novembre 2004
Transmettre vos commentaires



Un Saint Nicolas comme vous ne l'avez jamais vu...

"L'histoire de saint Nicolas expliquée aux plus grands", Jean-Luc Dubart, Dominique Louis, Robert Rolland, éditions Norina, 2004.
Rédacteur de nombreux livres sur les saints, chroniqueur RTBF pour Guy Lemaire (séquence "Saints et Traditions" chaque samedi matin dans l'émission Bons Baisers de Chez Nous sur VivaCité), Jean-Luc Dubart croque avec bonheur la vie et les légendes de l'évêque de Myre. Son périple le conduit à travers le monde entier où il décèle toutes les traces du saint patron des enfants, des bateliers, des débardeurs et de tous ceux qui ont injustement perdu leur procès...
Avec Dominique Louis, co-auteur et éditrice, il se penche sur les liens qui se sont tissés et se tissent encore entre Nicolas, homme d'Eglise, et le Père Noël, personnage commercial et fictif s'il en est... Le livre vous dit tout sur cette malencontreuse assimilation...
Quelques recettes et quelques chansons traditionnelles (connues et moins connues) complètent avec saveur ce beau livret.
Les illustrations de Robert Rolland se révèlent, enfin, particulièrement truculentes. Elles donnent une version actuelle, moderne et... décoiffante du grand saint.
Bref, tout ce que vous avez toujours souhaité savoir sur saint Nicolas : son interview exclusive, ses légendes, ses recettes préférées, ses chansons choisies. Tout aussi sur le Père Fouettard et le Père Noël.
Pour tout renseignement : 02 / 331. 63. 01.
Jean-Luc Dubart pour les éditions Norina.

"L'histoire de saint Nicolas expliquée aux plus grands", Jean-Luc Dubart, Dominique Louis, Robert Rolland, Editions Norina, 2004.
dominique.louis@norina-diffusion.be


Bonjour je suis la soeur de Paul Lambert de La Roche . je trouve votre site formidable car j ai des des nouvelles de La Roche et aussi de Bastogne car mon mari est de Bastogne et Houffalize , j'ai aussi habité à Houffalize au Moulin Bock le Moulin de mon grand-père bien a vous Charlette Lambert Marson


Le groupe de rock libre GODON <http://www.godon.org> .

Leur premier album, Armagodon <http://www.godon.org/musique> , vient de sortir, il est en libre téléchargement qualité CD (MP3 et OGGVORBIS) sur le site www.godon.org <http://www.godon.org> (11 658 fichiers téléchargés depuis le 12 juillet dernier).
Le but de leur démarche est de faire de la pédagogie autour des licences libres afin d'informer les jeunes générations des alternatives économiques du monde musical. Une information claire vaut mieux qu'un procés ;-) .
rock libre / copie libre / téléchargement libre
Rock libre: pas de formatage de style ou de contenu, liberté d'expression, originalité et personnalité forte
copie libre: modèle économique issu du logiciel libre ayant fait ses preuves, diffusion en ligne, marketing viral, utilisation des licences libres Creative Commons <http://www.creativecommons.org> , produit original (sticker "copie libre")
Téléchargement libre: depuis le 12 juillet 2004, ce sont +de 11 000 fichiers téléchargés librement sans risque de poursuites judiciaires.
L'actualité culturelle et musicale fait souvent référence à ces sujets cruciaux, téléchargement "légal" ou "illégal", piratage, copie privée, procès, p2p, majors, etc.
Le célèbre magazine américain Wired <http://www.wired.com> sort une compilation "Prière de copier ce cd" (750000 exemplaires) composées de morceaux sous licence creative commons. Parmi les artistes présents, citons Gilberto Gil, les Beasty Boys ou encore David Byrne (ex-Talking heads), entre autres. Cette compilation a également fait l'objet d'un article dans Libération du 23/09, sous la plume de Florent Latrive, intitulé: Gilberto Gil et David Byrne sortent un CD avec prière de copier. <http://www.liberation.fr/page.php?Article=240615>
Ceci a fourni à Valli, animatrice de Système Disque, l'émission consacrée au monde du disque sur France Inter, l'occasion d'interviewer le 25 Septembre dernier, Dominique, le chanteur de GODON <http://www.godon.org> , à propos de la démarche du groupe (utilisation des licences creative commons, album ARMAGODON <http://www.godon.org/musique> estampillé "COPIE LIBRE", album téléchargeable librement qualité CD, etc...)
Les licences Creative Commons sont en très forte expansion dans le monde entier. En France, une présentation de ces licences a eu lieu à l'Assemblée Nationale le 12 octobre dernier. prochain rendez-vous le 19 novembre.
Gràce à Dimitri Robert, rédacteur en chef du magazine Linux Pratique, la couverture du numéro novembre/décembre sera en deuxième accroche consacrée à GODON. <http://www.godon.org>
A l'occasion de l'émission "divergences numériques" du 28 octobre sur divergence fm http://www.divergence-fm.org, Gilles Gouget a invité Godon à s'exprimer de 19h à 20h.
Johanna
"LA ROUTE EST LONGUE MAIS LA VOIE EST LIBRE"


CHAMPS

SOUVENIR POUR LE 60ème ANNIVERSAIRE

Un tableau et une craie ont suffi à marquer à tout jamais l’incroyable message de Paix qu’un soldat inconnu a écrit sur le tableau noir de la petite école du village.
En ce 17 octobre 2004, c’est le moment du souvenir. Après une messe en l’église du village, office concélébré par l’abbé Piton (91 ans), ancien prisonnier et le vicaire général l’abbé Martin, un long cortège s’est dirigé vers le site du calvaire afin d’inaugurer un monument en souvenir de ce 60ème anniversaire. Etendards américain et belge, peloton du 1A, harmonie, anciens combattants et porte-drapeaux, autorités communales, villageois jeunes et moins jeunes composaient ce défilé. C’est l’échevin Christian Glaude qui accueillit ce public en ces termes : « Nous sommes ici au cœur de l’Ardenne pour rendre hommage à tous ceux qui ont contribué à la liberté de notre pays.» Trois vétérans américains et un anglais ayant combattu dans la région étaient présents pour cette cérémonie. L’un deux retraça les terribles jours de décembre 1944 passés dans la région et notamment à Tillet. Il termina par ces mots : « Vous avez fait de nous des membres de votre famille et nous vous aimons comme notre propre famille. Vive la Belgique et ses habitants formidables. Merci, merci, merci ! » Après l’allocution du président des combattants lue par Gery Poncelet, le bourgmestre Bernard Moinet ponctua son discours du souvenir en s’adressant aux jeunes : « Enfants de la commune de Bertogne, enfants d’autre part, n’oubliez jamais ce que vos aînés ont fait pour nous permettre de vivre décemment, en toute liberté.» Après le dévoilement du monument et le dépôt de gerbes, les hymnes américain et belge clôturent cette cérémonie d’hommage.


O.V. a vu l’Homme Moderne
L’aventure est lancée ..
!

Où finira-t-elle ?
Bien malin qui saurait le dire, car l’accueil du public était enthousiaste, samedi dernier, pour la première représentation…
O.V. : Alors Oli, on dirait que le stress est retombé depuis la dernière fois…
Olivier Vidick : Tu sais, une première, c’est quelque chose de très spécial, qu’on attend avec impatience, mais qu’on redoute aussi pour son importance. On a l’impression d’y jouer sa vie.
O.V. : Tu n’en fais pas un peu beaucoup, là ?
Olivier : Çà a l’air excessif, mais c’est un peu ça parce qu’on met tant d’énergie pour être le meilleur possible qu’on craint vraiment de ne pas être à la hauteur. En tout cas, on relativise vite, après coup. Surtout quand ça se passe bien.
O.V. : Justement, cette première, une réussite ?
Olivier : Nous sommes super contents, bien sûr. L’accueil a été plus que favorable et nous avons reçu beaucoup de remarques très positives après le spectacle. Nous avons eu un public extra, avec une écoute de grande qualité. Un réel bonheur pour les petits comédiens que nous sommes. Mais il faut rester réalistes : le spectacle est perfectible.
Je dois encore régler quelques trucs pour atteindre le niveau vers lequel Jacques (Herbet, metteur en scène, ndlr) nous a poussés. Par contre, Stéphanie a été sensas ! Je voudrais déjà être au prochain week-end…
O.V. : Oui, car vous rejouez ces vendredi 12 et samedi 13, (toujours au Cercle) tu tiendras le coup ?
Olivier : Bien sûr ! Je dors déjà beaucoup mieux depuis samedi (rires) et, lorsqu’on est sur scène, la fatigue n’existe plus. Avec l’adrénaline, on tiendrait des heures. Et puis, c’est quand même pour ça qu’on travaille depuis 7 ou 8 mois…
O.V. : C’est beaucoup de boulot !
Olivier : Mais ça en vaut tellement la peine ! Quand on prépare un spectacle, il y a toujours des moments où cela semble long, où on se demande si cela vaut la peine de vivre ce stress, de passer des heures à écrire, à répéter, etc. Mais quand on reçoit les premiers rires, qu’on sent que les gens qui se sont déplacés pour nous passent une bonne soirée, on serait prêts à redémarrer immédiatement. C’est aussi pour ça que l’Homme Moderne est né : c’est trop frustrant de préparer un spectacle pour ne le jouer qu’une fois, même si c’est devant 700 personnes, comme aux Doyards pour « La Vache ! ».
O.V. : L’Homme Moderne connaîtra sûrement une vie plus longue.
Olivier : On n’espère que ça. Il y a déjà des contacts et pas mal d’organisateurs potentiels ont été invités au cercle. Mais il est encore trop tôt pour citer des lieux ou des dates. Pour le moment, notre attention est focalisée sur le week-end prochain. Je compte t’y voir !
O.V. : Promis… Les deux jours !
                                              

Découvrez les photos de la première représentation sur le site d’Ardennes Magazine :
http://www.ardennesmagazine.be/reportages/region_b/vielsalm/viel_0411_vidick/article.htm


Kultur
C'est une bien sympathique idée que cette page réservée aux membres de Kultur. Chouettes photos, bonne mise en page! Cool, longue vie à eux!
Fab


HIER , AUJOURD’HUI, DEMAIN
Il y a, dans chaque semaine, deux jours pour lequels on ne devrait pas se tracasser,
deux jrs qui devraient être exempts de la crainte et de l’appréhension.
L’un de ces jrs est Hier avec ses erreurs et ses soucis, ses fautes et ses bévues, ses maux et ses peines. Hier s’échappe à jamais de nos mains.
Tout l’or du monde ne peut faire revivre Hier . Nous ne pouvons défaire un seul des actes posés ; nous ne pouvons retirer une seule des paroles prononcées. Hier n’est plus.
L’autre jr qui ne devrait pas nous inquiéter est Demain avec ses misères possibles, ses fardeaux, ses larges espérances et ses pauvres accomplissements. Demain est aussi hors de notre portée.
Demain, le soleil se lèvera dans toute sa splendeur ou derrière un écran de nuages, mais il se lèvera. Jusqu’à cet instant, nous n’avons pas de prise sur Demain parce qu’il est encore à venir.
Il ne reste qu’un jr AUJOURD’HUI. Tout homme peut livrer les combats d’un seul jour.
C’est seulement lorsque vous et moi ajoutons les fardeaux de ces deux redoutables éternités
HIER et DEMAIN que nous sommes vaincus.
Ce ne sont pas les épreuves d’un jr qui rendent les hommes fous, c’est le remords ou la rancœur d’un incident qui est arrivé Hier et la crainte de ce que Demain peut apporter.
VIVONS DONC UN SEUL JR A LA FOIS.
n.kesteloot@skynet.be


 

 

 

Lien vers le courrier des lecteurs d'octobre 2004

 


novembre 2004
Transmettre vos commentaires