cinéma par Jean-Phi
Questions posées à Benoît Poelvoorde
le 20 janvier à Bruxelles,
avant la sortie de son film « Du jour au lendemain » .

 


Dans « Du jour au lendemain », votre personnage - François Berthier - est entouré de seconds rôles très colorés. Quel souvenir gardez-vous du tournage du film ?

Yann Moix dit avoir écrit « Podium » pour vous à la virgule près. On a un peu le sentiment que Philippe Le Guay a fait de même avec « Du jour au lendemain »…

Êtes-vous d’accord si je vous dis que votre interprétation de Berthier est par moments Jim Carreyienne ?

Le film nous amène à nous pencher sur notre recherche du bonheur. François Berthier dit que « le bonheur, c’est une décision qu’on prend ». Partagez-vous son avis ?

François Berthier se considère mi-Lendl mi-McEnroe... Et vous, fifty-fifty aussi ?

Depuis « Le boulet », d’aucuns vous considèrent comme un acteur « bankable ». Dans « Du jour au lendemain », vous portez à bien des égards le film du début à la fin. Acceptez-vous cette étiquette d’acteur « bankable » et si oui, estimez-vous recevoir davantage de scénarios intéressants depuis « Le boulet » ?

Vous venez de tournez « Cow boy » de votre ami Benoît Mariage ? Hormis « Astérix et les jeux olympiques », quels sont vos projets et où en est votre envie de passer à la réalisation avec « Les inutiles » ?

Quand ces lignes seront publiées, la cérémonie des Césars aura déjà livré son verdict. De quel œil voyez-vous votre deuxième nomination au César du meilleur acteur pour votre prestation dans le film d’Anne Fontaine ?

En outre, votre partenaire dans ce film, Isabelle Carré est elle aussi nommée au César de la meilleure actrice, tout comme Anne Consigny, qui joue votre femme dans « Du jour au lendemain »…

Il y a justement une certaine ressemblance entre ces deux actrices…

Vous jouez fréquemment des rôles de loosers, de personnages qui ont, comme vous dites, des failles. Berthier passe quelque part du statut de looser à celui de winner. Vous propose-t-on parfois des rôles de winners et si oui, pourquoi avoir refusé jusqu’ici de les interpréter ?

Pourquoi avoir refusé de jouer dans le premier « Astérix » (NDA : il avait décliné la proposition d’interpréter le personnage de Lucius Detritus, finalement attribué à Roberto Benigni) et accepté de tourner dans les troisièmes aventures des personnages de Goscinny et Uderzo, « Astérix aux jeux olympiques » ?

Mais tout le monde a peur du ridicule…

Selon moi, vous n’êtes jamais meilleur que dans ce que vous écrivez. Je pense à « C’est arrivé près de chez vous » dans une certaine mesure mais surtout à « Jamais au grand jamais », aux « Carnets de Monsieur Manatane » et au film « Le vélo de Ghislain Lambert »…

 

 

 

 


Photos & reportage : Jean-Phi
jeanphi111@yahoo.com
24 février 2006

Obtenir une photo originale

Transmettre vos commentaires