière des projets de jeunes entrepreneurs !
Le prix « Crescendo » est un concours de projets d’entreprises ouvert à des entreprises en phase de démarrage ainsi qu’aux jeunes entreprises de moins d’un an pourvu que leur projet soit innovant ou original. Les candidats bénéficient d’un coaching pour préparer la présentation de leur projet devant un jury composé de personnalités représentant le monde de l’entreprise.
L’objectif de ce prix est de contribuer à promouvoir l’esprit d’entreprise, en mettant à l’honneur des porteurs de projets innovants. La deuxième édition de ce prix aura lieu le jeudi 20 octobre après-midi, en présence de la Ministre Sabine Laruelle, en charge des Classes Moyennes, et du Ministre Jean-Claude Marcourt (jeudi 20 octobre, à 14h30)
Cette cérémonie fera suite à un témoignage-débat sur la création d’entreprises (le jeudi matin), et à un déjeuner-débat sur ce même thème, en présence d’Henri Mestdagh, Président de l’Union Wallonne des Entreprises. La veille (mercredi 19 octobre), les « Rendez-Vous de l’Entreprise » auront déjà mis en contact tous les porteurs de projets intéressés, avec des experts présentés par les divers organismes parrainant l’initiative.

D. « SAVIEZ-VOUS QUE ? »
Le réservoir des technologies : quand des petites PME étonnent les grands donneurs d'ordre grâce à leur savoir-faire.
Il existe dans notre région de nombreuses sociétés technologiques, dont certaines sont encore toutes récentes, et qui possèdent des compétences nouvelles et performantes que beaucoup de donneurs d’ordre ne soupçonnent même pas !
Le vendredi 21 octobre prochain, à Initiatives, ces nouvelles entreprises technologiques auront l’occasion de se présenter, et leurs responsables seront invités à rencontrer, la matinée, des donneurs d’ordres des entreprises actives dans l’ingénierie mécanique, l’aéronautique et l’aérospatial, et l’après-midi, dans les sciences du vivant et l’agroalimentaire : des secteurs faisant partie des pôles de compétitivité, piliers du plan « Marshall » de redéploiement de la Wallonie.
Les entreprises technologiques seront sélectionnées pour leurs compétences performantes en contrôle qualité, tests et validation, traçabilité et assistance à la conception. Frédéric Van Vlodorp (Meusinvest) et Jean-Claude Jungels (UWEl, Start-It) animeront ces présentations et veilleront à la mise en contact des entrepreneurs participant à cette journée originale, à l’occasion d’une réception où chacun pourra poursuivre librement les contacts souhaités.

E. UN AXE DE CROISSANCE : LES APPLICATIONS SPATIALES
Le spatial : un pôle de compétitivité, un secteur à forte croissance et à haute valeur ajoutée…
ERA-STAR est un consortium européen inter-régional mis en place par la Commission européenne pour encourager la coopération trans-régionale en matière de recherche et développement pour les applications des technologies spatiales. La Région wallonne jouera le rôle de coordinateur de ce réseau européen.
A l’occasion du lancement en Wallonie de ce réseau ERA-STAR, la Direction Générale des Technologies et de la Recherche de la Région wallonne et le Cluster Wallonie Espace organisent à Initiatives une conférence pour présenter ce nouveau réseau européen (le premier de ce type), les potentialités des applications spatiales (applications de navigation, cartographie, sécurité, environnement) et les diverses aides régionales et européennes en la matière. Madame Marie-Dominique Simonet, Ministre de la Recherche et des Technologies, participera à cet événement de lancement (vendredi 21 octobre, 14h).

F. LES ENJEUX DES TIC
Sept technologies clé qui vont doper l’efficacité et la rentabilité de votre entreprise !
L’orateur invité de cette Conférence du Troisième Millénaire, Marc-Lionel Gatto, PDG de MLG Consulting (France) mettra en évidence sept technologies clé qui vont doper la productivité et la rentabilité des entreprises dans les prochains mois. Les technologies de l’Information et de la Communication (TIC) regroupent des outils destinés à faciliter le business. Les PME pensent bien souvent, à tort, que cela ne les concerne pas, qu’il n’y a pas de produit adapté à leur taille ou que ceux-ci sont trop complexes… Faux ! L’orateur démystifiera ces outils et dressera un topo des enjeux opérationnels, en appuyant ses propos d’exemples de PME productives pour lesquelles les TIC ont contribué à améliorer la rentabilité (Forum Telecom, mercredi 19 octobre à 14h30).

G. TOUT SAVOIR SUR LES AIDES PUBLIQUES TIC
Nouveau : des rendez-vous gratuits avec des experts ‘TIC’
Le secteur IT est depuis longtemps considéré par les autorités comme l’un des facteurs de développement des PME en région wallonne. A cet effet, différentes aides publiques ont été mises en œuvre. Leur utilité n’est pas à démontrer mais elles souffrent encore trop souvent d’un manque de visibilité (et d’utilisation) auprès de leur cible. C’est à cette fin que le FORUM TELECOM de la SPI+ et l’Agence Wallonne des Télécommunications organiseront, le vendredi 21 octobre une après-midi d’information et de rencontres destinée à mieux faire connaître toutes ces aides publiques mises à la disposition des PME en matière de TIC en Wallonie. Des experts certifiés RENTIC et des représentants d’organismes publics se tiendront également à la disposition des entreprises désireuses d’optimaliser leur utilisation professionnelle des nouvelles technologies et leur approche de l’e-business.

H. L’ENTREPRISE ET L’ENVIRONNEMENT
Alain Hubert : « L'Europe a un rôle unique à jouer : en affichant sa volonté de faire aboutir le protocole de Kyoto, elle place l'environnement au centre du développement économique du futur »
Le changement climatique est loin d'être un phénomène abstrait. Il y a trois ans, la traversée de l'Arctique entreprise par l’explorateur Alain Hubert a été stoppée par la fonte anormale de la banquise. Désormais à la tête de la Fondation Polaire Internationale, Alain Hubert a décidé de sensibiliser les entreprises au changement climatique, et à l'importance du combat planétaire engagé par l'Union européenne dans ce domaine.
Le jeudi 20 octobre à 17 hrs, en présence du Ministre de l’Environnement Benoit LUTGEN, Alain HUBERT, Explorateur et Président de l’International Polar Foundation, sera l’invité d’honneur d’une Conférence du Troisième Millénaire : "L'Europe sur le chemin de Kyoto : Environnement et Réchauffement climatique au centre du développement économique futur", et abordera l’importance de l’impact environnemental sur le futur des entreprises.
Dans le cadre des nouveaux accords internationaux de protection de l’environnement, de la mise en place de systèmes de gestion de l’environnement au sein des entreprises et de la mise en place des permis d’environnement, Initiatives a choisi de priviliégier le thème de l’environnement comme l’un de ses thèmes de référence, en organisant diverses conférences sur les zones d’activité économique et la gestion commune des déchets, les divers problèmes les plus courants rencontrés par les entreprises (permis d’environnement, complexités administratives,…), la mise en place de nouveaux systèmes de management dans le cadre du lancement de « Wallonie Excellence »,…

H. L’ENTREPRISE ET L’ENERGIE
‘Un an avant, un an après… ‘
La Chambre de Commerce et d'Industrie de Liège et de Verviers met en place un projet intitulé Energy Pooling, soutenu par la Région wallonne, destiné à donner une assistance aux PME et PMI dans le domaine de l’énergie. Dans ce cadre, elle organise le vendredi 21 octobre matin une table ronde faisant le point sur l’ouverture du marché de l’électricité de Wallonie, après plus d’un an de fonctionnement pour les clients « haute tension » et un peu plus d’un an avant l’ouverture totale du marché. Un thème d’actualité, lorsque l’on connaît les vibrations importantes du marché de l’énergie aujourd’hui…

Le programme complet du Forum Initiatives (qui ne peut être ici détaillé, vu son ampleur…), ainsi que la nouvelle image du salon (entièrement renouvelée pour le vingtième anniversaire !), seront dévoilés le 20 septembre, sur le site www.initiatives.be. N’hésitez pas à le découvrir ! Informations pratiques

INITIATIVES 2005 (20e anniversaire !)
Le salon accélérateur de croissance…
ÿ du mercredi 19 au vendredi 21 octobre 2005, aux Halles des Foires de Liège.
ÿ De 10 à 18h30 le mercredi et le vendredi, de 10 à 20h le jeudi
ÿ Info : +32.(0)4. 254.97.97 * info@enjeu.org
ÿ Programme complet et pré-enregistrement sur www.initiatives.be
Organisation :
ENJEU asbl, Avenue de Gerlache 41 – B4000 LIEGE
sous l’égide de la Région wallonne et du Ministre de l’Economie et de l’Emploi,
Avec le concours de nombreux organismes économiques privés et publics, fédérations professionnelles, chambres de commerce,… de la région wallonne.

 


communiqué du 17 septembre 2005
Masters of Endurance 2005 : Bol d‚or (Magny-Cours 17/18-09-2005)
 
Le Team Bikers‚Days revoit ses ambitions à la hausse !

A l‚occasion des 24 heures du Mans 2005, première manche du Masters of endurance, le Team Bikers‚Days-Acropolis avait fait parler la poudre en remportant la victoire en catégorie superstock et en décrochant une extraordinaire cinquième place du classement général. Pour Grégory Fastré, Marc Fissette et Michael Weynand, cet exploit était en fait une étincelante confirmation de leur cinquième place acquise au Bol d‚Or 2004 quelques mois auparavant.
Si en Endurance, on n‚est jamais à l‚abri d‚un petit pépin, nos compatriotes ont pourtant décidé de placer la barre encore plus haut. Pour le Bol d‚Or, qui se dispute le week-end prochain sur le circuit de Magny-Cours, le Team Bikers‚Days a choisi de s‚internationaliser.
Si, comme au Mans, Stéphane Mertens viendra prêter main forte à l‚équipe, on notera un changement important dans l‚équipage. Si Mario Kupper, le préparateur de la Yamaha  R1 maintient sa confiance en Grégory Fastré et Marc Fissette, il a toutefois fait appel à un pilote français pour les épauler. Laurry Fremy est parisien, est âgé  d‚à peine 22 ans mais déjà, il a su faire parler de lui. En 2004, il faisait partie intégrante du Suzuki Junior Team, victorieux en superstock au Mans et au Bol d‚Or avec, à chaque fois, la quatrième place du général à la clé. En championnat de France de superproduction, Laurry a également défrayé la chronique cette saison sur le circuit Carole notamment où il a remporté une splendide victoire au nez et à la barbe de tous les gros bras de la catégorie, en signant au passage un nouveau record absolu de la piste.
Particulièrement rôdé à l‚endurance, Laurry Fremy peut être considéré comme un renfort haut de gamme pour le team Bikers‚Days qui poursuit ainsi son internationalisation.
Victorieux au Mans, Grégory Fastré et Marc Fissette comptent sur leur nouvel équipier pour signer un doublé qui les installerait définitivement dans la cour des grands !


Dès jeudi l‚équipage entrera en action et nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de ses moindres faits et gestes tout au long du week-end !


Aiseau
Casting Enfants
Pour l’organisation de son spectacle : de la Castor Academy du dimanche 11 décembre 2005, les Castors organisent un Casting le vendredi 30 septembre de 18h00 à 19h30 à la Ferme des Castors. Ce casting s’adresse à quatre groupes mixtes : les « Baby Star » 3-6 ans les « Stars » 6-9 ans; les 9-14 ans et les 14-18ans. Pour la présentation au Casting, les candidats veilleront à porter des vêtements modernes ou d’exhibition et seront maquillés et coiffés. Inscription au casting : 4 €.
Chaque enfant, qui sera retenu, pourra participer aux différents ateliers préparatoires qui se dérouleront chaque vendredi de 18h00 à 19h30 quelques samedis en journée (dates encore à déterminer) et sous forme de stages spécifiques pendant les congés scolaires (soit en internat soit en externat) et ainsi acquérir les techniques de chant, danse, chorégraphie, expression corporelle, diction, mode, habillement…apprentissages nécessaires pour réussir le spectacle.
En apothéose et au terme des répétitions, chaque élève assidu pourra se produire au show-spectacle du dimanche 11 décembre 2005 à la Ferme des Castors. Attention ! les places sont limitées.
Toussaint : du 31 octobre au vendredi 4 novembre Stage Castor-Academy pour les enfants de 3 à 6 ans uniquement en externat et de 6 à 14 ans en Internat ou en externat.
Pour tous renseignements et inscriptions au casting : Ferme des Castors 16-18 rue du faubourg à 6250 Aiseau Tél : 071/76.03.22 ou 071/74.04.75 – Fax : 071/74.45.48
Site Web : www.castor.be
Directeur de la Castor Academy : Achille Verschoren Voulez-vous bien diffuser cette information et la photo dans votre/vos prochaine(s) édititon(s) – Merci Achille Verschoren

 


16 sept.2005
Luxembourg Tourisme - automne 2005

Dans ce numéro d'automne, il est une fois encore question d'anniversaires, tant cette année 2005 est parsemée de grands événements.
Notre pays lui-même fête son 175ème anniversaire. Jean-Etienne Hallet parcourt avec vous l'exposition "Made in Belgium" où notre province se devait d'être présente.
Cette année fut aussi riche en émotions et souvenirs, particulièrement parmi les tranches les plus âgées de la population, marquées par les terribles moments vécus pendant la Bataille des Ardennes.
De nombreux vétérans ont tenu, une dernière fois peut-être, à retraverser l'Atlantique pour fouler les lieux du souvenir.
Parmi d'autres, Gary Dix, 86 ans est venu d'Indianapolis et a été fait citoyen d'honneur de la ville d'Arlon. Jean-Pierre Monhonval a vécu ces instants d'émotion.
Il a ensuite rencontré Doug Antonian, venu d'Arizona, pour accomplir la promesse faite à son père, décédé il y a deux ans, de réaliser un film pour la télévision dont le titre est déjà connu "Sons of war" ou "Fils de guerre". D'autres prises de vues auront lieu cet hiver, sous la neige.
Plus heureux cette fois, le 75ème anniversaire de la Fédération touristique du Luxembourg belge. L'occasion pour Jacques Rossignon de vous livrer les propos recueillis auprès de Georges Libert, président de la FTLB de 1987 à 1993.
Jacques Rossignon poursuit sa visite des Maisons du tourisme. Cette fois, il pousse la porte de la 1ère Maison du tourisme inaugurée dans la province, celle du Pays de Bastogne ou "Pays 5 étoiles".
De retour à la FTLB, il vous propose encore de faire connaissance avec l'équipe du service Editions et Promotion.
Au chapitre "Nature", Myriam De Bœuf vous entraîne, en cette fin d'été, dans une promenade au pays des papillons.
Pierre-Alain Gillet a rencontré pour vous le bouillonnant artiste, Henry Bontemps de Bertrix qui a accepté de livrer ses secrets sur la construction d'une aquarelle.
De son côté, Richard Lambert a découvert un galeriste pas comme les autres en la personne de Louis Jacques. Ce dernier a créé un site web original qui invite à faire connaissance avec non moins de 141 artistes de la Gaume. A visionner sans modération, à son rythme.
Décédé, il y a 25 ans déjà, Maurice Grévisse est connu de générations d'écoliers pour son "Bon Usage" encore consulté chaque jour par une foule de francophones. Jean-Pierre Monhonval lui rend hommage avec son village natal de Rulles tandis que la commune de Habay a obtenu de la Poste l'édition d'un timbre à l'effigie du célèbre grammairien.
Au chapitre "Patrimoine", Jean-Pierre Monhonval, décidément infatigable, vous emmène à Tellin, village de la cloche et du carillon, où cet été une fonte de cloche à l'ancienne a attiré la grande foule.
Découvrez encore avec lui plusieurs réaffectations heureuses de patrimoine ancien avant de visiter le Musée de la vie paysanne de Montquintin qui éduque depuis 40 ans.
Après un tel périple, vous conviendrez qu'une pause s'avère nécessaire que ce soit pour se sustenter ou se désaltérer.
Les Grès de La Roche "Terroir et Traditions" n'attendent que le plaisir de vous accueillir. Pierre-Eric Leclercq lève le voile sur le "relifting" de cette attraction.
Et enfin, vous ne l'aurez pas volé, concluez cette balade en Luxembourg en parcourant deux circuits de la bière au cœur de la Semois ou à travers la Gaume en compagnie d'un fin connaisseur, Christopher Chamberland, pour ne pas le nommer.Prix d'1 numéro : 3 € - prix de l'abonnement annuel (4 numéros) : 10 € à verser sur le compte
068-2116037-09 de la Fédération touristique du Luxembourg belge – Quai de l'Ourthe 9 –
6980 La Roche – Tél. 084/411.011 – Fax : 084/412.439 – info@ftlb.be.


Aiseau
Marché Equestre

Appels aux Exposants & ArtisansLe Comité des fêtes d’Aiseau-Centre, fort de son enthousiasme et de son dynamisme, a décidé d’organiser le 2ème Marché Equestre avec un concours hippique, et la fête de la Saint-Hubert, qui se dérouleront le dimanche 20 novembre 2005 de 10h à 20h au Moulin des Castors (intérieur) et au manège des Castors (extérieur) à 6250 Aiseau-Faubourg.
Qui peut participer ? Clubs équestres, Manèges, Selleries, Vendeurs de chevaux, professions liées aux chevaux (maréchal-ferant, bourrelier,…) matériel agricole, fabrication de box, constructions d’attelages, les artisans, articles de chevaux (décorations, peintures, bibelots), les brocanteurs et tous particuliers qui souhaitent vendre ou revendre leur cheval, leur ancien matériel, équipement, vêtements, souvenirs, etc…
Pour cet événement, tous les sens seront mis en éveil avec les saveurs, les senteurs, des gourmandises (dégustations), des surprises, des cadeaux. D’ores et déjà, les critères sont fixés : convivialité, originalité, ambiance, découverte, étonnement. De plus, pour ce marché du Cheval, le comité des fêtes a préparé un programme tant pour les enfants (animations, spectacles, baptême à cheval, tour en attelage), que pour les parents, ainsi que les papys et mamys (Petite restauration, repas Tex-Mex)
Il n’est pas trop tôt pour faire appel à tous les exposants, les artisans locaux, régionaux qui ont du savoir faire et qui souhaitent exposer leurs produits, leur matériel. Attention ! les places sont limitées. Le marché Equestre s’adresse aussi aux particuliers (tout âge) qui ont du doigté et qui souhaitent exhiber et vendre leurs créations personnelles, liquider, revendre leur matériel équestre.
Inscription : Deux lignes de téléphone 071/76.03.22 -- 071/74.30.45 -- fax 071/74.45.48, e-mail : info@castor.be Site web : www.castor.be
Organisation : Le Comité des Fêtes d’Aiseau-Centre, le Manège des Castors et Cape Jeunesse.
Responsable : Achille Verschoren directeur
Adresse : Manège des Castors rue du Faubourg, 5 à 6250 Aiseau
Voulez-vous bien diffuser cette information dans votre/vos prochaine(s) édition(s) – Merci
Achille Verschoren Directeur


Vielsalm: à l’occasion de notre 50ème anniversaire des Macralles du Val de Salm.
Samedi 01 octobre 2005, Grand Rassemblement des Anciens et nos agapes à l’Athénée Royal de Vielsalm rue des Grands Champs
Déroulement de la journée :
15h : accueil
16h : Cérémonie Protocolaire
17h : Apéritif
18h : Buffet froid
21h30 : Soirée dansante avec Pacific Soul (avec deux véritables anciens musiciens des Serpents Noirs) ENTREE GRATUITE
Nous invitons toute la population salmiennes et des alentours à une superbe soirée dansante dont l’entrée est entièrement gratuite.
Nous vous invitons à couvrir l’événement pour votre journal dés 16h pour la cérémonie protocolaire.
Par la même occasion pouvez vous annoncer l’exposition des 50 ans qui se tiendra à l’archéoscope du 24 septembre au 09 octobre.
Le Grand Conseil des Macralles du Val de Salm


COMMUNIQUE DE PRESSE du 15 setpembre 2005

Université de Namur
Rentrée académique 2005-2006

À l’occasion de la rentrée académique de ce 15 septembre 2005, le recteur des Facultés Universitaires de Namur, Michel Scheuer, a prononcé un discours centré sur la responsabilité citoyenne de l’Université et de ses membres.

« Cette citoyenneté, cet engagement au service de la « cité », nous avons tous à le vivre comme universitaires, ayant la chance inouïe de bénéficier d’espaces de liberté et appelés à en faire des espaces de responsabilité ! », a introduit le recteur Michel Scheuer.

Responsabilité principalement face à la pauvreté dans le monde, au déséquilibre Nord-Sud mais aussi à la dualisation de la société occidentale. Le recteur namurois propose aux universitaires quelques pistes pour assumer cette citoyenneté responsable : « encourager les recherches disciplinaires (en médecine, en économie, en biologie, en droit ou en sciences politiques) qui sont susceptibles d’avoir un impact direct sur le bien-être des populations les plus défavorisées du globe », « ouvrir les campus aux réalités du Sud, via des conférences, des séminaires, des journées d’étude, des colloques, des cours et l’accueil d’étudiants ou de chercheurs du Sud »…
Le recteur Michel Scheuer a également rappelé l’importance d’une implication citoyenne de l’Université de Namur au cœur de sa ville et de sa région : participation au développement socio-économique via la recherche et sa valorisation (CIGER, Namur Entrepreneurship Center, Infopôle, Agrobiopôle…), développement de projets de formation avec les autres institutions d’enseignement supérieur de la province et mise à disposition du public de différents services (bibliothèque, cours pour adultes, université du troisième âge…)

4Le texte du discours « L’Université au cœur de la cité, au service de sa région », par le recteur Michel Scheuer est disponible à l’adresse www.fundp.ac.be/presse <http://www.fundp.ac.be/presse>

4

N’oubliez pas que 2005 est l’année mondiale de la physique. L’université de Namur y participe. Du 16 septembre au 2 octobre, elle accueille l’exposition « Le siècle d’Albert Einstein » et organise deux conférences : le 22 septembre « Einstein et les révolutions de la matière, de l'espace et du temps » et le 24 novembre « La révolution LASER ». www.physique.fundp.ac.be/physique2005 <http://www.physique.fundp.ac.be/physique2005>


COMMUNIQUÉ DE PRESSE HIVER 2005-2006
15 sept. 2005

Mise en place porte-parole francophone ABIS

À partir du lundi 19 septembre, M. Vincent VAN BELLE sera mis en place comme porte-parole francophone de l'Association Belge des Instructeurs de Ski (ABIS), la plus grande association belge dans le secteur des sports d'hiver.
Vous pourrez le joindre aux numéros suivants :
(Belgique) +32 475 999 280
(Autriche) +43 664 1753933
La mise en place d'un porte-parole qui pourra mieux desservir les médias francophones a été prise en vue de l'intérêt grandissant que ces médias démontrent pour les sports d'hiver. La saison 2005-2006 représentera pour le secteur touristique belge un hiver d'expansion d'activités où il peut être intéressant d'entendre l'avis d'un professionnel du ski et des sports d'hiver, surtout en ce qui concerne formation et équipement mais aussi par rapport aux risques, incidents et cetera.
La communication flamande reposera entre les mains du Président, M. Joris VAN GESTEL, comme était le cas jusqu'à présent.
[NL]
Vanaf maandag 19 september wordt dhr. Vincent VAN BELLE in plaats gesteld als Franstalige woordvoerder van de Belgische Vereniging van Ski-Instructeurs (BVSI), de grootste Belgische wintersportvereniging.
Hij zal bereikbaar zijn op volgende nummers:
(België) +32 475 999280
(Oostenrijk) +43 664 1753933
De inplaatsstelling van een woordvoerder die specifiek de Franstalige media beter zal kunnen bedienen werd genomen in het licht van de groeiende aandacht die deze media hebben voor de wintersporten. Het seizoen 2005-2006 zal voor de Belgische toeristische sector een uitbreidingsseizoen worden, tijdens hetwelk het interessant kan zijn de opinie van een sneeuwsportprofessional te horen, vooral wat betreft opleiding en uitrusting, maar ook wat betreft risico's, incidenten en dergelijke.
De Nederlandstalige communicatie wordt verder verzekerd door dhr. Joris VAN GESTEL, voorzitter van het BVSI, zoals totnogtoe reeds het geval was.
Fin du Communiqué – Einde van het Bericht


communiqué du 14 sept 2005
Les concours culinaires aux saveurs sauvages de la FSH : un délice !
APPEL AUX CANDIDATS

Chaque année, la Fondation Saint-hubert met sur pied les concours culinaires à base de gibier afin de faire partager aux autres son goût pour la cuisine aux saveurs sauvages et de promouvoir les métiers de la bouche en général. La Fédération des Négociants en Gibier de Belgique quant à elle, fournit le matériel de base : le gibier. Tandis que le magazine culinaire Ambiance, avec l’étroite participation de Guy Lemaire, permet l’élaboration sans cesse enrichie de nouveaux concepts. Chaque année, un sujet différent est retenu.
En 2005, le faon est à l’honneur.
INSCRIPTIONS GRATUITES !
Sont invités à participer aux concours :
- les cuisiniers et traiteurs professionnels du secteur Horeca âgés de moins de 35 ans
- les élèves des classes terminales des écoles hôtelière section cuisine
- les particuliers non dépendants du secteur Horeca
Pour vous inscrire, vos recettes sont à envoyer (maximum trois) et si possible bilingues, avec vos coordonnées sur un feuillet séparé. Celles des étudiants et des professionnels du secteur Horeca sont à envoyer avant le 15 octobre à la Fondation Saint-Hubert au 44, rue de la Converserie – 6870 Saint-Hubert , fax au 061/612732 ou e-mail : info@fondation-saint-hubert.be.
Les recettes des concurrents amateurs sont attendues à la rédaction du magazine culinaire Ambiance au « Comme chez moi », c/o Ambiance, Lakborslei, 114 à 2100 Deurne.
Les auteurs des recettes retenues seront contactés.
Concours pratiques : les 21 et 22 novembre à l’Ecole Hôtelière Provinciale de Namur.
Bon à savoir : le whisky The Glenlivet, le miel Meli, ou encore la bière Palm utilisés comme ingrédients dans les préparations, permettront peut-être aux participants de recevoir des prix spéciaux des marques en question.
Les concours culinaires de la Fondation Saint-Hubert : un bon plan pour les gourmets !
Les règlements sont à votre disposition : www.fondation-saint-hubert.be
A ne pas manquer : la préparation et le suivi des concours culinaires « sauvages » dans Nature Ethique : en vente dans les bonnes librairies ou par affiliation.
10 magazines dans votre boîte aux lettres pour 40€ versés sur le compte 000.1814279.88

Département Economique
Isabelle Paulus
Pour la Fondation Saint-Hubert
www.fondation-saint-hubert.be
Tel : 061/293072


Couper des arbres = sauver des vies ?
Et si ce n'était pas si simple…

La route RN845, qui relie Neufchâteau à Bertrix (Province de Luxembourg), a connu ces dernières années plusieurs accidents mortels. Dans certains cas, la présence d'arbres le long de la route en a aggravé les conséquences. Lancée à la suite du dernier accident tragique et soutenue par plusieurs centaines de personnes, une pétition demandait l'abattage de tous les arbres. Ceux-ci composent un alignement exceptionnel de 10 kilomètres de long, comptant plus de 770 tilleuls.
Le but de notre action est de proposer à la fois d'élargir l'action préventive (faire plus et mieux pour la sécurité de cette route) et de préserver la qualité et la diversité de notre cadre de vie (ne pas transformer notre paysage en un immense talus d'autoroute).
En février 2005, 800 personnes ont signé une charte dans ce sens, le "Manifeste des arbres" (lire le document, pdf, 59Kb <http://www.777arbres.be/manifeste.pdf> ).

Nous avons remis ces signatures au Gouverneur Bernard Caprasse.
Une réunion entre le MET (Ministère de l'Equipement et des Transports de la Région wallonne), la Police fédérale et certaines autorités communales a eu lieu.
Suite à cela, le MET a introduit une enquête publique pour l'abattage de 573 arbres.
Cette enquête est en cours et il est temps pour toutes celles et ceux qui s'opposent à cette destruction massive de faire entendre leur voix. Tous les détails de ce que vous pouvez faire se trouve à la page "envie d'agir ? <http://www.777arbres.be/agir.htm> "
> Plus d'infos : http://www.777arbres.be/


Aiseau le 9 septembre 2005
L’animation vous intéresse ?
Faites en un métier.Avec l’augmentation des loisirs, du temps libre…, avec le développement des centres et des colonies de vacances, des camps, des plaines de jeux, des mouvements de jeunesse, des stages, des clubs d’enfants, avec la création de garderies, de l’accueil extrascolaire, de crèches, garde d’enfants malades , avec l’intérêt avéré des enfants à participer activement à des activités à la fois ludiques et éducatives, les Castors ont décidé de développer une formation « Auxiliaire d’animation» liée au métiers de l’animation, de l’accueil d’enfants et destinée aux jeunes adultes de plus de 18 ans, libre d’obligation scolaire, chômeurs, minimexés (revenus d’intégration), sans ressources. C’est un réel contrat de formation calqué sur un contrat d’emploi, avec ses 38h/semaine, ses horaires, son régime de travail, bref ! tout est réuni pour s’entraîner à retrouver un job dans une domaine liés à l’accueil et aux loisirs d’enfants, d’adolescents. Durée de la Formation de 9 mois à 1 an.
De plus, et ce qui n’est pas négligeable, chaque stagiaire inscrit et régulier, reçoit, en plus de ses allocations sociales (chômage, minimex) 1 €. de l’heure de formation ainsi que le remboursement intégral de ses frais de déplacement, ce qui fait, au minimum, un total de 150 à 200 €. par mois. Enfin, la formation peut déboucher sur un job, mais également sur l’envie de poursuivre d’autres filières de formations : gardiennes encadrées, puéricultrice, éducateurs…
La Formation est reconnue par la Région Wallonne, le Fonds Social Européen (FSE), et la Communauté Française.
Si vous voulez participez activement à la formation « Auxiliaire d’Animation » prenez contact immédiatement avec les Castors rue du Faubourg, 5 à 6250 Aiseau tél : 071/74.30.45, fax : 071/74.45.91. Attention ! les places sont limitées.
Responsable : Achille Verschoren Directeur
Voulez-vous bien diffuser cette information
dans votre prochaine édition
Merci Achille Verschoren
achille.verschoren@castor.be


Montréal, le 5 septembre 2005

«Katrina» : «Une leçon à en tirer.»
(Kofi Annan)

Il semble que du fait du réchauffement de la planète, et en particulier des eaux océanes, il y aura de plus en plus d’ouragans de la force de «Katrina» (on parle de catastrophe naturelle – un «Act of God», ce qui arrange bien des mortels –, mais il faudrait peut-être créer un néologisme pour dire que l’homme est maintenant en cause, la nature avec lui ayant perdu de son naturel). La tragédie que vivent des États-Uniens du Sud pourrait donc se répéter dans le présent siècle plus souvent que normalement.

Voilà un moment propice pour les États-Unis, le plus grand responsable des maux environnementaux actuels, de faire un examen de conscience. Avec ses énormes capacités, il pourrait faire beaucoup pour soulager notre planète des traumatismes qu’elle subit sans discontinuer.

Mais c’est espérer beaucoup de l'Oncle Sam, noyauté qu’il est par les valets d’une minorité de possédants qui ne pensent qu’à deux choses : faire rouler l’économie pour engranger des profits et assurer leur pérennité.

Ce que je souhaite aux États-Unis c’est un tsunami qui ferait le ménage à la tête de l'État et dans la tête de plusieurs États-Uniens (comme ceux qui voient en Pat Robertson un pote). Voilà qui ferait avancer le monde.

Pour finir, on sait que Castro a offert à Bush d’envoyer 1100 médecins et des tonnes de médicaments pour soulager la souffrance dans le pays le plus riche qui soit (quelle générosité tout de même de la part d’un petit pays manquant lui-même cruellement de ressources, situation en partie due au «blocus» que l’on sait). Bush aurait-il fait pareil si pareille épreuve avait frappé les Cubains? Quand on se rappelle l’épisode des agents de la CIA qui ont empoisonné l’eau potable des Cubains dans les années soixante, je crois qu’il aurait plutôt applaudi puis se serait croisé les bras, tout ce qui concourt à l’affaiblissement de Cuba étant le bienvenu.

Sylvio Le Blanc ,10762, rue de Poncheville ,Montréal (Québec) ,H2B 2X4 Tél.: (514) 384-8198 ,CANADA
«Le débat est rouvert»


COMMUNIQUÉ DE PRESSE n°10

« Croit » de Fabrice Couchard présenté à Los Angeles !

Spa, le 5 septembre 2005.

Cher ami journaliste,« Croit » vient de décrocher une nouvelle sélection dans un festival international. Il sera en effet présenté au prestigieux Los Angeles International Short Film Festival, qui se déroule sous les cieux californiens du 6 au 13 septembre 2005.
Rappelons que « Croit » a déjà décroché 3 prix au cours de ces derniers mois : « Ciné & FX Prize » au Festival du Film Fantastique, de Science-fiction et de Thriller de Bruxelles, « Best short dramatic » à l’Independant Film Festival d’Ashland (Oregon, U.S.A.), Jean-Luc Couchard étant couronné par le Prix d’interprétation masculine à l’occasion du 13ème Festival « Le court en dit long » de Paris.
En outre, « Croit » a déjà eu l’honneur d’être sélectionné dans les festivals suivants : Festival du Film d’Amour de Mons, Festival d’Ankara (Turquie), Festival du Court Métrage de Bruxelles, Festival « Le Court en dit long » de Paris (France), Cinema Jove International Film Festival de Valence (Espagne), Puchon International Fantastic Film Festival (Corée du Sud), Festival Européen du Cinéma et du Monde Rural de Lama (Haute-Corse, France), Odense Film Festival (Danemark), Festival International du Film Documentaire et du court-métrage d’Ismalia (Égypte) et Festival du court métrage francophone de fiction et d’animation de Bischeim (France).
Nous restons tout naturellement à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
En vous remerciant d’avance de votre attention, nous vous adressons nos meilleures salutations.Vincent Legros
Attaché de presse sur « Croit »
0494-57.51.37

 


lundi 5 septembre 2005

Plein succès pour la XXIe édition du Salon Valériane
27.000 visiteurs nous ont rendu visite!

Cette fois, le cap des vingt-cinq mille visiteurs est bel et bien dépassé ! Le plein soleil de ces premiers jours de septembre n’a pas incité le public des gens sensibles à l’écologie à préférer les Ardennes ou la Mer du Nord plutôt que le Salon Valériane.
Au contraire, c’est un public particulièrement motivé qui a visité ce traditionnel rendez-vous annuel de l’écologie pratique.
L’écologie, nul ne vivra plus sans elle !
Grande nouveauté de 2005 : six débats politiques ont invité le public à venir rencontrer nos représentants au sein d’un tout nouvel espace citoyenneté où les quatre grands partis démocratiques francophones furent également conviés à tenir un stand. Des grandes questions énergétiques qui défraient aujourd’hui la chronique jusqu’à la restauration collective en bio, en passant par la grave question de la destruction des ruchers, les débats furent souvent passionnés mais toujours fructueux. L’expérience, très intéressante, est sans nul doute appelée à être poursuivie dans les années qui viennent…
Comme chaque année, un programme de conférences très dense a permis au grand public de récolter des informations utiles sur les questions qui le préoccupe. Point d’orgue de ce programme, la visite de Dominique Belpomme, professeur de cancérologie à l’université Paris-V, fondateur de l’association ARTAC (Association française pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse), a permis à de nombreux visiteurs de comprendre l’urgence de signer l’« Appel de Paris ». Le professeur Belpomme a, en effet, expliqué qu’un grand nombre de cancers est aujourd’hui lié à la pollution de l’environnement.Accueillir les jeunes, sensibiliser les enfants…L’entrée gratuite offerte à tous les moins de vingt-six ans est désormais une bonne habitude du Salon Valériane ! Puisque le monde de demain sera le leur, de très nombreux jeunes ont pu nous rendre visite de leur propre initiative et s’informer sans, pour autant, bourse délier… Une telle initiative – qui a certainement contribué au succès populaire de cette XXIe édition – est également une invitation très claire à visiter le salon en famille sans être déjà découragé par le prix d’entrée.
Quant aux plus petits, Nature & Progrès a voulu les inciter à lutter – à leur niveau – contre la malbouffe et l’obésité galopante en leur offrant à l’entrée un « dix heures » constitué de bonnes et saines céréales, thème du salon oblige. L’éducation au goût et aux bonnes pratiques alimentaires commence, en effet, dès le plus jeune âge. L’action fut grandement appréciée, tant par les enfants que par les parents.Un bémol toutefois !Bien sûr, tout n’est pas parfait dans le meilleur des mondes… Au rayon des regrets pour cette édition 2005, Nature & Progrès tient à pointer particulièrement le manque de soutien que la Ville de Namur apporte aux organisateurs de salons en terme de stationnement et de parking. Des infrastructures insuffisantes ne permettent plus d’accueillir décemment les visiteurs étrangers dans la capitale de la Wallonie. Un effort tout particulier doit être fait dans ce sens, dès la XXIIe édition du Salon Valériane que nous pouvons, d’ores et déjà, annoncer pour les 1er, 2 et 3 septembre 2006. Merci de faire, dès maintenant, une grande croix dans vos agendas !


Pour toute information complémentaire :
Nature & Progrès asbl
Dominique Parizel
520, rue de Dave - 5100 Jambes
Tél. : 081/30.36.90 - Fax : 081/31 03 06
natpro@skynet.be - www.natpro.be

 


COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FONDATION SAINT-HUBERT du 5 septembre 2005
Par Isabelle Paulus
Pour la Fondation Saint-Hubert
Ca manquait dans la région, un magazine qui parle de la faune, de la flore et même des gens « de chez nous » !
Débordante de richesses naturelles, gardienne d’un passé rempli d’histoires, la Province du Luxembourg est également peuplée d’habitants de caractère qui valent le détour.
Nature Ethique va à leur rencontre et fait partager à ses lecteurs ses découvertes au fil des mois.
Incessamment amélioré, tant au niveau de la forme que du fond, Nature Ethique prend son envol !
Le Nature Ethique, (mensuel NATURE de la Fondation Saint-Hubert) de septembre, très bientôt en librairie !L’actualité, la nature, la chasse, la forêt et le bois, la pêche constituent l’essentiel des rubriques. Des interviews d’artistes du coin (en septembre : Gauthier Louppe, luthier de Marenne) ou quelque recette culinaire agrémentent les pages de notes respectivement musicales ou épicées.
Sans oublier bien sûr, le sujet de prédilection de la Fondation : le partage de la forêt entre tous ses utilisateurs, dans le respect de la bio-diversité et dans un réel souci d’échange de points de vue.
Pour poursuivre le débat (re)lancé en juin avec le dossier spécial « les motos vertes » et en attendant l’interview de Claude Bougard (le Réseau de la Forêt) dans le numéro d’octobre, Nature Ethique donne la parole à Benoît Lutgen, Ministre de la forêt et de la chasse ( page 12 ).
Septembre : début de la saison des brumes matinales et du brame, sous un ciel de feuilles aux couleurs des flammes.
C’est aussi le moment du roi cerf, qui reprend sa place de « star » conquérant ou reconquérant, suivant l’issue du combat, son harem avec vigueur.

Tout naturellement, la rubrique NATURE de cette édition laisse une place prépondérante au brame du cerf, sous la plume éclairée du Dr Roger Fichant (auteur d’un ouvrage exceptionnel intitulé « le cerf » aux éditions Gerfaut)
La page 24 de Nature Ethique propose divers départs de promenades organisées qui
Photo Philippe Allard
permettront peut-être aux plus patients de vivre « en live » les ébats du splendide cervidé.
Nature Ethique, le magazine nature de notre région en vente chez tous les bons libraires ou par affiliation sur le compte 000.1814279.88 (40€ pour 10 éditions)


13ème chantier intercommunautaire
Les 30 septembre, 01 et 02 octobre 2005 à Maldegem (Flandre)
La nature ne connaît pas de frontières... même linguistiques.

L ‘Antenne régionale Famenne & Ardenne de Réserves Naturelles – Natagora, et la section Blankenberge de son homologue néerlandophone Natuurpunt réalisent chaque année plusieurs activités communes. Celles-ci consistent essentiellement en des chantiers nature, le temps d’un week-end, qui combinent travail dans des réserves naturelles et découverte du patrimoine, tant naturel qu'historique et culturel, de chacune des régions.
La treizième édition se déroulera à Maldegem (située dans le triangle Bruges, Gand, Anvers).
ß Nombre de participants germanophones et francophones : 25 maximum
ß Prix : 50 € (40 € pour les enfants de 6 à 12 ans)
ß Logement : magnifique auberge de jeunesse de Maldegem

Programme
Vendredi soir 30/9 (Auberge de Jeunesse Maldegem) :
Présentation illustrée du Meetjesland et de la réserve naturelle “Maldegemveld” (voir détail ci-dessous)
Samedi matin/après-midi 1/10 (rés.nat.”Maldegemveld”) :
Travaux dans la réserve,
Dégagement du bois et branches d’arbres coupés
Dimanche matin/après-midi 2/10 :
Excursion ornithologique dans les polders du Meetjesland et de Zeeuws-Vlaanderen (en voiture). Arrêts et observation dans différents sites intéressants : criques et roseraies, prairies humides et marais, plans d’eau, bords de l’Escaut (prés salés, vasières, bancs de sable)
Présentation du Maldegemveld
Situation
La réserve naturelle du Maldegemveld est située à la frontière de Maldegem et Knesselare (Ursel) au NE du domaine Drongengoed de Bos & Groen (Eaux et Forêts régionalisées).Au sud de la réserve se trouve aussi la base aérienne de Ursel (90ha) qui n’est plus utilisée par les militaires. Avec ses plus de 550 ha, tout ce complexe forestier forme le domaine vert le plus étendu de Flandre Orientale.
En 1993, nos précurseurs de l’ancienne association “Quercus” ont acquis un terrain de 10 ha. Aujourd’hui, Natuurpunt y est propriétaire de 83, 50 ha de bois, landes, prairies et champs.
La réserve est située tout près de la Cuesta du Meetjesland,une légère crête qui s’étend de Oedelem jusqu’à Zomergem, atteignant une hauteur maximum de 29 m. Des couches d’argile du Tertiaire y viennent à la surface, ce qui rend le terrain lourd et marécageux, surtout en hiver (prévoir des bottes par temps pluvieux!).
Histoire
Le nom se réfère au “Maldegem Velt”, une ancienne lande étendue de 2000 ha de bruyère et de marais, comme il y en avait jadis plusieurs au SE de Bruges. On y extrayait de la tourbe, ramassait du foin et laissait paître le bétail. Jusqu’au 19ème siècle, des artisans confectionneurs de balais venaient s’y approvisionner en rameaux et brindilles de bouleaux, genêts et de bruyères.
A partir du 18ème siècle, la lande fut progressivement exploitée et transformée en bois, prairies et champs. Le plan rectiligne des allées actuelles témoigne de cette exploitation bien planifiée. La ferme historique “Drongengoed” qui appartenait à l’abbaye de Drongen (près de Gand) joua un rôle crucial dans cette exploitation.
Notre projet
Jusqu’il y a peu, la bruyère survivait ici et là dans les zones dégagées des bois ou le long des allées. La Calluna préfère les endroits plus secs, l’Erica a besoin de plus d’humidité. Le morcèlement et un isolement croissant des parcelles de bruyères menacent les différentes espèces liées à la bruyère. Il s’agit de plantes rares comme le Rossolis à feuilles rondes, le Rossolis intermédiaire, le Lycopode inondé et le Genêt d’Angleterre.
Sur les parcelles de bruyères de la base aérienne, on observait aussi un très petit nombre de papillons très rares en Flandre: Pyrgus Malvae l’Hespérie de la Mauve et Callophrys rubi l’Argus vert. Malheureusement, ce dernier papillon n’a plus été observé les 2 derniers étés. La présence d’une population de lézards vivipares est également typique pour un biotope de bruyère.
Par la proximité de la mer avec un climat plus doux et humide, le biotope de bruyère est du type Atlantique, contrairement à la bruyère Boréale que l’on trouve plus à l’est à partir de la Campine avec son climat plus continental. Typiques pour cette bruyère Atlantique, sont l’Ajonc et la Laiche à 2 nervures que l’on trouve dans la réserve. A cause de la présence de cette végétation unique et en péril, tout le complexe de Drongengoed a reçu une protection européenne. Grâce au Projet Life, Natuurpunt a ainsi obtenu des fonds pour l’achat de terrains.
Natuurpunt a maintenant pour objectif de sauvegarder et de restaurer au maximum cette végétation de bruyère Atlantique par une gestion spécifique des terrains achetés.
Les travaux sur le terrain sont effectués par les équipes professionnelles de Natuurpunt mais aussi par le groupe de bénévoles sous la conduite des conservateurs Steven De Bruycker et Kurt De Kesel (1 jour par mois en automne et hiver).
Gestion
Comment voulons-nous restaurer le biotope de bruyère?
* Abattage systématique des essences exotiques : sapins, mélèzes, chênes
d’Amérique, cerisiers Tardifs
* Eclaircissement du biotope forestier naturel chêne pédonculé-bouleau
* Débroussaillage (ronces, jeunes bouleaux) et fauchage périodique
* Enlèvement de la couche d’humus pour apporter la banque de semences à la
lumière et permettre la germination de la bruyère
* Pâturage avec vaches Galloway
Faune
On observe aussi des oiseaux typiques pour la bruyère : pipit des arbres, alouette lulu. L’engoulevent a déjà été signalé pendant la migration.
Nichent également dans la réserve : pic noir, chouette hulotte, buse variable, épervier.
L’hiver, on peut y voir aussi des bec-croisés, bouvreuils et bécasses.
Des renards, chevreuils et daims sont aussi régulièrement rencontrés.
Problématique
Le complexe forestier dans lequel se trouve notre réserve est exceptionnel en Flandre Orientale, une region très peu boisée. Les week-ends, beaucoup viennent profiter de cet espace vert sous différentes formes d’activités : promenade à pied ou à cheval, VTT, attelage mais aussi motos, quads ou 4x4… En effet, plusieurs chemins publics traversent notre réserve et bien que la commune de Maldegem a voté l’interdiction de la circulation d’engins motorisés, les panneaux d’interdiction n’ont toujours pas été placés. En plus, les petits avions de l’aéroclub décollant et atterrissant de la base aérienne proche apporte encore un bruit de fond supplémentaire pendant les week-ends.
Face à cette pression et à l’opinion publique critique (pourquoi les Naturalistes coupent-ils des arbres alors que le Gouvernement Flamand achète des bois et stimule le reboisement?), nous communiquons au maximum notre but. Nous ne voulons pas non plus fermer nos terrains au public. Un sentier balisé de 4km avec des panneaux d’informations canalise les visiteurs (à pied) à travers une partie de la réserve. Avec des barrières, nous essayons de contenir les cyclistes et cavaliers sur les chemins publics.
Très régulièrement des visites guidées sont organisées. (K.Tack 30/03/2005)Bulletin d’inscription à renvoyer à Thierry Gridlet, la Core 5 Molinfaing – 6840 Neufchâteau après avoir payé la somme de 50 € sur le compte 792 – 5825618 – 44 de RNOB Famenne & Ardenne.
Info : les enfants de 6 à 12 ans paient 40 € (l’auberge de jeunesse n’accorde qu’une réduction de 20% sur le prix plein)
Nom : _______________________________________________
Prénom : ____________________________________________
Adresse : ____________________________________________
___________________________________________
Tél : ________________________________________________
Gsm : _______________________________________________
e-mail : ______________________________________________
m’inscris au chantier intercommunautaire du 30/09 au 02/10
. J’arriverai le __________________________ à ____________ h
. J’inscris également les personnes suivantes :
_______________________________________
_______________________________________
_______________________________________
. Je verse dès ce jour la somme de 50 € par personne (40 € pour les enfants de 6 à 12 ans) au compte 792-5825618-44 de RNOB Famenne & Ardenne avec la mention « Inscription chantier intercommunautaire de Maldegem »
Date et signature :

 


17e Journées du Patrimoine
Thème de cette année: le Moyen-Âge
Cantons de l'Est
 
10/09+11/09/2005
 
Les amateurs du patrimoine sont conviés les 10 et 11 septembre au 17e week-end de découverte de lieux non accessibles habituellement, tant en Wallonie qu’en Communauté germanophone.
Le thème de l’année, cette fois le Moyen-Âge, constitue un attrait non négligeable, car il permet de mettre chaque fois des aspects différents de l’histoire de nos aïeux en exergue.   
Chapelle à Wiesenbach    En matière de tourisme aussi, cette demande est exprimée de plus en plus souvent. Ceci est surtout le cas dans des régions touristiques comme les Cantons de l’Est, où des parcs d’attractions artificiels ne constituent pas le principal atout. Ici, les touristes sont avides de faire connaissance avec la région dans laquelle ils séjournent et le patrimoine constitue une des clefs de cette approche.
La Communauté germanophone participe chaque année aux Journées du Patrimoine en Wallonie – cette action se déroule aussi en Flandre et dans d’autres pays européens – en ouvrant exceptionnellement un certain nombre de bâtiments de grande valeur aux visiteurs.
A certains endroits des animations, des expositions ou des conférences sont également mises sur pied.
La ville de Malmedy se distingue chaque année par un programme particulièrement riche. Outre l’ouverture au public de bâtiments exceptionnels, des visites guidées, des concerts sont prévus et un circuit du patrimoine est élaboré.    Cathedrale à Malmedy
Cette année, un circuit en autocar est organisé au départ de St-Vith le samedi et le dimanche sur le thème «A la découverte des vestiges moyenâgeux du pays de St-Vith». Le trajet conduira les participants à la chapelle de Wiesenbach, à l’église de Mackenbach, à Manderfeld et à l’ancienne chapelle de Krewinkel, transformée en musée d’art religieux. La participation est gratuite, mais une inscription préalable est obligatoire, tél.: +32 (0)87/59 63 36.
Communiqué de presse 08/2005
 
17e Journées du Patrimoine
Thème de cette année: le Moyen-Âge
Cantons de l'Est
 
10/09+11/09/2005
 
 
En plus des nombreux bâtiments ouverts aux visiteurs à Bullange, Krewinkel, Manderfeld, Burg-Reuland, Ouren, Weweler, Eupen, Hergenrath, Walhorn, Raeren, Malmedy, Mackenbach, Neundorf, St-Vith et Wiesenbach trois manifestations doivent être particulièrement épinglées.
* A Burg-Reuland, le site du château sera le théâtre de jeux scéniques moyenâgeux, présentés par l’association «milites viennenses» le dimanche 11 septembre de 11 à 18 heures et l’entrée sera gratuite. De plus, dans le cadre des «Dimanches de la Randonnée» de l’Office du Tourisme des Cantons de l’Est, des promenades guidées sont proposées à 14 et 16h30 le dimanche, au départ du château.    
Théatre de jeux scéniques moyenâgeux 
* A Raeren, le week-end du patrimoine est chaque année l’occasion d’organiser le marché eurégional de la céramique. Cette année, et pour la 11e fois, près de 70 céramistes parmi les meilleurs de l’Euregio Meuse-Rhin exposeront à nouveau leurs œuvres. Certaines réalisations seront également mises en vente.
* A Malmedy enfin, outre un programme de visite de grand intérêt, le week-end du patrimoine sera l'occasion d'inaugurer la toute nouvelle salle du trésor de la cathédrale dans l'ancien cloître du monastère, entièrement restauré. De plus une exposition exceptionnelle de tapisseries anciennes (15 et 16ième siècle) prêtée par la ville de Beaune. L’Office du Tourisme des Cantons de l’Est a édité une plaquette trilingue dans laquelle l’offre complète de la région est décrite.


CONFERENCE
LE 1er OCTOBRE A NEUFCHATEAU.
« Vitalité » invite Patrick Nothomb et Jean-Marie Mersch.
C’est le 1er octobre à 20h. au Centre du Lac à Neufchâteau que Savina de Jamblinne et Guy Pierrard, fondateurs de « Vitalité », organisent une conférence avec Patrick Nothomb et Jean-Marie Mersch, auteurs du livre « Intolérance Zéro ».
Avant d’être commissaire général d’Europalia Italie, Patrick, le père d’Amélie Nothomb, fut un de nos plus grands diplomates. Par ailleurs, il a, en 1964, largement contribué au sauvetage de l’immense majorité des ressortissants étrangers de Stanleyville. Sa carrière qui le conduisit surtout en Asie - et notamment plus de 13 ans au Japon - fut non seulement l’une des plus longues de l’histoire de notre diplomatie - près de 42 ans - mais surtout l’une des plus originales.
Connu pour sa grande culture, deux fois primé par le parlement de la Communauté française pour ses productions télévisuelles, Jean-Marie Mersch a fait toute sa carrière à la RTBF. D’abord, pendant plusieurs décennies, à la télévision, où il a participé comme producteur et présentateur à la plupart des magazines culturels et signé d’innombrables monographies consacrées à des artistes. Puis, à la radio, où il a notamment créé la « Chronique du livre » du journal parlé et présenté, sur Musique 3, le magazine culturel « Polyptyque ».
« Intolérance Zéro » est le fruit de conversations familières entre deux grands amis d’enfance : son ton et son écriture sont ceux de la liberté, de la décontraction et souvent de l’humour.
Pour plus de renseignements et/ou réservations des places : 5€
- Savina de Jamblinne : 0478/31 52 99
- Guy Pierrard, rue Saint-Roch 28, 6840 Neufchâteau, *061/27 70 75
- Librairie Oxygène, rue Saint-Roch 26, *061/27 15 12


Week-end de la randonnée à La Calamine
les 3 et 4 septembre
La Calamine sera plongé durant le prochain week-end dans une ambiance 19ème siècle, puisque l’on y commémore son siècle de neutralité (1816-1919).
Toute la localité sera animée et de multiples manifestations spécifiques sont organisées dans plusieurs endroits : expositions au musée de la Gueule, à la salle du Patronage et au Parc-Hôtel ; dictée d’esperanto, musique sur 5 scènes, kermesse nostalgique etc…
Le programme détaillé peut être téléchargé sur
www.eastbelgium.comUne promenade guidée pour les amateurs d’histoire
Le dimanche 4 septembre, Madame Hélène BINGS, guide touristique diplômée emmènera toutes les personnes intéressées durant 1h30 le long d’un itinéraire retraçant le passé politique et social de La Calamine.
De multiples curiosités datant du siècle de neutralité au cours duquel l’entité fut administrée conjointement par la Prusse et les Pays-Bas (et par la Belgique depuis 1830), servent de fil rouge pour cette promenade historique.
On y apprendra quels étaient les lois et règlements régentant la vie publique à cette époque, quel était le mode de vie des ouvriers de la mine et leurs loisirs et on découvrira qu’une monnaie spéciale pour le territoire neutre fut frappée et que des timbres-poste spécifiques avaient valeur. A un moment de cette histoire très particulière on a même évoqué l’éventualité d’imposer l’esperanto comme langue officielle du territoire.
Les témoins de l’histoire sont tellement nombreux et spécifiques que cette promenade promet de devenir une véritable découverte.
Le départ aura lieu le dimanche 4 septembre à 15h00 à la Maison Communale et la participation est gratuite.



Mutualité Socialiste LUXEMBOURG
Communiqué de presse du 2 septembre 2005


Plus de 50 ans… je roule « cool » !Vous avez plus de 50 ans et vous conduisez ? Code Seniors - Je roule « cool » vous concerne !
Pour toujours conduire avec le même plaisir, l’Espace Seniors de la Mutualité Socialiste du Luxembourg propose un programme de remise à niveau des connaissances du code de la route pour les plus de 50 ans.
La formation Code Seniors a pour objectif d’informer les aînés des changements en matière de sécurité routière et de les aider à adapter leur conduite face à l’intensification du trafic, pour qu’ils continuent à rouler en toute sécurité !
Code Seniors - Je roule « cool » est conçu en collaboration avec l’Institut Belge de la Sécurité Routière et Drive Mut. Il comporte un volet théorique et un volet pratique.
La formation théorique aborde notamment :
¸ Les nouveautés du code de la route ;
¸ Les signaux routiers ;
¸ Les récentes modifications de la circulation ;
¸ Les techniques de conduite défensive.
Ces cours d’une durée de 4 heures sont composés de modules théoriques, d’exercices pratiques et de sessions de questions-réponses afin de correspondre au mieux aux besoins et attentes des participants.
Il est également possible de compléter cette formation théorique par 2 heures de cours pratiques donnés par un instructeur breveté de Drive Mut. Ces cours proposent, après évaluation des besoins, une approche des différentes techniques de conduite : regard, freinage d’urgence, anticipation…
Les prochaines sessions théoriques auront lieu à Libramont le 13 septembre et à Arlon le 20 septembre 2005 de 10h à 12h et de 13h à 15h.
Renseignements et inscriptions (nombre de participants limité !) : 061 23 12 84

Contact presse : Fabrice CLEMENT – 061 23 11 56 – fabrice.clement@mutsoc.be

 


Communiqué de presse du 2 septembre 2005

Apprendre, découvrir et se construire…les formations du Miroir Vagabond.
…………………………………………………………………………………………………
Le français sous toutes les formes ! Communiquer avec aisance et pertinence est une qualité nécessaire dans le monde du travail et dans la vie de tous les jours. Le secteur Formations du Miroir Vagabond propose différentes filières pour adultes, accessibles aux francophones et non-francophones.
ÿ Alpha-Communication, permet d’apprendre les techniques du français : lire, écrire, parler, entrer en relation. Accessible à tous quelque soit le bagage.
ÿ L’écrit et le Récit est une formation en français orientée vers le développement socioprofessionnel. L’accent est mis sur la négociation, le développement de la confiance en soi pour parvenir à définir ses projets professionnels.
ÿ Alpha-culture Formation est une formule où le français se mêle à différents types de langages artistiques, aux projets culturels et à la découverte citoyenne.
ÿ Le Parcours Hors Piste est une immersion dans le monde professionnel. Il permet aux personnes intéressées de participer au travail de l’association dans le but de découvrir et d’approfondir la filière qui les intéresse.
Toutes ces formations sont gratuites et permettent de bénéficier d’un contrat avec le forem. Les inscriptions se font du 5 au 9 septembre à la Bibliothèque Publique Centrale de Marche, par téléphone au siège du Miroir Vagabond en dehors de ces dates : 084/ 31 19 46. Demandez Yasmine Pelzer ou Linda Collard.


La rentrée n’est pas triste, elle est artistique !
De nombreux ateliers vous sont proposés…………Septembre arrive, c’est le moment de prendre des résolutions et de se lancer dans de nouvelles aventures !

Le Miroir Vagabond a rangé ses bureaux, mis de l’ordre dans ses papiers et réorganisé sa panoplie d’activités.
En tant que Centre d’Expression et de Créativité, l’asbl veut permettre à chacun de découvrir des pratiques artistiques et de pouvoir évoluer dans ces moyens d’expression.
Joignant le geste à la parole, le Miroir Vagabond organise dès la mi-septembre des ateliers hebdomadaires. Ils se dérouleront durant toute l’année scolaire sur les communes de Hotton et de Rendeux et sont accessibles aux enfants dès l’âge de 6 ans, aux jeunes et aux adultes.
De nombreux langages artistiques seront pratiqués : le théâtre, la peinture et l’art du portrait, la sculpture, la création en trois dimensions et la vidéo.
Pour chaque atelier, une séance d’essai-découverte permettra à toute personne intéressée d’assouvir sa curiosité pour s’inscrire en connaissance de cause.
Les ateliers débutent la deuxième quinzaine du mois de septembre et les inscriptions sont encore possibles lors des trois premiers ateliers en fonction des places disponibles.
Le coût de l’inscription ne doit aucunement être un obstacle, des solutions sont trouvées en fonction de la situation de chacun.
Pour tout renseignement ou inscription, contactez Crina Costache au Miroir Vagabond : 084/31 19 46 ou passez dans nos murs à l’adresse : Vieille Route de Marenne, n° 2, 6990 Bourdon.


Communiqué de presse du 2 septembre 2005

Faites du sport
Faites de la natation

Avec la rentrée scolaire, il faut prendre tout de suite les bonnes résolutions pour le développement, l’hygiène et la santé du corps. Avec les Castors faites de la natation. La natation est le sport par excellence qui donne toutes les satisfactions au sportif et des résultats efficaces sur la santé. Pour vous en convaincre le club de natation les Castors, vous invite à participer, régulièrement, aux entraînements:
Soit à la piscine de Biesme :
Horaire des entraînements : les mercredis de 19h00 à 20h00 et les samedis de 11h00 à 12h00
Soit à la piscine d’Auvelais :
Horaire des entraînements : les jeudis et les samedis de 19h00 à 20h00
La première leçon d’essai est gratuite, profitez-en! Le club de natation est ouvert à tous les enfants de 3 à 14 ans quel que soit le niveau. Les cours: d’initiation, d’apprentissage, de perfectionnement, jeux aquatiques, (passage de brevets de natation) sont dispensés par une équipe de jeunes, par des brevetés ADEPS, et par des « profs » de Gym. De plus, pendant les congés scolaires des stages de natation sont programmés.
Pour tous renseignements: Achille Verschoren Directeur Régent en Education Physique et Biologie tél: 071/76.03.22 – 071/74.04.75 -- Fax : 071/76.19.26 – e-mail : info@castor.be
L’inscription se fait directement au club, aux heures d’entraînement (piscine de votre choix).V
Achille Verschoren Gsm : 0497/500.286

 


 

Communiqué de presse du 1er septembre 2005

Les OGM venus d’ailleurs débarquent sous nos latitudes :
après le maïs MON-863, voici le colza GT-73 !

De quelle légitimité l’Europe espère-t-elle encore se prévaloir aux yeux des citoyens d’Europe en prenant des décisions qu’ils désapprouvent ?

L’EUROPE S’OBSTINE A TERNIR SON BLASON !
Quelles mesures la Région Wallonne va-t-elle prendre pour contrôler et empêcher la pollution occasionnée par ce nouvel OGM dans l’environnement ?

Après l’autorisation de commercialisation en Europe du maïs MON-863, le 8 août dernier, la Commission européenne persiste dans son mépris total des intérêts des citoyens et des agriculteurs européens, en autorisant, ce mercredi 31 août, l’importation d’un autre monstre génétiquement modifié, produit par la multinationale américaine Monsanto : le colza GT-73 ! Ces Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) sont destinés à l’alimentation animale et entreront donc, quoi qu’on en dise, dans la chaîne alimentaire sans qu’aucune évaluation précise des risques que cela comporte n’ait encore été faite !
Un non-sens environnemental, un non-sens économique
L’Europe a donc franchi un nouveau pas car là où les risques environnementaux étaient limités concernant les maïs, ils sont énormes s’agissant d’un colza ! En effet, en dépit des « mesurettes » dont la Commission a assorti son autorisation, il est certain que les risques de dissémination dans l’environnement de ce colza OGM sont importants ! Il est particulièrement irresponsable d’autoriser un colza OGM qui sera importé sous forme de graines viables. Le risque de dissémination lors du transport est énorme.
Il faut donc se demander maintenant quelles seront les mesures que la Région Wallonne prendra pour contrôler en empêcher la pollution occasionnée par ce nouvel OGM dans l’environnement ?
D’autre part, il n’y a pas actuellement, pour les agriculteurs, de déficit d’aliments de ce type pour le bétail ; au contraire, cette décision risque d’augmenter gravement la concurrence par rapport à des produits que nous produisons déjà nous-mêmes. Cette décision est donc également un non-sens économique.
Rappelons aussi que les consommateurs européens ne sont évidemment pas demandeurs d’OGM ; au contraire, ils s’en méfient de plus en plus. Et avec raison !
Seul avantage de cet OGM : permettre à Monsanto de faire son business sur d’autres continents qui nous concurrencent, mais également de polluer encore un peu plus notre environnement qui n’a pas besoin de cela ! Qu’est-ce qui justifie donc pareille politique ? Comment réagiront les ministres de l’environnement des différents pays de l’Union qui ont été, une fois de plus, pris en otage dans cette affaire ?
Retour sur MON 863
Rappelons ici que les documents relatifs à l’évaluation des risques de MON-863, réalisés par la firme Monsanto elle-même et longtemps tenus confidentiels, sont aux dires de nombreux scientifiques d’une indigence scientifique totale ! Les effets statistiquement observés, qui montrent des anomalies sanguines du métabolisme du sucre et des lésions rénales, furent arbitrairement déclarés par Monsanto comme n’ayant rien à voir avec l’alimentation à base de maïs MON-863…
La Commission européenne a néanmoins cru bon d’autoriser l’importation de cet OGM, mais la même question de rigueur scientifique se pose évidemment pour les dossiers, déjà accepté par la Commission européenne, des maïs BT-11 de Syngenta et NK-603 de Monsanto, ainsi que pour le colza GT-73 de Monsanto dont l’importation vient d’être autorisée.
Autre problème particulièrement grave concernant MON-863 : cet OGM possède encore deux gènes de résistance aux antibiotiques Kanamycin et Néomycin ! Ce maïs n’aurait donc même pas dû être soumis chez nous puisque l’article 4, paragraphe 2, de la directive 2001/18 relative à la dissémination volontaire d’OGM indique clairement que « les états membres et la Commission veillent à ce que l’on accorde une attention particulière aux OGM qui contiennent des gènes exprimant une résistance aux antibiotiques utilisés pour des traitements médicaux ou vétérinaires lors de l’évaluation des risques pour l’environnement, en vue d’identifier et d’éliminer progressivement des OGM les marqueurs de résistance aux antibiotiques qui sont susceptibles d’avoir des effets préjudiciables sur la santé humaine et l’environnement. » Cette élimination progressive devait s’achever pour le 31 décembre 2004 !
Les OGM doivent être évalués sur des bases sérieuses
Nature & Progrès travaille attire depuis longtemps l’attention des consommateurs sur les nombreux risques liés à l’introduction des OGM dans la chaîne alimentaire. Risques à la fois pour l’économie, pour l’environnement, mais aussi pour la santé humaine.

Nature & Progrès demande aujourd’hui :
- que des études approfondies et indépendantes soient commandées pour étudier à long terme les effets des OGM sur les animaux d’élevage et sur l’être humain,
- que l’évaluation des risques sur la santé, a court, moyen et long terme soit effectuée avant toute acceptation d’OGM et que le principe de précaution soit toujours appliqué,
- qu’en application du principe de précaution, aucun OGM ne soit autorisé sur le territoire européen dans l’attente des résultats de ces études,
- que des filières séparées soient mises en place pour éviter toute pollution de toute la chaîne de l’alimentation biologique,
- que les denrées alimentaires issu d’animaux nourris avec des aliments OGM soient rigoureusement étiquetés comme tels, le consommateur ayant évidemment le droit de savoir ce qu’il mange,
- que la responsabilité éventuelle d’une telle pollution incombe toujours et entièrement au détenteur du brevet.
- que les Régions Wallonnes et Bruxelloises soient déclarées « zones sans OGM » par la ratification de la « Charte des régions et des autorités locales d'Europe sur la coexistence entre les OGM et les cultures traditionnelles et biologiques » adoptée, à Florence le 4 février dernier.


Pour toute information complémentaire :
Nature & Progrès asbl
520 rue de Dave
B-5100 Jambes
Tél. : 081/30 36 90 - Fax : 081/31 03 06
natpro@skynet.be - www.natpro.be

Francis Giot Marc Fichers
Président Secrétaire Général


1er septembre 2005

Dans le cadre du Salon Valériane (2, 3 et 4 septembre à Namur Expo),
Nature & Progrès propose un débat citoyen sur notre destin énergétique.70$ le baril de pétrole !

Et après ?Ce vendredi 2 septembre à 18 heures, à Valériane (Namur Expo), avec Jean-Claude Marcourt (PS), Ministre wallon de l’Economie, José Daras (Ecolo), ancien Ministre wallon de l’Energie, et un représentant du Ministre Antoine (CDH).
Le MR a malheureusement décliné notre invitation.
Aider les plus démunis à ne pas mourir de froid doit certainement être un de nos soucis prioritaires. Faut-il pour autant dépenser d’importantes sommes afin qu’ils chauffent en vain des logis ouverts à tous les vents ? Une telle mesure a-t-elle un sens face à la grande mutation énergétique qui s’annonce ? Ne faut-il pas, au contraire, mettre en place dès aujourd’hui des politiques volontaristes pour bien isoler nos maisons, en ciblant prioritairement logements sociaux et bâtiments publics ?
De même, le « tout-à-la-voiture-individuelle » a-t-il encore un avenir ? N’est-il pas urgent d’anticiper, dès maintenant, notre déficit prochain de déplacements en favorisant services et commerces de proximité, en investissant massivement dans des transports en commun réellement conviviaux et performants ?
Quand l’offre pétrolière n’est plus à la hauteur de la demande…
« L’âge de la pierre ne s’est pas terminé faute de pierres », a un jour déclaré un ministre saoudien du pétrole ; l’âge du pétrole ne se terminera pas faute de pétrole ! Mais tout simplement le jour où son extraction et sa transformation seront devenues impayables…
Rares sont pourtant les esprits visionnaires capables d’imaginer que ce siècle – et sans doute même ce demi-siècle – vivra l’après-pétrole. Aujourd’hui, toute anticipation trop crédible de ce grand chambardement est ressentie comme un réelle menace pour l’économie mondialisée dont les énergies fossiles sont la clé de voûte.
Obstinément, nous refusons encore d’admettre qu’il y aura forcément une fin. La chose est pourtant inévitable car les ressources de la Terre sont limitées ; n’importe quel idiot, au fond de lui, sait cela pertinemment. Qu’est-ce qui empêche pourtant la mise en place, dès aujourd’hui, de transitions douces, sur dix, vingt ou trente ans ?
L’impact de la raréfaction du pétrole ne sera pas indolore !
De très larges pans de nos activités socio-économiques n’existent qu’en fonction de l’énergie à bon marché. Le demi-siècle qui vient de s’écouler a dicté sa loi et a rayé de la surface de la terre, au nom d’une vision du progrès sans limites, bon nombre de savoir-faire traditionnels qui pourraient s’avérer salutaires à l’avenir. Mais la modernité n’est-ce pas aujourd’hui de sauver la planète et de donner à l’Humanité de nouvelles espérances… durables ?
L’agriculture tiendra sans doute une place essentielle parmi les grandes questions planétaires qui dépendent directement de l’approvisionnement pétrolier. Il faut aujourd’hui admettre l’absolue nécessité de passer, à l’échelle mondiale, à l’agriculture biologique car l’agriculture intensive exige six à dix fois plus d’énergie que les méthodes traditionnelles. Mais combien de temps faudra-t-il pour substituer des énergies durables aux énergies fossiles actuellement utilisées par l’agriculture mondiale, combien de temps faudra-t-il pour reconstruire une agriculture totalement dégagée du pétrole ?
Quelles sont les alternatives au pétrole ?
Une culture intensive de biocarburants ne serait-elle pas, par définition, déjà extrêmement coûteuse en énergie ? Leur plus-value énergétique ne s’évanouira-t-elle pas d’elle-même dès que le pétrole viendra à manquer ? Faut-il, par conséquent, beaucoup investir dans les biocarburants ?
Le nucléaire – qui ne représente que 3 % de l’énergie dégagée dans le monde – ne va-t-il pas épuiser rapidement les sources d’uranium récupérables ? Comment pourra-t-il limiter l’effet de serre dans la mesure où il sera, de toute façon, incapable de s’imposer comme énergie de remplacement du pétrole au niveau planétaire (car les problèmes d’effet de serre sont bien des problèmes planétaires) ? Et puis, que faire des déchets radioactifs ? Comment se prémunir, avec une absolue certitude, d’un accident aux conséquences apocalyptiques (l’humanité peut-elle décemment courir un tel risque) ?
Autant de question qu méritent – d’urgence – un vaste débat citoyen et qui vont peut-être nous forcer à revoir – à brève échéance ! – le projet de société qui est le nôtre.
D’autres débats citoyens dans le cadre de Valériane
- vendredi 2 septembre, à 16 heures : « Généraliser les principes de l’éco-bioconstruction aux bâtiments publics et aux logements sociaux »
- samedi 3 septembre, à 14 heures : « La place de l’agriculture biologique dans l’avenir de l’agriculture wallonne »
- samedi 3 septembre, à 16 heures : « Destruction des ruchers et principe de précaution »
- dimanche 4 septembre, à 14 heures : « Produits bio et restauration collective de qualité »
- dimanche 4 septembre, à 16 heures : « Règles éthiques pour la publicité des produits alimentaires »
Pour toute information complémentaire :
Nature & Progrès Belgique asbl
520 rue de Dave - 5100 Jambes
Tél. : 081/30 36 90 - Fax : 081/31 03 06
natpro@skynet.be - www.natpro.be


Quelques petits conseils pour insérer correctement une information dans l'agenda.

· Commencez par introduire la date de l'événement au format jour / mois / année (JJ/MM/AAAA), la date du jour étant donnée à titre d'exemple.
· Choisissez le type d'activité de l'événement dans la liste déroulante.
Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez dans la liste, choisissez 'Divers'.
· Choisissez la localité dans laquelle se déroule l'événement dans la liste déroulante.
Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez dans la liste, choisissez 'Autre'.
· Introduisez une description courte de moins de 200 caractères pour l'édition papier d'Ardennes Magazine.
Le texte introduit dans cette zone avant le dernier jeudi du mois sera publié dans Ardennes Magazine le premier jeudi du mois suivant.
Si vous désirez introduire plus de 200 caractères dans l'édition papier, contactez jml@ardennesmagazine.be.
· Ensuite, introduisez une description détaillée destinée à être publiée sur le site Internet.
· Et enfin, communiquez-nous vos coordonnées afin de pouvoir vous contacter en cas de problème. Ces informations ne seront pas publiées.
Remarque importante, il est indispensable de nous communiquer vos coordonnées pour publier les informations.
· Après avoir vérifié vos informations, cliquez pour soumettre et nous publierons dans les meilleurs délais.


 

 

Lien vers le courrier des lecteurs de juilet 2005


 


septembre 2005
Transmettre vos commentaires