mars 2004
Transmettre vos commentaires

Bébé Accueil

Dans un mois, la marche Bébé Accueil battra son plein ! L’ALEM, Godefroid social 2003, invite les directeurs d’école, les enseignants, les responsables d’association de jeunes, d’associations sportives … à marcher contre la maltraitance d’enfants … ensemble !

En 2002, les responsables de l’ALEM, l’Action Luxembourg Enfance Maltraitée, pouvoir organisateur de l’équipe S.O.S. Enfants de la province du Luxembourg, souhaitent faire renaître son enfant, son Bébé Accueil, un programme de prévention de la maltraitance d’enfants.
Le challenge est de taille : aller de communes en communes, à pied, pour sensibiliser les décideurs locaux qu’une véritable politique de prévention peut réduire très considérablement la maltraitance. Une grande majorité de communes sont présentes au rendez-vous : beaucoup apprennent que le phénomène s’est – aussi – implanté chez elles !

2003, l’année « vérité » …

Du 1er au 11 mai 2003, les marcheurs reprennent le chemin des 44 communes de la belle province. Les communes sont tout aussi présentes qu’en 2002 mais l’écoute est différente : malgré les difficultés financières des communes, la plupart d’entre elles, surtout au sud de la province, accepte le principe d’une action solidaire dans la mise en place du programme de prévention.
Fin décembre 2003, après avoir reçu le Godefroid social, l’A.L.E.M. récolte les fruits de son action. L’O.N.E., l’Office de la Naissance et de l’Enfance, conscient que l’absence de consultations prénatales en Luxembourg est discriminatoire, décide l’octroi d’un subside significatif permettant l’engagement immédiat d’une assistante sociale et d’une psychologue à temps plein. C’est chose faite depuis janvier.
En quoi consiste ce programme de prévention ?
Afin qu’ils puissent mieux accueillir matériellement et psychologiquement leur enfant, Bébé Accueil propose aux futurs parents en difficultés un accompagnement psychologique et social et ce, quelles que soient leurs difficultés (matérielles, administratives, personnelles et/ou relationnelles), qu’elles soient ponctuelles ou non. Pourquoi encore marcher en 2004 ?

Si le soutien financier de l’O.N.E. est sans doute suffisant pour couvrir les besoins immédiats de cette nouvelle structure, nul doute toutefois que les nombreux contacts qui se sont déjà établis auprès des milieux professionnels (maternités, communes, C.P.A.S., …) démontrent – à suffisance – que le staff actuel sera rapidement insuffisant.Directeurs d’établissements scolaires, enseignants, responsables d’associations de jeunes, clubs de marche … suivez l’exemple de l’athénée royal de Paliseul et de l’école préscolaire de Lamadelaine ... au Grand-Duché du Luxembourg …

En 2002 et 2003, c’est plus de 2500 personnes qui ont accompagné le noyau dur des marcheurs, essentiellement des enfants. L’athénée royal de Paliseul sera présent pour la 3e année consécutive et une nouveauté cette année, l’école préscolaire de Lamadelaine, au Grand-Duché du Luxembourg sera présente dans l’étape du grand sud le 28 avril.

L’inscription à cette marche, à tout ou partie d’une étape, est totalement gratuite. Des possibilités de transport sont prévues pour les écoles ne disposant pas de moyens de transport. Des renseignements à ce sujet peuvent être obtenus au 061/22.24.60 (le soir et le week-end : 061/41.27.05).
Un site internet est accessible à l’adresse www.sos-enfants-lux.be : la marche 2004 y est évoquée sous la rubrique « Événements ».

Programme de la marche 2004 :
Mercredi 21 avril Bonnerue - Lesterny 34 km:
Jeudi 22 avril Transinne - Chanly 20,7 km
Vendredi 23 avril Lignières - Wéris 21,8 km
Samedi 24 avril Fisenne - Samrée 19,1 km
Dimanche 25 avril Bihain - Houffalize 24,5 km
Lundi 26 avril Mande-St Etienne - Radelange 26,2 km
Mardi 27 avril Vlessart - Heinsch 24 km
Mercredi 28 avril Buzenol – Aix-sur-Cloie 24,3 km
Jeudi 29 avril Baranzy – Villers-la-Loue 30,5 km
Vendredi 30 avril Ansart - Herbeumont 33 km
Samedi 01 mai La Cornette -Grandvoir 31 km


Infos organisation Championnat d'Europe 2004

La Belgique accueillera cette année la 22ème édition du CHAMPIONNAT D'EUROPE de caisses à savon. La FBCS et le "Comité Houyet 2004" représenté par plusieurs membres et pilotes de la FBCS, mettent tout en oeuvre pour organiser cette manifestation, qui doit accueillir 8 pays participants (Allemagne, France, Suisse, Italie, Tchéquie, Lettonie, Slovaquie et Belgique) avec la construction d'un camping pour +- 600 personnes, et prévoir toutes les commodités qui s'y rapportent, ainsi que la nourriture suffisante pour les 3 jours.
Le comité organisateur a choisi un circuit digne d'une telle manifestation sportive dans notre pays, en l'occurence une descente très sinueuse située à Houyet.
Les demandes d'autorisations ne sont pas habituelles car cette route appartient au "MET" (Ministère de l'Equipement et du Transport), et il est très difficile de pouvoir "bloquer à toute circulation" une route "principale" qui, normalement, reste assez fréquentée (surtout pour une période de trois jours consécutifs).
Après de longues réunions et des tonnes d'explications, les autorisations "provisoires" ont été accordées, afin de pouvoir rentrer le dossier auprès de la CECCAS. (Comité Européen de Courses de Caisses à Savon).
Après approbation par le comité européen et les 8 pays participants, tout le travail d'organisation a pu être "officiellement" mis en route par le "Comité Houyet 2004".
La ville qui recevra le challenge Européen se demandait au départ, ce que nous leur voulions : "Des courses de caisses à savon ? Un championnat d'Europe ? Kézako ke ces p'tis rigolos ?".
Puis, les hôtel, les gites et auberges des environs, commencent à se réserver de plus en plus. Si bien qu'un an avant la manifestation, la moitié sont déjà réservés, et maintenant, à six mois du championnat, il est très dur de trouver une chambre, à moins de s'éloigner quelque peu du lieu de la manifestation. Les commerçants du coin font un grand sourire jusqu'aux oreilles lorsqu'on parle du championnat d'Europe des caisses à savon.
Cela fait parler, dans la région habituellement paisible, bien que très touristique de Houyet.
Et puis, les portes s'ouvrent comme par magie, les services publics nous apportent de l'aide, les pompiers acheminent l'eau jusqu'au camping prévu dans un champs près de la ligne de départ, l'électricité sera également amenée à cet endroit, les barrières et protections du circuit seront certainement plus nombreuses que nous l'espérions au départ.
Aussi, nous remercions ces autorités communales et publiques pour leur soutien et leur aide.
Jean-Luc Omé, www.ma-caisse.info, 02/2004

Si vous êtes pilote et/ou organisateur d'une course en Belgique, même si vous ne faites pas partie de la fédération, et que vous êtes intéressé de voir comment se déroule une course de championnat d'Europe, si vous souhaitez apporter votre aide quelle qu'elle soit, ne fût-ce que pour quelques heures, le "comité Houyet 2004" sera heureux d'accepter les bénévoles qui voudront rejoindre l'équipe, avant, pendant et après le championnat.
Le genre d'aide souhaité est principalement :
- Aide aux commissaires de pistes. ( Si vous avez déjà été commissaire de piste, vous êtes les bienvenus )
- Montage (camping, commodités, balisage circuit, ...) et démontage.
- Mise en place de la sécurité et matériel le long du circuit.
- Aide au chronométrage (informatique) et sonorisation (animation).
- Activateurs Départ et Arrivée.
- Préparation et service des repas.
- Diverses autres petites tâches.


En badminton, les garçons champions provinciaux et vice-champions francophones !
Le 17 mars, Yves LEKEU, Julien SEPULT, Gilles CREPPE, Guillaume LEONARD et Maxime MASSILLON ont participé à la finale provinciale de badminton, qui se jouait à Liège. Après avoir éliminé Fragnée 12-0, les joueurs de l’A.R. Vielsalm-Manhay ont nettement battu Liège I 9-3.
Sacrés champions provinciaux, les 5 joueurs se sont ensuite rendus à Uccle pour y disputer la finale francophone, qui regroupe les vainqueurs de chaque province. Ils ont battu Marche 7-5 puis se sont inclinés 9-3, en finale, face à Uccle.
Encore bravo pour ce très beau résultat !


Demarle récompensée par le « Prix initiative Belgique » 2004 !
Le « Prix initiative Belgique » 2004, www.initiativebelgique.be, vient d'être remis à l'entreprise Demarle, www.demarle.com, active dans le secteur de la vente directe sur le marché belge depuis janvier 2002. Ce prix confirme ainsi la bonne forme du secteur qui a vu récemment de nombreuses nouvelles entreprises démarrer leur activité en Belgique.
Le « Prix initiative Belgique » 2004, décerné à de jeunes entreprises françaises récemment implantées sur le marché belge, est attribué par la section belge des Conseillers du Commerce Extérieur sous le haut patronage de l'Ambassadeur de France. C'est l'entreprise Demarle, dont la réputation n'est plus à faire en France et qui a démarré ses activités en Belgique en 2002, qui vient de se voir attribuer le prix 2004.
Demarle est membre de l'Association professionnelle de la vente directe, groupe professionnel de Fedis, depuis son implantation en Belgique. Distribuant ses produits en home parties (ventes en réunions), Demarle connaît un énorme succès en Belgique avec son moule révolutionnaire qu'est le flexipan et ses initiations à l'art culinaire.
Au niveau européen également, la vente directe n'est par ailleurs pas en reste, comme l'indique la Fédération européenne de vente directe (www.fedsa.be). La vente directe totalise ainsi dans l'Europe élargie des 25 un chiffre d'affaire de près de 7 milliards d'euros pour plus de 2 millions de personnes qui y travaillent auprès de 400 entreprises.
Jean-Marcel Bloch


Recherche:

Je me permets de prendre contact avec vous sur les conseils d'une amie habitant la région d'Hamoir.
Mon petit garçon de 11 ans doit présenter et raconter à sa classe une légende.
Il a entendu parlé de la légende du Curé de Sy (ou Hamoir), qui possède d'ailleurs une croix à son souvenir.
Vous serait-il possible de bien vouloir m'indiquer si vous posséderiez l'histoire de ce curé ou m'indiquer auprès de quel organisme je pourrais me renseigner.
Je l'ai d'ailleurs déjà fait auprès de l'office du tourisme de Hamoir qui n'a pu que me fournir le tracé de la "ballade du curé" mais pas sur son histoire.
Je vous en remercie d'avance de vos bons soins.

Bien à vous.
V. GRUN
rue Derriere Coronmeuse 18
4040 HERSTAL
GSM : 0477/58.76.70
e-mail : donat.grun@swing.be


Bravo Beho

En fait, je ne viens pas vraiment de la région, je connais Beho juste parceque
j'ai fait un camp de patro à Ourthe en 1980 (avant l'existence de la radio).
Il y a une dizaine d'année (en 1990) je me suis lancé dans l'animation de
soirées (en tantque DJ), ce qu je fais encore aujourd'hui. Naturellement,
une des premières choses que l'on fait dans ce cas, c'est se constituer
une collection de disques et de CD. Je me suis alors tourné vers certains
potes qui se débarrassaient de certains de leurs vieux disques encore en
bon état et notamment vers un qui arrêtais juste à ce moment là et qui revendait
toute sa collection. Je lui ai donc racheté environ 200 45 Tours. Apparement,
lui même l'avait racheté à l'époque à une radio se nommant RADIO BEHO. Par
curiosité et étant sur internet, je me décide à me renseigner sur cette
radion et, avec grande surprise, je constate que vous existez tjs.
Aussi, juste pour vous dire : continuez dans cette voie de la petite
radio locale, elles sont si sympa ....

J-F Hermans
85, rue de la Motte
4500 HUY


 

Lès Coreûs d’ Pavêyes reviennent à Tavier-en-Condroz

Comme l’année dernière, la troupe dialectale itinérante « Les Coreûs d’ Pavêyes » achèvera sa saison à Tavier en y interprétant « 22… Vola m’ feume ! », une joyeuse comédie de C. DERYKE, adaptée en Wallon liégeois par J. THOUNE..
L’histoire :
C’est l’effervescence au commissariat : suite au départ à la retraite du titulaire, on attend la nomination d’un nouveau commissaire. Poussé par l’ambition de sa seconde épouse Madelinne (Jacqueline LINDT) et par son adjoint l’inspecteur Magnon (Nicolas HARRAY), l’inspecteur-chef Raoul Gobin (Michel LOGNOUL) attend avec impatience le pli recommandé annonçant sa promotion. Tout cela sous les yeux des agents de police Sidonie (Coralie DEWITTE) et Jules (Jean GASPARD) et des habitués du commissariat, Djerminne Pinguette (Marianne HARRAY) et Cyrile (Jean-Pierre RUELLE). Mais c’est compter sans l’intervention de l’inspecteur Maestik (Jean-Michel DAULNE), de la police des polices et l’intrusion de Olga (Mady DEWITTE), la première femme de Gobin…
Vu le succès remporté par « Les Coreûs d’ Pavêyes » partout où ils se sont produits cette saison, nul doute que le public répondra à nouveau présent le samedi 3 avril à 20 heures au Cercle Sainte-Barbe de Tavier (ouverture des portes à partir de 19 heures 15).


Congrès européen de Physiologie de Liège

Cet important congrès fut remarqué par ses applications pratiques, au point que certains l'ont appellé "Congrès de Chouffysiologie". En voici quelques extraits marquants.

Dans son étude sur l'insuline, le Docteur Henquin a brillamment fait remarquer que la Chouffe Blonde et la Blanche de Mars contenaient peu de sucre et n'étaient donc pas un danger pour le diabétique.

Dans son exposé "Le cortex et le diaphragme", le Docteur Similowsky nous enmène au coeur du problème.Combien de Chouffe faut-il dans l'organisme pour provoquer le hoquet ? Le Docteur Similowsky nous démontre que, par un mécanisme tout à fait original, le cortex inhibe le hoquet lorsqu'il reconnait les molécules de Chouffe. Une action spécifique sur les plaques neuromotrices libère de la chouffinase, enzyme qui inhibe leur action. Une étude technique sur la recherche de la CHD50 (entendez la Chouffe Hoquet Dose 50) est d'ailleurs en cours.

Lors de l'exposé du Docteur Théodorou intitulé :"Régulation neuroimmune de la motricité et des sécrétions digestives", il a été remarqué que la présence d'humuline et de lupuline augmentait significativement les sécrétions digestives, particulièrement au niveau stomacal.

Enfin, le plus important restait à venir. Le sujet "Interactions entre le système rénine-angiotensine et les facteurs endothéliaux dans le rein" du Docteur Dussaule aurait pu s'intituler tout simplement "Reins et Chouffe". Car en effet , tout le problème est là.L'effet diurétique de la Chouffe augmente l'indice de clearence et donc la filtration du rein.
A cet effet, le Ministère de la Santé, en partenariat avec Ardennes Magazine, a décidé de marquer le coup. Sur présentation d'une attestation médicale, il sera remis à chaque insuffisant rénal une bouteille de Chouffe gatuite, et ce, dans toutes les grandes surfaces de la Région Wallonne. Cette offre sera valable uniquement le jeudi 01-04-2004.

Jacques Sacré


ARVM : Championnats interscolaires (suite)

La finale provinciale de badminton G3 a opposé notre équipe à celle de l’A.R. Liège 1 ; elle s’est jouée en 12 matchs, 4 doubles et 8 simples. La lutte fut extrêmement serrée puisque chacune des 2 équipes ont remporté 6 matchs chacune. A la différence de points, c’est Liège 1 qui s’impose de justesse 117 à 107. Félicitations à Joachim LALLEMANT, Robin EVRARD, Pierre MARTIN, Nicolas WAGENER et Loïc SARLET pour leur belle prestation.
Notons aussi les bons résultats de l’équipe de volley-ball F1, qui a remporté les 2 matchs face à l’A.R. Soumagne et à l’A.R. Saint-Vith. Elle est donc qualifiée pour la finale provinciale, qui se déroulera le 5 mai prochain. Bonne chance à Chloé VAN DEN MEERSSCHE, Alice KAZMIERCZAK, Amandine REMACLE, Laëtitia DELHASSE, Adeline BODSON, Nadège LECOMTE, Pauline BEAUVOIS et Hélène BLANCHY.


Le samedi 27 mars à 15h00 Alain Bertrand sera à la librairie PESESSE,
29 rue Servais à Spa
pour vous parler de son roman :

« Monsieur Blanche » Débat dirigé par Benoît TOUSSAINT, suivi d’une séance de dédicace

Alain Bertrand est né le 12 avril 1958, à Gand. Il passera son enfance et son adolescence à Bruxelles et sur la Semois. Il fait ses études au Collège Don Bosco à Woluwé-Saint-Lambert, puis aux Facultés universitaires Saint-Louis et enfin à l’Université catholique de Louvain. Il est licencié agrégé en philologie romane.
En 1981 il entre comme professeur à l’Institut communal d’enseignement technique de Bastogne. Alain Bertrand est marié et père de deux enfants. Il pense que la vie est à vivre, vraiment.
La lumière des polders, Le bar des hirondelles, Monsieur Blanche : Alain Bertrand (Bastogne) vient de publier trois romans en moins d’un an. Le tout assorti d’une consécration : il a reçu, le samedi 24 janvier 2004, un prix de l’Académie royale de langue et littérature françaises. Le second en trois ans !
Monsieur Blanche n'a jamais eu de prénom et ses camarades de classe se demandent s'il a une virgule dans son pantalon. Coincé par une mère qui collectionne les boîtes à l'effigie des rois de Belgique, ce doux rêveur mène une existence étriquée jusqu'à ce que les habitants de la petite place de Sienne décident de l'aider à tomber amoureux. Ce conte burlesque peut se résumer par cette phrase : "L'amour, c'est surtout le rêve de l'amour." Ce roman de styliste se présente comme une quête sociale et identitaire. Portée par une écriture rythmée et baroque, cette chronique d'un monde à la Chagall déborde de tendresse, de poésie et de fine nostalgie.
ENTREE LIBRE & SANS OBLIGATION D’ACHAT


Challenge : 3 rendez-vous pour devenir indépendant

Challenge est une coopérative originale et unique en Province de Luxembourg.  Elle offre gratuitement ses conseils à celles et ceux qui envisagent de devenir indépendant et leur permet de tester sans risque pendant un an la mise en route de leur activité.
Philippe Ledent, Caroline Servais, Georges Behin, Maud Brundseaux vous proposent 3 rendez-vous dans les prochains jours à Libramont :
-        Vendredi 26 mars 2004 : LE RALLYE DE L'EMPLOI de 10h à 18h à     Mirelux, 2,   Rue Fleurie ;
-        Jeudi 1er et vendredi 2 avril 2004 : LE SALON PASSION ET   ENTREPRISE de 9h à 18h au Centre Culturel ;
-        Jeudi 15 avril 2004 : Réunion d'information à 15 heures dans les locaux de    Challenge.

Renseignements :
Challenge SCRL fs
Rue de la Scierie, 32/1
6800 LIBRAMONT
Tél. : 061.28 75 41
Fax : 061.28 75 49
email : info@challengeonline.be
site internet : www.challengeonline.be <http://www.challengeonline.be/>


Vous souhaitez :
reprendre le rythme de la vie active
renouer des contacts sociaux
rafraîchir vos connaissances
DANS UNE AMBIANCE CONVIVIALE
nous pouvons vous aider…Stages GRATUITS de remise à niveau des connaissances
Du 19 avril 2004 au 2 juillet 2004
22 heures de cours par semaine en français, activités mathématiques et de raisonnement logique, module « recherche d’emploi, législation sociale, volet culturel, CITOYENNETE
(possibilité d’une remise à niveau « spéciale » mathématique 11 heures par semaine à ARLON)
1 €/H + frais de déplacements remboursés
possibilités d’intervention dans les frais de garderie
Condition : être inscrit comme demandeur d’emploi au FOREm
Inscriptions et renseignements :
CEPPST – rue Léon Castilhon 86 – 6700 ARLON ' : 063/21.91.83.
CEPPST – rue de la Scierie 30 – 6800 LIBRAMONT ' : 061/22.47.49.
CEPPST – rue des Brasseurs 13 – 6900 MARCHE ' : 084/31.43.45.
En collaboration avec le FOREm et avec le soutien de la Communauté Française


 

Luxembourg Tourisme "Printemps 2004" - N° 153
S'il existe quelques grincheux pour ne pas se réjouir du printemps, il n'en est aucun au sein des rédacteurs de Luxembourg Tourisme.
Saluons la nouvelle saison ayant pour thème de promotion annuel "Bruxelles et la Wallonie au rythme des musiques". C'est dire si 2004 promet d'être un bon cru pour le tourisme en province de Luxembourg. Pascal Willems développe le sujet.
La "Nature" est et doit rester l'atout majeur de la verte province. Bien conscient de cela, Jacques Rossignon vous entraîne dans une belle balade en Ourthe famennoise, au gré de la rivière et de ses vastes paysages.
Spécialiste en environnement, Jean-Etienne Hallet signe l'article intitulé "La pêche en Luxembourg ou les leçons d'une espérance".
Dans un esprit de réhabilitation et de valorisation du patrimoine bâti, Jean-Pierre Monhonval vous invite à la découverte de la ferme de Clémarais à Aubange.
Dans un deuxième papier il décrit "Torgny, new look", métamorphosé après six ans de chantier.
Un nouveau concept a vu le jour : les fermes de resssourcement qui proposent un autre art de vivre. Jean-Pierre Monhonval a rencontré la famille Pierret à Orgéo. Il vous livre ses impressions.
Ce même auteur pousse encore la barrière du "Jardin des Papillons" à Grevenmacher, chez nos amis grand-ducaux. Un endroit magique pour petits et grands.
Parmi les autres richesses de la province de Luxembourg figurent les produits du terroir.
Pour renforcer le prestige de la célèbre bière trappiste est né le label "Ambassadeur d'Orval". Lisez ce que vous confie un fin connaisseur : Jacques Lavigne.
Les Luxembourgeois ne sont pas toujours conscients du bonheur de vivre dans la belle province. C'est un Luxembourgeois "d'adoption" certes, mais un "vrai de vrai" qui clame son coup de cœur à José Fiévet. Il n'est autre que Christian Folon.
Une très large exposition a été consacrée à la peinture de Mireille Gérard.
C'est elle-même et son œuvre que Pierre-Alain Gillet, grand amateur d'art a choisi de présenter.
Dans la rubrique "Evénement", Jacques Rossignon vous détaille le parcours de la prochaine MESA (Marche Européenne du Souvenir et de l'Amitié) qui s'élancera à travers la province de Luxembourg, du 23 au 27 juin.
Le même auteur poursuit aussi la série consacrée aux Britanniques dans la Bataille des Ardennes. Il relate notamment l'épopée d'un para canadien.
Dans le même contexte, Paul Lambert esquisse deux portraits attachants, celui de Flore Chantrain, courrier MNB et celui d'un jeune soldat écossais.Prix de l'abonnement annuel (4 numéros) : 10 € à verser au compte 068-2116037-09 de la Fédération touristique du Luxembourg belge – Quai de l'Ourthe 9 - 6980 La Roche.


L'eden star à Zarzis
Un an déjà s'est écoulé depuis l'ouverture de l'eden star, créé par un dynamique Chestrolais, M. Christian Dumont.
Souvenez-vous : un reportage avait été consacré à cet événement de mars 2003 et d'innombrables photos pouvaient être consultées sur le site.
Ce 1er mars 2004 une poignée de Luxembourgeois venant principalement de la région de Neufchâteau avait fait le déplacement vers le Sud de la Tunisie.
Christian Dumont les as reçus en VIP. Il leur a expliqué ses projets d'extension du restaurant et d'aménagement d'un bistrot voulu dans le style
"ancien café Bruxellois". A ce titre si vous savez où dénicher d'anciennes plaques émaillées de brasseries dites-le lui !
cdsdumont@swing.be ou 061 27 82 46.

J de W.


Bra-sur-Lienne.
Ecole de musique « Les Grign’notes ».

Fondée en 1991, l’a.s.b.l. « Les Grign’notes », membre de la Fédération Musicale de la province de Liège, est dirigé par un conseil d’administration dont les membres oeuvrent bénévolement à son bon fonctionnement. Ce conseil d’administration est composé de Mme Gaby Gilson-Hourlay, présidente ; M. R. Labiaux, vice-président ; Mme J. Tourbach-Jost, trésorière ; M. J. Janvier, secrétaire ; tandis que M. M. Lesenfants s’occupe du secrétariat social et Mme A. Lesenfants-Dewulf des relations du triangle école-parents-professeurs.
C’est en janvier de l’année de fondation que les premiers cours de solfège démarrent à Bra. En septembre de la même année, ce sont les cours d’instruments qui débutent, avec extension à Lierneux. Actuellement, sur les deux sites et dans des locaux mis à disposition par l’administration communale, une septantaine d’élèves pratiquent le solfège dans des classes de différents niveaux, le piano, le violon, la guitare, la flûte traversière, le saxophone et la clarinette en cours individuels d’une demi-heure, sous la direction de 7 professeurs, tous issus du conservatoire. La guitare d’accompagnement et la musique d’ensemble se donnent en cours collectifs. Les cours d’instruments sont accessibles dès la première année de solfège. Les élèves sont admis aux cours à partir de 5 ans (classe d’éveil musical) et sans limite d ‘âge.
Depuis cette année, le comité a créé des ateliers de guitare, sous la conduite du professeur de guitare de l’école. Ces ateliers s’adressent à des adolescents de plus de 14 ans et à des adultes qui souhaitent pratiquer la guitare sans devoir justifier des connaissances en solfège.
D’autre part, un groupe de jeunes, formés aux instruments enseignés dans l’école, joue et répète régulièrement sous la direction du professeur de violon. Ils forment l’ensemble instrumental « Les Paupières Closes ».
En ce qui concerne les professeurs, leur enseignement s’inscrit dans une ligne d’objectifs bien définis, à savoir une pédagogie vivante, s’adaptant aux besoins et aux capacités de l’élève ; un rythme d’apprentissage qui tient compte des possibilités de l’élève tout en respectant un programme qui offre les bases d’une bonne formation ; la possibilité de se produire en public lors d’audition et de concerts organisés par l’école, dont l’objectif principal est de rendre possible l’apprentissage de la musique à ceux qui ne peuvent se rendre à une académie.
Prochaines manifestations :
Le samedi 27 mars 2004 à 20 heures, en l’église de Lierneux, concert donné par la chorale Canta Salma, de Salmchâteau, sous la direction de M. Pierre Thimus, qui interprétera aussi plusieurs œuvres sur les orgues de l’église.
Le samedi 17 avril 2004 à 16 heures, à l’ancienne école de Bra-sur-Lienne, audition d’élèves des classes de piano, violon et saxophone, avec la participation de jeunes de l’ensemble instrumental « Les Paupières Closes », direction Mathieu Michel, et de Mme Andrée Van Heneweghe, soprano, avec au piano Mme Hue Ly Lue.
Le samedi 1er mai, concert donné par les professeurs et élèves de l’école, avec la participation des jeunes de l’ensemble instrumental dirigé par Mathieu Michel, heure et lieu encore à déterminer.
Renseignements : Mme Gilson (086/455025) ou Mme Lesenfants (086/455462)
Dégue.


LIERNEUX.
Route de la Lienne (suite).

Fin 2003, une pétition concernant l’état lamentable de la route de la Lienne, signée par une grosse majorité d’habitants de Bra-sur-Lienne, a été adressée au ministre de l’équipement Michel Daerden.
Celui-ci, dans sa réponse, a reconnu la situation, s’est dit attentif aux remarques des pétitionnaires et a présenté un calendrier approximatif des travaux qu’il compte faire effectuer sur le tronçon incriminé, donnant la priorité à la partie Targnon – Neufmoulin. Pour 2004, il ne pourra y consacrer que 400.000 euro, le reste des travaux devant être effectué en 2005, pour un coût total de 8.405.536 euro.
Dans sa lettre, le ministre dit encore ceci : « La grande longueur du tronçon, le manque d’entretien au cours des années précédentes expliquent ce montant colossal alors que […] le trafic y est très faible. Sensible à ces arguments, j’ai cependant avancé la programmation des réparations qui étaient prévues à partir de 2005 ».
Des réparations, c’est toujours mieux que rien ! Mais même si on peut compter sur la parole du ministre, il n’y a pas de quoi pavoiser : les utilisateurs devront encore patienter longuement avant de retrouver une chaussée carrossable, qui aura en outre à affronter l’hiver 2004-2005. De belles parties de plaisir en perspective !
Dégué.


Table ronde 44 : un chèque de 1.500 euros à l’asbl « La Capucine »,

La Table ronde 44 de Neufchâteau-Libramont, par l’entremise de son président Laurent Delwiche, a remis dernièrement un chèque de 1.500 euros à l’asbl « La Capucine », un service d’accueil pour une quinzaine de garçons et filles basé à Libin. Ces jeunes sont au centre de difficultés familiales, parentales et, souvent, fragilisés sur les plans affectif, scolaires et parfois médicaux. Ils sont pris en charge suite à des demandes émanant notamment du service de protection de la jeunesse et du juge de la jeunesse de l’arrondissement de Neufchâteau.
La Table ronde 44 est un service club qui réunit des hommes âgés de maximum quarante ans, issus de la région centre-Ardenne (Bertrix – Libramont – Neufchâteau - Saint-Hubert).
Les buts principaux du mouvement sont d’encourager le sens des responsabilités et de promouvoir la coopération et l‘amitié entre les peuples.
L‘association réalise ses buts par l‘organisation de réunions et d’activités, tel le rallye touristique « mémorial Éric Bernard », qui se déroule le 1er mai, chaque année depuis dix ans. Celui-ci permet, outre la découverte de la région traversée, de récolter des fonds pour des associations aidées par la Table ronde.
La Table ronde 44 soutient également le concours de dissertation organisé par la Fondation Auschwitz pour les jeunes de 5e et 6e années secondaires, par la remise de deux prix d’un montant total de 250 euros.Photo : le président de la TR44 et le représentant de « La Capucine »


Généalogie et Paint Shop Pro


Vient de sortir chez les marchands de journaux un ouvrage dont l'auteur, Jean-Luc Ernst, est liégeois et aussi "Private Beta Tester" officiel de JASC USA. Son titre est "Bien débuter avec Paint Shop Pro 8". Il est publié par l'éditeur français Compétence Micro bien connu pour ses publications d'initiation à tout ce qui touche à l'informatique.
Dans ce manuel sont présentés divers exercices (et leur solution) applicables en généalogie comme par exemple : comment coloriser une ancienne photo noir et blanc, comment effacer des griffonnages au feutre sur un document, comment créer et dessiner un blason en noir et blanc en respectant l'ancien système de hachures, comment rajeunir un vieux document, comment ajouter un effet de cadre à une photo, comment créer des anneaux entrelacés pour présenter les photos d'un couple, comment imprimer facilement plusieurs photos sur une page, comment ajouter un texte à allure professionnelle à une image, etc. Ces techniques et d'autres décrites dans l'ouvrage (yeux rouges, correction de clarté, de netteté et de couleurs) sont bien entendu applicables aux photos actuelles.
Tel qu'il a été écrit, ce manuel est du niveau "apprentissage". Il explique avec des mots simples la prise en main du logiciel et ensuite, en suivant des exemples réels de manipulation d'images sur base de cas concrets, il montre l'utilisation de différents outils.
Les liégeois seront amusés d'y trouver un exercice basé sur le Pont de Fragnée...
L'auteur répondra personnellement aux lecteurs qui auront lu cet ouvrage et voudront lui donner leur appréciation ou lui demander des renseignements complémentaires ou des conseils :
ernst.jl@tiscali.be
Un chapitre supplémentaire gratuit est disponible sur le site www.competencemicro.com sous l'onglet "Suppléments".


Témoignage de Madame Gemma GODFRIND recueilli par Patricia Lemaire le 10 mars 2004.Madame Gemma GODFRIND veuve Roger WUIDAR

Née à Witry le 8 janvier 1945.
Les parents de Gemma habitaient chez les grands-parents maternels, à Witry.
Sa maman était ménagère et son père cultivateur.
A Witry, durant l'offensive, il n'y a pas eu de combats. Mais les Américains étaient installés dans le village. Les Allemands, qui se trouvaient dans la forêt d'Anlier, lançaient des obus sur Bastogne. Ces obus passaient au dessus du village de Witry. Tous les habitants du village avaient très peur.
La naissance de Gemma était prévue pour février 1945.
Mais Gemma est arrivée plus tôt, sans doute à cause de la peur que ressentait sa maman.
Le 8 janvier, c'était un lundi, sa mère attrape ses premières douleurs vers 10H30. Il fallait aller chercher l'accoucheuse qui se trouvait à Ebly. Ce sont probablement les Américains qui sont allés la chercher (ce fait n'est pas certain). Ebly se trouvait à 6km de Witry, et il y avait énormément de neige.
Lorsque l'accoucheuse est arrivée, elle a constaté que l'enfant se présentait mal. L'usage des forceps s'avérait nécessaire. L'accoucheuse ne pouvait accomplir cet acte qui était réservé exclusivement aux médecins.
Le temps passait, l'accoucheuse ne pouvait rien faire. La mère et l'enfant devenaient en danger. Le grand-père et parrain de Gemma, Jules PIERSON, qui était à l'époque garde champêtre dans la commune de Witry, mais qui avait été démis de ses fonctions par les Allemands, s'est rendu à l'Etat-Major américain qui se trouvait dans le village. Il a expliqué la situation. Sans hésiter, deux hauts gradés sont montés dans une jeep avec le grand-père et sont allés chercher le Docteur COULON à Léglise, village situé à 10km de Witry. La neige tombait, on ne voyait plus la route. Le grand-père, qui connaissait la région, fut obligé de garder la tête hors de la jeep pour indiquer le chemin à suivre.
Le Docteur COULON est donc revenu avec l'équipe. Il a commencé l'accouchement avec les forceps. Durant ce temps, les deux hauts gradés sont restés dans la pièce voisine, avec les grands-parents, afin d'être certains que tout se passait bien.
Durant l'attente, ils ne cessaient de répéter : baby? baby? baby?
Lorsque l'enfant vint au monde et que sa toilette fut terminée, ils purent enfin monter dans la chambre à coucher et admirer le "baby". Ils étaient émerveillés.

L'enfant avait souffert de l'accouchement et n'était pas au mieux. Il n'y avait pas d'électricité. Afin d'aider la famille, les Américains ont installé une jeep devant la maison et ont fait tourner un groupe afin d'alimenter la chambre en électricité.
Le lendemain, les mêmes Américains sont revenus voir le "baby" et ont déposé une enveloppe en dessous de sa taie d'oreiller. Lorsqu'ils ouvrirent l'enveloppe les parents découvrirent 1.200 francs que les G.I. avaient récolté pour le "baby". Les parents ne savaient comment remercier les Américains. Il n'avaient presque rien à cette époque. La marraine de Gemma, Marthe GODFRIND, la soeur du papa, avait commencé sa provision de dragées. Pour obtenir des dragées, elle devait apporter du sucre blanc à la Pâtisserie GUEBENNE à Bastogne, en échange de quoi, elle recevait des dragées. Mais comme il neigeait beaucoup et que les combats faisaient rage dans la région, il n'était pas possible de venir souvent à Bastogne. Elle avait donc peu de dragées. Elle décida de les offrir tous aux Américains. Ils étaient tellement fiers d'avoir reçu des dragées qu'ils ne les mangèrent pas et les envoyèrent dans leur famille aux Etats-Unis.
L'enfant n'étant pas en bonne santé, le baptême fut prévu le lendemain. Il n'y avait donc plus de dragées pour les enfants. Il reçurent une pièce du parrain et une pièce de la marraine.
Grâce aux bons soins de sa famille, Gemma prit tout doucement des forces et survécu.
Malheureusement, la famille n'a pas gardé les coordonnées des Américains.
Les contacts ne furent donc pas entretenus par la suite.
Pour Gemma, cette histoire, son histoire, mérite d'être connue à l'occasion du 60ème anniversaire. Grâce à de courageux GI's, sa mère et elle furent sauvées.
Gemma ne connaît pas ces GI's, mais elle leur est très obligeante et leur voue une reconnaissance éternelle.
Gemma habite Bastogne depuis le 1er juillet 1967.
Sans renier le village de son enfance, elle est très fière de sa ville.
Elle est Bastognarde et heureuse de l'être.
Elle souhaite par ce témoignage rendre hommage aux personnes suivantes :
Les G.I. cantonnés à Witry
Ses parents : Marcel et Zulma GODFRIND-PIERSON
Son parrain et sa marraine
L'infirmière accoucheuse : Eva KACKELS
Le Docteur COULON
Toutes les personnes qui ont participé à l'évènement.

 


EDITO : AM186- papier ( toutes-boîtes)

14ème anniversaire d’Ardennes Magazine

Comme vous le savez, Ardennes Magazine est fabriqué par deux personnes, mon épouse , Martine Loobuyck et moi-même, Jean-Marie Lesage.
Ardennes Magazine est publié au quotidien sur le net ( www.ardennesmagazine.be ) mais reste mensuel pour les éditions papier. Ardennes Magazine a vu le jour le 1er mars 1990 et a été distribué pour la première fois par la poste le jeudi 22 mars. Pour fêter cette événement, c’est avec plaisir que nous vous offrons un cadeau utile. Il s’agit d’un espace publicitaire gratuit équivalant à l’espace que vous voulez réserver. Site internet gratuit

Pour bénéficier de cette remise exceptionnelle, il suffit de nous renvoyer le bon de commande ci-joint pour le 22 mars date ultime. ( date de la 1ère distribution papier en toutes boîtes )
Les nouveaux clients qui nous rejoignent recevront également un site internet qui sera mis en ligne avant le 1er avril date de la prochaine parution papier en toutes-boîtes.

Cadeau d’anniversaire
Vous réservez un 1/4 de page, on vous offre la 1/2, vous commandez une demi page, on vous offre la page etc...en fonction de notre tarif que vous trouverez à la rubrique AMinfo sur notre site internet.
Utilisez le bon de commande que vous retournez par fax ou par courrier. Vous pouvez également faire vos réservations en ligne via le site pour fêter le 14ème anniversaire du magazine papier.Bon de commande pour l'édition n° 187 du 1er avril 2004.
Prix spécial 14ème anniversaire d’Ardennes Magazine ( -50% ) à retourner au plus tard le 22 mars 2004.
Date …………………………
Votre nom ……………………………………
Nom de votre établissement ………………
ADRESSE………………………
VILLE …………………………
TÉL…………………………
FAX …………………………
T.V.A. …………………………
RC …………………………
Email …………………………
Zone de distribution souhaitée :
zone 1 ou/et zone 2.

Format et tarif HTVA par zone de distribution.
1/4 de page = 75 euro au lieu de 150 euro
1/2 page = 156,25 euro au lieu de 312,50 euro
une page 210x297mm = 250 euro au lieu de 500 euro

Conditions de paiement :
50% à la commande, solde au grand comptant à la parution.

Délai de fabrication
Les infos pour la prochaine sortie papier doivent nous parvenir pour le 20 du mois si possible. Le magazine papier est toujours réalisé le dernier week-end du mois et est imprimé le mardi midi de la semaine de distribution.
Distribution
Puisque nous distribuons par la poste le même jour chez tous nos lecteurs, vous recevrez le magazine papier au plus tard le dernier jeudi du mois dans votre boîte aux lettres.
A partir du mardi sur internet.
A partir du mercredi, vous pouvez déjà le retrouver dans les bonnes boulangeries situées à 40 km en pourtour de la zone de distribution postale de Liège à Neufchateau.

Service gratuit
Nous recevons beaucoup de courrier de nos lecteurs par Internet. Cela représente actuellement plus de 100 lettres par jour.
Nous publions quotidiennement les courriers les plus intéressant dans la rubrique du courrier des lecteurs. Ce service est gratuit, tout comme les petites annonces et la mise à jour de notre agenda depuis 1999. Nous gardons en ligne plus de 2 ans les meilleurs reportages.

Service payant
Toutefois le service est payant lorsque vous souhaitez publier une publicité ou un reportage sur papier.
La distribution en toutes-boîtes est destinée aux personnes qui n’ont pas encore internet. Pour distribuer 40 000 exemplaires de ce magazine, il faut beaucoup de budget.

Date ultime
Pour la publication d’un article sur le magazine papier, les informations doivent nous parvenir au plus tard le dernier jeudi du mois par internet, car nous distribuons en toutes boîtes le premier jeudi du mois suivant par la poste.

Dates de parution
Le 1er jeudi du mois en toutes-boîtes.
Pour découvrir les dates de parution, choisissez “AMinfo” sur la page d’accueil du site www.ardennesmagazine.be. AMinfo est situé à gauche de la page d’accueil.

Tarif culturel
Si vous souhaitez publier une page complète dans le magazine papier, elle vous sera facturée à 50% du tarif comme une manifestation culturelle, càd = 250 euro+TVA.
Toutefois nous publions gratuitement les articles ( 10 à 15 lignes maximum) accompagnés d’une photo légendée dans la mesure ou ceux-ci présentent un intérêt pour les lecteurs.

Agenda gratuit
Pour le net, ou pour l'agenda papier en 4 ou 5 lignes, c'est gratuit.
Il suffit d'utiliser notre formulaire, ou de nous envoyer l'information dans un fichier word, en commençant par la date, la ville, l'endroit, l'heure, puis la manifestation.
Il est donc inutile de nous envoyer du courrier par la poste ce qui est un gaspillage et une perte de temps car celui-ci arrive trop souvent en retard.
Nous ne pouvons plus en tenir compte puisque vous avez internet, cet outil merveilleux qui est même à votre disposition dans les bibliothèques et dans le cyber café de votre région.Votre pub sur le net
Comme vous le savez, vous pouvez également consulter les trois dernières éditions du magazine papier qui restent en ligne 3 mois.

A gauche de notre page d’accueil, vous cliquez sur la couverture du mois. Celle-ci s’agrandit puis vous entrez dans une page liée aux trois dernières éditions papier. Chaque mois, vous pouvez consulter et imprimer à partir de votre ordinateur toutes les pages des deux zones avant de recevoir le toutes-boîtes papier.

Pour découvrir nos meilleures offres ou pour jouer à nos mots croisés ou à notre jeu puzzle, vous êtes déjà le premier et ce dès le mardi.

Jean-Marie Lesage.


« Li walon è scole »

Perpétuer notre langue régionale exige avant tout de la transmettre aux enfants. Le premier moyen et le meilleur sans conteste est de la pratiquer en famille et à toutes les occasions possibles. C’est un devoir pour tous et particulièrement pour les grands-parents et parents qui la connaissent encore. Ils leur transmettront ainsi une véritable conscience de leur identité et un bilinguisme dès l’enfance très utile pour l’apprentissage d’autres langues. Sinon sans cela, pouvons-nous nous dire vraiment Wallon et nous faire reconnaître comme tel!
Malheureusement chez nous, cette transmission ne s’opère plus que rarement d’une manière suffisante contrairement à beaucoup d’autres peuples conscients et fiers de ce qu’ils sont, à commencer par nos voisins Luxembourgeois qui exigent même souvent que les étrangers la connaissent pour avoir le droit de travailler chez eux. Ils sont même arrivés ainsi à le faire enseigner chez nous dans nos écoles belges en cours du soir depuis belle lurette et maintenant même dans les écoles gardiennes et primaires dans l’Areland (la région d’Arlon)! Quelle leçon ne nous donnent-ils pas là! Ils ont d’ailleurs donné à leur langue le statut de langue nationale par la loi du 24 février 1984! Nous pourrions encore citer entre autres comme exemples les Frisons aux Pays-Bas, Les Catalans, les Valenciens, les Galiciens et les Basques en Espagne, les Gallois en Grande-Bretagne et tant d’autres. Chez eux, leur langue est enseignée à tous les niveaux depuis la maternelle jusqu’à l’université et elle est parlée partout. En Wallonie, une loi existe depuis 1991, permettant officiellement de l’enseigner à raison d’une heure par semaine mais elle n’est presque pas appliquée, à part à de très rares exceptions et surtout par des Wallonophones dévoués et bénévoles.
Sinon, il ne reste que l’investissement occasionnel que certains maîtres ouverts et sensibles à cette identité et à la valeur de notre langue, acceptent de lui accorder. Ils font étudier des textes ou des saynètes à leurs élèves, du moins à ceux qui le veulent bien et dont les parents sont d’accord. Nous les en remercions vivement et nous voulons valoriser et encourager au maximum leur investissement à tous, maîtres, élèves et parents. C’est pourquoi en tant que membres de l’Union Culturelle Wallonne et du Cidwel (Centre de défense et de promotion du wallon à l’école en province du Luxembourg), chaque année à cette période, nous organisons un concours de récitations et de saynètes en wallon. Le centre et le sud de la province perpétuent cette tradition sans interruption depuis plusieurs décennies grâce au dévouement et à l’investissement des organisateurs actuels, Willy Jacques pour la Gaume et Jean-Claude Rigaux pour le Centre ainsi que des maîtres qui y participent. Dans le Nord, nous avons repris cette tradition depuis trois ans avec un succès chaque année croissant. Nous l’avons organisé en 2002 à Houffalize, en 2003 à Harre et nous l’organisons cette année à l’école communale de Rendeux le 13 mars à 17 h. L’épreuve de sélection pour le Centre aura lieu en la salle du Cercle Saint Lambert de Rosière-la-Petite le vendredi 19 mars à 19.30 h. et pour la Gaume, le samedi 27 mars à 19.30, en la salle « Au soleil levant » de Houdemont. L’épreuve finale pour toute la province se déroulera le samedi 3 avril à 13.30 h. au Foyer Culturel de Libramont.
Les lauréats retenus à cette finale provinciale pourront participer à la finale pour toute la Wallonie retransmise par la RTBF. La date et le lieu pour celle-ci seront précisés par la suite.

De plus, encore à l’école communale de Rendeux le vendredi 26 mars à 19 h.30, vous aurez le plaisir de pouvoir voir et entendre des troupes d’enfants toute la soirée. Ils vous présenteront plusieurs pièces de théâtre adaptées à leur âge et cela grâce au dévouement et à l’enthousiasme de Jean-Marie Hamoir qui s’y est investi depuis des mois comme metteur en scène et animateur.

C’est encore à Rendeux que pour sa quatrième édition se déroulera le concours « Mam’zèles Lingadje » le samedi 8 mai à 19.30 h.
Certains élèves sélectionnés lors des concours précédents présentés ci-dessus s’y produiront en intermèdes.

Nous vous invitons donc tous à venir encourager et applaudir tous les participants et leurs maîtres qui veulent ainsi promouvoir et valoriser leur langue identitaire et leur patrimoine linguistique. De plus, comme beaucoup de gens nous l’ont souvent dit , entendre des enfants et des jeunes gens parler wallon est vraiment plaisant et réconfortant! Nous comptons sur votre présence et nous vous en remercions d’avance. Vous y êtes tous les bienvenus!

André Lamborelle pour l’UCW et le CIDWEL

Eros trwqeis
upo melitths
Eros pot en rodoisi
koimwmenhn melittan
ouk eiden,
all etrwqh
ton daktulon. Patacqeis
tas ceiros wloluxe
dramwn de kai petasqeis
pros thn kalhn Kuqhrhn.
Olwla, mathr, eipen,
olwla kapoqnhskw.
Ofis m etuyen mikros,
pterwtos, on kalousin
melittan oi jewrgoi.
H d eipen
Ei to kenron
ponei to tas melittas,
poson dokeis ponousin,
Eros, osous su balleis;( Wdh anakreontikh )
Eros piqué par une
abeille
Eros un jour ne vit point
une abeille endormie
dans les roses et
fut piqué au doigt.
Blessé à la main,il se mit
à crier. Il s’ envole et
court vers la belle Cythérée.
« Je suis mort,maman,
dit-il, je suis perdu, je meurs.
Un serpent m’ a piqué,
un petit, avec des ailes.
Les agriculteurs appellent
cette bestiole abeille.»
Et alors sa mère lui répondit:
« Si le dard, celui de l’abeille
te fait tellement souffrir,
Eros, quelle grande
souffrance penses-tu, n’ éprouvent pas
ceux que toi, tu frappes
de tes flèches!»
(ode traduite par André Lamborelle)
Eros anwyi po one
moche a lâme
Eros on djoû n’ aveut nin vèyou
one moche a lâme èdwarmi
dins lès rozes èt
èle l’ anwyia o deût.
Avou s’ min aksue,
i s’ mèta a hoûler .
I drova sès pènas èt
s’ èvola ad-dé l’ bèle Citérée.
« Dji su mwart, mouman,
disti, dji su pièrdou !
èt dji m’ è va mori !
On sèrpant m’ a anwyi,
on tot ptit, avou dès pènas.
Lès djins do pâyis loumèt
cisse bibisse-la,one moche a lâme.»
Et adon si mouman li rèsponda :
« Si t’ as si mâ di l’ anwyion,
ci d’ one moche a lâme, Eros,
què pinses-tu di tot çou qui plèt
sofri lès cis qui twè t’a stitchi!»
( ôde rmètou ès walon po André Lamborelle, Oufalîche)


Réponse au courrier des lecteusr :
Info sur le visa:

Monsieur,

Je suis tombé par hasard sur le site Internet de votre magazine. Ce dernier m'intéresse beaucoup. N'habitant pas dans les Ardennes, je ne le reçois pas dans ma boîte aux lettres. Pourriez-vous m'envoyer un exemplaire papier du magazine pour que je puisse en avoir une idée plus concrète et me dire s'il est possible de recevoir le magazine ailleurs qu'en Ardennes et, éventuellement, à quelles conditions. D'avance merci. Bien à vous.
Thierry Denoël, 1430 Rebecq

Vous n’êtes pas le premier à nous demander un abonnement, et je me permets de répondre via notre courrier des lecteurs.
Pour recevoir le magazine papier, il suffit de s'abonner ou d'envoyer trois timbres prior pour en recevoir un exemplaire par la poste ou de visiter un distributeur pour en recevoir un exemplaire gratuitement le 1er jeudi du mois, càd le jour de sa distribution.
Nous réalisons deux sites au quotidien.
www.ardennesmagazine.be
et
www.levisa.be

Les 40.000 magazines papier sont distribués toujours par la poste le 1er jeudi du mois en toutes-boîtes, dont un tirage de ±4.000 exemplaires est distribué par mes soins dans 200 boulangeries en pourtour de la zone de distribution postale. ( voir les détails de la distribution sur notre site à la rubrique AMinfo )
Pour recevoir le magazine papier vous devez, soit vous abonner pour 25 euro à l’année ( 10 numéros ), soit l’imprimer gratuitement à partir de notre site. “www.ardennesmagazine.be”.
A droite de la page d’accueil du site, vous découvrirez la couverture papier du mois. Ensuite, les couvertures des trois dernières éditions du magazine papier qu’il suffit d’imprimer page par page.
La page s’agrandit lorsque vous cliquez dessus. Il n’est pas nécessaire de s’abonner car le magazine papier peut-être lu à travers le monde entier à partir du site.
www.ardennesmagazine.be :
Ce site comprend des reportages régionaux réalisés par mes soins dont une petite partie sont publiés mensuellement sur un beau papier blanc au format A4 en fonction des budgets récoltés par la publicité et destiné aux personnes qui n’ont pas encore internet .

Vous pouvez découvrir l'ensemble des pages des deux dernières éditions papier qui restent en ligne en cliquant sur la couverture. ( à droite de l'écran de la page d'accueil)
Dans un premier temps, la couverture s'agrandit, puis lors de votre 2ème clic, vous entrez dans les pages du magazine papier qui est distribué chaque 1er jeudi du mois en toutes-boîtes ( 40.000 exemplaires ) et dans plus de 200 boulangeries en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg.
Les petites annonces et l'agenda étaient publiés gratuitement sur papier depuis 1990 jusqu’en 1999, où nous avons créé notre site AM . Actuellement seul le site est gratuit. Le papier est payant.
www.levisa.be :
Ce site comprend des bonnes adresses pour les touristes avec des remises sur présentation de notre guide levisa.be qui est imprimé chaque fois qu'il y a 32 nouveaux partenaires. Je sélectionne moi-même les premières adresses d'une région puis s'ajoutent de nouvelles adresses qui sont recommandées par nos premiers partenaires.
Les partenaires revendent les visas ( 10 euros) à leur profit car personne ne paie le visa sauf les touristes qui doivent se le procurer chez un des partenaires.
Les partenaires reçoivent les visas qu'ils doivent revendre 10 euro ou donner en cadeaux à leur visiteurs.
Le visa.be existe actuellement en 4 langues à savoir le français, l'anglais, le néerlandais et l'allemand.
Si vous souhaitez collaborer, veuillez imprimer les infos en bas de la page du site"levisa.be" pour comprendre comment devenir partenaire ou collaborateur sur une région.
Nous commissionnons les indépendants qui collaborent à raison de 20% sur le chiffre d’affaire réalisé.
En vous remerciant de l'intérêt que vous portez à notre travail, veuillez recevoir nos salutations distinguées.
A +
Lesage Jean-Marie.

lien vers le site levisa.be



La campagne « vente directe » démarre très fort !

La campagne de promotion de l'Association professionnelle de la vente directe (APVD), groupe professionnel de Fedis, connaît un succès grandissant. Après les Forem de Charleroi, Mons, Liège et Arlon, ceux de Nivelles et Namur vont permettre de nouveaux contacts bénéfiques avec les demandeurs d'emploi.
Le Coordinateur de la campagne, Stéphane Cador, dont la société Corymer fête ses 10 ans cette année, s'est félicité du professionnalisme et de la collaboration des partenaires du Forem, mais également de l'aide de personnes de l'Onem et de l'Inasti qui ont encadré les présentations. Les dix entreprises actives durant les présentations peuvent à cette occasion mieux se faire connaître et tranquiliser les demandeurs d'emploi quant au statut d'indépendant.
Pour rappel, cette campagne se déroule en partenariat avec le Forem et le VDAB. Trois villes en Région flamande - Gand, Louvain et Hasselt - connaîtront ainsi des présentations au cours de la dernière quinzaine du mois de mars. Un accord vient également d'être signé avec l'Orbem. Trois présentations auront lieu durant la troisième semaine d'avril à Bruxelles. L'APVD confirme ainsi sa vocation à représenter l'ensemble du secteur de la vente directe dans les trois régions.
Patrice Dresse
Gedelegeerd secretaris
Secrétaire délégué
Beroepsvereniging der directe verkoop
Association professionnelle de la vente directe
bdv@fedis.be - apvd@fedis.be
co/Fedis


Fonds européens ?

Les critères de sélection déterminés par le Comité sous-régional lors de ses réunions des 28 mai et 23 juin 2003, à savoir retenir dans les arrondissements éligibles (Neufchâteau, Marche et bastogne) les projets :
. qui ont bénéficié des Fonds européens ;
. sont des sites provinciaux ou régionaux ;
. dont la fréquentation en 2002 dépasse les 20.000 visiteurs selon les chiffres fournis par les attractions à l‚Observatoire du Tourisme de la Province de Luxembourg,
un seul de ces critères suffisant pour être retenu.
Liste des attractions membres :
Château Fort à Bouillon (137.167 visiteurs),
Bastogne Historical Center à Bastogne (81.801 visiteurs)
Labyrinthe à Durbuy (75.395 visiteurs)
Château Féodal de La Roche (64.706 visiteurs)
Chlorophylle à Manhay (fonds européens + 45.904 visiteurs)
Euro Space Center à Libin (fonds européens + 43.902 visiteurs)
Grottes de Hotton (43.356 visiteurs)
Musées du Fourneau Saint-Michel à Saint-Hubert (site provincial + 35.692 visiteurs)
Archéoscope Godefroid de Bouillon à Bouillon (fonds européens + 33.928 visiteurs)
Houtopia à Houffalize (fonds européens + 32.500 visiteurs)
Musée de la Bataille des Ardennes de La Roche (26.121 visiteurs)
Au Cur de l‚Ardoise à Bertrix (21.158 visiteurs)
Parcours découverte des Grès de La Roche (19.851 visiteurs)
Domaine de Hotemme à Durbuy (site régional, 15.602 visiteurs)
Archéoscope du Pays de Salm à Vielsalm (fonds européens, 7.873 visiteurs)
Le parc des Topiaires à Durbuy

Philippe LEDENT


Interreg III – A Wallonie-Lorraine-Luxembourg
Décisions du Comité de pilotage du 20 février 2004

Réunion du Comité de pilotage du programme Interreg III-A Wallonie-Lorraine-Luxembourg qui a permis l’approbation de trois nouveaux projets transfrontaliers… Le programme Interreg…

Interreg est une initiative communautaire visant à promouvoir la coopération transfrontalière afin d’assurer le développement harmonieux des régions frontalières.
Le programme Interreg III – A Wallonie-Lorraine-Luxembourg, placé sous la coordination et la responsabilité de la Région wallonne en tant qu’Autorité de gestion, est doté par la Commission européenne de 24.471.704 euros Feder (Fonds européen de développement régional), ce qui correspond à un investissement total de quelques 50 millions d’euros. Le programme permet ainsi de financer des projets de partenariat transfrontalier dans différents domaines sur une zone géographique couvrant la Province de Luxembourg en Région wallonne, le Grand-Duché de Luxembourg et les départements de Meuse, Moselle et Meurthe-et-Moselle en Région Lorraine.
Les projets financés…
Ce vendredi 20 février 2004 s’est tenu à Metz, sous présidence française, le huitième Comité de pilotage du programme. Trois nouveaux projets d’envergure y ont été acceptés par les Autorités wallonnes, luxembourgeoises et françaises.
Parmi les décisions adoptées figure un projet d’optimalisation de la gestion et de la promotion d’équipements d’accueil d’activités sur les territoires meusien et de la Province de Luxembourg.
En matière environnementale, le raccordement de la localité de Lasauvage à la station d’épuration du Syndicat Intercommunal d’Assainissement de l’Agglomération de Longwy a été programmé.
Enfin, a été accepté un projet permettant la poursuite des réflexions et orientations relatives à une stratégie concertée entre les institutions de la Grande Région, lors de l’organisation du 8ème Sommet des Exécutifs de la Grande Région.
Au total, 46 projets ont donc déjà reçu l’aval du Comité de pilotage pour un montant global d’environ 14,6 millions d’euros FEDER, soit 60% du montant alloué au programme.
Agenda et adresses de contact
La prochaine date limite de dépôt des projets auprès des Equipes techniques est le 13 avril 2004.
Pour toute information complémentaire sur le programme INTERREG III-A Wallonie-Lorraine-Luxembourg, n’hésitez pas à consulter le site internet du programme
( http://www.interreg-wll.org ) et à contacter les Equipes techniques.
Contacts : - Madame Stéphanie Dupuis, 1 Grand rue, B-6800 Libramont,
( +32 (0)61/50.81.81
- Monsieur Jean-Claude Sinner, 1 rue du Plébiscite, L-2341 Luxembourg, ( +352 478.69.16
- Madame Sophie Klein, 9 Place de la Préfecture, BP 71014, F-57034 Metz, ( +33 (0)3.87.34.88.51
Annexe : Descriptif des projets acceptés le 20 février 2004
Remarque : la liste complète des 46 projets acceptés à ce jour est disponible sur le site internet du programme : www.interreg-wll.org – rubrique projets/liste des projets acceptés.1) OPTIMALISATION DE LA GESTION ET DE LA PROMOTION D’EQUIPEMENTS D’ACCUEIL D’ACTIVITES SUR LES TERRITOIRES MEUSIEN ET DE LA PROVINCE DU LUXEMBOURG
Opérateurs :
- Agence de développement économique de la Meuse (Lo),
- Stenay Eco (Lo),
- IDELUX (W).
Description et objectifs :
Les deux territoires voisins se trouvent en périphérie de leurs unités administratives et politiques respectives. Ces territoires présentent des caractéristiques communes qui les démarquent au sein de celles-ci : faibles densités, ruralité, filières économiques (bois et agroalimentaire notamment), organisation de l’espace en bourgs-centres plus ou mois dynamiques, valorisation touristique des ressources naturelles et patrimoniales.
Si l’évolution démographique globale de la province de Luxembourg se démarque de celle de la Meuse, très déprimée, la frange Ouest de la province, attenante à la frontière française et se prolongeant au Nord en province de Namur présente des caractéristiques assez similaires de déclin démographique et d’enclavement, en manque d’animation territoriale, ainsi que l’ont récemment mis en évidence les travaux de la Conférence Permanente du Développement territorial en Région wallonne.
Cette partie du territoire provincial, que l’on pourrait situer dans les arrondissements de Virton (au Nord) et de Neufchâteau (à l’Ouest) connaît donc les difficultés d’un territoire rural « profond » caractérisant la majorité de l’espace meusien.
Ce type de territoire présente peu d’attractivité intrinsèque et doit donc compter prioritairement sur la valorisation de ses ressources endogènes, tant humaines que matérielles en tentant d’atteindre des seuils limites de densité dans divers types d’actions. Cette valorisation et cette optimalisation doivent s’effectuer en tenant compte d’une part d’une cohérence d’ensemble sous-régionale (à l’échelle de la province et des départements) qui évite l’éparpillement dans des territoires déjà en manque de polarisation, mais d’autre part en tenant compte de spécificités plus locales liées aux habitudes de consommation et solidarités entre acteurs économiques. Un cocktail d’expériences antérieures et d’ébauches de nouvelles politiques réunit de façon équilibrée et simultanée dans le temps les partenaires opérateurs du projet. La simultanéité dans le temps pour entamer cette politique n’avait jusqu’ici pas été constatée, ce qui peut expliquer qu’aucune action de coopération formalisée n’a été engagée antérieurement, malgré l’existence d’initiatives très anciennes de coopération de proximité (Nord de la Meuse et Sud de la province).
Cette conjonction d’efforts transfrontaliers sur un territoire doté des mêmes caractéristiques pourrait s’avérer une opportunité supplémentaire pour le sortir de l’isolement, atteindre un certain effet de taille et contribuer à renforcer son attractivité sans négliger la valorisation de son patrimoine touristique. De plus, la présente approche structurée devrait pouvoir déboucher sur des partenariats locaux plus nombreux dont l’un sera d’ailleurs initié dans le présent projet.
L’objet du projet est d’optimaliser les équipements et infrastructures de mise en valeur et d’accueil des activités.
Cette optimalisation des équipements et infrastructures de base pour l’accueil d’activités s’effectuera suivant trois orientations non séquentielles menées en commun sur le territoire :
- Approfondir la connaissance du potentiel endogène et de son évolution via la réalisation d’études sectorielles (notamment dans les secteurs du bois et de l’agro-alimentaire),
- Optimiser l’attractivité et la commercialisation des équipements d’accueil d’activités,
- Réaliser une application pilote de la démarche intégrée au bassin spécifique Stenay – Florenville.

2) RACCORDEMENT DE LA LOCALITE DE LASAUVAGE A LA STATION D’EPURATION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D’ASSAINISSEMENT DE L’AGGLOMERATION DE LONGWY (S.I.A.A.L)
Opérateurs :
- Administration communale de la Ville de Differdange (GDL),
- Syndicat Intercommunal d’Assainissement de l’Agglomération de Longwy (Lo),
- Syndicat Intercommunal pour l’Assainissement du Bassin de la Chiers (Lo).
Description et objectifs :
Le S.S.I.A.L. entreprend un programme de mise en place d’un assainissement collectif de l’agglomération de Longwy en reliant ses différentes communes membres à une station d’épuration. Depuis le mois de juin 1999, les communes de Saulnes et Hussigny-Godbrange y sont raccordées. La localité de Lasauvage située en amont du collecteur intercommunal du S.I.A.A.L. se trouve à contre-pente de son raccordement avec la Ville de Differdange. L’évacuation des eaux usées se fait par déversement sur plusieurs points de rejet dans la rivière dénommée « Crosnière » passant au droit des communes de Saulnes et de Hussigny-Godbrange.
Afin d’assainir l’ensemble du secteur et de protéger l’environnement de la vallée et du cours d’eau, il apparaît important d’effectuer le raccordement de la localité de Lasauvage au réseau collectif du S.I.A.A.L.
L’objectif du projet est d’assainir la localité de Lasauvage tout en protégeant l’environnement.
En effet, actuellement les eaux usées de la localité de Lasauvage sont rejetées sans traitement préalable dans une rivière. Le projet vise alors à :
- Raccorder la localité de Lasauvage au collecteur intercommunal du S.I.A.A.L. ;
- Protéger l’environnement et surtout la rivière dénommée « Crosnière » ;
- Mettre au point une coopération transfrontalière pour la gestion des équipements projetés (syndicats communaux).
3) 8EME SOMMET DES EXECUTIFS DE LA GRANDE REGION
Opérateurs :
- Conseil Régional de Lorraine (Lo),
- Ministère d’Etat (GDL).
Description et objectifs :
Après plusieurs années de pratique de concertation et de construction de projets communs, l’évolution du cadre institutionnel et des thématiques d’intérêt partagé entre les composantes de la Grande Région implique de recentrer les réflexions et les orientations de cette dernière sur une stratégie concertée entre les institutions, pour le développement endogène et exogène de la Grande Région au sein de l’Union européenne, que concrétisent au premier chef les coopérations de proximité.
Les sept Sommets précédents ont balayé et traité depuis 1995 l’ensemble des thèmes cruciaux d’intérêt commun entre les composantes de l’espace de coopération.
Le 8ème Sommet des Exécutifs de la Grande Région, placé sous présidence conjointe des Autorités régionales lorraines suivantes : représentation de l’Etat en région avec la Préfecture de la région Lorraine, collectivités territoriales avec le Conseil régional de Lorraine, le Conseil général de Meurthe-et-Moselle et le Conseil général de la Moselle, veillera tout particulièrement à la poursuite de la mise en œuvre de l’ensemble conséquent représenté par toutes les Déclarations communes adoptées jusqu’à présent, qui ont pour partie déjà fait l’objet de certaines réalisations concrètes. Le dispositif en cours de négociation entre les partenaires de la Grande Région pour la « Nouvelle Architecture » de cette dernière devrait permettre d’aborder cette mission en articulation avec la Commission régionale et ses groupes de travail, dans son rôle de mise en œuvre des projets bénéficiant de l’appui technique, voire financier, des institutions et de leurs administrations, et en fonction par ailleurs du statut juridique et des compétences de chacun.
Dans ce contexte, le Sommet continuera de s’appuyer sur le Comité économique et social de la Grande Région, lequel est chargé spécifiquement d’analyser et de suivre les évolutions de la situation socio-économique de la Grande Région et d’adresser des propositions aux Exécutifs.
Les thématiques retenues seront abordées dans le cadre du Collège des Représentants personnels, lequel est composé de représentants mandatés pour préparer et organiser les travaux, en vue de concevoir les stratégies et priorités communes aux régions, et de les proposer aux Exécutifs. Sur les champs sectoriels spécifiques, sera recherché le renforcement des réseaux déjà existants des administrations compétentes et des acteurs concernés, sur la base du principe d’un fonctionnement pragmatique permettant d’éviter la mise en place de structures coûteuses.Le Grand-Duché de Luxembourg, partenaire du projet, apporte sa contribution spécifique aux travaux en mettant à disposition des instances du Sommet :
- le Secrétariat commun basé au sein de la Maison de la Grande Région ouverte à Luxembourg,
- un secrétariat spécifique affecté, au sein du Conseil économique et social du Grand-Duché de Luxembourg, à la réalisation des travaux du Comité économique et social de la Grande Région,
- le site Internet <granderegion.net> mis en place en 2001 par la présidence luxembourgeoise du 6ème Sommet.
Pour la conduite de l’ensemble de ces travaux, les partenaires du projet mettront en place les moyens de nature à assurer le fonctionnement et les missions du Sommet et du Comité économique et social de la Grande Région.


Exposition « Les faux saints de Wallonie »

Dans le cadre de la parution du « Dico des faux saints » aux éditions Imprimerie Provinciale/Norina, une exposition de 45 sculptures de saints imaginaires et facétieux (mais ô combien fêtés et vénérés) verra le jour le 1er avril à 19 h 19, au Four Madelon (70, Rue de la Lys, 7500 Tournai). Ces sculptures ont toutes été réalisées par des étudiants de Saint-Luc (Ramegnies-Chin) sous la direction de leur professeur, Yves Willocq.

La visite guidée sera assurée par l’auteur, Jean-Luc Dubart, qui, pour son livre, a travaillé avec son ami-complice, l’illustrateur SERDU, qui croquera d’ailleurs en direct la rencontre.

La « Sainte silicone vallée » comprend – avec humour, on l’aura compris – à la fois des saints qui ne seront jamais retenus dans le martyrologe officiel de l’Eglise Catholique et des saints dont le motif d’invocation est essentiellement lié à un calembour.

Les premiers sont donc des personnages inventés, fruit de l’imagination des hommes. Ce sont les comédiens d’une grande farce et d’une irrévérencieuse facétie. Mais ces personnages truculents, picaresques et parfois crus témoignent aussi – par les contes et les légendes ou la seule puissance du calembour - d’un aspect de l’inconscient collectif de l’humanité. Parmi ces saints fictifs, il est permis de citer saint Pansard, saint Afama (saint Affamé), saint Dégobillard, sainte Barbette, saint Barbichon, saint Vé, saint Tôré, saint Caboulet, etc. etc.

Les seconds sont des saints authentiques mais priés en fonction d’un jeu de mots. Par exemple : Lucie ne serait certainement pas invoquée pour les yeux si son nom, en latin, ne désignait la lumière. Saint Etton n’aurait jamais été vénéré pour la mammite des vaches et des juments s’il n’y avait pas eu la rencontre d’un « t » et d’un « e », c’est-à-dire d’une fâcheuse et hardie liaison. Comme saint Ignace et Aignan, tous deux priés contre la teigne (tignasse, teignant). Par nature, saint Cloud ne pouvait être que lié aux furoncles ; saint Dodon aux maladies du dos…
Quelque 250 saints, finalement, soutiennent finalement la thèse de Jean-Luc Dubart.
Et l’écrivain de conclure : « Ne croyez pas un seul instant que nos propos soient irrespectueux, impertinents, voire grossiers : il n’en est rien. Un saint est quelqu’un qui a vécu, qui connaît ses limites et ses imperfections et nul doute qu’il serait le premier à énoncer l’adage : « Un saint triste est un triste saint ! » C’est, de plus, tout à fait évident : le premier à avoir joué sur le nom de ses saints est le Christ lui-même. N’est-il pas le premier auteur de cette étude, lui qui n’a pas hésité à proclamer : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ».
Pour sourire, rire et passer une excellente soirée. Entrée gratuite.

Pour tout renseignement : Norina, éditeur-diffuseur, 02 / 331. 63. 01.
http://www.dubart.fr.st


 

Les élèves d’Arts Plastiques de l’ARVM
ont créé le logo du CCL de Hotton

Afin de mieux affirmer son identité, le Centre Culturel Local (CCL) de Hotton tenait à se munir d’un logo approprié ; aussi, un défi a-t-il été lancé aux sections artistiques des différentes écoles de la région. Toutes ont répondu à l’appel ; et c’est le projet proposé par Pia Thelen, élève de 4e Arts Plastiques à l’Athénée Royal de Vielsalm-Manhay, qui a été retenu. Il évoque adroitement le dynamisme du Centre, son ouverture au monde et sa vocation d’appel.



Mme Dallons, la directrice du CCL, impressionnée par la richesse de la production artistique des étudiants de cet établissement a d’ailleurs convaincu leur professeur, Muriel Masson, d’accepter de présenter au public divers travaux d’élèves, dans le cadre de l’exposition « Que m’aime on s’aime ! » , qui s’est tenue du 12 au 27 février à la Maison Godenir.
C’est ainsi qu’aux côtés des photographies évoquant l’amour et les couples régionaux au quotidien, le visiteur pouvait découvrir de nombreuses recherches créatives, dont des chaises au « désign » très surprenant, entièrement imaginées, conçues et réalisées par ces artistes en herbes. L’exposition a connu un franc succès et demeure, sans nul doute, une expérience enrichissante et encourageante pour ces jeunes adolescents.



Suite des compétitions interscolaires à l’ARVM.

L’équipe de badminton G3, composée de Nicolas WAGENER, Loïc SARLET, Pierre MARTIN et Joachim LALLEMANT, s’est qualifiée pour la finale provinciale, qui réunira les meilleures équipes ce 10 mars.


Une nouvelle qualification en volley-ball pour les garçons !

Le 18 février dernier, l’équipe de volley-ball G2 s’est rendue à Soumagne pour disputer 2 matchs de qualification. Techniquement supérieure, elle a obtenu facilement 2 victoires face à l’A.R.Soumagne (2-0) et l’A.R.Visé (2-0).
La finale provinciale se déroulera le 31 mars à Ouffet.
Nous espérons un nouveau succès pour Philippe WAGENER, Benjamin JACOB, Lambert PONCELET, Nathan ROTH, Damien SALVI et Romain DUVIVIER.


Le rêve devient donc enfin réalité!

Le Gouvernement wallon a pris la décision d'octroyer un subside d'environ 3
millions d'euros au projet touristique "La Vallée de Poix, au coeur de la
Nature, Village européen du Sport, de la Chasse et du Patrimoine
industriel", en Province de Luxembourg. Le rêve devient donc enfin réalité!
Olivier De Backer

Projet « Vallée de Poix » à Saint-Hubert et Libin : le rêve devient réalité !
Le Gouvernement wallon accorde le subside que l’ensemble des investisseurs attendaient pour se lancer à leur tour. L a Vallée de Poix, « au cœur de la Nature, Village européen du Sport, de la Chasse et du Patrimoine industriel », projet touristique porté depuis 1997 par la Province de Luxembourg et plus spécialement le Député permanent Daniel Ledent, les communes de Saint-Hubert et de Libin, l’Intercommunale IDELUX, des fédérations sportives et des acteurs privés, amoureux de leur vallée, est sur le point de voir enfin le jour dans toute son ambition. Le Gouvernement wallon a en effet pris la décision de lui accorder un premier subside d’environ 3 millions d’euros, dans le cadre du Phasing out Objectif 5b.
Cette décision positive du Gouvernement wallon constitue l’élément déclencheur qui garantit la totalité de l’investissement pour le projet Vallée de Poix, estimé à 12,5 millions d’euros. Cet investissement est équitablement réparti entre les secteurs public et privé, qui le financeront chacun pour moitié.
La totalité de l’enveloppe octroyée par la Région wallonne devra être engagée au plus tard le 31 décembre 2005.
Ainsi, les habitants de Libin et Saint-Hubert verront à ce moment leur vallée re-dynamisée par la mise en œuvre d’un projet visant clairement à générer pour la Province et ses habitants des retombées touristiques, économiques, environnementales et sociales (emploi).
« Nous vous inviterons tout prochainement, précise Daniel Ledent, au même titre que les habitants de la Vallée, à une rencontre au cours de laquelle vous seront présentés dans le détail les différents investissements prévus, les événements sportifs de haut niveau déjà programmés en 2004 et 2005 et, plus globalement, la Vallée telle que les acteurs de son renouveau la rêvent… et la vivront dès 2006. »
Informations: Daniel Ledent – Daniel.ledent@skynet.be - 0495/23.42.44


Ca va chauffer à Bertrix !

2005, l’année s’annonce chaude à Bertrix ! Si le projet d’APT (Applied Plasma Technologies), voit le jour, Bertrix pourrait bien accueillir la première unité de gazéification à plasma au monde. Ce procédé unique qui ne demande qu’à être industrialisé, consiste à détruire les déchets en les portant à une température extrêmement élevée (jusqu’à 15.000°C ) dans un laps de temps très court. Les matières organiques sont ainsi transformées en un gaz de synthèse de grande qualité et les substances inorganiques en une sorte de lave naturelle.
Cette technique comprend de nombreux avantages, parmi ceux-ci :
1) Les déchets ne doivent pas être triés. Elle permet, en effet, de traiter quasiment tous les déchets, qu’ils soient, organiques, ménagers, médicaux, industriels ou même toxiques. Aucune préparation n’est nécessaire. La pyrolyse à plasma accepte également les résidus des procédés classiques d’élimination des déchets: boues de dragage, amiante, cendres volantes, matières dégagées par les fours électriques, terre polluées par des pesticides, déchets faiblement radioactifs, etc.
2) Le procédé est totalement écologique. La température extrême empêche toute émission de gaz nocifs et il ne reste aucune cendre dans le fond du four.
3) L’énergie thermique et les autres sous-produits de valeur sont entièrement récupérés et peuvent être transformés en méthanol, en hydrogène ou directement en électricité. Des montagnes de déchets ne coûtant quasiment rien, transformées en un élément rare : l’énergie...un rêve…bientôt une réalité ?


Spanolux reçoit le roi Albert

Le jeudi 4 mars, le roi Albert visite Vielsalm et l'entreprise Spanolux active sur le zoning de Burtonville. Cette société du groupe Triax est spécialisée dans la production de panneaux d'aggloméré MDF de haute qualité selon des méthodes écologiques. Une philosophie de protection des milieux naturels qu'elle ne manquera pas d'exposer à notre Souverain.
vers le site CCILB : Spanolux reçoit le roi Albert


Thomas & Piron : Quelle santé !
Terminant l’année 2003 avec un chiffre d’affaires de 118.447.617 millions d’euros, l’entreprise de construction Thomas & Piron clôture l’année la plus spectaculaire de son histoire. Et ce début d'année laisse présager du meilleur pour 2004, sa division "T&P International" vient en effet de signer un contrat mirifique dans le cadre du projet d'Essaouira au Maroc faisant de l'entreprise de Paliseul un des plus importants investisseurs dans ce pays.

Si le carnet de commandes 2004 du géant wallon de la maison individuelle a réellement de quoi faire pâlir d’envie la plupart de ses concurrents directs, les résultats de l’exercice écoulé laissent eux-aussi béat d’admiration! Car que dire d’une progression supérieure à 50 % pour le volume d’affaires des deux dernières années? Que dire des contrats signés par l’entreprise ardennaise en immobilier résidentiel, commercial et industriel? Et ce ne sont certainement pas les 850 collaborateurs du groupe établi à Our-Paliseul qui se plaindront de telles réussites… Pas plus d’ailleurs que les clients potentiellement toujours plus nombreux et satisfaits.
Répartis aux quatre coins du royaume, voire même bien au-delà si l’on en juge par les dernières déclarations, ce sont eux qui participent du succès de cette entreprise parce qu’elle leur offre, nous le supposons, le produit qu’ils recherchent. En 2003, rien qu’en chiffres, Thomas & Piron représente pas moins de 736 logements uni-familiaux et un nombre considérable de bâtiments à caractères industriels ou commerciaux.
Pour 2004, les projets naissent à foison laissant augurer des résultats sinon meilleurs, au moins aussi encourageants :
* l’Eau d’Heure verra quelques soixante maisons de vacances naître aux abords du lac
* à Namur, le projet «Prince de Liège» offrira une trentaine d’appartements, 2700 m2 de surface commerciale et 7500 m2 de bureaux
* du côté de Glain, c’est le projet «Shape» qui va se parer de 113 maisons individuelles
* à Bierges et à Nivelles, deux vastes maisons de repos devraient aussi voir le jour courant de l’année
* face au complexe commercial de Strassen (G-D.L), un autre projet appelé «Les Etoiles» devrait quant à lui offrir une approche mixte de la construction en laissant cohabiter maisons, commerces, résidences et bureaux sur un même sitePar ailleurs, il est à remarquer que l’entreprise renforce une position toujours plus active dans les secteurs non-résidentiels et commerciaux… Là aussi, l’année 2004 devrait permettre de concrétiser plusieurs dossiers parmi lesquels les projets de halls de stockage à Bruxelles, de supermarchés Match à Capellen, d’un immense centre commercial à Athus… En fait, le groupe consolide ses acquis et développe toujours plus avant une série de projets d’importance (on parle, par exemple, d’une dizaine de projets industriels pour un montant avoisinant les 13 millions d’euros).


 

 

Lien vers le courrier des lecteurs de février 2004

 

 

 


mise à jour mars 2004
Transmettre vos commentaires