octobre 2004
Transmettre vos commentaires


LUXEMBOURG 2010

1. C’EST QUOI CE BIDULE ?
… doivent se demander nombre d’entre vous. Prenez la peine de vous y intéresser quelques instants car derrière ce nom se cache votre vie future. Rassurez-vous : ce n’est pas un grand machin barbant pas plus qu’un rassemblement de « inyaka » faire ou une opération de pub politique.

Luxembourg 2010, c’est un grand projet, c’est un objectif, c’est une vision, que dis-je, c’est une ambition. Mais encore ? Comment, pourquoi, avec qui Luxembourg 2010 est-il né et s’est-il développé ? C’est ce que nous allons vous expliquer, au cours des deux mois qui suivent, en quelques courtes séquences.

Le projet est né en 2001 dans la foulée des « Schéma de développement de l’espace » européen puis wallon. Pour simplifier, il s’agit de lier dans un programme les objectifs économiques prioritaires, l’aménagement du territoire, la qualité de vie.

Dans ce cadre, la province de Luxembourg a innové sur deux points essentiels.
Sous la houlette du Gouverneur, M. Caprasse, le fameux consensus luxembourgeois a fonctionné une nouvelle fois. C’est à dire que dans le Comité de pilotage de Luxembourg 2010, on trouve des représentants de tous les partis, des syndicalistes, des représentants du monde économique, etc. Peu nombreux sur un vaste territoire, les Luxembourgeois se sont toujours unis au delà des divergences d’opinion dès que l’intérêt de leur province l’exigeait.

Enfin, Luxembourg 2010 se construit sur une large participation de la population. Au départ, près de trois cents acteurs de la vie provinciale (par ex. bourgmestres, dirigeants d’associations, de services publics…) ont été consultés. Leurs aspirations ont été charpentées. Le résultat va maintenant être soumis à tous les citoyens luxembourgeois. Cette méthode de gestion publique mérite d’être soulignée car elle n’est pas si fréquente. 2. LA FORCE DES CŒURS ET DES ESPRITSVous l’avez compris : Luxembourg 2010 a l’ambition de bâtir un avenir meilleur pour tous les Luxembourgeois. Pour cela, notre province doit être maître, autant que possible, de son développement. Elle a trop souffert, et trop longtemps, de handicaps dont elle n’est pas responsable : sa faible population, un sol souvent ingrat, son éloignement des centres du pouvoir. Ils peuvent aujourd’hui être surmontés, retournés même, et il ne peut plus être dit que ce sont « todi les p’tits qu’on spotche » et que le Luxembourg est une sorte de « réserve d’indiens ». Pour cela l’atout premier est l’attachement des habitants, bien plus qu’ailleurs en Wallonie, à leur territoire, à leur dimension provinciale. Un attachement qui leur permet, pour le bien commun, de dépasser leurs divergences.

Cette force des cœurs sera un formidable levier pour mettre en œuvre le vaste projet de développement harmonieux du Luxembourg qui agite aujourd’hui les esprits. Un projet qui vise notamment le cadre, la qualité et le niveau de vie, le respect de l’environnement, l’accès aux services publics.

Cette force des cœurs et des esprits fait que Luxembourg 2010 est déjà considéré comme une « opération pilote » en Wallonie. Pour gagner ce beau défi, il pourra bénéficier d’aides extérieures comme les Fonds d’impulsion.

Dès maintenant, si vous voulez en savoir plus sur Luxembourg 2010, vous pouvez téléphoner au 063/231856 ou laisser un message à info@luxembourg2010.be. Visitez le site internet www.luxembourg2010.be, des informations détaillées sont disponibles dans la rubrique ‘Documents’. Pour réagir à la démarche, entrez dans le Forum de discussion du site www.province.luxembourg.be.

 


L’invasion asiatique !


La coccinelle « Harmonia axyridis » envahit nos maisons !
Depuis quelques jours, la centrale téléphonique de Natagora « explose » ! De nombreuses personnes sont envahies de coccinelles dans leur maison : plusieurs dizaines voire quelques centaines... En cause, la « coccinelle asiatique », une espèce introduite récemment dans notre pays. L’occasion pour Natagora et le GT ‘Coccinula’ de Jeunes & Nature de rappeler les dangers d’introduire des animaux exotiques.
Déjà introduite il y a une dizaine d’années aux Etats-Unis et au Canada, la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis) l’a été également récemment en Belgique pour la lutte biologique contre les pucerons. Depuis deux ans, elle a commencé à se répandre à une vitesse époustouflante dans tout le pays. Et cela n’est pas sans poser des problèmes…Les problèmes liés à l’introduction de cette espèce sont de plusieurs ordres :
_ Tout d’abord, elle pose un problème en terme de conservation de la nature. Il s’agit en effet d’une espèce très vorace : non seulement elle entre en compétition pour l’espace et la nourriture avec nos espèces indigènes, mais en plus, elle a une fâcheuse tendance à se nourrir directement de ces dernières ! En automne, les coccinelles asiatiques cherchent des lieux favorables pour passer l’hiver. C’est ainsi qu’elles s’agrègent par centaines d’individus dans les habitations où elle devient une « peste ». A relativiser toutefois car elles ne posent pas de problèmes sanitaires.
La commercialisation et l’introduction de la coccinelle asiatique en Belgique est un non-sens ! D’une part car les conséquences de cette introduction étaient prévisibles au regard des observations sur le continent américain et canadien et d’autre part, parce qu’il existe une espèce indigène, la coccinelle à deux points (Adalia bipunctata), produite en masse et qui a fait ses preuves dans la lutte biologique sans poser les problèmes que l’on connaît avec la coccinelle asiatique.
Exit nos coccinelles indigènes ?
Va-t-on alors assister à la disparition de nos coccinelles indigènes suite à l’introduction de Harmonia axyridis ? Cela semble une certitude au regard des observations du Groupe de Travail sur les coccinelles en Belgique (GT ‘Coccinula’) qui montrent qu’en quelques années, la coccinelle asiatique s’est fortement développée au détriment de certaines de nos 35 espèces indigènes.Renseignements complémentaires : GT Coccinula de Jeunes & Nature - Pierrette Nyssen (081/830.334).
> Un numéro spécial de la feuille de contact du GT Coccinula est consacré à la « coccinelle asiatique ».
Il peut être téléchargé sur : http://www.instnat.be/docupload/1423.pdf (1575 Ko - PDF)


Aiseau: Avec les Castors: Opération Chocolat
No Drinks, No Drugs, No Smoke But chocolate
Les Castors, avec les jeunes, comptent réagir énergiquement pour lutter progressivement contre tous les types d’assuétudes et notamment, l’alcool, les drogues, la cigarette. La Maison de Jeunes décide ainsi de déclarer tous ses locaux « non fumeur », et retire de la buvette de l’accueil toutes boissons à teneur d’alcool. Donc plus de bière, plus de cigarette. De plus, certaines manifestations, soirées, concerts se feront également sous le label : « No Drink, No Drugs, No Smoke, but Chocolate ».
Pour mener cette campagne, qui prendra officiellement effet à partir du lundi 8 novembre, un document sera distribué à tous les jeunes de l’entité d’Aiseau-Presles et plus particulièrement aux jeunes qui fréquentent la Maison des Jeunes, pour les associer à cette action, susciter leur adhésion. Avec ce tract, un bonbon au chocolat sera remis à chaque jeune afin de suggérer la bonne humeur, la bonne compréhension de la campagne, Symboliquement cela signifie, que pour vivre bien, pour entretenir une amitié, pour bien s’amuser, il est plus salutaire d’offrir un bonbon qu’une bière, qu’un joint, qu’une cigarette. Partager ce principe positif, qui consiste à offrir un chocolat comme alternative, c’est s’engager pour la lutte contre les assuétudes et tout ce qui peut détruire un jeune mais plus globalement l’identité de la jeunesse.
La campagne a pour objectif de sensibiliser davantage les jeunes aux méfaits des assuétudes, et vise, donc, à donner une meilleure image des jeunes eux-mêmes et des infrastructures qui les accueillent, à savoir dans ce cadre-ci : une Maison de Jeunes.
Vous souhaitez vous associer à cette campagne, vous voulez porter ce projet dans votre école, au sein de votre association, de votre club, de votre groupe… n’hésitez pas à contacter la Maison des Jeunes « Les Castors » rue du centre, 82 à 6250 Aiseau. Si cette campagne démarre localement, les Castors souhaitent la développer partout dans tous les lieux fréquentés par des jeunes et ainsi sensibiliser le plus grand nombre de jeunes possible.
Pour tous renseignements : Achille Verschoren Directeur : 071/74.40.77 -- 071/77.34.83.


L’Homme Moderne
C’est avec un immense bonheur que j’ai le plaisir de vous présenter « l’Homme Moderne » et cela me remplit de joie (c’est dire mon contentement…).
Ce nouveau spectacle d’un des membres de la troupe Association Momentanée (Vielsalm) est, en quelque sorte, la suite logique et l’aboutissement de cinq années de plaisir à « faire les bièsses » sur scène.
Olivier franchit un pas supplémentaire en se lançant sans filet dans cette aventure : L’Homme Moderne se donne en spectacle - Ecrit et interprété par Olivier Vidick -Avec la participation de Stéphanie Heyden Aide à la mise en scène : Jacques Herbet - Régisseur et création lumière : Didier Léonard (Connection sprl)
Au plaisir de vous entendre rire à Vielsalm, Pour Association Momentanée, Stéphane Plumer
PS : N’hésitez pas à passer l’info aux amis de vos amis !!!!!


Olivier Vidick interviewé par O. Vidick…

Interprété par Olivier Vidick, L’Homme Moderne Se donne en spectacle

Issu de la troupe « Association Momentanée », connue pour ses spectacles humoristiques mêlant les sketches de grands humoristes et les créations (le plancher des vaches, tant qu’il y aura des vaches…) et pour avoir conçu l’idée du « Mix Festival » l’année dernière, Olivier Vidick se lance, cette fois, dans une création 100% perso avec ce « presque seul en scène ».
Echos a voulu en savoir plus.
O.V. : on ne va pas faire semblant de ne pas se connaître, je te propose qu’on se tutoie.
Olivier Vidick : si ça va pour toi, ça me va…
O.V. : commençons par le commen- cement : c’est quoi un « presque seul en scène » ?
Olivier : c’est un spectacle qui est construit comme un « one man show », mais dans lequel jouent plus d’une personne. Et ce n’est pas non plus tout à fait un duo. Dans la petite vingtaine de sketches que comprend l’Homme Moderne, Stéphanie fait 6 ou 7 apparitions. Il y a aussi une troisième personne, mais cela reste secret.
O.V. : l’ambiance de troupe n’est donc pas si loin que ça.
Olivier : elle est même encore très présente. Stéphanie joue avec moi et a écrit un des sketches, Benoît fait l’accessoiriste et l’une ou l’autre voix off, Stéphane a conçu l’ambiance musicale et participé à toute la mise en scène. Les autres ont aussi été sollicités par moment. En fait, ce projet s’inscrit dans une continuité, il n’y a pas de scission.
O.V. : il y aura donc encore des spectacles de troupe ?
Olivier : chaque chose en son temps, laissons les moutons au milieu du village et les églises seront bien gardées !
O.V. : je ne comprends plus bien.
Olivier : ça m’arrive aussi.
O.V. : l’esprit « Association Momentanée » est toujours bien présent, mais qu’est-ce qui change par rapport aux spectacles de la troupe ?
Olivier : ce sont toujours des sketches, ils sont toujours drôles (ou prévus comme tels), mais ils sont tous « fait maison » et forment un ensemble cohérent ; ils suivent un fil rouge. Même si ce fil part dans toutes les directions…
Et, bien sûr, le tout est moins disparate puisque c’est ma pomme qu’on verra tout le temps.
O.V. : des différences dans la préparation peut-être ?
Olivier : oui. Etant donné qu’ici, les sketches ne sont plus simplement accolés, la mise en scène prend plus d’importance. Nous avons donc fait appel à Jacques Herbet, un professionnel qui travaille à la maison de la culture d’Arlon, pour nous guider. C’est un vrai plaisir de travailler avec lui : les textes et personnages évoluent à chaque répétition.
O.V. : trois dates sont prévues à Vielsalm (les 6, 12 et 13 novembre, salle du cercle, renseignements au 080/215052). Et après ?
Olivier : le but est évidemment de ne pas s’arrêter là. Nous avons des contacts, et sommes ouverts à toute proposition.
O.V. : la première n’est plus très loin… le trac commence à monter ?
Olivier : autant me demander si la lune est ronde…
O.V.
Olivier Vidick


Né en 1973, à Vielsalm, il vit jusqu’à l’âge de 10 ans à Laroche en Ardenne, avant de revenir sur ses terres originelles. Lesté de trois petits frères à moins de cinq ans, il se met à leur raconter des histoires. Il n’arrêtera plus. Le rire est une tradition familiale dont il se servira souvent (très utile quand on entre dans le secondaire en faisant 1m37 et moins de 30 kilos…), et les habituels spectacles de Noël, joués devant les oncles et tantes, lui donneront le goût de la scène.

Ses professeurs, dont l’humour n’est pas toujours la plus grande qualité, n’apprécient pas forcément ses prises de paroles, mais on ne fait pas de steak sans couper des bœufs. Lecteur insatiable, il se met un jour à écrire. D’abord quelques nouvelles, dont certaines seront mises en ondes à la radio, puis, plus officiellement, pour un hebdomadaire régional. Ses articles sont souvent teintés d’humour, mais peuvent aussi s’avérer féroces. Les réponses de certains lecteurs en témoigneront.
Enfin, en 1999, c’est le déclic, avec la rencontre de ceux qui deviendront les membres d’Association Momentanée, la construction du spectacle intitulé « le Plancher des Vaches » et l’écriture d’un premier sketch.
Depuis, les spectacles s’enchaînent, l’Homme Moderne étant le dernier né, mais aussi la première tentative 100% originale.
Où l’aventure s’arrêtera-t-elle ? même les intéressés seraient bien en peine de le dire, eux qui croyaient, en 99, monter un spectacle « juste une fois, comme ça… pour rire ! »

Stéphanie Heyden

Stéphanie est née à Liège en 1979. Très vite après sa naissance, ses parents décident de venir vivre à Vielsalm. Dès son plus jeune âge, elle adore animer les soirées en imaginant des petits sketches avec ses camarades. Lors des vacances scolaires, il n’est pas rare de la voir inscrite dans des stages de théâtre.
Après la pièce de rhéto à laquelle elle participe, sa vocation pour le théâtre se confirme.
A 18 ans, elle s’inscrit au conservatoire. Quatre ans plus tard, elle obtient son premier prix en art dramatique et en déclamation.
Entre-temps, quelques copains d’enfance lui proposent d’entrer dans la troupe « Association Momentanée ». Ils ont un succès dès la première représentation et décident de renouveler l’expérience chaque année. Stéphanie jouera également dans d’autres spectacles, tournera un spot publicitaire et prêtera sa voix pour de la pub radio. Depuis quelques années, elle se consacre beaucoup à l’animation d’ateliers de théâtre. Cette année, Olivier Vidick lui a demandé de participer à son spectacle et c’est avec enthousiasme qu’elle accompagne cet Homme Moderne dans sa quête de sagesse.

ASSOCIATION MOMENTANEE

Un peu d’histoire…
« Et si on créait un spectacle? Si on osait monter sur scène, on réaliserait notre rêve : rire et faire rire. On jouerait des reprises de grands humoristes : des classiques, des choses moins connues, inattendues... et on pourrait même écrire nos propres textes! Et si on faisait... un spectacle juste pour rire ! »
C'est sur cette idée qu'en juillet 1999 la troupe Association Momentanée voit le jour.
Après quelques mois de préparation, la troupe présente « Le Plancher des Vaches » (novembre 1999). Une seule représentation était prévue, mais la réponse du public fut très positive et Association Momentanée présenta encore quatre fois le « Plancher ».
Le bonheur de répéter ensemble, l'envie de remonter sur scène mena les Associés à présenter « Le Prêt-A-Rire » (2000) et « La Vache! » (2002).

Basés sur le même esprit, ces deux spectacles mélangeaient les reprises et les textes originaux, ces derniers prenant une place toujours plus importante!
« La Vache! » fut également l'occasion de relever un défi supplémentaire : créer un rendez-vous unique au Hall des Doyards de Vielsalm, un simple hall de sports transformé en une véritable salle de spectacles (plus de 700 spectateurs!).
Fort du succès de cet évènement, Association Momentanée imagine le principe « Spectacles Associés » et lance l'idée de créer un festival pluridisciplinaire (Le MIX Festival est né !) et d'y inclure sa 4ème aventure « Tant qu'il y aura des Vaches! » (2003), partageant avec d'autres les moyens mis en œuvre pour créer « ce petit Olympia » et proposer deux représentations de son spectacle.
Le Mix Festival proposa une semaine complète de spectacles et remporta un beau succès de foule (plus de 4.000 personnes !) mais aussi un formidable succès d’estime ! La qualité des spectacles et de l’aménagement de la salle fut unanimement reconnue !
Quant à « Tant qu’il y aura des Vaches » (1.200 personnes en deux représentations), il sera à nouveau présenté quelques mois plus tard à Lierneux et à Trois-Ponts.
Les spectacles d'Association Momentanée sont constitués essentiellement de seul en scène et de quelques duos qui se succèdent sans interruption. Le but des associés étant toujours de susciter un sourire ou un éclat de rire par des textes populaires, burlesques, révélateurs du quotidien et parfois grinçants.


Et si on essayait...
Même si vous n'avez pas de voiture, vous pouvez distribuer le message
suivant à vos amis, pour une guerre des prix intelligente contre les compagnies pétrolières.... On dit que le prix de l'essence va bientôt dépasser 1.50 Euro le litre... ! Vous voulez que les prix baissent ? Il faut agir conjointement et solidairement. Quelqu'un a suggéré une idée géniale, beaucoup plus sensée que celle qui nous demande de ne pas acheter d'essence tel et tel jour, en avril ou mai dernier.
Les compagnies pétrolières ont bien ri de cette démarche parce qu'elles savaient que nous ne pourrions pas continuer à NOUS faire du mal en refusant systématiquement d'acheter de l'essence: c'était beaucoup plus un embêtement pour nous qu'un problème pour elles.
Mais la proposition suivante pourrait s'avérer d'une efficacité redoutable, pour autant qu'on l'applique de façon rigoureuse. Prenez le temps de lire ce message au complet et joignez-vous à nous. Les compagnies pétrolières
et l'OPEP nous ont conditionnés à croire que le prix qu'ils nous imposent est une très bonne affaire. Mais vous pensez probablement qu'acheter l'essence aux environs de 58,9 cents le litre est une très bonne affaire.
Nous aussi !
Nous devons donc mener des actions résolues pour leur montrer que ce sont les acheteurs et non les vendeurs qui contrôlent le marché. Vu la hausse quotidienne du prix de l'essence, nous devons réagir en tant que consommateurs.
La seule façon de voir chuter les prix consiste à frapper le portefeuille des compagnies pétrolières en n'achetant pas leur essence, mais sans que NOUS soyons les premiers embêtés. Or, étant donné que nous avons besoin de nos voitures, nous ne pouvons pas nous permettre de faire la grève des achats d'essence.
Nous pouvons toutefois avoir un impact réel sur l! e marché de l'essence si nous agissons tous ensemble dans cette guerre des prix.

Voici la proposition:
N'ACHETONS PAS UNE GOUTTE D'ESSENCE AUX DEUX PLUS IMPORTANTES COMPAGNIES PETROLIFERES (qui n'en font plus qu'une maintenant): SHELL et ESSO.>
Si elles ne vendent pas d'essence, elles seront obligées de réduire leurs prix. Si elles réduisent leurs prix, les autres compagnies devront les suivre. Mais pour créer un tel impact, nous devons obtenir la coopération des millions de clients de SHELL et ESSO.
Le Net nous donne le moyen d'y arriver!!!
Ce message a été envoyé à une trentaine de personnes. Si chacune d'entre elles le transmet à environ une dizaine de ses connaissances (30 x 10 = 300), que celles-ci font la même chose (300 x 10 = 3000), et ainsi de suite, ce message aura atteint plus de TRENTE MILLIONS de consommateurs à sa septième génération !
Tout ce que vous avez à faire c'est d'envoyer ce message dès aujourd'huià 10 personnes en leur demandant de faire la même chose.
ET BIEN ENTENDU, EN PARALLELE, N'OUBLIEZ PAS DE BOYCOTTER SHELL ET ESSO.
C'est tout. Agissons ensemble pour faire la différence ! Si vous croyez pouvoir provoquer une différence sur le prix de l'essence, passez ce message à vos connaissances. ON N'A RIEN À PERDRE À ESSAYER !>
NB: pour éviter toute surcharge inutile, renoncez à utiliser la fonction"transfert" ou "forward to" de votre programme, mais faites un"copier-coller" dans un nouveau message !


 

Louvain-la-Neuve: faites don de vos sms à la science ;-)
Les informaticiens-linguistes de l’UCL tentent de récolter 30 000 SMS.
L’objectif est scientifique, l’anonymat garanti... et il y a de nombreux cadeaux à gagner !
Nous le constatons chaque jour, le « langage SMS » est devenu un véritable phénomène de société. Il est aujourd'hui commun et répandu au point de franchir régulièrement les frontières du monde virtuel de la téléphonie mobile pour se retrouver dans la presse, la publicité et même sur des affiches de campagne électorale. Les chiffres sont également très révélateurs : ce sont près de 9.000.000 de SMS qui sont échangés quotidiennement en Belgique, et ce nombre va grandissant.
Les linguistes, sociologues, psychologues et autres spécialistes de la communication s’inquiètent ou se réjouissent de ce phénomène. Les plus craintifs voient d’un mauvais œil la vague SMS en train de balayer grammaire et orthographe, repères déjà peu maîtrisés par les jeunes très friands de nouvelles technologies. Les plus optimistes y voient au contraire des jeux de langue propres à inciter à la fréquentation de l’écrit, un nouveau langage permettant des formes nouvelles d’expression et enrichissant les échanges entre individus.
Pour y voir plus clair et tenter d'objectiver l’analyse, le Centre de traitement automatique du langage – CENTAL – et le Centre d'étude des lexiques romans – CELEXROM – ont décidé de récolter plusieurs dizaines de milliers de SMS pour constituer un corpus de référence. Jusqu'au 15 décembre 2004, ils interpellent tout usager, habitué du SMS ou utilisateur exceptionnel, afin qu'il redirige une copie de ses messages vers un numéro gratuit, et ceci, quel que soit son opérateur et avec la garantie totale que l’anonymat sera respecté.
Attention, il s'agit de n'envoyer que des messages ayant véritablement été échangés dans le cadre normal des communications entre personnes (il s'agit donc d'envoyer des SMS qui sont dans la mémoire des GSM et non de créer des messages de toutes pièces).
Pour participer, il suffit d'envoyer « ucl » par SMS au 3699 (numéro gratuit). Une fois cette inscription réalisée, les participants seront invités à rediriger leurs messages (sans les modifier !) vers le même numéro. Des informations complémentaires peuvent également être obtenues par email en envoyant par SMS le code « ucl » suivi d'une adresse de courrier électronique. Ces opérations sont gratuites.
Tous les participants sont également invités à répondre, sur le site Web du projet (www.smspourlascience.be), à quelques questions portant sur leur usage du SMS . Pour remercier ceux qui auront répondu, des cadeaux seront attribués chaque semaine par tirage au sort (GSM/MMS, cartes Pay&Go, etc.). L’opération est réalisée grâce au soutien de Proximus qui joue un rôle important en encadrant les aspects techniques de cette « récolte ».
L’objectif est purement scientifique. Le langage SMS se développe en fonction de différentes contraintes et libertés qui le particularisent : être intelligible en utilisant le moins de caractères possible, exprimer des émotions sans faire appel à des mots, faire abstraction des traditions orthographiques et grammaticales ….
Les "codes" du SMS sont dès lors multiples. D’une part, des phénomènes inhérents au « langage branché » (troncations, néologismes, emprunts, expressions,…), de l’autre, des codes scripturaux, incontestablement la part la plus originale de ce nouveau langage (phonétisation de certaines graphies (ki, "qui" ; kom, "comme" ; alé, "aller"), valeur épellative des lettres (tu mM, "tu m'aimes" ; G, "j'ai"), de chiffres (a12C4, "à un de ces quatre" ; 2vient, "devient") et signes exploités graphiquement pour devenir « émoticons » ;-), etc. En outre, beaucoup d’utilisateurs n’appliquent pas ces procédés de façon systématique, ce qui corse encore l’affaire.
L’ingénierie linguistique, qui consiste à automatiser l’analyse du langage à l'aide d'outils informatiques, pourra prendre en compte les nouvelles formes propres à ce type d’écrit, mais elle doit, pour ce faire, acquérir une compréhension approfondie des mécanismes qui entrent en jeu. L’approche sociolinguistique, quant à elle, pourra mettre le profil de l’utilisateur en rapport avec le type de langage observé.
Déjà de premiers utilisateurs ont accepté de nous faire don de quelques SMS. Parmi ceux-ci, notons la présence de personnalités issues de divers milieux :
–du monde scientifique et universitaire (Bernard Coulie, Recteur de l'UCL ; André Goosse, Secrétaire perpétuel honoraire de l'Académie royale de langue et de littérature françaises ; Marc Lits, Directeur de l'observatoire du récit médiatique de l'UCL ; Serge Flamé, Directeur du Centre audio-visuel de l'UCL) ;
–des chefs d'entreprises (François Schwennicke - Delvaux -, Pierre Marcolini, Jacques Malpas - WIP) ;
–des journalistes (Jacques Mercier, Guy Lemaire, Cédrick Wauthier) ;
–des écrivains (France Bastia, Présidente de l'Association des écrivains belges de langue française, Vincent Engel) ;
–des artistes (Marka, Plastic Bertrand, Jeff Bodart, l'Enfant Pavé de Starflam) ;
–du monde sportif (Pierre Cornia, Henri Depireux).
En résumé, la collecte de milliers de SMS fournira le matériau pour constituer un corpus indispensable à des études linguistiques de grande envergure et permettra de nouveaux développements dans le domaine du Traitement automatique du langage (TAL). Tous les utilisateurs sont donc invités à faire don de leurs SMS… à la science !
Informations :
CENTAL, Centre de traitement automatique du langage,
Faculté de philosophie et lettres de l’UCL, http://cental.fltr.ucl.ac.be/
Tel 010 47 37 86, fax 010 47 26 06, e-mail: cental@tedm.ucl.ac.be
PROXIMUS
Jean-Luc Van Kerckhoven, Corporate Communication Manager, Tel 02 205 4719
Frédérique Verbiest, Press Relations, Tel 02 205 2756
GSM presse 0476 606010 - press@proximus.net
Pour participer, envoyez « UCL »par SMS au numéro gratuit: 3699
Pour recevoir toutes les informations par email,
envoyez « UCL » suivi de votre email au 3699

Info disur le site du projet : http://www.smspourlascience.be
Remerciements à Proximus, l'agence Ogilvy et NEway sans qui cette opération n'aurait pas été possible.


FORMATION
La richesse d’une formation globale avec l’ISCO (Institut Supérieur de Culture Ouvrière).
À partir de janvier 2005, l’ISCO propose un graduat en sciences sociales du travail à Vielsalm.
L’ISCO est une formation socio-politique solide, de longue durée, destinée à des adultes et qui intègre l’expérience des étudiants dans des cours de niveau scientifique, selon des méthodes participatives.
Concrètement …
La session ISCO débutera le jeudi 27 janvier 2005 à l’Institut libre luxembourgeois d’enseignement d promotion sociale à Vielsalm (rue Chars à Bœufs, 12). Le graduat dure 3 ans et demi à raison d’une journée par semaine. La journée est fixée le jeudi. Les cours comportent des approches économiques, sociologiques, historiques, politiques, philosophiques et méthodologiques. La formation ISCO donne droit au « congé-éducation. Un minerval de 70 EUR est demandé pour l’année d’orientation. Pour les 3 années suivantes, il est de 140 EUR par an. L’argent ne doit pas être un obstacle. En cas de difficultés, des solutions peuvent être trouvées.

Séances d’information
Si vous désirez davantage d’informations concernant l’ISCO, vous êtes cordialement invités aux séances d’information
- jeudi 21 octobre à Trois-Ponts 19h30 (local Mutualité Chrétienne, route de Coo, 41)
- mardi 26 octobre à Manhay 19h30 (salle du conseil communal, voie de la libération, 4)
- jeudi 28 octobre à Stavelot 19h30 (Mutualité Chrétienne, Place Prume, 7)
- mardi 9 novembre à Houffalize 19h30 (centre sportif et culturel, Cour de l’abbaye, 15)
- mardi 16 novembre à Lierneux 19h30 (lieu à définir) Contacter Micheline Paquay 087/33.77.07
- mardi 11 janvier 2005 à Vielsalm 19h30 (Institut libre de promotion sociale, rue Chars à Bœufs,12)
Plus de renseignements …
CIEP du MOC Luxembourg :
Philippe Servais
Rue des Déportés,39
6700 Arlon
Tél : 063/218.728

Philippe Servais
CIEP – MOC Arlon
063/218.728
p.servais@moclux.be


 

La confrérie de La Rulles
Depuis 5 ans, on brasse de la bière à Rulles. Dans un monde de globalisation, où tout à tendance à se normaliser, apparaissent au niveau local des oasis d'inventivité, des hâvres de bonheur pour les amateurs d'authenticité. Car La Rulles a la saveur de son terroir, elle invite au plaisir, à la découverte et à la convivialité.
C'est dans ce contexte, qu'une bande de gai lurons, forts de leurs origines et de leur identité gaumaises se sont réunis et ont souhaité mettre sur pied une confrérie axée autour de la bière de Rulles.
Dans ce monde particulier des confréries, un produit liquide appelle également un produit solide, en l'occurrence le saucisson gaumais, actuellement en voie de reconnaissance pour obtenir une Indication Géographique Protégée.
Vient également se greffer à ces produits, une esthétique particulière. Pour la confrérie de La Rulles, point de classicisme, puisque les costumes et les médailles sont issus de l'imaginaire du dessinateur gaumais Palix.
Bref, c'est dans cet esprit inventif et fraternel, que sera officiellement mise sur les fonds baptismaux la confrérie de La Rulles, le 30 octobre prochain dans la salle de village de Orsinfaing.


Avis très urgent à tous.
vanhoolandyves@msn.com
Jumet-gohyssart:21.09.2004.:
S.O.S. Solidarité humaine,pour une très bonne cause. Nous cherchons d'urgence un bon poël-charbon pour un malade-pathologie très lourde et grave,pour Jumet-Gohyssart à Charleroi et ce gratuitement malade avec gros problèmes de remboursements soins de santé médicaux à domicile. Notre centre est agréé avec des malades,pour des malades handicap-histiocytose.x grave,un très très grand merçi de votre collaboration de solidarité humaine,et de justice sociale. Et pour tous contactez Yves, tel:0473.632 124. Merci a tous. Yves


"Dans la lumière".
"De l'inédit sur le site internet d'Ardennes magazine. Depuis près de deux ans déjà, un feuilleton suprenant de vérité, Dans la lumière de 777, par Jean-Baptiste, vous apprend ce que vous ne devriez pas connaître, car en ces jours, la vérité est trop souvent sinon toujours occultée et la désinformation règne en maître. Bien plus, les puissances ténébreuses n'ont de cesse que de faire taire à n'importe quel prix toute bonne volonté prompte à entreprendre une oeuvre salvatrice. Jugez-en par vous-même en vous branchant dès octobre prochain sur ce roman pour la Vie.

A paraître, le chapitre 24."


Récital d’Orgue à Bastogne le 10 octobre à 15h: "Une étoile dans la nuit"
Firmin Decerf (1942)
Cette œuvre a été composée à la demande de Craig Cramer (Professeur d'orgue à l'Université Notre-Dame dans l'Indiana - USA) désirant lui-même rendre hommage à tous ses compatriotes ayant donné leur vie il y a 60 ans lors de la Bataille des Ardennes.
Une profonde amitié lie les deux organistes (Craig Cramer et Firmin Decerf) depuis de nombreuses années déjà et c'est très spontanément que F. Decerf a accepté de réaliser cette création associant à tous les Américains morts lors de ces combats la mémoire de son père (Henri Decerf) mort également en 1944 sous les balles ennemies.
Cette œuvre est éditée aux Editions Bayard - Nizet à Stavelot.
Voici quelques mots sur l'œuvre:
Symboles de lumière, d'immensité, de mystère..., les étoiles sont aussi "signes d'espérance au crépuscule, signes de paix dans la nuit et signes de joie au petit matin" ... !
Une "Etoile dans la nuit" rend hommage aux milliers de soldats américains tombés au champ d'honneur lors de la Bataille des Ardennes de 1944. Le "Mardasson", monument en forme d'étoile construit à leur mémoire près de Bastogne (Belgique) et source d'inspiration de cette œuvre, rayonne à tout jamais dans le cœur des hommes de paix et de bonne volonté.
Pour mieux saisir la portée de cette composition, voici quelques éléments qui pourront éclairer l'auditeur et l'interprète. Entendu dès le début et plusieurs fois au cours de cette œuvre, un thème "descendant" décrit le scintillement de l'étoile inondant le regard et le cœur de l'homme. Un thème "ascendant" apparaît à plusieurs reprises et évoque volontiers l'étonnement de l'homme se tournant vers l'astre mystérieux. Un "choral", cantique lent et méditatif en forme de prière, entendu une première fois dans des harmonies lointaines et une seconde fois dans des couleurs plus nourries, honore avec émotion tous les héros tombés lors de cette bataille sanglante.
Ce poème musical se termine en apothéose dans la foi en la "Résurrection" et dans l'immense espoir d'un monde meilleur rayonnant de paix et d'amour à l'infini.


Fraiture : Noël à la Grange.
Le 19 décembre à Fraiture. Si vous êtes artisan de métier de bouche ou de bricolage, ou encore si vous connaissez des personnes passionnées par un artisanat quelconque, n’hésitez pas à nous contacter afin de participer au 3ème “Noël à la Grange” de Fraiture le 19 décembre de 10 à 18 heures.
Une ambiance à nulle autre pareille, dans ce magnifique petit village avec l’ouverture des granges à l’occasion de ce marché. Réservations et renseignements : 080 511 320 ou 0475 923 450
E-mail : coeck.robert@skynet.be


WWW.OPINIONS.BE : Votre avis a de la valeur

Depuis 2002 Defi Line développe un fichier de consommateurs désireux de donner leur avis par rapport au développement de nouveaux concepts, produits ou publicités.
De cette manière, le consommateur final participe et intervient dans ce qui se trouvera dans les rayons de nos grandes surfaces demain. Il s'agit souvent d'études qualitatives qui traitent de produits de grande consommation, néanmoins, il arrive également que des sujets non commerciaux soient abordés, comme par exemple l'utilisation de manuels scolaires, la prévention du tabagisme chez les plus jeunes, les oeuvres humanitaires......

Les groupes de discussion qui regroupent en général 6 à 8 personnes se déroulent dans les bureaux de sociétés d'études spécialisées dans le domaine qualitatif et ce, dans les grandes villes de Belgique : Bruxelles, Namur, Liège, Gand, Anvers....
On ne parle pas de sondage, mais bien d'études qualitatives. En effet, ces réunions durent en général deux à trois heures, sont menées et animées par un chargé d'étude généralement de formation universitaire en psychologie ou en marketing.
Les résultats permettent de conseiller la société qui initialement mandate le bureau d'étude de marché, et ce afin de mieux répondre aux attentes d'un marché de plus en plus exigeant. Les résultats d'études de marché fournissent aux responsables marketing des informations stratégiques sur les achats et habitudes de vie. Grâce à ces informations, il vont tenter d'améliorer leurs services, produits ou prestations, et vont donc viser à mieux satisfaire le consommateur final.
Defi Line respecte les exigeances de qualité dictées par l'EMRQS, standards de qualité européen pour les bureaux d'études de marché et est soumise a la loi sur le respect de la protection de la vie privée. De très bonnes relations sont entretenues avec la Febelmar, Fédération belge des Bureaux d'étude de Marché. De telles références reflètent le sérieux avec lequel Defi Line travaille.

Quel intérêt de prendre part à de telles discussions ?
Outre l'aspect intéressant de l'étude l'opportunité de recontrer des gens et de donner son avis, le participant se voit remettre un cadeau en fin de réunion, et ce, afin de le remercier de sa présence (il s'agit en général d'une enveloppe dont le montant varie en fonction de la durée de la discussion). Afin d'éviter de devenir trop "habitué" aux techniques de discussions de groupe, il est demandé au consommateur de patienter 4 mois entre chaque participation.
Il n'y a pas d'âge pour prendre part à de telles réunions, chaque tranche d'âge est visée, du student au sénior, c'est selon le produit concerné.
Comment faire pour prendre part à de telles réunions ? C'est très simple, il suffit de s'inscrire via internet en surfant sur www.opinions.be, si le surf n'est pas votre tasse de thé, envoyez un sms au 0479382825 en indiquant Ardennes Magazine, un collaborateur de Defi Line vous recontactera pour vous donner de plus amples informations.


Lire et Ecrire Luxembourg ASBL
recherche des bénévoles pour co-animer des formations en alphabétisation pour adultes à Vielsalm. Les candidats bénévoles doivent être disponibles en journée. Pour tout renseignement :
Contactez Mr Hugues PIERRARD ou Mr Léo BURQUEL ; 061/41.44.92 (en journée)
info@lire-et-ecrire-luxembourg.be
Place Communale 2B, 6800 LIBRAMONT
www.lire-et-ecrire-luxembourg.be


KultuR (http://www.kultur.be.tf) : qui sommes-nous ?

Parce que la tolérance ne peut venir que d’une confrontation et d’un intérêt pour la différence, KultuR veut donner la parole et le chant à des artistes et des styles musicaux s’éloignant des poncifs des radios commerciales dites « libres » ou programmés dans les soirées habituelles de la région Nord-Luxembourg. Non pas en discriminant ces dernières, mais en promouvant « Autre chose ». Il n’y a pas une culture plus vraie qu’une autre, mais toutes méritent d’être connues et reconnues, pour autant que leurs valeurs soient humanistes et non uniquement financières.
Depuis cette édition, nous avons obtenu une rubrique culturelle dans Ardennes Magazine. Nous y réalisons des reportages sur l’activité culturelle en Ardennes belge et luxembourgeoise. Le critère de sélection est ouvertement et pleinement subjectif, artistiquement et éthiquement : nous désirons mettre l’accent sur les cultures (artistiques, musicales, …) minoritaires. Le premier événement couvert, le « Ward’in Rock festival », est en ce sens emblématique.
Compte-rendus d’événements culturels, d’expositions, de concerts, critiques d’albums de musiques actuelles, le tout dans un style libre et dynamique. Un style qui colle à notre volonté : l’émancipation culturelle !
Une version longue, illustrée de nombreuses photos, est éditée sur le site web d'Ardennes Magazine (http://www.ardennesmagazine.be), dans les trois jours suivant l’événement, tandis que la version papier paraît dans l’édition suivante (mensuelle).


Ardennes magazine : festival reggae à Rogery

C’est l’histoire d’un amoureux de reggae titillé par l’envie d’organiser un petit quelque chose dans et pour son village. Ca devient l’histoire de trois ou quatre copains mais aussi celle d’un village qui aujourd’hui participe activement au troisième Rogery reggae festival.

Ambiance guinguette pour un show enfants admis….. Sortons ici des clichés trop simples sur une culture méconnue : c’est un public familial qui est venu en nombre (plus ou moins 500 personnes) accueillir ces quatre groupes réjouissants.

Silence, on joue !
Etonnamment, une chanteuse,… rare en reggae. Une voix originale soutenue par le son enjoué de deux claviers donne une certaine rondeur a la musique. C’est Factor-X , du reggae revisité.
Au tour des Lyonnais de Kool Ness, déjà bien connus – car présents l’an passé – d’entrer en scène . Leur son tantôt reggae traditionnel ou à références (je pense bien sûr à Bob), tantôt plus osé, innovateur ou… « .éclectonique » invite Rogery à décrisper les jambes et remuer le cou, proposant un monde paisible, de paix et de bonheur serein.
Où s’arrête le reggae ? Où commence le Ska ? Soulaya ne nous aide pas à répondre à ces questions. Ce groupe belge propose il est vrai un reggae peut être plus occidentalisé, teinté de consonances ska, ragga ou encore hip hop. Plus qu’intéressant !

Un groupe désormais bien connu dans le monde du reggae belge clôture la soirée. C’est Panach’ Culture qui rend hommage au « monstre » du reggae. Vous l’aurez tous deviné, Bob est mis à l’honneur ce samedi.
Notons aussi une nouveauté cette année : un concert rock le vendredi qui a déjà attiré près de 200 personnes. Un festival étalé sur plusieurs jours à l’avenir ? C’est en tous cas le projet des organisateurs qui tenaient à remercier tous les bénévoles ainsi que le sonorisateur Didier Léonard pour leur soutien et leur coopération à ce festival qui ne peut que perdurer.
S.L.

 


Aywaille


Cimetiere animalier Harze-Aywaille - 20 eme anniversaire

CIMETIERE ANIMALIER HARZE-AYWAILLE 20 ans déja
Procurer à son fidèle compagnon un lieu de repos bien mérité après tant d'années de joie, d'amour, de fidélité et lui eviter le triste sort de l'equarrissage n'ont fait qu'encourager les créateurs de cette initiative.
 
Ainsi en juin 1984 et présence du Bourgmestre et membres du conseil communal s'ouvrait à Harzé-Aywaille le premier cimetière pour animaux de compagnie en Région wallonne.
Initiative privée, qui 20 ans après, a démontré qu'une telle ctéation répond à une demande sans cesse croissante.
En parcourant les allées de ce havre de paix on peut constater la diversité des localités de provenance même de l'étranger.
Une parcelle a été spécialement réservée pour les protégés de l'ASBL La Feuille de l'Animal et son Ile d'Espoir, s'occupant en priorité d'animaux de compagnie maltraités.
On remarquera également un endroit réservé pour les protégés de l'Etable du Loup de Stavelot.
Afin de vous rendre compte de la beauté de l'endroit qui respire calme et sérénité, nous ne pouvons que vous conseiller de visiter ce grand jardin.
Renseignements : 04/3845170
email=vertongen@skynet.be
02/10/2004


Sortie de presse des actes du second Livre Blanc qui font suite au « Forum des Luxembourgeoises »
qui s’est tenu à Libramont le 6 mars 2004

Le deuxième Livre Blanc est arrivé …Qu'elle soit célibataire ou en couple, avec ou sans enfant, la femme dans notre société dite « moderne » culpabilise souvent de n'être ni la femme idéale véhiculée par la publicité, ni la mère exemplaire de la littérature qui a nourri son enfance, ni la femme libérée pour laquelle des générations de féministes se sont battues.
Cette culpabilité est renforcée par la dualité de la société qui fustige autant les mères de famille actives que les mères au foyer.
Dans ce contexte, concilier vie professionnelle et vie familiale est un défi permanent qu'elle doit relever chaque jour.
Deux enquêtes ont été réalisées par le groupe MERIDIENNE, avec le concours du professeur Daniel BODSON, sociologue à l'UCL, pour cerner le profil de la Luxembourgeoise contemporaine.
Ces enquêtes, dont une a été menée en collaboration avec Philippe COURARD, alors Ministre de l'Emploi et de la Formation, abordent les thèmes de l'évolution du couple – du travail et de la vie socio-professionnelle.
L'analyse de ces enquêtes annonce la révolution qui se prépare dans la tête des Luxembourgeoises du XXIème siècle.
1.- La perte de vitesse de l'institution du mariage : la femme soumise à fait place à une femme dynamique, déterminée et souvent autonome qui estime prioritaire la réalisation de ses aspirations aux niveaux personnel et professionnel.
2.- L'émergence du partenaire égalitaire : la figure de l'homme autoritaire disparaît au profit d'un homme complice considéré comme un partenaire avec lequel on conclut un contrat de vie commune qu'il faut réussir.
3.- La primauté de l'épanouissement personnel : pour la majorité des femmes aujourd'hui, la vie ne se conçoit plus sans activité professionnelle. Le développement du travail féminin traduit le besoin de celles-ci d'affirmer leur propre identité.
Il semble donc impérieux que les mentalités évoluent et plus précisément dans le monde de l'entreprise pour permettre une plus grande complémentarité entre l'homme et la femme dans l'organisation du temps et de la famille.
Le troisième "Forum des Luxembourgeoises", qui s’intitulera « La journée à mille temps », se tiendra à Libramont, le 5 mars 2005, mettra à l'honneur des pratiques innovantes, ou encore mal connues, en matière de gestion des temps pour organiser de manière concrète la coexistence de la sphère privée et de la sphère professionnelle.

Pour en savoir plus, le Livre Blanc est disponible gratuitement au siège de l'association MERIDIENNE, rue de la Station, 47 – 6920 Wellin (tél. 084/38.94.10 – fax. 084/38.96). Si vous désirez le recevoir par courrier adressé, merci de verser 1 euro pour les frais de port au compte 001-3922353-40 de l'association avec la communication "envoi deuxième Livre Blanc".

 


Aiseau
Marché Equestre
Appels aux Exposants & ArtisansLe Comité des fêtes d’Aiseau-Centre, fort de son enthousiasme et de son dynamisme, a décidé d’organiser le 1er Marché Equestre et la fête de la Saint-Hubert, qui se dérouleront le dimanche 21 novembre 2004 de 10h à 20h au Moulin des Castors (intérieur) et au manège des Castors (extérieur) à 6250 Aiseau-Faubourg.
Qui peut participer ? Clubs équestres, Manèges, Selleries, Vendeurs de chevaux, professions liées aux chevaux (maréchal-ferant, bourrelier,…) matériel agricole, fabrication de box, constructions d’attelages, les artisans, articles de chevaux (décorations, peintures, bibelots), les brocanteurs et tous 150
particuliers qui souhaitent vendre ou revendre leur cheval, leur ancien matériel, équipement, vêtements, souvenirs, etc…
Pour cet événement, tous les sens seront mis en éveil avec les saveurs, les senteurs, des gourmandises (dégustations), des surprises, des cadeaux. D’ores et déjà, les critères sont fixés : convivialité, originalité, ambiance, découverte, étonnement. De plus, pour ce marché du Cheval, le comité des fêtes a préparé un programme tant pour les enfants (animations, spectacles, baptême à cheval, tour en attelage), que pour les parents, ainsi que les papys et mamys (Petite restauration, repas Tex-Mex), et pour les plus téméraires : un taureau mécanique pour le rodéo.
Il n’est pas trop tôt pour faire appel à tous les exposants, les artisans locaux, régionaux qui ont du savoir faire et qui souhaitent exposer leurs produits, leur matériel. Attention ! les places sont limitées. Le marché Equestre s’adresse aussi aux particuliers (tout âge) qui ont du doigté et qui souhaitent exhiber et vendre leurs créations personnelles, liquider, revendre leur matériel équestre.
Inscription : Deux lignes de téléphone 071/74.40.77 -- 071/74.30.45 -- fax 071/77.16.48, e-mail : info@castor.be Site web : www.castor.be
Organisation : Le Comité des Fêtes d’Aiseau-Centre, le Manège des Castors et Cape Jeunesse.
Responsable : Achille Verschoren directeur
Adresse : Manège des Castors rue du Faubourg, 5 à 6250 Aiseau
Achille Verschoren Directeur


maurice.petit a écrit :

Comme je n'ai pas l'occasion de lire chaque numéro de Ardennes Magazine, je recherche sur votre site la publication de l'article complet relatif à Georges Quiriny paru, en partie, dans l'édition 189, avec publication complète annoncée sur votre site. Où puis-je le trouver?

Vous pouvez découvrir la suite du reportage en cliquant en haut de la page d'accueil du site www.ardennesmagazine.be, en tapant sur reportages classés par région, puis en tapant sur la région de Gouvy sur la carte, puis en tapant sur la photo de Mr. Quiriny. Les reportages restent 3 ans en ligne. Vous pouvez le relire en cliquant en bas de page sur année 2004 dans 3 ans.
A+
JM lesage


 

 

Lien vers le courrier des lecteurs de septembre 2004


octobre 2004
Transmettre vos commentaires