Ferme bio à Lomré
Des fermiers qui ont plus d'un tour dans leur sac !

A Lomré (Gouvy), Daniel et Françoise Annet se sont entièrement reconvertis dans l'élevage bio : une ferme dans laquelle vaches, cochons et poules sont élevés selon le bon vouloir de dame nature !

Un petit coin de tranquillité, des animaux, de la patience et du travail et surtout, de bons clients ! Voilà la recette pour devenir un bon fermier " bio ". Tout le monde le sait, le succès de l'alimentation " bio " s'est accru ces dernières années, suite à la crise dans le domaine agricole. Ceci a amené Daniel Annet et son épouse, Françoise, à s'orienter vers une agriculture biologique depuis 4 ans maintenant. Mais ce n'est pas l'unique raison. A l'époque, Daniel Annet avait l'occasion d'agrandir son exploitation et il s'est trouvé avec un surplus de terrain. Or, il y a deux ans, la laiterie cherchait du lait bio. Daniel Annet profite de l'opportunité en produisant du lait bio. Et voilà le couple de fermiers industriels lancé dans l'élevage " bio " !

Pourtant, à l'époque, Daniel est au terme d'une démarche (qui a duré deux ans !) visant à recevoir l'autorisation d'un élevage de volaille industrielle. Résultat ? Pendant deux ans, ils ont vendu des vaches laitières bios et des volailles industrielles. Aujourd'hui (depuis un an) s'est ajouté un magasin bio ainsi qu'un 3ème élevage : des volailles bio, puis vient ensuite le tour des cochons. Précisons qu'une ronde comprend les différentes étapes de l'élevage d'une poule de son état de poussin jusqu'au bâtiment vide or, " un élevage de poulets bio est plus relax qu'un élevage de poulets industriels puisqu'on tourne sur des rondes de 15 semaines au lieu de 7 semaines ! ". Le couple Annet est totalement indépendant, mais reste bien conscient qu'un gros client lui est indispensable pour garantir un bénéfice. Nos deux fermiers ont un arrangement avec un abattoir à volailles, la société Quartès : cette société s'engage à racheter tout le surplus de poulets sur pied et le revend à des semi-grossistes. En échange, les fermiers commercialisent ce qu'ils peuvent commercialiser en vente directe, c'est-à-dire acheter tous les aliments dans une société agréée par Quartès. De cette façon, tous les clients fournissent des poulets de qualité égale et standardisés dans les supermarchés. " Autrement dit, moi, j'achète mes poussins, j'achète mes aliments, et je fais l'élevage. Le contact avec l'abattoir est important car il faut être sûr de son débouché, car on a quand-même 15000 volailles en élevage continuellement ! " ajoute Daniel.


" Bio ", un terme à la mode?
Si notre société est de plus en plus axée vers un retour à la nature et des produits plus " sains ", il s'agit bien plus qu'une appellation à la mode ! Certaines règles sont à respecter comme l'interdiction de tout engrais chimique et pesticides, un chargement maximum de 2 UGB (unités gros bétail) à l'hectare, etc… " Admettons que mon exploitation n'ait pas assez de bêtes pour produire du lisier, je peux reprendre du lisier d'une autre exploitation bien réglementée, mais il me faut une dérogation de chez Ecocert, l'organisme contrôleur.

Bio, oui, mais à quel prix ?
Le prix entre un produit industrialisé et un produit bio passe du simple au triple. Dans une grande surface, il faut compter un poulet standard à environ 100 fb le kilo, et dans un magasin bio il est à 275 fb environ, suivant les quantités. D'où vient une telle différence de prix ? Tout simplement du fait qu'on n'a rien sans rien ! Cela coûte beaucoup plus cher d'abattre un poulet bio puisqu'on en met 10 par mètre carré (20 pour les industriels) et on fait 3,3 rondes par an, c'est-à-dire 33 poulets au mètre carré au lieu de 150 pour les industriels. Autrement dit, on sort 4 fois moins de poulets bio au mètre carré pour amortir le bâtiment. Autre chose : un poulet industriel consomme aux alentours de 1kg 700 d'aliments pour produire 1 Kg de viande ; un poulet bio en consomme 3 Kg ! L'aliment du poulet industriel coûte entre 10 et 11 fb du Kilo, celui du poulet bio est à 16, 70 fb le Kilo. Enfin, le prix d'un poussin industrialisé coûte 10,30fb par poussin, tandis que le poussin bio (c'est un poussin ordinaire de moins de trois jours qu'on a le droit de convertir en bio) revient à 15,50 fb. Le poussin coûte déjà 5 fb en plus au départ, la farine 5 fb de plus par kilo, sans parler des frais de contrôle : " on paie 1,50 fb à Ecocert par poulet pour être labellisé bio, et il faut trouver cet argent ! " s'indigne Daniel. Par contre, quelle qualité au niveau des produits! Les poules connaissent la saveur de l'herbe, leurs poussins sont plus costauds, les œufs sont de meilleure qualité !

Et si les fermes bio commencent à s'étendre, la ferme Annet reste originale dans la région car beaucoup produisent mais ne vendent pas leurs produits, de plus, elle est l'une des seules fermes à vendre des volailles bio.


C.Thiry
Photos JML mai 2002